Asianus

4 minutes de lecture

Le claquement des doigts d’Aviore réveilla Naioji qui s’assoupissait dans le canapé. A ses côtés, Kaien et son père expliquaient aux deux Eraiens la raison de leur présence. Ils espéraient convaincre Asianus Vrelkin, le doyen de Jafar mais surtout, l’ancien chez de la Vaïncrus, écarté depuis l’arrivée de la Communauté de Skyva.

Un Raeien fit irruption dans la pièce. D’un âge avancé, ses longs cheveux noirs tombant au bas du dos, il vint s’assoir en détaillant Ashron et Vallia.

« Alors vous venez d’une autre planète ? demanda-t-il d’une voix rauque sans détour.

— Era, répondit succinctement Ashron en soutenant le regard interrogateur de son interlocuteur.

— Bien, nous voilà sauvés ! rétorqua-t-il en lançant un regard ironique à Kaien.

— Attends de savoir… commença le Raeien

— Je n’ai que faire des promesses d’inconnus, coupa Asianus. Trop de Raeiens sont morts dans un combat perdu d’avance. Ces choses sont effrayantes, bien plus avancées que nous et tellement plus puissantes, telles des Dieux.

— Elles ne sont pas invincibles ! contredit Naioji en criant. »

Asianus se redressa pour fixer la jeune Raeienne dans les yeux. Invincible est ce qui décrivait le mieux les Magisterius depuis qu’il les avait combattu pour la première fois. Il devait en être certains.

« Des rumeurs circulent sur vous, Ashron le petit étranger aux oreilles arrondies. Les deux cadavres dehors, c’est vous ? demanda Asianus à l’ancien Executor Prima.

— Les Axems sont des ennemis que nous connaissons bien. Ce que vous voyez dehors n’est que la répétition de ce que nous avons déjà fait sur notre planète, répondit Ashron en visualisant le cycle.

— Que faites-vous ? demanda le Raeien en voyant les iris de son interlocuteur disparaitre.

— Votre peur, elle est perceptible par votre Via. Et je vous comprends tellement.

— Si vous la laissez guider vos choix, vous disparaitrez, compléta Vallia en posant une main sur le genou d’Ashron. Vous devez vous rebeller. Vous devez réagir ou sinon…

— Sinon quoi? Que peut-il arriver de pire ?

— Rae sera détruite. L’Axem ayant pris la place de Ryva est bien plus redoutable. Elle n’épargnera rien tant que son désir ne sera pas assouvit. Et pour ça, la Via de Rae lui est indispensable pour recréer sa planète.

— La théorie de la création de Rae énonce en effet que nous sommes nées de la mort d’une autre, d’un autre cycle de la Via. Et, dit le doyen en tournant son regard vers Naioji, la théorie de Naioji précise qu’une autre planète a également été créée, la vôtre. Peut-être souhaitez-vous nous utiliser pour protéger Era ?

— Pensez ce que vous voulez, répondit Ashron en se levant. Votre avenir ne concerne que vous. Mais je ne vous suivrais pas dans cette voie »

Voyant les Eraiens quitter la pièce, Kaien se précipita à leur suite.

— Où allez-vous ? voulut-il savoir.

— Raylia, répondit Vallia en se tournant vers le Raeiens. Nous avons trop attendu, nous devons récupérer nos amis. Puis nous partirons »

Kaien se figea un instant. Les Eraiens s’étaient résignés, tout comme lui il y quelques années. Cette idée l’effrayait, il ne voulait pas réitérer cette erreur.

« Et comment vous allez faire ça ? demanda Naioji en surgissant de derrière le Raeien.

— Ce détail sera réglé en route, répondit Ashron en reprenant sa marche vers la sortie.

— Détail ? répondit la Raeienne agacée. Tu vois le cycle mais tu n’y comprends rien ! Sans moi, tu ne découvriras pas comment voyager d’un cycle à l’autre, c’est certain !

— Elle n’a pas tort Ashron, approuva Vallia en souriant.

— Si Naioji vous accompagne, alors moi également, ajouta Kaien. Je veillerai sur elle pendant qu’Aviore reste ici à convaincre la Vaïncrus de renaître.

— Faites comme bon vous semble, répondit Ashron résigné. »

Guidomex bailla à s’en disloquer la mâchoire. « Depuis combien de temps n’avait-il pas dormi dans un lit aussi confortable ? » se demanda-t-il en parcourant du regard l’endroit vide de ses amis. Baisant les yeux sur ses bras bandés, son aise se transforma en étonnement d’être choyé.

La porte de la pièce s’ouvrit et Guidomex écarta l’éventualité d’un sauvetage en parcourant l’Axem lui faisant face.

« Tu te sens mieux ? demanda Eavael en conservant une certaine distance.

— Pourquoi suis-je ici ?

— Pour une raison qui m’échappe, Maseigneure souhaite ton bien-être.

— Maseigneure? Bien-être ?

— Les choses ont quelque peu changé durant ton séjour au cachot. Ryva n’est plus et les Axems sont enfin réunis en une seule Communauté.

— Skyva, devina Guidomex. Alors elle est de retour ?

— Sois heureux de cette nouvelle Eraien. Vous allez voir la naissance de l’empire Axems, en commençant par le retour de notre chère planète mère.

— Où sont Hellie et Pavelox ? demanda Guidomex en ignorant les palabres de son interlocuteur.

— Sois sans crainte, ils sont saufs. Eux aussi ont le droit au même traitement. Maseigneure vous accorde une haute importance. Va, tu peux les rejoindre si tu le désires »

Péniblement, Guidomex se leva et suivit Eavael hors de la chambre. L’endroit était calme et éclairé, au point que l’Eraien dû habituer ses yeux aux rayons des Solars irradiant le couloir.

« Il y en a assez pour toi également. » dit Eavael en arrivant là ou Hellie et Pavelox se restauraient, avant de les laisser seuls.

— Vous allez bien tous les deux? demanda immédiatement Guidomex en s’approchant de ses amis.

— Ca va mais je ne comprends pas ce que nous faisons ici. répondit l’Eraienne.

— Pourquoi nous enfermer pendant plusieurs jours pour ensuite nous traiter correctement ? s’interrogea Pavelox.

— Skyva, répondit Guidomex. Elle est de retour et a vaincu Ryva pour unifier les Axems. Inutile de se faire des idées, ce repas est certainement notre dernier.

— Qui est cette Skyva ? demanda Pavelox en tentant d’apaiser la peur naissante d’Hellie. »

Guidomex s’appliqua à raconter toute leur histoire au Raeien, prenant soin de n’omettre aucun détail. Au moins, il saurait qui viendrait mettre fin à ses jours.

— Elle semble plus sanguinaire que Ryva, dit le Raeien légèrement inquiet.

— Nous devons garder espoir. rétorqua Guidomex posant une main sur celle d’Hellie.

— Espoir ? répondit Pavelox. Je ne vois pas vraiment ce qui pourrait nous sauver.

— Pavelox, rétorqua Guidomex en le fixant. Nous l’avons déjà vaincue une fois ! »

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 1 versions.

Vous aimez lire lockeff ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0