Chaos

5 minutes de lecture

Accompagnée d’Hellie et Naioji, Vallia fracassait ses épées sur plusieurs ennemis croisant sa route. Elle suivait le plan établit avec Ashron et les Emeraliens : diviser leur armée en deux, l’une pour nettoyer Syria Val Dillit et l’autre pour soutenir la Vaïncrus en déroute.

Voyant l’ennemi en surnombre, Vallia stoppa son avancée. Du regard, elle fixa ses amis et compagnons d’arme qui peinaient à percer la ligne Axem, puis fit appel à la hud qui l’aiderait à la briser. Dans un murmure crépitant, de rougeoyantes flammes se mirent à danser au-dessus des ennemis de Rae. Puis, de ce foyer brulant, les créatures ardentes surgirent pour se ruer sur les cibles désignées par les yeux admirant le cycle de la Via de Vallia.

Aerouanttan happa un nombre d’Axems que Naioji ne put compter, pour les réduire en tas de cendres virevoltantes au gré du vent qui se levait. Accompagnant ses dragons de feu, Vallia enchainait les ennemis qui échappaient à ces bêtes, assistées d’Hellie et de sa double épée, ainsi que de la Raeienne et de sa puissance hudique destructrice.

Mené par les trois combattantes que rien n’arrêtaient, l’armée Emeraliennes perça le front ennemi, les forçant au repli précipité.

« Ne les suivez pas! ordonna Vallia »

L’armée adverse se reforma tant bien que mal en plusieurs détachements imposés par l’attaque de Vallia, puis s’éloigna du front.

« Ils vont revenir à ton avis? demanda Hellie.

— C’est certain.

— Que fait-on ?

— On tient notre position et on porte secours aux blessés. »

Profitant du répit accordé par les Axems en déroute, le rassemblement au centre de commandement de la Vaïncrus fut ordonné. Un succinct ravitaillement fut organisé et les secours mis en place. A l’intérieur d’une tente de fortune, Naioji trouva le doyen gisant dans son sang, étendue sur le sol. Un rapide examen lui fit comprendre qu’une issue fatale l’attendait.

« On s’est complètement fait avoir, lança un commandant de bastion qui peinait à se hisser sur une chaise.

— Nous avons perdu la moitié de notre armée, sanglota le deuxième qui tenait sa tête dans ses mains. »

Asianus écouta les plaintes de se soldats, avant de fixer la Raeienne qui tentait d’apaiser ses souffrances. Les yeux embués, il approcha ses lèvres d’une oreille pour lui murmurer ses deniers mots.

« Ton père… Aviore est mort dans Syria Val Dillit… Je suis désolé. »

Puis il expira le dernier souffle de sa vie Ervilienne, et s’effondra sur lui-même dans la flaque carmine, laissant Naioji abasourdie par les mots. Un silence mortuaire s’installa pendant que Naioji cherchait à comprendre ce qu’elle avait entendu. Puis elle se leva et sortit de la tente.

Dehors, la Raeienne scruta le paysage désolé de la mortelle bataille qui venait d’avoir lieu. Malgré les larmes qui brouillaient sa vue, les corps meurtris Raeiens et Emeraliens répandus dans toute la plaine ne passaient pas inaperçu. Et parmi eux, certains étaient possédés par des Axems. Rapidement, la colère s’empara de son esprit, le désir irrépressible de vengeance surpassant son empathie habituelle. Elle s’élança à la recherche du corps de son père.

A contresens, Vallia et Hellie croisèrent la Raeienne qui ne s’arrêta pas. Elles la regardèrent s’éloigner, puis ne sachant pas le but de sa course, entrèrent dans la tente pour retrouver Celenok en discussion avec les commandants Raeiens.

« Que s’est-il passé ? demanda Vallia sans détour. »

Les deux Raeiens firent le récit du désastre du Chaos qui avait engloutis plusieurs milliers de Raeiens en quelques secondes. Effrayées par ce qu’ils entendaient, les Eraiens laissèrent le temps aux Raeiens de finir, puis de profiter de soins Emeraliens.

« Comment ont-ils réussis à provoquer un désastre du Chaos aussi maîtrisé ? demanda Celenok à Vallia. Je pensais que c’était impossible, l’évolution de Skyva est inquiétante.

— Ils vont revenir et nous devons y être préparés, répondit-elle en éludant la question »


Les Axems en fuite, Ashron et Guidomex reformaient les rangs de l’armée Emeralienne. Les blessés étaient recueillis et conduits vers le centre de commandant de la Vaïncrus, tandis que les soldats traquaient la moindre présence ennemie.

« Un désastre du Chaos tu dis ? demanda Ashron à Pavelox. Tu es sûr de toi ?

— Un tourbillon de néant s’est formé en quelques secondes et a englouti l’armée entière sans rien laisser derrière. »

L’Eraien écoutait mes avait les yeux perdus dans le paysage de désolation qui avait remplacé la belle cité de Syria Val Dillit. Le cycle était en train de se reformer en son sein, signe qu’il avait été rompu par une force destructrice. L’hypothèse d’un désastre du Chaos se vérifiait.

« Eh ! Tu m’écoutes ? lui lança Guidomex.

— Un désastre a bien prit forme ici. Retournons au centre de commandement. »

L’ordre fut relayé et tous prirent la direction des collines pour retrouver le reste de l’armée Emeralienne. En chemin, Guidomex décela la forme d’une silhouette au loin, esseulée et pressée.

« Ashron, interpella-t-il, il y a quelqu’un là-bas.

— Pavelox, Kaien, continuez sans nous et rejoignez les autres. »

Laissant les soldats continuer leur chemin, les deux Eraiens se dirigèrent vers l’ura pour s’assurer de ce que Guidomex avait vu. Autour d’eux subsistait des décombres d’habitation, signe que le désastre n’avait pas été total, comme incomplet.

Tout à coup, des voix s’élevèrent en provenance d’un bâtiment détruit. Les deux combattants contournèrent ce dernier pour surprendre quatre Raeiens : trois contre un.

« Où est-il ?! Dites le moi ! hurla la Raeienne esseulée. »

Mais sans laisser le temps d’une réponse, elle s’élança de rage et tenta une attaque qui fut esquivée aisément.

« Naioji, qu’est-ce qu’il se passe ?! cria Guidomex pour tenter de la raisonner.

— Mon père. Où est mon père ?! rétorqua la Raeienne. Ce sont des Axems !

— Ne l’écoutez pas, elle ment ! Elle a perdu la tête ! rétorqua le Raeien qui bloquait le bâton hudique.

— Naioji, calme-toi ! dit Guidomex en s’approchant lentement d’elle. »

Sans leur laisser le temps de réagir, Ashron s’élança sur l’un des Raeiens pour l’embrocher d’une épée de glace. Guidomex ne chercha pas à comprendre et imita son ami en engageant un autre Axem. En quelques secondes, par des déplacements invisibles à l’œil ne voyant pas le cycle, les ennemis dissimulés sous les traits de Raeiens furent défaits.

« Mais que fais-tu ici ? Pourquoi cherches-tu ton père ? lança Guidomex en essuyant ses lames ensanglantées. »

Mais les sanglots de la Raeienne l’empêchaient de répondre. Son souffle irrégulier ne lui permettait pas de formuler les mots qu’attendait l’Eraien. Soudain, ne sachant plus que faire, elle se jeta dans les bras de ce dernier.

« Il est mort ! Il est mort engloutit par le Chaos de Skyva ! »

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 1 versions.

Vous aimez lire lockeff ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0