Chapitre 4

8 minutes de lecture

Beaucoup de prétendants se mettaient une pression importante sur les épaules et cela pouvait se voir à plusieurs moments distincts. Il y avait ceux qui prenaient leurs repas rapidement, avalant leurs pitances avant d’aller s’entraîner. Il y avait ceux qui stressaient de plus en plus et cherchaient du contact. Il y avait ceux qui parvenaient à s’en rendre malade…

Parmi eux, le petit Oom prenait un certain temps sur sa pause du midi pour se travailler avec son jouet sexuel. Le matin même, le cours avait été douloureux et il fut véritablement déçu de voir qu’il ne parvenait même plus à le faire rentrer entre ses reins. Il s’était raidi, contracté. Il eut beau se travailler avec un peu plus de lubrifiant, rien n’y fit. Dès que l’heure sonna, il dut s’arrêter pour aller travailler un petit moment avant son cours suivant. C’était tellement frustrant.

Il était un peu pantelant, triste et désolé lorsque Voon apparut pour lui ordonner de s’occuper du nettoyage des sanitaires. Il se retrouva donc à frotter les parois malodorantes à l’aide d’une petite brosse. Il ne le faisait qu’à genoux, travaillant certaines postures de soumissions qu’on lui avait déjà apprise. C’était l’une des difficultés qui faisaient face aux prétendants, ils ne savaient pas dans quelle culture ils devraient s’adapter. Grâce aux cours secondaires, il avait eu l’occasion d’apprendre à plaire à des espèces différentes et même à des cultures différentes au sein de ces espèces. Les apprentissages paraissaient sans fin.

Il frotta durant près de deux heures. Il avait de la chance, la pièce était relativement propre avant son arrivée. Il ne partit pas avant que ce ne soit l’heure de son cours, alors il se lava rapidement les mains et marcha, tout aussi vite à travers les coursives pour parvenir jusqu’à la petite salle de classe. Ce n’était pas un endroit bondé en général, il était peu à y avoir accès et ce jour-là, ils n’étaient que trois.

Le professeur, Necra Lico Reolmy, n’était ni Oom, ni Furh contrairement à beaucoup d’autres, mais la majorité de ses élèves ignoraient à quelle espèce il appartenait. C’était la première année qu’il enseignait dans cette couveuse, mais il en avait testé deux autres avant avec des règles et de méthodologies différentes les unes des autres. Il appréciait FOK12 pour sa grande liberté de possibilité. Certains de ses étudiants n’avaient pas encore passé l’âge d’avoir leur premier jouet, donc il poursuivait des cours relativement simples à mettre en place. Lorsqu’il arriva dans la pièce, il leur ordonna simplement de se mettre face à un mur. Il les observa alors qu’ils lui obéissaient sagement sans même savoir ce qui les attendait.

Le premier était un joli Furh, un mâle aux fesses musclées, au dos magnifique et doté d’un pénis non négligeable. Son corps permettait presque de faire oublier la banalité de son visage. Les deux autres étaient des Ooms, bien-entendu. Les jeux politiques des Furh ne pouvaient ouvrir l’accès à sa salle de classe, il n’aurait jamais permis le contraire. Les Ooms étant souvent plus performants, mécaniquement il en voyait davantage. L’un d’entre eux était roux, un joli modèle avec un sexe étonnant. Un petit pénis reposant sur une jolie vulve, les deux étaient fonctionnels, une rareté. L’autre avait un pénis, pas de vulve mais une poitrine de petite taille et de jolis cheveux sombres particulièrement long. Necra aimait cette variété de possibilité qui était entretenue dans toutes les couveuses qu’il avait pu fréquenter.

- Mettez vos mains à plat sur le mur, au-dessus de vos têtes et cambrez-vous.

Ils obéirent tous de concerts sans la moindre attente. Ce n’était pas la première fois qu’il allait leur imposer cet exercice et ils avaient encore bien du travail à faire pour le réussir pleinement. Il s’approcha du roux, lui caressa les cheveux et puis le dos jusqu’à descendre pour pétrir ses fesses. Les muscles étaient détendus. Il l’abandonna pour atteindre l’autre Oom qui semblait plus contracté qu’en temps normal. Sans dire un mot, Necra glissa sa main le long de son épaule et posa les doigts sur sa gorge qu’il serra tranquillement, le faisant suffoquer. Le jeune prétendant se laissa faire, respirant au grès des mouvements de son professeur sans chercher à se débattre. La poigne était pourtant forte et la main l’englobait assez pour pouvoir couper totalement son débit d’air.

- Très bien. Très, très bien. souffla-t-il.

Le jeune s’était fait lascif sous ses doigts, toute la tension qui l’habitait était partie. C’était une jolie soumission. Ce jeune aimait se soumettre et c’était une excellente chose. Le professeur recula d’un pas et leur ordonna de s’agenouiller et de croiser les bras dans leurs dos. Ils obéirent immédiatement et leurs corps se cambrèrent de concert.

- Vous allez fermer les yeux et ouvrir la bouche.

Tranquillement, il approcha le Furh, attrapa ses cheveux et le tira légèrement en arrière pour l’éloigner du mur. Sa jolie bouche rosée était ouverte, il fit pénétrer un doigt à l’intérieur et lui caressa la langue. Il la sentit se contracter alors qu’il enfournait ses doigts un peu plus loin encore. Il insista tranquillement, presque paresseusement jusqu’à ce que le jeune ne s’échappe et ne demande :

- Stop.

Aussitôt il s’arrêta en soupirant. Ce n’était pas la première fois que ce prétendant intervenait de cette manière. Il détestait offrir le contrôle à un autre, mais il devrait apprendre ou quitter définitivement son cours. Ainsi pour l’aider, il lui proposa un exercice de remplacement.

- Met ton doigt dans ta bouche et suce-le jusqu’à ce que j’atteigne dix.

Le professeur compta lentement et lorsqu’il finit par indiquer « dix », il offrit une caresse le long de la tempe du prétendant pour le féliciter. Il reprit les exercices communs aidant les jeunes à améliorer, lentement, leur capacité à obéir. Tel était son rôle.

Aussi désagréable que ce soit, juste après le cours, ils durent retourner à leurs tâches habituelles. Le petit Oom le fit avec autant de force et de courage qu’il pouvait en réunir. Ce n’était pas facile, son corps était de plus en plus épuisé mais il s’accrochait. Il prit une collation rapide et retourna aussi vite que possible chercher ses affaires. Il avait particulièrement envie de tester le petit plug qu’on lui avait confié. Il se sentait complètement raide et tendu après cette journée et cela le décevait vraiment. Il aurait aimé être plus performant.

Trempant ses doigts dans le lubrifiant, il l’appliqua ensuite sur le plug, le caressant doucement. Il frémit en le comparant à son premier jouet sexuel. La forme n’avait rien à voir, mais en son point le plus large, il était bien supérieur au gabarit de l’autre. Le faire passer dans son fondement allait être peu évident. Il ne chercha pas à le prendre en bouche et au contraire, il le fit glisser le long de son ventre, frémissant au contact sur sa peau.

Il le glissa entre ses jambes, le laissa frôler son sexe puis ses testicules et il descendit, de plus en plus bas jusqu’à son anus crispé. Il souffla pour se détendre et appuya légèrement, mais il se referma un peu plus encore. Il relâcha la pression et recommença plusieurs fois sans améliorer les choses. Posant le plug anal à côté de lui, il recommença avec ses doigts. Il ne le fit pas délicatement, mais avec force et volonté. Il s’ouvrit tout en soufflant pour tenter de domestiquer la douleur. Dès qu’il trouva l’écartement suffisant, il retenta l’expérience. En grimaçant, le visage détourné et fermé, il poussa et s’arrêta soudain, un peu choqué lorsque sa barrière accepta l’intrusion et se referma tout aussi vite sur la base du plug. Il était installé.

Son cœur battait vite et quelques larmes s’étaient accumulées le long de ses cils, mais il tenta immédiatement de jouer un peu avec pour en éprouver les sensations. La manière dont cela appuyait à l’intérieur de son ventre était surprenante. Il ne parvint pas à trouver le courage de le retirer et il mit près d’une dizaine de minute avant d’oser se lever. L’objet suivi ses mouvements d’une manière déconcertante et il laissa échapper un petit cri lorsqu’il fut tiraillé de l’intérieur alors qu’il avait simplement voulu se baisser pour ramasser le drap qui attendait d’être changé. Les sensations étaient impossibles à occulter et elles le ralentirent grandement, néanmoins il fit ce qu’il devait puis, il retourna dans le dortoir.

Chaque dortoir avait sa propre particularité mais on pouvait en dénombrer au moins trois styles bien distincts. Celui-ci était son favori, à chaque changement de zone, il essayait d’en retrouver un similaire. Le plafond était fait de tôles assemblées par des écrous épais. Il était couleur rouille, mais la magie se produisait la nuit, lorsque chaque écrou s’éclairait pour représenter une constellation. C’était un si joli spectacle ! Il l’adorait. Il avait entendu d’autres prétendants assurer qu’ils n’aimaient pas trop ces dortoirs à cause de leurs couchages. Ils dormaient dans de grands lits à cinq ou six, se tassant les uns sur les autres. Cela favorisait les contacts qui étaient les bienvenues le soir, après de dures journées de travail, mais les lits les isolaient également en petit groupe, les empêchant d’être simplement tous ensembles.

Marchant comme il le pouvait avec le plug dans le fondement, le jeune Oom observa rapidement les différents lits et choisit non pas le plus proche, mais celui où il y avait le plus d’Ooms. Les ailes des Kris prenaient une place non négligeable et il ne parvenait pas à aimer leur contact. Quant aux Furhs, ils ne se mélangeaient que rarement aux autres d’ailleurs, dans les deux immenses lits qu’ils avaient investis, il n’y avait qu’un seul Oom qui ait osé s’y glisser.

Grimper sur le matelas fut peu évident, mais il y parvint et il se laissa glisser sur le côté tout en s’aidant du corps le plus proche. C’était un blondinet, minuscule, qui se retourna vers lui et le prit entre ses bras le plus naturellement du monde. Ils ne se connaissaient pas et ils ne chercheraient pas à se connaitre. Ils étaient interchangeables, mais ils étaient également chauds, moelleux, agréables aux contacts, … et ils étaient nombreux à s’en souvenir au creux de la nuit. Une main fatiguée glissa le long de ses côtes, descendit encore un peu jusqu’à toucher le plug anal qu’il portait, lui arrachant un gémissement. Le blond soupira d’aise tout en marmonnant qu’il était bien chanceux avant de s’endormir, alangui contre lui.

Chanceux ? Il n’en avait pas l’impression. Il travaillait très dur pour y arriver et son corps, si mignon soit-il, avait bien du mal à accepter d’être modelé ainsi. Néanmoins il se colla un plus contre l’autre corps nu, l’enlaçant dans ses bras et prenant son premier véritable contact doux de la journée. La vie dans la couveuse n’était pas facile, mais il y avait aussi de bon moment se dit-il tout en s’endormant, étrangement apaisé malgré la masse volumineuse en lui.

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 1 versions.

Recommandations

Marie Malefoy-Greengrass
Venez ici !!!!

Nous allons découvrir ensemble mes conseils à vous donner sur Scribay.

Êtes-vous prêts pour l’aventure ?
Si oui, tournez la page pour commencer à lire le premier conseil.

Sur ce, bonne lecture ou bon conseil (XD) !
14
5
1
4
Défi
Adolfo Georges
Un portrait chinois, quelle drôle d'idée... Qui veut me connaitre hein? Qui???
9
9
6
4
Défi
Leslie Riebel
Portrait nature
1. Si tu étais un animal, tu serais...
Je serais un chat, indéniablement. Je saurais enfin ce qu'il y a dans ma petite tête triangulaire, sous mon front que je donne parfois à caresser, pourquoi je m'étire avec délices, pourquoi je ronronne comme un petit moteur...

2. Si tu étais une plante (fleur, arbre...)
Je serais une rose, je sais, c'est très banal, mais je voudrais savoir ce que ça fait d'être si belle et si parfaite

3. Si tu étais un élément
Je serais l'air parce que la terre, c'est trop pragmatique, le feu trop passionné et l'eau trop froide

4. Si tu étais une pierre précieuse ou non
Je serais un diamant, juste pour crâner de tous mes carats

5. Si tu étais une saison
Je serais la jonction entre l'été et l'hiver, quand le soleil redevient timide

6. Si tu étais un moment de la journée
Je serais le moment de m'endormir

7. Si tu étais un des cinq sens
Je serais l'ouïe pour vibrer avec la musique Portrait lieux
8. Si tu étais un pays
Je serais l'Italie la magnifique

9. Si tu étais une ville
Je serais un tout petit village des Cévennes, juste pour contredire

10. Si tu étais une planète
Je serais la lune tantôt croissant tantôt galette mais toujours blonde

11. Si tu étais un paysage
Je serais un petit coin de montagne quand les premiers flocons virevoltent

12. Si tu étais une pièce de la maison
Je serais la chambre qui m'accueille chaque soir pour mon meilleur moment de la journée Portrait objet
13. Si tu étais un objet du quotidien
Je serais un stylo pour danser sur le papier et inventer des histoires

14. Si tu étais un véhicule
Je serais la trottinette de mon enfance

15. Si tu étais un vêtement
Je serais une écharpe douce pour y plonger mon nez Portrait culture
16. Si tu étais un livre
Je serais "L'élégance des veuves" d'Alice Ferney

17. Si tu étais un personnage de fiction
Je serais Peter Pan qui ne veut pas quitter son enfance

18. Si tu étais un mot
Je serais le mot "merveille" et je me distribuerais à tout le monde

19. Si tu étais un film
Je serais "Sur la route de Madison" qui me broie le coeur à chaque fois

20. Si tu étais une célébrité
Je serais Marylin Monroe pour savoir la fin de l'histoire

21. Si tu étais un dessin animé
Je serais Peter Pan qui s'envole vers l'île des Enfants Perdus

22. Si tu étais un super pouvoir
Je serais le pouvoir de téléportation pour vivre mille vies en une

23. Si tu étais une créature légendaire / imaginaire
Je serais une fée pour lancer des volutes d'étoiles avec ma baguette magique

24. Si tu étais un jeu vidéo
Je serais un Majhong délicat et poétique

25. Si tu étais une chanson
Je serais une chanson de Serge Reggiani qui me broie le coeur à chaque fois

26. Si tu étais un style de musique
Je serais un vieux blues déchirant

27. Si tu étais un instrument de musique
Je serais une guitare basse pour slaper à l'infini

28. Si tu étais une photo
Je serais le portrait en noir et blanc de personnes disparues depuis longtemps

29. Si tu étais un art
Je serais l'écriture qui n'a besoin de rien, juste du papier et un crayon

30. Si tu étais un événement historique
Je serais la fin de la deuxième guerre mondiale pour danser dans les rues et ne plus avoir peur de mourir Portrait gourmand
31. Si tu étais un plat
Je serais la purée de mon enfance avec le puits pour le jus

32. Si tu étais un dessert
Je serais une crème brûlée qui craquerait sous ma cuillère

33. Si tu étais une friandise
Je serais une praline rose qui craquerait entre mes dents

34. Si tu étais un fruit
Je serais une jolie pomme bien ronde dans la paume de ma main

35. Si tu étais une boisson
Je serais du café noir qui glisserait dans ma gorge avec un petit morceau de chocolat

36. Si tu étais une odeur
Je serais l'odeur blonde et chaude du pain frais Portrait Loisir
37. Si tu étais un loisir créatif
Je serais un atelier d'écriture pour faire danser les mots

38. Si tu étais un sport
Je serais une randonnée pour marcher à l'infini en rêvant

39. Si tu étais une fête
Je serais la fête de Noël qui garde des traces d'enfance

40. Si tu étais la lettre idéale
Je serais une lettre d'amour à garder toujours

41. Si tu étais de la papeterie ou un accessoire de papeterie
Je serais un cahier aux pages lisses et pleines de promesses
Portrait un peu plus perso
42. Si tu étais un chiffre ou un nombre
Je serais le nombre 7 et je ne sais pas pourquoi

43. Si tu étais un bruit
Je serais le pépiement de la pluie quand je me réveille

44. Si tu étais une devise
Je serais "L'amour est une rose, chaque pétale une illusion, chaque épine une réalité"

45. Si tu étais un hashtag
Je ne tweete jamais

46. Si tu étais une mauvaise habitude
Je serais la cigarette, que je n'ai pas encore quittée

47. Si tu étais une qualité
Je serais l'écoute qui fait tellement du bien

48. Si tu étais un gros mot
Je serais "saperlipopette" juste pour faire rire les gens

49. Si tu étais une émotion
Je serais un coup de foudre, c'est tellement délicieux à vivre

50. Si tu étais un plaisir
Je serais celui d'écrire et de me laisser emporter
3
0
0
4

Vous aimez lire Hendysen ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0