Drihurla

2 minutes de lecture

Usée par les vibrations de l’engin en mouvement, Vallia s’en extirpa dès son immobilisation. Après avoir contourné le stratorien, ses yeux se posèrent sur le mur fait de roches et de glaces qui se dressait devant eux. Aucun chemin ne semblait les inviter à le gravir, seuls quelques espaces entre les roches leur permettraient de se frayer un chemin. Ses yeux continuèrent à détailler une possible route jusqu’à apercevoir le manteau blanc qui recouvrait les cimes.

« Pas de temps à perdre, lança Hasrabel en préparant une corde et les paquetages, nous devons escalader ces montagnes pour passer de l’autre côté. »

Sans rechigner, chacun s’arrima à la corde qui assurerait un semblant de sécurité, attacha un sac sur son dos et l’ascension démarra. Péniblement, un pas après l’autre, chaque mètre gagné semblait être une victoire pour Vallia et se compagnons. Les Solars rayonnaient sur le flanc de la montagne mais le froid commençait tout de même à lui mordre les joues. Ses mains, pourtant bien occupées à accompagner leur ascension, se raidissaient à mesure que la température chutait.

« Je propose une pause, je n’en peux plus, haleta Guidomex au reste du groupe.

— A ce rythme, nous n’allons jamais réussir à atteindre le haut de la montagne, approuva Hellie. Je vote pour ! »

A contrecœur, Hasrabel stoppa le cortège pour laisser le temps à chacun de se reposer, même si cet instant devait rester court. En forme de cercle, chaque membre du groupe s’assit pour manger une ration et admirer le paysage qui s’épandait en-dessous d’eux. La vue des plaines de Mariola Ial Tenet était vibrante de couleurs. Les teintures qui caressaient les rétines de Vallia provoquèrent une émotion visible par les autres. Sans comprendre son origine, elle essuya ses yeux larmoyant et détourna le regard, ne pouvant réfréner un émoi que cette peinture suscitait.

Soudain, un bruit interpella les oreilles de Guidomex. Laissant ses yeux en chercher l’origine, il concentra son ouïe à l’affut d’une récidive. Autour d’eux, seuls plusieurs rochers étaient disposés et le vent sifflait et rebondissait contre les flancs des montagnes. Mais un détail attira son regard. L’instant d’après, plusieurs silhouettes se formèrent depuis ce dernier et fondirent sur eux.

Alerté par le bruit, seul Guidomex eut le temps de se dégager de l’étreinte de leurs assaillants. Tous les autres étaient immobilisés Debout, driaxes à la main, il fit face à des Raeiens accoutrés de peaux de sabers et d’ourdox. Au moment de passer à l’assaut, il serra ses driaxes et commença son mouvement pour être interrompu par un adversaire qui s’était glissé derrière lui.

« Reste tranquille, tu risques de te faire mal ! lui chuchota une voix grave.

— Qui êtes-vous ? Que voulez-vous ?! répondit Guidomex, immobilisé.

— C’est plutôt à moi de te poser cette question ! rétorqua la voix avant de l’assommer »

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 1 versions.

Vous aimez lire lockeff ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0