Incipit

7 minutes de lecture

Un vent tiède et régulier commençait à s’élever parmi les hautes montagnes verdoyantes qui se dressaient dans la lueur de l’aube éclatante, allégeant ainsi l’atmosphère imposée depuis de nombreux jours par des nuages gris moutonnés. Une brise légère voyageait gracieusement à travers la vallée évasée, tantôt dansant avec les lupins panachés dans les prairies, tantôt soulevant les feuilles d’arbres dans de lointaines forêts qui s’étendaient à perte de vue. L’air était enfin respirable, l’attente insoutenable envolée, la température radoucie. Poussé par ce souffle de vie, l’infatigable fleuve onduleux se frayait un chemin entre divers versants pour rejoindre son embouchure sur l'océan Alcyonien, aux pieds de merveilleux saules argentés. La nature frémissait, d’innombrables volatiles s’agitaient dans le ciel rose du matin, des cris excités résonnaient en écho dans les collines ; il était évident qu’un évènement se préparait.

Un oiseau au plumage brun-roux et à l’envergure imposante apparut en planant au-dessus d’une roselière ombragée, le battement de ses longues ailes puissantes tordant la végétation en deux. Il semblait quadriller les environs avec attention, son bec crochu claquetant dans le sifflement du vent et ses yeux perçants fouillant les moindres parcelles de terrain. L’air satisfait, il fondit sur l’affluent le plus proche, frôla l’eau du bout de l'aile et rejoignit le cours d’eau principal afin de se rendre au village de Marvegny. Il s’assura de n’écraser personne à son arrivée avec son poids de quatre-vingt-dix kilogrammes, manqua de faire voltiger des bouts de terre lorsqu’il atterrit et glatit pour faire venir son maître.

- Cyron, enfin ! Le périmètre est sécurisé ? La cérémonie peut commencer ?

Un jeune homme brun s’était approché de lui, inquiet. Le volatile dut se pencher pour confirmer d’un mouvement de tête qu’il n’avait remarqué aucun désagrément lors de sa patrouille ; en effet, sa taille était si haute que son corps faisait de l’ombre aux toits des maisons.

- C’est bien, murmura son maître en caressant son bec immense. La prochaine fois, évite quand même de partir sans moi.

L’animal ferma un instant les yeux, signe d’accord avec son jeune compagnon. Ce dernier n’était pas effrayé, bien au contraire. Il connaissait son oiseau depuis ses sept ans, l'âge de raison.

- Ne bouge pas, articula l’homme. Reste bien à l’entrée du village au cas où…

Un appel le coupa dans sa phrase. Tout le village s’était rassemblé devant l’oisellerie à ciel ouvert construite à base de bambous ; c’était en ce vaste lieu chaleureux que grandissaient les oisillons abandonnés ou volontairement déposés par leurs parents. Une envolée d’oritums jaillit d'une poutre en bois et, en un tourbillon de plumes blanches immaculées, ils tournoyèrent en babillant joyeusement autour d’une ribambelle d’enfants assis au second rang. D’autres enfants, légèrement plus âgés, se tenaient en ligne au premier rang, pouponnés par leur mère qui leur ordonnait de ne pas bouger afin de les rendre présentables. Bien habillés, les bras le long du corps, ils patientaient fièrement que le meneur vînt à eux avec de jolies cages à oiseaux sous les bras. Le vieil homme était barbu, son dos était courbé par le poids du chagrin et des cernes ornaient son regard fatigué. La perte de son fenghuang, le roi des oiseaux, avait été une dure épreuve pour lui ; le chagrin noyait sa gaieté habituelle, transformant les traits doux de son visage en une grimace crispée pénible à voir.

- Chers habitants de Marvegny, finit-il par déclarer après avoir réclamé un peu de silence. Comme vous le savez tous, les oiseaux que nous avons recueillis sont en âge de quitter leur nid. Nous savons tous que nos petits protégés devront choisir leur futur maître, à moins que la liberté ne leur soit plus tentante.

Les villageois poussèrent un cri de joie.

- Je sais que cela n’est pas nouveau, cette cérémonie se déroule même assez fréquemment. Mais c’est aujourd’hui que le cours de notre existence va changer, continua le meneur. C’est aujourd’hui que ces six espèces exceptionnelles, nées le même jour au même instant, pourront sauver la vallée des ténèbres qui nous guettent. Nous pouvons nous estimer heureux que cette occasion rarissime se présente à nous ; elle n’est arrivée qu’une fois, et c’était il y a des siècles de cela.

Il marqua une pause pour s’assurer qu’il avait attiré l’attention de tout le monde.

- En espérant que ces oiseaux choisissent d’honnêtes personnes, dont la candeur de l’âme désintéressée et la pureté du cœur leur permettraient de mener à bien leur future quête. Jeunes gens, avancez-vous en ligne vers moi je vous prie.

La lignée d’enfants obéit aussitôt et s’approcha de lui sans trembler.

- Chers petits, dit-il en souriant faiblement. Vous avez atteint l’âge de raison, celui qui correspond à la fin de la période œdipienne. Vous commencez à comprendre les notions de bien et de mal, de justice, ainsi que les conséquences de vos actes. Votre oiseau sera le vôtre tout le long de votre vie, il aura fait le serment de ne jamais vous quitter une fois qu’il se sera posé sur votre épaule. Il n’y aura pas de retour en arrière. Vous le chérirez, respecterez et dresserez afin d’obtenir sa docilité.

Tous acquiescèrent après ces quelques paroles traditionnelles, impatients d’être choisis par leur fidèle compagnon.

- Bien, murmura le vieil homme. Vous pouvez lâcher les volatiles.

Des oiseliers s’accroupirent devant les cages en or disposées dans les hautes herbes, firent pénétrer les clefs qu’ils possédaient dans les serrures et ouvrirent minutieusement les petites portes métalliques une à une. Les villageois retenaient leur souffle ; le moment de vérité était enfin arrivé. Un aitvaras sortit prudemment, l’air méfiant ; cependant, après avoir hésité, il traça son chemin à toute vitesse pour disparaître derrière les montagnes, à la plus grande déception de tous. Un oiseau qui choisissait sa liberté était considéré comme une lourde perte. Quelques alcyons en attroupement le suivirent, excepté le plus petit du groupe qui se laissa doucement tomber sur l’épaule d’une enfant blonde. À la fois ravie d’avoir été choisie et déçue de ne pas faire partie des six élus, elle alla se jeter dans les bras de ses parents pour pleurer silencieusement. On attendit que les autres espèces sortissent de leurs cages et, sous les regards étonnés des adultes, un grand nombre d’entre elles préférèrent choisir la liberté qui s’offrait à elles plutôt que de faire le serment de se lier à l’un des malheureux enfants qui attendaient toujours. Après quelques minutes de silence, seuls les six derniers à ne pas avoir été choisis se retrouvèrent face aux six espèces tant convoitées ; c’était certain, ils étaient les heureux chanceux. Seulement, au moment où les oiseliers ouvrirent les dernières cages, l’ethon, le laurellac, le phoenix, le fenghuang, l’alicanto et le caladrius risquèrent rapidement un vol hors de leur abri puis, sans arriver à se décider, ils s’engouffrèrent tous à nouveau entre les barres dorées qui les retenaient prisonniers.

- Comment est-ce possible ? s’écria le jeune maître de Cyron.

- C’est inadmissible ! Nous devons réessayer ! fulmina une mère désespérée.

- Ils sont retournés dans leur cage de leur plein gré, fit remarquer l’herboriste du village avec de grands yeux ronds. Cela veut dire que…

- Qu’ils n’ont ni voulu de leur liberté, ni de leur maître respectif, marmonna le meneur en caressant sa barbe.

Pour la première fois depuis de nombreuses semaines, ses pupilles assombries brillaient de curiosité. Les pauvres enfants qui avaient tant attendu ce moment quittèrent l’assemblée sans un mot, trop déçus pour participer davantage à cette cérémonie catastrophique.

- Je les plains, soupira une jeune femme. Ils vont devoir attendre la prochaine envolée.

- Peut-être n’est-ce pas dans ce village que leurs maîtres se trouvent ? suggéra une adolescente qui caressait nerveusement le boigénit sur son épaule.

- Non, cela ne s’est produit que peu de fois, et les oiseaux en question ont quitté Marvegny pour trouver la personne qu’il leur fallait, soupira l’herboriste.

- Le problème est encore bien plus complexe que cela, gronda le vieux meneur.

- Je crains que… oui, c’est bien cela, lança une voix tremblante au sein de l’assemblée. Ce n’est pas dans ce monde là qu’il faut chercher…

Des cris d’indignation lui intimèrent de se taire. La voyante du village n’était jamais très bien vue, et ses mauvaises prédictions agaçaient particulièrement les villageois qui préféraient se fier à ce qu’il y avait de concret et de réaliste sous leurs yeux. Elle préférait donc se tenir éloignée d’eux pendant les rassemblements, assise sur un rocher abandonné, la honte qui l’habitait l’obligeant à garder le silence.

- Tu as vu juste, Syna, déclara finalement le vieux meneur en se redressant soudainement, ce qui eut le don d’arracher un sourire à la voyante. Si ces oiseaux refusent de faire leur choix ici, c’est à l’extérieur qu’ils le feront.

Une vague de murmures angoissés parcourut l’assemblée à une telle vitesse qu’il fut difficile de la calmer. Certains rétorquaient que le monde extérieur n’était qu’une légende et qu’il était impossible d’avoir assez de chance pour tomber sur l’arclef, le mystérieux Passeur connu pour être capable de créer un portail entre les deux mondes opposés.

- Il le faut pourtant, lança le meneur. Il viendra à moi. Je voyagerai autant de temps qu’il faudra pour trouver ce monde. Seule cette possibilité est envisageable ; notre destin en dépend.

Annotations

Recommandations

Défi
Elea1006

Oiseaux migrateurs
La chaleur bientôt ici
Les corps alanguis
45
20
1
0
jean-paul vialard


Qu’est-on lorsque l’on n’est personne ? Que fait-on à cette heure qui n’en est pas une, ici, en ce lieu qui pourrait être sans nom, ne pas figurer sur une carte, un plan, qu’est-on sinon un désespoir flottant à tous vents, un genre de drapeau de prières muet qui distille ses vœux dans l’air glacial et sait que, jamais, ses espoirs ne seront exaucés ? Qu’est-on lorsqu’on n’est pas, que personne ne vous attend dans une pièce douillette, que nul repas ne vous sera servi, que nulle chambre ne vous offrira son abri ? L’hôtel qu’on attribue aux sans-abris est une entité froide, administrative ; la chambre dans le Refuge Social est le lieu où l’on vous dépouille, non de votre misère, celle-ci on vous la laisse, mais de votre dignité, de votre honneur. Vous n’êtes qu’un chiffre parmi la vaste marée humaine des Sans-Noms, des Sans-Grades, des Sans-Mesure. Oui, à la Rue, vous êtes Sans-Mesure, c'est-à-dire que vous ne serez jamais jugé à l’aune de vos qualités, de vos biens, de votre savoir. Toutes ces possessions sont pour les nantis dans leurs luxueux hôtels, pour les Riches dans leurs maisons aux boiseries d’acajou. En réalité vous ne demanderiez pas grand-chose : la pression amicale d’un regard, un geste de complicité, un bol avec une soupe gagnée par le travail, une halte où vous reposer, un foyer où vous réchauffer.
Vos demandes sont bien modestes, comme est modeste l’Amoureux qui grave sur les troncs, à l’abri des regards, l’amour qu’il dédie à son Aimée. Peut-être même l’Aimée n’en sait-elle rien ? Mais l’Amoureux le sait et cela lui brûle le cœur et cela fait dans son âme ce subtil gonflement, cette montgolfière qui l’emporte loin, oui, loin, au-delà des frontières mêmes du corps, là où scintillent les sentiments pareils à une rosée matinale. Oui, toi l’Invisible, ce que tu souhaiterais, comme l’on attend de découvrir une gemme précieuse, cette rosée matinale, cette simple rosée qui brille des feux de la joie. Je sais, les intellectuels diraient que tu es riche, précisément, de ta pauvreté, que ton dénuement tresse à ton front les palmes d’une ineffable félicité. Oui, je sais, l’on peut dire tout cela et bien d’autres choses encore. Mais la réalité est dure, le principe qui l’anime sans pitié, sous les coups duquel tombe son opposé le principe de plaisir. Disserter sur le bol de soupe que l’on n’a pas est sans doute une épreuve, mais n’avoir qu’un bol vide est une expérience autrement douloureuse.
2
4
0
2
Défi
Gwénaëlle L.
Elsa est la jeune dirigeante d’une entreprise dans le secteur des biotechnologies. Passionnée par les sciences, elle travaille d’arrache-pied dans l’espoir d’une percée technologique dans le domaine de la médecine. Par le pur fruit du hasard, elle devient l’objet d’une expérience scientifique à son insu : incarner la première femme omnisciente du monde.
1
3
4
3

Vous aimez lire bbnice ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0