Souffrances accablantes

Une minute de lecture

"Cette souffrance en moi. Cette sensation de déjà vu, jour après jour. Ce mal-être. La haine me ronge de jour en jour. Une haine pour moi, ou pour vous tous. Je ne sais pas. Je ne me sens pas à ma place dans ce monde, j'ai l'impression d'être si différente, incomprise. Le temps passe et rien ne change. Jour après jour, je me détruis, je sens que mon corps faibli. J'ai des idées noires pleins la tête. Ma vie n'a aucun sens, est-ce une vie de pleurer jour et nuit, de ne pas être heureuse, d'être tout simplement incomprise, je ne crois pas. Après tout, je suis sans doute résigné à vivre ainsi. Je sais que je ne le supporterais pas. À quoi bon souffrir d'avantage. La haine en moi doit sortir. Tout est sans doute de ma faute, j'ai dû faire quelque chose de mal, je dois payer. Le sang coule, je suis seule chez-moi, ma salle de bains ne ressemble plus à rien. Mes poignets non plus d'ailleurs. Je faiblis. Le sang ruisselle sur mes mains, je ne ressens plus la douleur, alors je continue.. "



J'espère que mon roman va vous toucher, et surtout vous plaire. Le sujet abordé lors de ce roman est très délicat et tabou. Je demanderai à tous les homophobes de partir, et à celles et ceux qui ont un cœur, de continuer leur poursuite ...  




Annotations

Versions

Ce chapitre compte 4 versions.

Recommandations

Défi
Alba Céu
Petit poème en réponse au défi : "Si vous mouriez demain, que feriez vous aujourd'hui?"
9
17
2
1
Défi
MarieF
Un amour plus fort que la guerre...
2
2
14
7
Défi
JAC LYNN


Au Louvre c'est toi qui nous observes Magnanime Joconde
C'est toi qui ne quittes jamais des yeux la frénésie du monde.
Enigmatique, mutin ou narquois, ton regard de velours glisse
Sur les hommes, leurs fantasmes, leur empathie avec malice.
Telle une idole tu les embrases telle une icône tu convertis
Intemporelle, ronde et sans rides à l'italienne tu les séduis
En arlésienne tu les intrigues. Ils s'interrogent. De qui De Vinci
A-t-il peint ce portrait qui brave les codes et les modes?
Depuis cinq cents ans, tu trônes sans que jamais s'érodent
Ton regard de muse amusée, ton teint moiré de madone.
Dans ta tour d'ivoire, courtisane frondeuse, tu les harponnes
De face de profil de trois-quarts sibylline tu te dérobes.
Quel que soit l'angle de la rencontre tu les enrobes
À l'infini d'inimitables, d'ineffables, d'inoubliables ondes …
1
1
0
1

Vous aimez lire Loïc Destrebecq ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0