Issyia Miel ran

4 minutes de lecture

Dans une effervescence dérangeante, Guidomex, Hellie et Pavelox assistèrent à la mobilisation des troupes de la Vaïncrus. Plusieurs fois, l’Eraien surpris des Raeiens, ou des Axem, qui lui lançaient des regards de défiance. Mais il ne savait plus comment faire marche arrière et continua à se préparer, avec ses deux compagnons, à la bataille qui s’annonçait.

Dans l’aérostate en route vers Issyia Miel ran, Guidomex s’isola avec Hellie et Pavelox, chose rendu aisée par l’ignorance des Vaïncras envers eux.

« Vous ne trouvez pas bizarre cette attaque soudaine de la Communauté ? demanda Pavelox à l’Eraien pensif.

— Les Axems sont orgueilleux. Peut-être que Ryva souhaite assoir sa supériorité en agissant ainsi ? rétorqua Guidomex.

— Ouais possible… répondit le Raeien en s’affalant sur son siège. Je n’ai pas confiance en eux !»

Guidomex fixa Pavelox et approuva ses doutes au sujet de la Vaïncrus. Un Axem ne réagirait pas ainsi. Ses yeux interrogèrent ensuite Hellie qui approuva de la tête.

« Il y a quelque chose que je dois te demander Pavelox ? La Vaïncrus a-t-elle toujours été aussi nombreuse ?

— Nous n’avons jamais été impliqués dans la Vaïncrus. Nous sommes livrés à nous même dans nos montagnes. Mais ce que je peux te dire, c’est que la situation a changé il y a un an, lorsque la Vaïncrus a pris de l’ampleur. Avant ça, c’était un petit groupe de Raeiens désorganisés.»

Soudain, l’aérostate se mit à perdre de l’altitude et à plonger. Comprenant que la destination était atteinte, les trois compagnons se levèrent et rejoignirent le sas de sortie. A destination, les soldats avec qui ils allaient devoir se battre étaient rassemblés dans l’agitation de la bataille à venir. Une sensation dérangeante enserra Guidomex, comme si il allait combattre aux côtés de ses anciens ennemis.

« Vous avez raté son discours ! leur fit Hasrabel en désignant Eavael qui trônait devant eux.

— Nous ne savions pas que l’atterrissage était programmé, répondit Hellie.

— Nous descendons pour rejoindre le centre de la cité. Les troupes de Ryva se sont regroupées non loin d’Issyia Miel ran, à l’ara ».

Dès que les vibrations et les chocs de métal s’estompèrent, l’ensemble des troupes s’élança à l’extérieur de l’aérostate. Dehors, Issyia Miel ran se découvrit aux Eraiens, sa grande étendue permettant l’atterrissage d’engin de cette taille.

En un instant, au moins cinq milles Raeiens, ou Axems, déferla dans les rues désertes d’Issyia. Hasrabel emboita le pas d’Eavael et incita Guidomex, Hellie et Pavelox à le suivre. Le cœur perturbé par le stress, l’Eraienne peinait à cacher son angoisse. La ferveur combattante qu’elle ressentait autour d’elle lui faisait affreusement peur.

« N’aie crainte, je suis là. lui dit Guidomex qui avait remarqué son anxiété.

— Je sais mais... répondit-elle en balbutiant. Je ne suis pas rassurée.

— Nous devons à tout prit rester ensemble et ce, quel que soit la situation, conseilla Pavelox qui s’était rapproché d’eux. »

Un grand et lisse bâtiment fut leur destination et quelques Raiens, dont Hasrabel et Eavael, y disparurent. Pendant l’attente, Hellie chercha à se calmer en scrutant les environs. Autour d’eux, les constructions semblaient abandonnées, sans aucune activité de commerce ou d’échange. Depuis qu’ils avaient quittés l’aérostate, les Eraiens n’avaient croisés que des combattants.

Durant de longues minutes, rien ne se passa. Tous les combattants restèrent immobiles à attendre lorsque soudain, Eavael et Hasrabel apparurent.

« Nous partons pour le front, à l’ara. Des éclaireurs sont déjà positionnés et nous ont informés que les troupes de Ryva sont en mouvements vers la cité.

— Je commanderais une partie des troupes et vous, les Eraiens, vous rejoindrez celle commandée par Eavael

— Donc tu ne restes pas avec nous ?

— Je suis certains que vous allez très bien vous en sortir. Les soldats avec vous seront tous des Axems donc vous n’avez rien à craindre. »

Sans autre alternative, Guidomex, Hellie et Pavelox suivirent les directives et allèrent rejoindre les soldats dirigés par Eavael, le chef de la Vaïncrus. De l’autre côté de la place, Hasrabel prit la tête des plusieurs milliers de soldats.

Et l’impressionnante armada se mit en marche, dans un silence inquiétant et morbide.

« Pavelox. Tu m’as dit que la Vaïncrus est devenue très puissante depuis environ un an ? demanda Guidomex.

— A peu près. Avant cela, nous n’en avions quasiment jamais entendu parler.

— Un an, date à laquelle Ashron est arrivé sur Rae. Songea l’Eraien et tournant la tête vers Hellie. N’oublie pas ce qu’a dit Pavelox, on doit rester tous les trois ensembles, quoiqu’il arrive, rassura-t-il.

— Oui, répondit Hellie peu convaincue»

La capitale de Raylia maintenant derrière elle, l’armée s’immobilisa sur la cime d’une colline surplombant une des nombreuses plaines de la terre. Hasrabel s’avança à la rencontre de quelques Raeiens arrivant en face.

En première ligne, les deux Eraiens et Pavelox fixaient, au loin, l’autre armée qui leur faisait face. Plusieurs milliers de combattants étaient méticuleusement amassés, en rang, arme au poing et prêt à se ruer vers eux.

Saisissant son bras, Hellie se serra contre Guidomex, la peur prenant le dessus sur son être. Pavelox posa sa main sur l’épaule de l’Eraienne pour tenter de l’apaiser.

« Ne t’éloigne pas de moi. »

Devant eux, Hasrabel termina sa conversation et se tourna vers son armé. Quelque chose avait changé dans son regard qui n’avait plus rien de Raeien. Focalisant ses iris sur celui qu’il avait considéré comme un compagnon, Guidomex ne reconnaissait plus qu’un Axem prêt au combat. Cette vision provoqua un flash qui électrisa son esprit et éclaira la raison de leur présence.

Mais il était trop tard, lui et ses deux compagnons ne pouvaient plus reculer. La bataille rangée approchante allait se dérouler avec eux. Si seulement Ashron et Vallia étaient là, il aurait au moins pu les prévenir.

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 1 versions.

Vous aimez lire lockeff ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0