Naioji

4 minutes de lecture

Les chauds rayons des Solars caressaient le visage tuméfiés de l’ancien Executor Prima. Chaque pas qu’il faisait le fatiguait, au point que Vallia devait parfois lui prêter une épaule pour ne pas trébucher. Après quelques heures de marche dans le paysage cendré, une petite cité apparu à l’horizon, signe que leur destination était atteinte.

A son orée, Vallia fut frappé par la palette de couleurs de Jafar Ket Den, tranchante avec la flore charbon d’Anayanei.

« Tu es sûr de tes amis ? demanda péniblement Ashron.

— Ce sont d’anciens Vaïncru. Ils nous aideront, soit en assuré.»

Après une courte marche parmi les échoppes et commerces bariolés de Jafar, le groupe fit halte devant une chatoyante maison arrondie. Kaien les invita à attendre et se dirigea pour toquer à sa porte.

« Kaien ? dit une jeune Raeienne après avoir ouvert le portillon.

— Naioji, heureux de te revoir.»

Immédiatement, cette dernière sauta dans les bras du Raeien, l’obligeant à maladroitement conserver son équilibre. Puis, reculant son fin visage surmonté de courts cheveux roux, elle lui adressa un sourire sincère, avant de dévisager les deux Eraiens derrière lui.

« Des amis à toi ? demanda-t-elle à Kaien.

— Nous avons besoin d’aide, l’un d’entre eux est blessé. »

Plissant les yeux en les dévisageant, le regard de Naioji changea en remarquant les oreilles arrondies d’Ashron et de Vallia. Intriguée, elle s’approcha au point de provoquer la méfiance de Vallia. Naioji lui adressa alors un sourire espiègle.

« Les amis de Kaien sont mes amis, peu m’importe leur origine. »

Vallia détendit alors son corps et lui rendit son sourire.

« Je me nomme Vallia et voici Ashron. se présenta-t-elle.

— Suivez-moi, nous avons de quoi vous soigner »

A l’intérieur de la maison, l’atmosphère chaleureuse reposait déjà Vallia. Assis en train d’étudier une carte, le père de Naioji, Aviore releva les yeux et les accueillis en se levant.

« Bienvenus chez moi ! leur dit-il chaleureusement.

— Merci pour tout. répondit Vallia, avant de se faire entrainer par Naioji dans une chambre avec Ashron. »

— Je vais vous chercher de quoi manger, dit-elle à Vallia en l’aidant à allonger l’Eraien. Restes ici avec lui, je reviens »

Vallia remercia encore Naioji qui lui répondit par un signe amical de la tête en quittant la pièce, puis se tourna vers Ashron.

« Tu peux dormir maintenant, nous sommes en sécurité, chuchota-t-elle à l’Eraien qui s’était déjà assoupit. »

Les yeux inquiets, Vallia l’observa longtemps. Les stigmates de son dernier combat jonchaient son corps. Combien d’autres viendraient encore s’y ajouter ? se demanda-t-elle en cherchant à soigner les plus suintants.


Dans la cuisine, Naioji préparait un repas pour ses invités Eraiens. Son sourire en disait long sur l’excitation qu’elle ressentait d’avoir des invités.

« Qui sont-ils ? demanda Aviore à Kaien en regardant sa fille s’affairer.

— Ils viennent de loin, répondit Kaien. Ce ne sont pas des Raeiens.

— Que veux-tu dire ? Pas Raeiens ? Ils sont quoi alors ? demanda Aviore en regardant les yeux curieux de Naioji les épier.

— Era, commença le Raeien. Ils viennent d’un autre monde que le nôtre.

— Tu veux dire Emerala ?

— Non, tu as bien compris ce que j’ai dit. Ils leur ressemblent mais ce ne sont pas des Emeraliens. Ce sont les Axems qui les ont amenés ici. dit Kaien en tournant les talons pour aller s’assoir. Viens, je vais tout te raconter. »


Kaien prit soin de n’omettre aucun détail important, tout en écourtant les détails.

« Nous avions donc bien raison de nous méfier des Axems ayant intégré la Vaïncrus. Nous ne sommes que les instruments de leur lutte clanique dit Aviore.

— La communauté de Ryva va être vaincue par cette Skyva. Elle a manipulé les Eraiens et œuvré pour tuer sa sœur. Les Axems vont devoir s’unir derrière une seule cheffe maintenant.

— Ryva ou cette Skyva, cela ne change rien de toute façon, conclut Aviore en posant ses coudes sur ses genoux. Je me souviens maintenant du nom d’Ashron. Il est plusieurs fois revenu après l’arrivée des Axems. Des rumeurs circulaient qu’un guerrier venant d’un autre monde combattait aux côtés de la Vaïncrus.

— Ces deux Eraiens possèdent une grande expérience des Axems, assura Kaien en fixant son ami. Nous devons reprendre les armes. Nous devons régir.

— A quoi bon ? contredit Aviore. La communauté de Ryva va se fédérer avec celle de cette Skyva et ils contrôlent la Vaïncrus. Il n’y a qu’en se faisant oublier qu’on peut espérer survivre.

— Tu te berces d’illusion mon ami! Les Axems ne vont pas simplement nous laisser vivre tranquillement. Ils ont un but et il est incompatible avec notre survie.

— Père! coupa Naioji qui avait fini sa cuisine »

Surpris de la voir, Aviore dévisagea sa fille dont le visage n’était plus aussi espiègle que tout à l’heure.

« On doit faire quelque chose ! On doit les aider ! lança Naioji naïvement. Vivre en se cachant, ce n’est que retarder l’inéluctable !

— Tu as toujours voulu te battre, je ne le sais que trop bien, mais je ne te laisserais pas faire. Nous vivons ainsi depuis maintenant plusieurs années et la communauté nous laisse tranquille.

— Mais cela ne durera pas ! coupa Vallia qui venait de pénétrer dans pièce. Skyva n’est pas comme Ryva. Ces méthodes, je les connais bien. Elle n’hésitera pas à posséder tous les Raeiens possibles et à tuer tous les autres, sans discernement, jusqu’à ce que son but soit atteint.

— Mais de quel but vous parlez à la fin ? demanda Aviore agacé.

— La collecte de la Via de Rae, répondit Vallia en fixant le Raeien. Ce n’est qu’en faisant cela qu’elle pourra recréer sa planète perdue.

— Aviore, sans toi nous ne pouvons pas fédérer les Raeiens restants, reprit Kaien. Avec les Eraiens, peut-être avons-nous une chance ? »

Submergé d’informations, Aviore marqua un temps de pause en fermant les yeux. Malgré cela, il devinait le regard insistant de Naioji sur lui. Il prit alors une grande inspiration.

« Pensez-vous pouvoir vaincre cette Skyva et sa Communauté ? demanda-t-il à Vallia.

— Je ne peux pas te l’assurer. Mais nous l’avons déjà vaincu une fois

— Prenez tout le temps dont vous avez besoin pour vous reposer ici. conclut Aviore en se levant. Je vais voir ce que je peux faire.»

La fierté se lisant dans ses yeux, Naioji fixa son père quitter la maison, puis s’empressa de porter sa préparation culinaire à Ashron qui dormait à l’étage.

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 1 versions.

Vous aimez lire lockeff ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0