Narue

5 minutes de lecture

Les mots lui parvenaient mais elle écoutait à peine. Confortablement installée, ses fins doigts bleus tapotant l’accoudoir gauche, Skyva fixait l’Axem en face d’elle, sans le regarder. Soudain, parmi toutes les balafres inintéressantes, quelque chose retint son attention.

— Les Eraiens ? dit-elle comme si elle n’avait pas entendu.

— Toujours prisonniers MaSeigneure. Conformément à vos souhait, ils attendent votre arrivé, bien traités, répondit l’Axem en attendant vainement une réponse. Nous avons reçu le dernier rapport de Raylia. Tous les Axems vous y sont fidèles. Hasrabel s’en est assurés.

— Emerala ? soupira SaSeigneure.

— Silence total. L’Alter Communatisme préconise de nous y rendre au plus tôt. L’ordre doit y être instauré, telles sont leurs paroles.

— Ce n’est pas la priorité, coupa Skyva agacée. Que l’Alter se focalise sur la mission que je lui ai donnée.

— Bien Maseigneure.

— Quelle est la situation sur Akmmar?

— Nous sommes actuellement en route vers Iriam Lest. Illuel nous attends et est impatient de vous faire part de ses réussites.

— Sont-elles totales ?

— Non Maseigneure. Guoria Ket reste fidèle à Ryva.

— Les idiots… Notre peuple ne peut que s’unifier, ou périr.

— Illuel a envoyé un émissaire pour parlementer. Il est revenu sans tête.

— Il n’est plus temps de parlementer mais d’imposer. Qu’une armée se prépare !

— Bien Maseigneure.

— Et après cet intermède, je veux que l’aérostate soit prêt pour m’emmener sur Raylia. D’anciennes connaissances m’attendent.

— Bien Maseigneure ! »

Après s’être raidit de tout son long, l’Axem tourna les talons et laissa Skyva seule. Cette dernière pouvait enfin laisser la satisfaction feinte de son visage s’effacer. Tout allait bien, tout se passait comme espéré et voulu. Seule une inconnu devait être levée. La mission de l’Alter : Ashron et Vallia.


Les terres de Raylia s’élevaient à l’horizon depuis que les premiers rayons du premier Solar éclairaient le bateau. A sa barre, Kaien dirigeait l’embarcation vers la côte.

« Eh là-dedans ! Terres en vue ! »

Rapidement, Ashron le rejoignit et scruta les falaises. Leur pente abrupte laissait présager une escalade périlleuse. Il plissa alors les yeux et continua de balayer les côtes jusqu’à apercevoir une plage permettant un accostage moins hasardeux.

« Là-bas ! »

D’une main ferme, le Raeien vira de bord et aligna la pointe du bateau sur leur destination. Ashron s’assit sur le banc à l’intérieur du carré, bientôt rejoint par Vallia et Naioji.

« Je vais vous expliquer comment nous allons procéder, commença l’Eraien en balayant les regards tournés vers lui. Guidomex, Hellie et Pavelox sont certainement enfermé au campement de Narue. Cet endroit est bien gardé donc idéal pour enfermer de dangereux ennemis.

— Dangereux ? interrogea Naioji

— Malgré toutes les palabres qu’elle peut débiter, Skyva nous craint, répondit Vallia en serrant les dents.

— Donc elle ne va pas prendre Guidomex et Hellie à la légère, compléta Ashron.

— As-tu une idée du nombre d’Axems qui s’y trouvent ? demanda Kaien.

— Aucune. J’espère juste que beaucoup seront partis à Issyia Miel ran.

— Et comment allons-nous faire pour sortir vos amis de Narue ?

— Une diversion, répondit Ashron sûr de lui. Nous allons nous séparer en deux groupes : L’un s’infiltrera dans le camp et fera le maximum de dégâts, pendant que l’autre cherchera nos amis. Comme ça, pas d’affrontement direct.

— Et qui fera diversion ?

— Naioji, Kaien, qui de vous deux est le plus puissant en hud ?

— Moi, sans aucun doute, répondit Naioji.

— Alors toi et moi allons faire diversion, pendant que Vallia et Kaien iront chercher nos amis. Voici comment nous allons faire. Nous devrons invoquer nos huds à large effet pour instaurer le désordre dans le camp. Pendant la pagaille, Vallia et Kaien, vous aurez la possibilité de les chercher.

— Mais ça risque de prendre du temps.

— Cherchez une tente ou un bâtiment gardé. Malgré tous les dégâts que nous allons causer, je reste certains que les Axems garderont le lieu ou sont enfermés Guidomex, Hellie et Pavelox. Puis vous les exfiltrez et ce n’est que lorsque vous êtes à bonne distance du camp que vous nous prévenez. »

Tandis que chacun écoutait la stratégie d’Ashron, la coque du bateau émis à crissement, signe que le rivage était atteint. Vallia fut la première à se lever pour quitter l’embarcation, suivit par les autres. Fermant la marche, Ashron posa sa main sur le bras de Naioji.

« Si je te dis de fuir, tu le fais sans me poser de question. »

Puis il la dépassa pour rejoindre l’Eraienne qui prenait la direction de Narue.

Après une marche d’une heure entourée par les couleurs chatoyantes de Raylia, le camp était en vue. Posté à bonnes distances, Ashron scrutaient son entré, attendant le moment pour agir.

« Dès qu’on commence à faire du bruit, vous nous précédez et cherchez nos amis. Quand vous les avez trouvés, vous partez sans vous préoccuper de nous, ordonnât-t-il tout en fixant les gardes qui s’éloignaient de l’entrée. On y va ! »

Il était temps de passer à l’action. Ashron avait remarqué le timing de la ronde des gardes. Ils avaient cinq minutes pour pénétrer dans Narue sans se faire voir.

Suivi par Naioji, l’Eraien s’élança le dos courbé et courra droit devant lui. A l’intérieur du camp, il se posta le long de la première tente et attendit d’être rejoint par Naioji. Puis il se releva, toujours dos courbé, et s’élança vers la prochaine. Le bruit des soldats présents couvrait leur pas, et l’agitation qui régnait aidait à leur progression.

Par succession de course et arrêt le long de tente, les deux compagnons arrivèrent au niveau d’une d’entre-elles entourée de caisses. « Des vivres peut être ?» se demanda Ashron. Peu importait, c’était l’endroit idéal.

« Naioji, commença l’Eraien qui vit les yeux de la Raeienne se focaliser sur lui. Je vais commencer en lançant mes huds sur les tentes, droit devant. Pendant ce temps, tu me couvres et fait tout pour qu’aucun Axem n’arrive jusqu’à moi. Soit vigilante car je vais bouger le plus possible pour ne pas qu’il m’atteigne. Mais toi, tu ne dois surtout pas te faire repérer.

— Compris ! »

Ashron se mit à découvert et se dirigea vers la tente la plus proche, tandis que Naioji restait en arrière, cachée derrière les caisses. Pendant qu’il marchait lentement vers eux, les soldats qui déambulaient s’arrêtèrent pour fixer le guerrier.

« Mais t’es qui toi ? demanda l’un d’eux.

— Personne. répondit l’Eraien en s’immobilisant. »

Puis il montra ses mains, comme pour montrer signe de reddition. Le soldat les fixa et vit deux petites sphères s’en élever, pour rapidement s’élancer vers eux pour l’une, et vers la tente pour l’autre. Sans qu’aucune riposte ne leur soit possible, les soldats admirèrent la puissance destructrice d’Ultima, gravant à jamais ce ballet azuré dans leur esprit.

Cachée, Naioji admira le souffle de la plus puissante hud de l’Eraien. Le bruit et la destruction était telle que l’espace d’un instant, elle se demanda à quoi elle allait pouvoir lui servir, jusqu’à apercevoir deux soldats qui courraient vers Ashron.

Reprenant ses esprits, la Raeienne murmura son attaque et façonna sa Via pour lancer l’ouragan destructeur qui les emporteraient. Le vent émergea du cycle pour envelopper les soldats qui s’approchaient de l’Eraien, et Stiermano se leva pour les emprisonner et les cisailler par la force hudique générée.

De son côté, Ashron progressaient dans le camp en incantant tout son répertoire, sans laisser le temps aux Axems présents de fuir ou de comprendre. Cette bataille se devait d’être longue, il devait laisser le temps à sa compagne et au Raeien de sauver leurs amis.

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 1 versions.

Vous aimez lire lockeff ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0