Ryva

7 minutes de lecture

Autour d’eux, aucun mélange de couleurs ne vint caresser leur rétine. C’est la profondeur de leur absence qui dessinait le paysage d’Anayanei. Le noir, à perte de vue, rendait pénible la distinction de la végétation. L’endroit semblait dispensé de vie, comme si le feu avait ravagé la faune et la flore.

Pendant le trajet, Ashron détailla sa stratégie.

« Ryva s’attend à ma venue, c’est certain, commença-t-il. Lorsque j’étais prisonnier à Guoria Ket, les Magisterius m’ont maintenu en vie. Seule Ryva aurait pu donner un tel ordre.

— Tu bases ta déduction sur cette seule supposition ? demanda Vallia.

— Il est impossible qu’elle n’ait pas eu vent de notre présence, répondit Ashron, l’air grave. Elle sait que Vallia, Guidomex, Hellie et moi sommes sur Rae. Et elle sait qui nous sommes.

— Peut-être mais ce n’est pas ce qui va garantir notre survie.

— Elle est en guerre avec Skyva depuis des milliers d’années et nous l’avons vaincu. Pas elle. Savoir comment nous avons fait la pousse à nous rencontrer.

— Donc on va pouvoir entrer dans Syria et causer, mais pourrons-nous en ressortir ? demanda Kaien.

— C’est la partie incertaine de mon plan.

— Bah, ce qui doit arriver, arrivera, conclut Kaien en frappant des mains. »


Les premières habitations émergèrent de la sombre végétation les accompagnants depuis le début de leur marche. A mesure qu’ils avançaient, Ashron remarqua les Raeiens, de plus en plus nombreux, qui vaquaient à leurs occupations sans prêter attention à leur présence. Parfois, des regards leur étaient jetés, furtifs, sans jamais qu’ils ne croisent les leurs.

Soudain, deux Raeiens armés se distinguèrent du flot régulier d’habitants. A la vue des deux Eraiens et de Kaien, leurs yeux s’écarquillèrent, pour rapidement se détourner d’eux. Feignant de les ignorer, les deux soldats changèrent de direction et continuèrent leur chemin, dans un sens opposé.

« Kaien, tu connais la cité ? demanda Ashron qui ignora l’attitude bizarre des autochtones. Où se trouve le bâtiment le plus imposant ?

— Dans le quartier commerçant, à l’ara de la cité, répondit Kaien en regardant s’éloigner les deux soldats. Pourquoi ?

— C’est là qu’elle se trouve. »

Leur avancé continua calmement, noyés dans la masse de Raeiens. Chaque soldat croisé détourna de son chemin à leur vue. Et les habitants de Syria semblèrent ne pas les voir, s’écartant de leur chemin gracieusement.

« Elle sait et nous attend, confirma Ashron en adressant un regard à ses compagnons. »

Toutes les maisons et bâtiments se ressemblaient. Comment Kaien peut-il savoir que nous sommes sur le bon chemin? se demanda Vallia en observant les lignes droite formées par l’urbanisme de la citée. Mais la géométrie ordonnée n’était pas ce qui la surprenait le plus. C’était les façades des bâtiments, vierges de fenêtre permettant à la lumière naturelle des Solars de pénétrer dans leur intérieur, qui surprit le plus Vallia. Après avoir vu autant de nouvelles choses sur Rae, l’Eraienne était toujours aussi surprise par une façon de penser, et de vivre, aussi différente de la leur.

Les trois compagnons étaient maintenant devant l’imposante porte gardant le plus imposant bâtiment de Syria Val Dillit. Sans qu’aucun d’entre eux n’esquisse un mouvement, un bruit métallique d’engrenage s’éleva depuis la porte qui commença un long mouvement d’ouverture.

Soudain, un frisson parcouru Vallia. L’idée de se retrouver face à un Axem aussi puissant que Skyva provoquait peur et curiosité à la fois. Se ressaisissant et en appelant à son courage, elle emboita le pas d’Ashron et de Kaien, les mains sur le manche de ses épées.

Vide et plongé dans une profonde obscurité, le bâtiment laissait entrevoir de hauts murs sombres et ornementés de sculptures Raeienne complexes. Ashron laissa son regard parcourir les fresques, mais ses yeux peinèrent à en discerner la signification.

Tout à coup, un écho de bruits de pas incita le groupe à stopper sa marche.

« Bienvenue. Ashron, Vallia et vous, qui que vous soyez, dit une voix douce en provenance d’un balcon au-dessus d’eux. »

Ashron scruta attentivement l’étage, puis remarqua une silhouette au reflet bleue. A mesure que ses iris s’habituèrent à l’obscurité ambiante, la créature leur faisant face prit forme et se distingua.

Un Axem.

« Ryva, lança Ashron.

— Quelle plaisir d’enfin te rencontrer. lui répondit-elle.

— Plaisir non partagé.

— Alors pourquoi être ici à me faire face, si ce n’est pas pour le plaisir de se rencontrer ?

— Nous avons besoin de réponses.

— Et je suis enclin à te les donner. C’est le moins que je puisse faire pour toi.

— Est-ce qu’il existe une troisième communauté ? demanda Ashron sans détour.

— Bien sûr que non, répondit l’Axem amusée. Votre Vaïncrus n’est que la réminiscence de la communauté de ma très chère sœur, cherchant par tous les moyens à ne pas sombrer.

— Alors nous avions raison. dit Vallia déçue de la révélation.

— Vous aviez vu juste. Après l’humiliante défaite de Skyva sur Era, sa communauté a utilisé la Vaïncrus et ses membres pour s’opposer à mon invasion de Rae. Mais là n’est pas leur ultime but. »

Fronçant les yeux, main sur Ragnarok, Ashron recula d’un pas pour se préparer. Au cas où.

« Et quel est-il ? demanda-t-il.

— La libérer, dit l’Axem en plongeant ses iris jaune dans le bleu de celui qui la fixait. Ma sœur est ma prisonnière depuis son retour humiliant dans l’Arvilia, affaiblit par sa défaite face à toi. Depuis lors, ses larbins tentent de la libérer. Mais nous leur sommes tellement supérieurs que leurs tentatives ne sont qu’échecs.

— J’ai pourtant entendu que vous aviez perdu la bataille de Raylia Man Ran, coupa Kaien, amusé de contredire la créature.

— J’aurais dû mieux choisir mes mots. Il semblerait en effet que mes ennemis aient découvert notre secret sur la Via.

— Quel secret ? demanda Vallia intriguée.

— Celui qui nous permettait de les surpasser, de les tenir en échec à chacune de nos confrontations ! Mais maintenant, je dois avouer que ma situation n’est pas enviable. L’armée de Skyva est aussi puissante que la mienne, et plus importante en nombre.

— La situation parait sombre, remarqua Ashron.

— Je tiens leur chef, leur Seigneure. Skyva étant ma prisonnière, je peux toujours renverser la tendance en ma faveur.

— Elle est toujours vivante ! s’exclama Vallia.

— Bien sûr pitoyable créature ! Même une défaite ne tue pas un Axem ayant dompté l’Arvillia.

— Pourquoi avoir laissé Vallia, Guidomex et Hellie me libérer à Guoria Ket, coupa Ashron qui feignit l’indifférence à la révélation.

— Il me fallait vérifier une chose importante, répondit l’Axem en intensifiant son regard sur Ashron. Cette invincibilité vantée par ma sœur agonisante entre mes mains expertes en manipulation de la douleur.

— Les Axems. Toujours aussi arrogants. lança Vallia avec dégout.

— Je ne comprends pas, reprit Ryva en ignorant l’Eraienne. Rien d’exceptionnel n’émane de toi. La faiblesse d’un être inférieur, voilà tout ce que je vois. »

En un fragment de seconde, Ashron analysa la situation. Et elle n’était pas reluisante, comme il l’avait prédit. Il savait qu’il allait devoir se confronter à Ryva, un Axem au moins aussi puissant que Skyva, si ce n’est plus. Le temps le séparant de la confrontation devait être mis à profit pour lui soutirer des informations.

« Que cherches-tu à faire ? Quelle importance ai-je à tes yeux ?

— Vous savez sans doute que Skyva et moi sommes en guerre depuis des milliers d’astres ? rétorqua l’Axem.

— Oui.

— Cette guerre a continué dans L’Arvilia suite à la fin d’Are. Mais étant immortels dans ce plan, personne ne réussit à prendre le dessus. Nous cherchâmes donc à retrouver notre existence physique pour qu’un vainqueur puisse enfin émerger. C’est là que vous entrez en scène, vous les Eraiens et Raeiens peuplant l’Ervilia.

— Tu ne réponds pas à ma question, répondit calmement Ashron.

— A travers vos pitoyables existences, nous avons envahi nos planètes respectives, continua Ryva en l’ignorant. Mais Skyva échoua dans sa conquête d’Era pendant que moi, je réussissais sur Rae.

— Qu’est-il advenu à la communauté de Skyva après notre victoire? demanda Vallia.

— Ils sont retournés dans l’Arvilia, humilié par la défaite et privée de leur Seigneure. Et dans leur désespoir, ils se tournèrent vers vous, pensant que votre venue ici par duperie les aiderait à prendre le dessus sur moi. Ils salissent la grandeur de notre race en s’alliant à des êtres inférieurs. »

La dernière phrase de Ryva venait confirmer que la discussion allait se terminer en confrontation. Le dégout transpirant de ses mots laissaient entrevoir son désir de les tuer, tout comme le regard qu’elle ne parvenait pas à détacher du visage d’Ashron.

« Mais lorsque Skyva me parla de toi, reprit l’Axem, je ne pus réfréner ma curiosité de t’affronter. Voilà pourquoi tu es ici !

— Alors c’est pour ça qu’ils nous ont fait venir ici, dit Ashron à ses compagnons, ils pensaient que nous aiderions la Vaïncrus à la libérer.

— Vous avez vos réponses alors maintenant, c’est à moi d’obtenir ce que je désire. En te tuant de mes mains, je prouverais ma supériorité à elle, et la communauté de Skyva se ralliera à moi sans une once d’hésitation!

— Vallia, Kaien, restez en arrière. ordonna Ashron en intensifiant sa Via.

— hors de question! rétorqua Vallia qui avait déjà sortie ses épées de leur fourreau.

— Vallia, s’il te plait, insista l’Eraien en la fixant tendrement. Laisse-moi m’occuper d’elle. »

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 1 versions.

Vous aimez lire lockeff ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0