Chapitre 6

8 minutes de lecture

Il était fatigué dès le réveil et ce n’était pas particulièrement étonnant. A peine levé, il commençait par pousser sur ses muscles raides jusqu’à expulser le plug anal qui l’avait envahi pour la nuit. Son antre était encore écartelée, palpitante, lorsqu’il la fouillait avec le jouet épais. Si son entrée était bien préparée, ses profondeurs, elles, ne l’étaient pas. Il remodelait son corps à cette forme précise, jouant de ses muscles pour l’avaler plus profondément encore.

Lorsqu’il avait réussi à faire pénétrer entièrement le sexe rouge en lui jusqu’à ce que ses testicules épaisses ne touchent son fondement, il commençait à se masturber. Il ne parvenait toujours pas à jouir d’une simple pénétration, mais en effleurant ses seins et son sexe, il n’avait aucune difficulté. Après la première jouissance de la journée, il nettoyait rapidement son équipement et lui-même avant d’aller faire ses tâches.

Le cours avec Diese’li avait lieu dans quelques heures, alors il se hâta pour faire la tâche qu’on lui avait confié – du transport de matériel- avant l’heure dites, puis il s’y rendit. C’était des cours généralistes, mais ça ne voulait pas dire qu’ils étaient évidents pour autant. Bien au contraire. A présent, tout ceux de son année avait passé le cap fatidique et reçu leur premier jouet. Le professeur continuait de scinder le groupe en deux renversant les rôles. Ainsi, le petit Oom se retrouva d’abord à suivre les consignes de manipulations, maladroitement, sans savoir exactement quelle pression appliquée avant de vivre à son tour les pratiques proposées.

C’était le premier lavement en cours et il n’était pas à l’aise avec ça. Les souvenirs du lavement complet était un peu trop présent encore à son esprit, mais il obéissait comme toujours. Le professeur les fit se coucher sur le côté et un tuyau fut glissé dans son fondement. Très rapidement, le tube gonfla un peu derrière son anus pour le maintenir bien en place alors que de l’eau claire était injectée en lui. Il tressaillit, mais la pression était douce et le lavement serait peu profond. Il le savait, la moitié de la classe l’avait subi quelques dizaines de minutes avant devant lui. Il ferma les yeux et tenta de se concentrer sur autre chose que sur les bruits que son ventre produisait.

- Votre aide va retirer le tuyau et vous allez vous contracter de manière à ne pas perdre la moindre gouttelette.

Les étudiants se mirent immédiatement en action et le jeune Oom se contracta tant et plus pour obéir. Son ventre devenait douloureux mais il attendit ainsi durant près de cinq minutes durant lequel Diese’li leur expliqua l’importance de l’hygiène en fonction des cultures.

- Certaines espèces auront envie de vous désinfecter entièrement avant d’avoir un véritable contact avec vous et s’ils feront le nécessaire pour respecter votre flore, ils n’hésiteront pas à vous récurer de l’intérieur. Ces lavements vont donc devoir devenir quotidien, après chacune de vos douches vous devriez en faire un, deux ou trois. Ainsi vous vous préparerez à l’épreuve de l’inflation qui demandera un volume de liquide bien plus conséquent.

Le professeur continua de parler tout en faisant le tour des élèves. Méthodiquement, il toucha leur ventre, les caressa et appuya dessus sans la moindre pitié malgré les couinements. Après le second tour, il décida enfin de leur permettre de se libérer avant de leur imposer un second lavement. Il fallait qu’ils s’habituent au plus vite à cette pratique. Elle serait à la fois importante et courante. Lorsque ce fut fait, il passa à la suite de son programme comme si ses élèves n’étaient pas déjà assez éprouvés. Les semaines avançaient vites et s’ils étaient censés avoir tout le temps nécessaire pour se préparer, au bout du compte, certains seraient en retard.

Il donna quelques ordres de plus et bientôt, le petit Oom se retrouva la croupe en l’air, son anneau de chair fut manipulé avec assez peu de douceur. Les crispations qui le parcouraient si vite autrefois étaient à présent globalement maitrisées. Le doigt de la Kri qui se trouvait derrière lui le pénétra un peu plus avant d’appliquer un mouvement de va-et-viens distrait, écoutant attentivement le professeur.

- Être pénétré, c’est simple. Extrêmement simple. Ressentir du plaisir à être pénétré, c’est parfois un peu plus difficile pourtant vos corps sont prévus pour ce type plaisir. Dans les vulves nous trouvons les clitoris. Dans les rectums, nous trouvons les prostates. Je vous laisse les solliciter.

Les doigts de la jeune femme le palpèrent à l’intérieur, sans tenir compte de ses gémissements, jusqu’à trouver cet endroit si sensible qui le fit couiner. Ses jambes se mirent à trembler sous l’effort, alors qu’il s’écrasait un peu plus sur le sol, assailli par des sensations trop fortes.

Diese’li passa dans les rangs, glissa de temps à autre son doigt dans les antres déjà pénétrées pour vérifier leurs relâchements. Il se demandait la pertinence de faire vivre aux corps munis de prostates une jouissance purement mécaniques à travers un massage soutenu. Il n’était pas certain que ce soit réellement utile, même si cela pouvait plaire à certaines espèces à cause du degré de soumission que cela supposait. Il s’arrêta un moment sur le corps d’un jeune Kri, une petite merveille munie d’un clitoris et d’une prostate. Il aida l’étudiant à trouver comment manipuler les deux en même temps ce qui déclencha presque immédiatement un orgasme fulgurant. Il caressa le jeune tout en le félicitant avant de reprendre son cours tranquillement, comme si de rien n’était.

- Cet endroit de plaisir est certes important mais il n’est pas capital comparé à votre col qui lui, vous permet de donner naissance. Ce col peut être particulièrement sensible, mais il va falloir vous habituer à ce qu’il soit touché, cogné et même parfois légèrement à totalement pénétré. Pour aujourd’hui, nous allons nous contenter d’une manipulation simple. Du bout du doigt, je veux que vous le touchiez, que vous en fassiez le tour avant d’appuyer plusieurs fois sur son centre. N’essayez pas de le pénétrer, mettez vos doigts aussi à plat que possible. Il faut simplement découvrir cette sensation et s’y habituer.

Il les observa faire, tournant dans les rangs. Il intervint pour aider certains, appuya sur le dos d’autres pour qu’ils restent cambré, il en réprimanda certains qui se dérobaient sous les doigts. Pas un seul ne parvient à jouir sous ce contact et si ce n’était pas surprenant, il en fut quelques peu déçu.

Au milieu des autres, transpirant, le corps couvert d’un voile de sueur froide, le petit Oom haletait alors que son col était effleuré. La Kri était délicate mais depuis le lavement complet, il était resté terriblement sensible. Il appréhendait réellement la suite des opérations concernant cette zone si intime enfouie au cœur de lui-même. Le doigt insista, lui arrachant un sanglot et il fut presque aussitôt rabroué par son professeur.

- Si cela peut vous aider, pensez à un fantasme personnel. Si vous n’êtes pas capable de montrer un minimum d’enthousiasme devant ce type de manipulation, je ne sais pas ce que vous faites là.

Régulièrement, Diese’li imposait ce type d’épreuves pour diminuer son nombre d’étudiant. Il était toujours tenu de donner certains cours, mais il pouvait les chasser pour le reste de la semaine. Cela lui permettait de se concentrer sur les meilleurs.

L’anus toujours fouillé, le col malmené, il fut difficile pour le jeune prétendant de s’exciter correctement, mais en fermant les yeux, il imagina l’immense forme sombre de son Akoutie. Il le visualisa qui s’approchait de lui et ses pieds frappaient le sol avec conviction. Il se prit à rêver de ses doigts sur sa peau, pendant qu’il le soumettait à sa volonté et le pénétrait d’un geste sec. Alors que les doigts se retiraient de lui, il le vit, dans son esprit, qui reculait, sortant son immense sexe de son corps avant de le réenfoncer d’un coup sec, le cognant durement contre son col et lui arrachant un petit cri. Le geste recommença plusieurs fois avec vigueur et il se prit à penser à la manière dont son corps fluet serait secoué sous de tels assauts. Discrètement, il murmura « Akoutie » et comme pour lui répondre, son sexe frappa sur son bas ventre le surprenant. Il y eut deux mouvements de plus avant qu’il ne jouisse pour la seconde fois de la journée.

Il ouvrit les yeux, l’esprit un peu brumeux et pourtant soulagé. Il avait réussi, il ne serait pas renvoyé de ce cours. Il allait poursuivre, progresser et un jour ou l’autre son fantasme deviendrait réalité ! Le professeur demanda à ceux qui n’avait pas réussi à montrer la moindre preuve de plaisir de nettoyer les jouissances des autres avant de partir, les humiliant un peu plus si c’était possible, puis il les chassa.

- Il est très important que vous appreniez à connaitre vos corps correctement.

Le cours se termina sur quelques recommandations et bientôt, les élèves se retrouvèrent dans la salle de répartitions à recevoir leurs différentes tâches. Ils étaient tous épuisés, mais ils allèrent récurer, transporter, aider, … Ils allèrent servir de main d’œuvre active à la couveuse, espérant, attendant, rêvant du jour où leurs vies seraient transformées.

A la pause du midi, le jeune Oom mangea à peine avant de filer pour travailler son corps puis après la fin de son service de l’après-midi qu’il passa à courir d’un lieu à l’autre pour y déposer des marchandises, il recommença sagement. Il savait qu’il était censé débuter d’autres étapes seul, mais c’était difficile. Il ne savait pas exactement comment s’y prendre. Il avait eu espoir qu’un cours porte sur ce domaine précis, mais ça n’était pas encore arrivé et il avait tellement mal aux fesses, qu’il décida d’essayer.

Il se pencha sur le sexe rouge, le lécha du bout de la langue, l’embrassa et lentement se mit à se sucer. Ce n’était pas suffisant bien-sûr. Il fallait qu’il parvienne à enfourner la totalité de la hampe démesurée dans sa bouche et jusqu’à sa gorge pour l’avaler encore plus profondément. Il s’étouffa, toussa, recommença, en vain. Il observa le sexe avec un peu de colère. Il était tellement grand, tellement long, tellement fort ! Bien-sûr qu’il n’y arrivait pas ! Il souffla… Il n’y arrivait pas aujourd’hui, mais il y parviendrait avant le début des épreuves qui n’auraient lieu que dans des années. Il y arriverait car il le fallait pour qu’il soit choisi par son Akoutie et il était hors de question que son petit cœur palpitant sous l’angoisse alors qu’il étouffait ne l’en empêche. Il recommença encore et encore.

Quand le jour se leva, il n’avait pas dormi de la nuit. Il était épuisé au possible. Ses bras tremblaient et sa voix était terriblement enrouée, mais il avait réussi. Il avait passé cette épreuve et il les passerait toutes ! Il deviendrait quelqu’un, il deviendrait le compagnon de l’Akoutie car telle était sa volonté.

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 1 versions.

Recommandations

Marie Malefoy-Greengrass
Venez ici !!!!

Nous allons découvrir ensemble mes conseils à vous donner sur Scribay.

Êtes-vous prêts pour l’aventure ?
Si oui, tournez la page pour commencer à lire le premier conseil.

Sur ce, bonne lecture ou bon conseil (XD) !
14
5
1
4
Défi
Adolfo Georges
Un portrait chinois, quelle drôle d'idée... Qui veut me connaitre hein? Qui???
9
9
6
4
Défi
Leslie Riebel
Portrait nature
1. Si tu étais un animal, tu serais...
Je serais un chat, indéniablement. Je saurais enfin ce qu'il y a dans ma petite tête triangulaire, sous mon front que je donne parfois à caresser, pourquoi je m'étire avec délices, pourquoi je ronronne comme un petit moteur...

2. Si tu étais une plante (fleur, arbre...)
Je serais une rose, je sais, c'est très banal, mais je voudrais savoir ce que ça fait d'être si belle et si parfaite

3. Si tu étais un élément
Je serais l'air parce que la terre, c'est trop pragmatique, le feu trop passionné et l'eau trop froide

4. Si tu étais une pierre précieuse ou non
Je serais un diamant, juste pour crâner de tous mes carats

5. Si tu étais une saison
Je serais la jonction entre l'été et l'hiver, quand le soleil redevient timide

6. Si tu étais un moment de la journée
Je serais le moment de m'endormir

7. Si tu étais un des cinq sens
Je serais l'ouïe pour vibrer avec la musique Portrait lieux
8. Si tu étais un pays
Je serais l'Italie la magnifique

9. Si tu étais une ville
Je serais un tout petit village des Cévennes, juste pour contredire

10. Si tu étais une planète
Je serais la lune tantôt croissant tantôt galette mais toujours blonde

11. Si tu étais un paysage
Je serais un petit coin de montagne quand les premiers flocons virevoltent

12. Si tu étais une pièce de la maison
Je serais la chambre qui m'accueille chaque soir pour mon meilleur moment de la journée Portrait objet
13. Si tu étais un objet du quotidien
Je serais un stylo pour danser sur le papier et inventer des histoires

14. Si tu étais un véhicule
Je serais la trottinette de mon enfance

15. Si tu étais un vêtement
Je serais une écharpe douce pour y plonger mon nez Portrait culture
16. Si tu étais un livre
Je serais "L'élégance des veuves" d'Alice Ferney

17. Si tu étais un personnage de fiction
Je serais Peter Pan qui ne veut pas quitter son enfance

18. Si tu étais un mot
Je serais le mot "merveille" et je me distribuerais à tout le monde

19. Si tu étais un film
Je serais "Sur la route de Madison" qui me broie le coeur à chaque fois

20. Si tu étais une célébrité
Je serais Marylin Monroe pour savoir la fin de l'histoire

21. Si tu étais un dessin animé
Je serais Peter Pan qui s'envole vers l'île des Enfants Perdus

22. Si tu étais un super pouvoir
Je serais le pouvoir de téléportation pour vivre mille vies en une

23. Si tu étais une créature légendaire / imaginaire
Je serais une fée pour lancer des volutes d'étoiles avec ma baguette magique

24. Si tu étais un jeu vidéo
Je serais un Majhong délicat et poétique

25. Si tu étais une chanson
Je serais une chanson de Serge Reggiani qui me broie le coeur à chaque fois

26. Si tu étais un style de musique
Je serais un vieux blues déchirant

27. Si tu étais un instrument de musique
Je serais une guitare basse pour slaper à l'infini

28. Si tu étais une photo
Je serais le portrait en noir et blanc de personnes disparues depuis longtemps

29. Si tu étais un art
Je serais l'écriture qui n'a besoin de rien, juste du papier et un crayon

30. Si tu étais un événement historique
Je serais la fin de la deuxième guerre mondiale pour danser dans les rues et ne plus avoir peur de mourir Portrait gourmand
31. Si tu étais un plat
Je serais la purée de mon enfance avec le puits pour le jus

32. Si tu étais un dessert
Je serais une crème brûlée qui craquerait sous ma cuillère

33. Si tu étais une friandise
Je serais une praline rose qui craquerait entre mes dents

34. Si tu étais un fruit
Je serais une jolie pomme bien ronde dans la paume de ma main

35. Si tu étais une boisson
Je serais du café noir qui glisserait dans ma gorge avec un petit morceau de chocolat

36. Si tu étais une odeur
Je serais l'odeur blonde et chaude du pain frais Portrait Loisir
37. Si tu étais un loisir créatif
Je serais un atelier d'écriture pour faire danser les mots

38. Si tu étais un sport
Je serais une randonnée pour marcher à l'infini en rêvant

39. Si tu étais une fête
Je serais la fête de Noël qui garde des traces d'enfance

40. Si tu étais la lettre idéale
Je serais une lettre d'amour à garder toujours

41. Si tu étais de la papeterie ou un accessoire de papeterie
Je serais un cahier aux pages lisses et pleines de promesses
Portrait un peu plus perso
42. Si tu étais un chiffre ou un nombre
Je serais le nombre 7 et je ne sais pas pourquoi

43. Si tu étais un bruit
Je serais le pépiement de la pluie quand je me réveille

44. Si tu étais une devise
Je serais "L'amour est une rose, chaque pétale une illusion, chaque épine une réalité"

45. Si tu étais un hashtag
Je ne tweete jamais

46. Si tu étais une mauvaise habitude
Je serais la cigarette, que je n'ai pas encore quittée

47. Si tu étais une qualité
Je serais l'écoute qui fait tellement du bien

48. Si tu étais un gros mot
Je serais "saperlipopette" juste pour faire rire les gens

49. Si tu étais une émotion
Je serais un coup de foudre, c'est tellement délicieux à vivre

50. Si tu étais un plaisir
Je serais celui d'écrire et de me laisser emporter
3
0
0
4

Vous aimez lire Hendysen ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0