Emeralien

5 minutes de lecture

Pétrifié par la peur du néant, Asianus admirait l’horreur de la dramatique scène se déroulant dans Syria. Le maelstrom du Chaos engloutissait toute la Via depuis le centre de la capitale d’Anayanei, jusqu’à son orée dévastée. Quelle était cette hud à l’œuvre ? se demanda-t-il en cherchant à calmer les convulsions qui parcouraient son corps.

« Doyen ! Que fait-on ?! s’écria un Raeien à ses côtés. Quels sont vos ordres ?! »

Mais aucune réponse ne vint le rassurer. La peur mélangée à l’incompréhension empêchait Asianus de raisonner. Malgré l’insistance du Raeien, la solution ne se révéla pas à son esprit.

« Rappelez nos troupes de soutient ! ordonna le Raeien en laissant le doyen sombrer. La retraite est notre seule solution ! »

L’ordre se répandit dans toute l’armée Raeienne qui regardait le maelstrom du Chaos s’estomper, repu d’avoir ingérer autant de Via Raeienne. Dans un mouvement désordonné, les bastions de soutien et d’Asianus organisèrent leur retraite lorsque soudain, les soldats en premières ligne stoppèrent leur fuite, regroupant ainsi de nouveau les troupes qui se délitaient.

« Soldat ! Pourquoi stoppez-vous la marche ? »

Mais les mots étaient inutiles car la réponse s’étaient formée devant eux, au loin. Un front de combattants les encerclaient et bloquaient toute fuite.

« Des renforts ? se demanda à voix haute un soldat, tout en se tournant vers Asianus. Pourquoi n’avons-nous pas été informés ? »

Mais le doyen resta désespérément muet face au mur de Raeiens maintenant formé autour d’eux. Ses yeux cherchaient des réponses, lorsqu’une silhouette bleue parsemées d’écailles émergea de la foule de prédateur prêt à fondre sur leurs proies.


Agar, Pavelox clignait des yeux pour recouvrer complément la vue. Face à lui, le néant retourna au sein de son abîme pour laisser le paysage dévastée se reformer. Comme ses compagnons d’arme restés en retrait, le Raeien vit l’armée qui les encerclait, avançant inexorablement vers eux pour refermer le piège mortel.

« Kaien ! Tu vas bien ? demanda-t-il au Raeien qui se titubait à ses côtés.

— Il ne manque aucune partie à mon corps. »

Pavelox s’approcha pour l’aider à complémentent se relever.

« Ils arrivent ! Nous devons partir ! suggéra Pavelox en pointant les soldats qui commençaient à se confronter.

— Ils ont refermé ce piège odieux et ils viennent nous achever !

— Il n’y a plus grand-chose à finir »

Devant eux, la vague de Raeiens possédés déferla dans leur direction. Soudain, une déflagration vint briser la ligne ennemie, perturbant l’assaut. Rapidement suivies par d’autres, les explosions décimèrent l’adversaire au gré des impacts de hud au sol.

Mais pas suffisamment.

Pavelox usa de sa double hache pour déchiqueter les ennemis l’atteignant, tandis que Kaien tranchait le plus d’Axem avec sa grand épée. Le guerrier des montagnes de Drihurla Man Ran et le vétéran de la Vaïncrus se coordonnèrent pour résister à l’assaut.

« Il y en a d’autres qui arrivent. prévint Pavelox en fixant une nouvelle vague sur sa droite.

— On ne va pas tenir longtemps.

— Mais d’où pouvaient bien venir ces explosions ? se demanda le Raeien en balayant l’horizon du regard »

Puis il comprit.

Dix gigantesques carcasses métalliques assombrissaient le noir paysage d’Anayanei. Bien plus imposante qu’un aérostate, ces vaisseaux de technologie inconnue des deux Raeiens crachaient une infinité de salves hudique qui s’écrasaient sur les Axems au sol. Submergés, leur rang se disloquait et peinait à se reformer.

« Les Emeraliens ! Ils ont réussi, dit Pavelox en se laissant gagner par l’espoir. »

Maintenant aux dessus d’eux, les forteresses volantes continuaient à nourrir les positions Axem de leurs attaques destructrices. Soudain, des portes crissèrent pour laisser sortir de petits aéronefs qui vinrent se poser non loin des deux Raeiens. Le temps pour Pavelox et Kaien de s’en approcher et les troupes Emeraliennes avaient pris position pour faire face aux ennemis de Rae.

« Enfin ! lança Pavelox qui reconnut Ashron au sein de ses pairs.

—Nous ne sommes pas venus seuls. »

D’un seul mouvement, déroutant par l’ordre avec lequel il fut exécuté, les Emeraliens se ruèrent sur une vague Axem arrivante. Derrière cette dernière, les rangs brisés de la Vaïncrus à la déroute furent reformés par le soutien d’Emeraliens débarqués des autres forteresses de fer.

Ashron s’avança et posa la main sur l’épaule de Pavelox.

« Fratas. Vos ordres ? lui demanda un Emeralien.

— Nous devons consolider cette position pour établir une ligne infranchissable. Qu’un quart des soldats restent ici et protègent les cruisers. Les autres, en avant !

— Bien fratas ! »

L’instant d’après, les armes se mirent à parler, s’exprimant par contact et chair déchiquetée. Emeraliens, Eraiens et Raeiens se confrontaient aux Axems dans une bataille explosant de cris, de sang et de fracas métallique. Des huds se manifestèrent pour briser les positions de chaque armée, laissant les éléments de Via devenir destructeur.

L’équilibre de la bataille mit peu de temps à se mettre en place. Pour un mort dans un camp, l’équivalent ne se faisait pas attendre dans l’autre. Malgré les ruisseaux carmin qui se former sur le sol du combat, la rage animant les confrontations ne s’estompait guère.

Soudain, Ashron stoppa son avancée pour toiser les trois adversaires face à lui.

« Enfin, leur lança-t-il. Fini de se cacher derrière vos hôtes. »

Les trois Axems à la peau bleue écaillée, ornée d’habit d’une civilisation inconnue, saisirent leurs armes et s’élancèrent. L’instant d’après, Ashron avait disparu pour engager le combat, accompagné de Guidomex qui usa de ses driaxes pour porter le premier coup.

« Concentrons-nous sur celui à la grande épée, il peut voir le cycle ! lança un des Axems.

— Lui seulement ? rétorqua un autre surpris de la stratégie. »

Les yeux bleus, sans pupilles et la sclérotique baignant dans l’azur, Guidomex lança sa driaxe sur ce dernier, qui l’évita sans pouvoir stopper la deuxième qui s’enfonçait déjà dans son dos. Poussée par Guidomex qui avait exécuté un mouvement d’une célérité presque Eratosienne, la lame dévora ses entrailles jusqu’à provoquer sa fin Ervilienne.

De son côté, Ashron se confrontait aux deux autres entités. Laissant Ragnarok s’exprimer, il balaya de ses assauts destructeurs ses ennemis, sans pour autant prendre l’avantage. Ces derniers profitèrent du surnombre pour coordonner leurs assauts, ne laissant que peu de répits à l’Eraien entre esquive et parade pour contre-attaquer.

Le salut vint de son ami qui perturba le tandem avec ses driaxes habilement lancées. Aerouantskorn se forma ensuite pour attaquer, tandis qu’Ashron brisait l’harmonie des assauts Axem en se glissant entre eux, pour trancher le bras de l’un, puis la tête de l’autre. L’instant d’après, Guidomex planta un driaxes dans le corps immobilisé du dernier vivant, pour ensuite enfoncer l’autre entre ses deux yeux aux couleurs de la Via.

Les trois Executors Primas avaient rejoint l’Arvilia.

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 1 versions.

Vous aimez lire lockeff ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0