Cinq ans

7 minutes de lecture

Une douce chaleur vint caresser les paupières Ashron, l’incitant à ouvrir les yeux. Sa conscience s’éveillant, la douleur se rappela à lui et crispa tous les muscles de son corps fatigué. Son dernier souvenir, une pièce sombre, humide, des chaines qui lui lacérait les poignets, ne ressemblait pas à ce qu’il voyait.

Malgré les stigmates de la torture, une sensation étreignit son être. Comme une réminiscence que son esprit ne pensait jamais revoir, une odeur effleura son nez et évapora la souffrance que son corps lui faisait subir. L’instant d’après, un flash électrisa son esprit alors qu’il baissait les yeux sur l’Eraienne qui dormait contre lui.

Elle était là, paisiblement assoupie, comme si le temps n’avait pas eu d’emprise sur eux d’eux. N’osant interrompre ce moment qu’il pensait être un rêve, Ashron resta figée et ses yeux, rivées sur celle qu’il aimait tant.

Soudain, le regard endormie de Vallia s’éclaira de ses iris électrique, les même qu’il avait vu la première fois à Adrais, lors de cette nuit que jamais il n’oublierait. Sans mot dire, l’Eraienne releva son visage et plongea ses pupilles dans celles d’Ashron. L’instant ne dura que quelques secondes, mais pour eux, il fut infini.

« Cinq ans sans te voir et je te fais pleurer ? demanda Ashron en voyant les larmes sur les joues de Vallia. Alors tu es venue ? Tu es venue pour me chercher ?

— En doutais-tu ? se reprit l’Eraienne en fronçant le regard attendrissant qu’elle lui adressait.

— Bien sûr que non. Mais je m’étais plutôt imaginé être celui qui reviendrait.

— Tu m’as tellement manqué, répondit elle en se jetant sur ses lèvres »

De nouveau, le cycle de la Via se figea pour laisser un temps privilégié aux deux amants. Puis, reculant son visage pour l’admirer, Vallia entreprit d’expliquer comment elle s’était retrouvée sur Rae à le chercher.

« Guidomex et Hellie sont là aussi ? coupa Ashron, surprit.

— Lorsqu’on a appris que tu étais ici, on ne pouvait pas rester à rien faire. Je devais te retrouver, je l’ai promis à notre enfant ! »

Un silence s’installa au dernier mot prononcé par Vallia. La dilatation des pupilles d’Ashron lui fit comprendre que ce dernier était peut être maladroit.

« Tu as un fils de cinq ans, il s’appelle Leon.» lui lança-t-elle comme si de rien était.

— Est-ce qu’il te ressemble ? se décida enfin à dire Ashron.

— Oui mais il a tes yeux. »

Un sourire idiot se dessina sur le visage de l’ancien Executor Prima. Etre père relevait d’un rêve inaccessible pour lui. Incrédule, Vallia laissa le temps à Ashron de digérer la nouvelle.

« Il doit être sacrément beau ! s’écria-t-il d’un coup.

— Alors, ça te rend heureux ? demanda Vallia en rigolant.

— Bien sûr ! Avoir un enfant avec toi est quelque chose de si magnifique ! J’aurais tellement aimé être là pour lui. J’ai tellement hâte de le rencontrer ! Tu penses que je vais lui plaire ?

— Je lui ai tellement parlé de toi qu’il a l’impression de te connaitre !»

Sans lui laisser le temps de réagir, Ashron saisit le visage de Vallia et l’embrassa passionnément.

« Ca y est, il est réveillé le petit ? lança Pavelox qui les regardait déjà depuis un moment.

— Pavelox ! Heureux de te voir ! s’écria Ashron en détournant son regard de Vallia pour la première fois.

— Tu sembles aller mieux depuis que nous t’avons sortis du Drôme. Tu peux te lever ? demanda-t-il en attendant l’approbation de l’Eraien. Alors rejoignez-nous dans le salon, dit-il dès qu’elle lui fut signifiée »

Ashron posa un premier pied à terre, aidé par Vallia qui le soutenait par l’épaule. En avançant vers la sortie, l’Eraien vit Ragnarok, adossée au mur. La dernière fois qu’il l’avait maniée, le corps de Serath possédé par Skyva était tailladé par dix attaques de Via pure.

« Tu l’as emmené avec toi? demanda l’Eraien en fixant l’épée.

— Je me suis dit que tu en aurais certainement besoin. »

Au son de la voix d’Ashron, l’épée émis une vibration teintée de Via qui atteignit les yeux azuré de l’ancien Executor Prima. Le sourire aux lèvres, Ashron s’appuya sur sa compagne pour rejoindre ses autres compagnons.

Assis autour d’une table, Guidomex, Hellie et Hasrabel attendaient sans savoir comment s’occuper. A la vue de son ami, l’Eraien se releva et resta muet, figé par la retrouvaille qui s’annonçait. Hellie, elle, fut plus rapide et s’élança vers Ashron pour l’enlacer.

« Tu nous as tellement manqué ! lui dit-elle en le serrant un peu trop fort.

— T’as une sale tête, lança Guidomex, une larme roulant sur sa joue.

— Et toi, pas besoin d’être torturé pour être affreux, répondit Ashron en posant une main chaleureuse sur le dos d’Hellie qui l’étouffait. »

— Désolé de perturber vos retrouvailles mais nous devons parler, coupa abruptement Hasrabel. Où sont les autres Vaïncras? ».

Le bras soutenu cette fois-ci par Guidomex, l’Eraien se dirigea vers une chaise libre et s’assit.

« L’information était un piège, comme nous nous y attendions. commença-t-il. Le plan était de soudoyer les gardes de l’entrée ira de Guoria et d’être accueillit par des Raeiens de la Vaïncrus derrière les portes. Et c’est ce qu’il s’est passé jusqu’à ce que nous tombions dans une embuscade des Magisterius.

— Vous avez été trahis alors? demanda Hasrabel.

— C’était planifié. Dès le début de la confrontation, notre escorte retourna les armes contre nous. Et les deux Magisterius face étaient beaucoup trop puissant. Aucune de mes attaques ne les touchaient.

— Comment faisaient-ils pour t’esquiver? voulut savoir Hasrabel.

— Ah mais de manière très simple : leur mouvement d’esquive commençait avant mon mouvement d’attaque.

— Impossible ! répondit Hasrabel en écarquillant les yeux. Et qu’as-tu remarqué d’autre ?

— C’est tout ce que j’ai eu le temps de voir.

— Tu as forcement dû remarquer autre chose ! Fais un effort ! s’énerva Hasrabel

— Hasrabel ! coupa Vallia qui n’appréciait guère la tournure de la discussion.

— Laisse Vallia, Hasrabel a raison, je dois me souvenir de ce qu’il s’est passé, rétorqua Ashron en fermant les yeux. Je me souviens de leurs yeux azurs et sans pupille. »

Guidomex et Vallia s’échangèrent un regard à l’explication d’Ashron. Il détaillait ce qui lui arrivait lorsqu’il déchainait son pouvoir et que sa conscience sombrait. D’un signe discret, l’Eraienne voulu faire comprendre à son ami de se taire. Ce qu’il fit.

« Leurs yeux étaient couleur de la Via ? Et ils pouvaient prédire tes mouvements ? chercha à confirmer Hasrabel.

— Je suis désolé, c’est tout ce dont je me souviens. répondit Ashron en posant une main sur son front. Nous avons ensuite été capturés puis torturés durant plusieurs jours. Je suis le seul à avoir survécu aux sévices.

— La prise de Guoria Ket est compromise, nous devons rejoindre Iriam Lest pour informer Illuel » conclut Hasrabel en se levant.

En le regardant quitter la pièce, Vallia posa une main sur celle d’Ashron.

« Que t’est-il arrivé dans l’Arvilia ? lui demanda-t-elle, la question lui brulant les lèvres depuis un moment.

— Aucune explication ne peut exactement décrire ce que j’ai vu et vécu. Dans cet univers, ce qui t’entoure ne peut être appréhendé par nos sens. Tu ne peux rien toucher, rien sentir et rien voir. C’est ton esprit qui interagit avec l’environnement. Et c’est là que je les ai rencontré, les Axems combattant les Communautés de Ryva et de Skyva. Nous avons alors passé un contract : Je les aidais sur Rae et il me faisait revenir sur Era. Un émissaire devait ensuite être envoyé pour vous informer de ma situation mais jamais il n’était question que vous veniez sur Rae.

— Tu pensais que je resterais sans rien faire ? A t’attendre bien sagement ?!

— Je ne pensais pas qu’il était possible pour vous de venir jusqu’ici, rétorqua Ashron en tentant d’apaiser sa compagne, avant de reprendre son récit. Sur Rae, j’ai intégré la Vaïncrus et prit part au combat contre la communauté de Ryva. Ici, les Magisterius sont plus puissants que les Executors Primas. Mais pas autant que ceux de Guoria apparemment.

— C’est leur connaissance sur la Via. suggéra Hasrabel qui était revenu dans la pièce.

— Et cela m’inquiètes justement.

— Si même toi, tu ne peux pas les vaincre, c’est peine perdu.

— Tu as vraiment beaucoup de choses à apprendre sur nous, rétorqua Vallia en fusillant le Raeien du regard. Le premier Executor Prima que j’ai affronté, je m’en souviendrais longtemps. Nous étions sept face à lui.

— Que cherches-tu à me dire ?

— Ils sont peut-être plus forts que nous pour l’instant mais ça ne durera pas ! lança Guidomex.

— Nous allons découvrir la source de leur pouvoir et nous les vaincrons, comme nous avons fait sur Era! conclut Hellie en frappant du poing sur la table.

Surprit d’un tel entrain, Hasrabel balaya du regard la pièce remplit d’Eraien, et d’un Raeien. Le manque de prudence en temps de guerre entraine la mort, il en était certain. Pourtant, l’attitude de ses compagnons relevait d’un espoir en la victoire que son esprit d’Axem ne comprenait pas.

« Comment fait-on pour quitter Guoria ? demanda Vallia.

— Il est difficile d’entrer mais pas de sortir. Aucun convoi n’est inspecté aux sorties. Donc on vole un stratorien et on file vers les montagnes, suggéra Hasrabel. »

Après un repas rapidement englouti, le groupe laissa la petite maison derrière eux et traversa la place, éclairée par les rayons des Solars et emplis de Raeiens vaquant à leurs occupations. L’ambiance tranchait avec l’évasion de haute importance qui avait eu lieu la nuit passée.

Rapidement, le groupe jeta son dévolu sur un stratorien qui semblait les attendre, seul dans une ruelle peu fréquentée. Hasrabel s’acquitta du vol et s’installa aux commandes, pendant que les autres prenaient places à l’arrière. Les réacteurs vrombissant, Hasrabel détermina le chemin pour sortir de Guoria et lança l’engin à travers la citée.

Guoria Ket maintenant derrière eux, chacun profita du moment de calme pour espérer un peu de repos. Seul Guidomex n’accorda pas de répit à son esprit. D’un œil songeur, il scrutait la cité fortifiée qui s’éloignait à mesure que les montagnes grandissaient devant eux. Une dérangeante impression se dessinait dans sa tête, comme si le sauvetage d’Ashron avait été un peu trop facile.

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 1 versions.

Vous aimez lire lockeff ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0