Collection

9 minutes de lecture

Submergés par les désastres du Chaos, Ashron et Guidomex couraient, haletant et évitant les vides de Via qui apparaissaient sur leur route. Le manque de forces astrales et abyssales perturbaient la Via et son cycle, augmentant la gravité et déformant le paysage de Rae.

Certaines immenses bâtisses, architecturées de béton et de verre par la main Raeienne, disparaissaient subitement, ne laissant que néant en lieu et place. La vision du cycle de Guidomex percevait les flux rompus, absorbés par le désastre. A ses côté, Ashron comprit que Rae s’essoufflait, incapable de reconstituer les rivières de Via englouties.

Soudain, les dix silhouettes immortelles brisèrent sa vision du cycle en décomposition. Derrière elles, le portail bleu du retour sur Era luisait, si proche et si loin à la fois.

« Ils sont déjà revenus.

— J’en peux plus, répondit Ashron, essoufflé. »

Le regard résigné, l’Eraien détailla les dix Executors Primas de la Communauté de Skyva. Déterminés, leur regard raillait le désespoir des deux combattants. La vengeance s’approchant, l’excitation les gagnaient, au point que leur visage ne pouvait refréner la satisfaction.

Soudain, dans le noir ciel déformé par les maelstroms du Chaos, un petit halo azuré brisa le tableau monochrome. Les yeux d’Ashron se posèrent sur cette petite lueur d’espoir, sans qu’il ne comprenne en quoi cette chose les aiderait. Puis elle s’élargit, comme pour montrer que leur espérance n’était pas vaine, jusqu’au point d’atteindre une taille démesurée. L’instant d’après, une profonde voix rocailleuse atteignit l’esprit d’Ashron, tandis que Guidomex percevaient des échos cristallins et électriques. Les noms de leur salut raisonnèrent, les incitant à les appeler : Hatameth, Héphaïstos, Aurile, Jovis et Akher .

Dans un fracas assourdissant, Les cinq chimères Eraiennes jaillirent du portail de Via l’une après l’autre : Hatameth, le majestueux dragon des ancestraux âges Eraiens, Héphaïstos, la bête originel des enfers d’Eratos, Aurile, l’Omiardienne de glace, Jovis, l’oiseau céleste et fils du Solar, et Akher, le titan maitre des continents d’Era.

Lourdement, chacune des invocations usèrent de leur particularité pour retomber ou se poser au sol. Surplombant les deux Eraiens, leur regard toisa les adversaires Axems surpris et inquiets. Seul Relemos avaient le regard aussi illuminé que le portail de Via.

Soudain, Hatameth replia ses gigantesques ailes en provoquant des bourrasques de vent, Héphaïstos hurla d’une rage crépitante de flammes, Aurile cristallisa ses gestes dans une gracieuse danse gelée, tandis que Jovis agitait ses ailes d’éclair et que le massif Akher attrapa deux immenses gravats pour les fracasser l’un contre l’autre.

« Comment ? s’étonna Guidomex.

— Belenok, répondit Ashron sûr de lui, il a créé un portail pour nous aider. Vallia et les autres sont arrivés sains et sauf.

— Mais comment puis-je vous invoquer ?! rétorqua Guidomex en détaillant les bêtes qui se dressaient derrière eux.

Je hais les Axems, répondit Akher dans l’esprit de l’Eraien. Vous pouvez utiliser ma force comme il vous convient si vous promettez de pulvériser ces choses.

Jamais je ne leur pardonnerais de m’avoir utilisé pour s’en prendre à Era ! confirma Héphaïstos en laissant les flammes s’échapper de sa gueule.

Ashron, coupa Hatameth. Nous ne puiserons pas dans votre Via pour agir, vous n’en avez quasiment plus. Vous l’avez compris, notre allégeance vous ait acquise. Alors il faut que vous le fassiez

Vous êtes venus pour nous aider, et cela vaut toute parole. Guidomex, lança Ashron en regardant son ami, libère les de leurs entraves. »

Bien que dans l’incompréhension, Guidomex visualisa le cycle pour remarquer les chaines de Via entourant les chimères, qui prenait source au niveau de ses mains. Sans poser plus de question, il brisa les flux de Via, tout comme Ashron à ses côtés.

« On va les occuper pour que vous puissiez rejoindre le portail.

— Quoiqu’il arrive, nous ne partirons pas sans vous ! »

Le regard dépité, Hatameth fixa les deux Eraiens et secoua la tête. Puis, dans un rugissement qui fit trembler les immeubles encore debout, l’ensemble des chimères s’élancèrent sur les Axems. Chacun sa proie : Hatameth cibla Valros, Iluna et Maragor, Héphaïstos se rua sur Eragor, Relemos et Ismaia qui les regardait, incrédule, Aurile s’attaqua à Paiana, Dilius et Helmior avec Jovis, et enfin, Akher sauta sur Gimor. Les dix executors se séparèrent et le champ de bataille s’étala à tout Issyia Miel Ran. Le chemin se découvrit pour les Eraiens, laissant le portail à portée.

Elancé dans le ciel, Hatameth prépara son premier souffle sur ses trois cibles. L’hudienne invoqua un mur de glace pour bloquer l’attaque et protéger ses deux compagnons. Mais le dragon suivit son assaut pour briser la hud, et attraper Maragor avec ces pattes arrière. Ressentant le corps Axem entre ses griffes, le dragon serra du plus fort qu’il put, déchiquetant le frêle corps Ervillien.

De l’autre côté de la cité, Héphaïstos lançait des sphères incandescentes sur Eragor, Relemos et Ismaia. L’axem armées de ses haches de feu évitaient maladroitement les salves, tandis que le deuxième admirait l’attaque des bêtes. Ses yeux admiratifs regardaient les attaques de la chimère, et se délectèrent de la dernière qui vint le souffler.

Au centre d’Issyia, Aurile faisaient pleuvoir ses pics glacés sur Paiana, tandis que Jovis provoquaient des tornades d’éclairs sur Dilius et Helmior. Soudain, un gigantesque lac gelé prit forme atour de Paiana et les deux autres. Prisonniers, leur corps Ervillien se laissa emporter par la tempête électrique de Jovis, soufflant la place centrale et les vestiges encore indemnes de la capitale de Raylia.

A l’extrémité ura, Akher frappait Gimor de terribles coups, mais l’Axem évitait aisément l’imposante bête. Visualisant une faille, ce dernier s’y engouffra pour porter son coup fatal. Mais l’infranchissable peau d’Akher le protégea, et ce dernier attrapa la jambe gauche de son ennemi pour le fracasser au sol par projections multiples, détruisant ainsi son corps Ervillien.

Hésitant à fuir en les laissant derrière eux, Ashron et Guidomex alternait leur regard entre l’impressionnante confrontation et les deux portails. Les yeux d’Ashron remarquèrent que le halo dans le ciel s’était rétréci, et qu’Hatameth ne pouvait déjà plus l’emprunter pour fuir. Son esprit se perdit dans un remord qu’il chercha à refreiner en trouvant une solution pour Rae. Il ne pouvait pas laisser une civilisation entière s’éteindre, tout comme il ne pouvait pas abandonner les chimères. Un moyen devait être trouvé.

« Ashron, maintenant! s’écria Guidomex qui avait remarqué les réflexions de son ami. Nous devons faire un choix. Il n’est pas certain que l’occasion se présente à nouveau. »

— Nous ne pouvons pas laisser Rae disparaitre. Tous ces milliards d’existences vont s’éteindre. »

Mais aucune solution n’éclaira son esprit torturé. Seul le salut des chimères semblait possible par un stratagème qu’il espérait concluant. Ashron expliqua son idée avant que tous les deux ne s’élancent vers leur portail, tandis que celui des chimères s’estompa dans le Chaos du cycle de Rae. Le seul Axem encore debout, Valros, s’aperçut de la fuite des deux guerriers et incanta une hud pour les arrêter. Face à lui, Hatameth prépara une attaque pour le stopper, en vain, ses forces le quittaient.

L’instant d’après, le dragon et ses quatre compagnons ancestrales d’Era se désagrégèrent dans une noire poussière qui enveloppa leur champ de bataille respectif. Puis, en formant d’épais nuages, les cinq nués s’élancèrent vers le portail original pour s’y engouffrer, rappelés par Ashron et Guidomex pour les sauver.

Juste derrière, les deux Eraiens les suivirent pour traverser le portail au moment où la déflagration hudique de Valros ne le fit voler en éclat.

***

Depuis un de ses aéronefs sidéraux, Skyva fixait la belle sphère bleue et blanche, trônant seule dans le noire étoilé. Lentement prenait forme les maelstroms de Chaos, évoluant de points imperceptibles à cercles au diamètre grandissant. La parfaite circonférence de Rae commença à se troubler, au point que ses parfaites lignes courbées ne se transforment en traits désordonnées.

La vue de ce chaotique spectacle emplit Skyva d’une troublante satisfaction. Au-delà de sa réussite à absorber la Via d’un cycle né d’Are, l’excitation de mettre fin à autant de vies Raeiennes l’affectait. L’instant d’après, ce bien-être s’évapora pour laisser le malaise l’étreindre. Le désastre du Chaos mettant fin à Rae lui rappela sa défunte planète, elle aussi dévorée par ce mystérieux phénomène de manque des Forces.

« Ou en sommes-nous ? demanda-t-elle à un Axem derrière elle.

— La planète ne peut plus compenser le manque de Via. Elle laisse le Chaos prendre le dessus.

— Et le cycle ?

— Rompu à plusieurs endroits en même temps. Quoiqu’il arrive maintenant, le cycle de Rae va se terminer et disparaitre.

— Continuez à surveiller l’absorption de Via. En aucun cas un nouveau cycle ne doit émerger, nous devons tout intercepter.

— Bien MaSeigneure ! »

Laissant la verrière, poste d’observation du spectacle qu’offrait la fin de Rae, derrière elle, Skyva descendit du pont supérieur pour arpenter les longs couloirs sombres et métalliques de l’aéronef sidéral. Sa sœur avait bien œuvré, se dit-elle en détaillant les parois arrondies de l’appareil. Rien ne dépassait, toute technologie était soigneusement dissimulée derrière une finition Axem impeccable. La beauté de cet ensemble d’acier et d’énergie reflétait la grandeur de leur race.

« Ou en sont les préparatifs ? demanda Skyva en arrivant au poste de pilotage.

— Nous avons déterminé les paramètres standards d’activation. Les coordonnées de départ et d’arrivé sont calculées. Le cycle étant encore Ervillien, nous pouvons créer le lien.

— Assurez-vous de stabiliser le trou de cycle avant la disparition du cycle de Rae. Sinon, nous risquons la déconnexion et jamais nous n’en sortirons.

— Bien MaSeigneure ! »

Satisfaite, Skyva tourna les talons pour retourner admirer le spectacle. S’être dégourdi les jambes lui avait apaisé l’esprit. Elle pouvait de nouveau profiter de la fin d’un cycle, reflet de sa puissance et de l’approche de son but. Tout à coup, le communicateur de l’aéronef s’activa pour laisser la voix du pilote indiquer la connexion des cycles.

A travers la verrière donnant sur le vide sidéral, Skyva remarqua la formation de grands halos azurés. Au moins une centaine d’ovales bleus tapissaient maintenant le sombre décor du vide, un pour chacun de ses vaisseaux. Mais l’Axem délaissa les portails pour porter son regard sur la planète. Malgré la distance, se yeux percevaient les noirs maelstroms formés à la surface et masquant les terres de Rae. La sphère n’avait plus rien à voir avec une ronde planète emplie de vie.

Soudain, chaque maelstrom se rejoignit pour n’en former plus qu’un, celui du désastre du Chaos qui engloutirait le cycle de Rae. Puis, après plusieurs secondes à se repaitre, le tourbillon de néant commença à rétrécir, lentement, jusqu’à disparaitre comme il était venu.

La vitesse de ce désastre s’expliquait par les collecteurs de Skyva qui avait absorbée suffisamment de Via pour recréer un cycle si tel était son désir. Grâce à sa vision, l’Axem admirait les gigantesques flux qui se déversaient dans les différents vaisseaux de sa flotte. Euphorique, comme dopée par cette incommensurable quantité de Via, Skyva ressentit une jouissance de puissance qui l’exaltait, provoquant tremblements et sueurs qu’elle réfréna péniblement.

La délectation de l’instant passée, l’Axem fixa de nouveau le vide sidéral, vierge de Rae. Le magnifique globe abritant vies pensantes à la culture riche, terres prospères à la végétation colorée et mers gigantesques avait laissé place à la noirceur du vide. Un cycle de la Via avait pris fin et avec lui, des milliards de vie venaient de s’éteindre.

« Les corps vont bien ? demanda-t-elle à un Axem qui venait d’arriver derrière elle.

— Oui MaSeigneure. Tous les signes vitaux sont dans les normes et ses corps sont exploitables et conservables pendant une longue durée.

— De quelle durée parle-t-on ?

— Plusieurs années, sans problème.

— Parfait. Prenez en trente et commencez l’opération pour mes Executors et les Magisterius qui me sont fidèles.

— Bien MaSeigneure ! »

Tandis qu’elle distillait ses ordres, Skyva fixait le ballet d’aéronefs qui se mouvaient vers les portails pour les traverser. A l’intérieur, les étoiles tachetant le noir sidéral s’étirèrent, pour rapidement illuminer la verrière. Puis l’azur de la Via les remplaça afin de former un tunnel reliant le cycle défunt au cycle ciblé. Quelques secondes plus tard, le tunnel s’évapora pour de nouveau laisser place au vide sidéral parsemé d’étoiles.

L’excitation la gagnant encore, Skyva fixa intensément la verrière de l’aéronef. Elle n’avait jamais été aussi proche de son but, Elle avait vaincu Ryva et avait fédéré les Axems pour composer une armée de millions de soldats. Elle avait collecté la Via de Rae à la place de sa sœur et maintenant, elle se trouvait devant sa prochaine et ultime cible : Era.

FIN

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 2 versions.

Vous aimez lire lockeff ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0