Mère

3 minutes de lecture

Sombre et calme, comme endormie, la pièce ou s’était installée Skyva ne laissait aucun rayon des Solars y pénétrer. L’Axem, impassible, assise sur un fauteuil que le temps avait endommagée, elle fixait un écran surchargé de données.

« Et les terres de Raylia ? interrogea-t-elle à l’un des Axems devant elle.

— Les troupes dissidentes de Ryva ne sont plus, Maseigneure.

— Et les Eraiens ?

— Ils sont toujours nos prisonniers. Nous sollicitons vos désirs.

— Il me tarde de converser avec eux. Gardez-les en état de parler, répondit Skyva en esquissant un sourire malicieux.

— Oui Maseigneure !

— Quand aux autres Terres ? La communauté de Ryva ne doit plus être.

— Votre victoire sur Ryva, traitre à la Communauté vicotrieuse, se répand dans tous Rae. Les terres d’Anayanei se rallient à vous. Pour Akmmar, nous manquons cruellement d’information. Si je peux me permettre, je propose de les désigner comme prochain objectif et d’y débarquer. En force.

— Faites ce qu’il faut. Prenez autant de soldats que nécessaire.

— Bien, Maseigneure.

— Et Emerala ?

— Nous n’avons aucune donnée concernant ces Terres.

— Chaque chose en son temps. Nous avons fort à faire avec Akmmar. Préparez mon départ !

— Vous venez avec nous ? »

Mais aucune réponse ne vint de Saseigneure, et l’Axem ne chercha pas à la relancer, préférant quitter les lieux avec son acolyte. Après un temps à rester pensive, Skyva les imita et quitta la pièce. Dehors, elle balaya son regard sur les décombres de Syria Val Dillit. « Il me faut trouver un autre endroit où résider » pensa-t-elle en souriant.

Sans prévenir, la nostalgie enserra son être. Sa guerre millénaire contre Ryva était finie et elle avait vaincue. Sa sœur devait avoir rejoint l’Arvilia sans aucun moyen de revenir, et elle s’assurerai que cette dernière y réside pour l’éternité. Enfin les Axems étaient unifiés sous une même Seigneure, elle, Laseigneure de la race antique de l’Ervilia.

La nostalgie de l’Axem la poussa à se remémorer son enfance sur Are. Sa mère, la dernière Seigneure unique des Axems, les avait toujours malmenées elle et sa sœur, tout comme son peuple. « Tu dois t’endurcir pour mener notre Race aux confins de l’Ervilia » disait-elle constamment. Et c’est parce qu’aucune d’elles n’était assez digne à ses yeux qu’elle provoqua leur lutte fratricide.

Jamais elle n’oublierait ce moment. A l’approche de sa fin, sa mère diffusa ces dernières volontés à l’ensemble des Areiens. « La nouvelle Seigneure sera la triomphante de l’autre, une seule doit survivre ». Ces mots raisonnaient encore dans l’esprit meurtri de Skyva. « Comment une mère peut-elle provoquer une telle lutte à mort ? » pensa-t-elle en laissant ses pas la guider au hasard.

Soudain, cet horrible sentiment transperça son ventre, encore. Cette même émotion ressentie à la trahison d’Ashron. Malgré ses maltraitances, Skyva aimait sa mère profondément, tout comme elle aimait Ashron. Et comme pour sa mère lorsqu’elle ne l’a pas choisie, Skyva ressentait maintenant une haine aussi profonde et solide que son amour envers lui.

Recréer Are devait être son principal et seul objectif, se reprit Skyva. Mais si détruire tout ce qu’il aime et le posséder pour l’éternité était possible, alors elle ne s’en priverait pas.

« Bienvenue Maseigneure ! lança un Axem à Skyva qui entrait dans un bâtiment prestement bâtit.

— Si vous voulez bien nous suivre, ajouta un second en se positionnent devant elle, tête baissée. »

Les bruits de pas des trois Axems raisonnaient tout le long du couloir. Aucun mot ne fut enchanté entre eux, et le chemin fut long. Soudain, une gigantesque pièce vint terminer leur marche. A l’intérieur, une imposante colonne éclairée de bleu trônait en son centre. Autour, une foule d’Axems s’affairait et l’un d’entre eux se dirigea vers Skyva.

« Maseigneure, je suis ravie de vous voir, lui dit-il avec respect.

— Ca avance ? demanda Skyva.

— Oui comme prévu. Nous avons compris le fonctionnement du générateur mais il nous reste encore beaucoup d’élément technique à mettre au point. expliqua l’Axem.

— Je comprends maintenant pourquoi ma sœur n’exterminait pas les Raeiens. Avec une telle machine, les sacrifices sont inutiles.

— Je reste fasciné par cette chose. reprit l’Axem en admirant la colonne au sommet imperceptible. Elle est d’une incroyable complexité et son utilisation nous impose d’être très prudents. A l’évidence, nous devront être loin lorsque nous l’activerons.

— Loin comment ?

— Je dois encore l’étudier mais à mon avis, il nous faudra être en dehors du champ de gravité de la planète pour éviter d’être également aspirée.

— Nous allons utiliser les aérostates construis par ma sœur pour nous mettre hors de portée. Et ensuite, ce sera au tour de mon objectif ! »

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 1 versions.

Vous aimez lire lockeff ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0