Chapitre 1

10 minutes de lecture

Cette histoire est un SPIN-OFF de « les porteurs de vies ». Les deux histoires peuvent être lues dans l’ordre de votre choix, elles ont néanmoins un chapitre commun. Elles se spoileront donc l’une l’autre sur un événement précis.

Cette histoire est réservée aux adultes. Rappelez-vous de prendre du recul dessus, elle présentera des fantasmes et des pratiques extrêmes. Si vous n’êtes pas à l’aise avec la sexualité, l’érotisme, … ne lisez pas. Merci <3

Chapitre 1

Dans les registres extérieurs cette couveuse était nommée FOK12 afin d’indiquer qu’ils élevaient trois espèces de clones différentes avec un niveau d’habilitation de 12 sur 25. Ce n’était qu’une couveuse parmi pleins d’autres mais pour ses habitants, elle était la couveuse. Chaque année un certain nombre d’enfants voyaient le jour. Si on les nommait encore parfois « clones » ils ne se ressemblaient pas pour autant à cause des nombreuses modifications génétiques et d’un petit reste de hasard qui se glissait ça et là dans les calculs les plus savants.

Le mâle à la tête de cette gigantesque entreprise s’appelait Roch’mey Taï, un Koros des plus impressionnants. Si régulièrement il venait visiter les plus jeunes, les autres le voyaient rarement mais il était source d’admiration. Peut-être le savait-il, mais il ne cherchait pas à modifier ses habitudes et parfois, il se retrouvait à chercher une forme d’intimité. Alors il montait tout en haut de la tour qu’il surplombait sa demeure et qui pouvait faire décoller son transporteur personnel. Là, il observait les environs. La couveuse était composée de petites tours agglutinées les unes aux autres sans véritables espaces extérieurs. C’était une sécurité que connaissait bien des zones spatiales, même si l’air était respirable à l’extérieur, un accident grave pouvait subvenir. Installé-là, le grand Koros réfléchissait à l’avenir… Sa couveuse avait changé de nom dix-neuf ans auparavant lorsqu’il avait réussi à négocier des souches Kri. Ces derniers allaient donc bientôt être fin prêt, il fallait encore patienter un peu pour savoir si toutes ces années de travail acharné avaient payé ou si c’était un échec comme sur d’autres couveuses avant la sienne. Faire naître des porteurs de matrices, ce n’était jamais évident…

Alors qu’il regardait le paysage, il ignorait que depuis l’une des terrasses d’un bâtiment proche, un jeune Oom l’observait. Oh depuis là où il était, il ne pouvait pas être certain que c’était bel et bien son Akoutie, mais il en rêvait. Il passait des heures accroupit sur ce morceau de terrasse à penser à ce dirigeant presque invisible. La dernière fois qu’il l’avait réellement rencontré, il avait cinq ans et il s’en souvenait parfaitement bien. Il était dans l’aile des touts petits, à côté de la zone des plus jeunes encore et en observant à travers l’une des vitres, il avait vu une immense ombre passée. Si elle lui avait fait peur, il était resté à l’observer. C’était un mâle imposant, un véritable géant. Sa peau était sombre et ses yeux complètement noirs ! Il avait eu envie de reculer mais l’un des anciens prétendants qui s’occupaient d’eux, Lo était arrivé. Il l’avait pris dans ses bras et il avait dit :

- N’ai pas peur. C’est Roch’mey Taï, notre Akoutie. Il veille à la sécurité de chacun d’entre nous. C’est un immense honneur de le voir. Tu as beaucoup de chances.

Suite à ça, il l’avait souvent guetté, mais il ne l’avait plus jamais revu d’aussi près. Le jeune Oom avait bien grandi et il avait à présent dix-huit ans et c’était un grand jour qui l’attendait. Il ne pouvait pas rester là, à observer l’horizon à s’en casser les yeux pour distinguer tout au plus une ombre sombre. Alors il redescendit dans les petits couloirs étroits de la zone de stockage pour avancer jusqu’à la zone dédiée aux entraînements et aux préparations des prétendants la plus proche de son dortoir. Sur le chemin, il rencontra malheureusement la cheftaine Voon. Voon était ce genre de femelle qui avait échoué lors de l’examen et qui n’avait pas été sélectionné mais qui en gardait surtout une rancune tenace. Depuis qu’il avait été envoyé dans sa zone, elle le faisait trimer sans arrêt, alors il ne fut pas surpris lorsqu’elle lui ordonna de ramener des fournitures à la zone des transporteurs, à plusieurs kilomètres de là, mais il tenta de défendre sa cause.

- J’ai dix-huit ans, je dois aller chercher mon équipement.
- Tu n’auras qu’à le faire après ! Non mais j’te jure ! Au plus c’est beau, au plus ça se croit tout permis…

Elle partit sans plus attendre et le petit Oom baissa légèrement la tête avant de la relever. Oui, tout le monde le disait beau depuis aussi loin qu’il pouvait s’en souvenir mais il n’en tirait aucune gloire ! Si beaucoup d’Oom étaient blonds ou roux, il avait les cheveux noirs remplis de reflets et comme tout ceux de son espèce, ils étaient particulièrement soyeux. Ils avaient bien poussé et ils étaient un peu plus long que la majorité de ceux de son espèce, peu importe, dans quelques années ils seraient coupés. Il avait également des traits fins et délicats, des grands yeux noirs, … Un jour, tout ça aurait son importance, mais pour le moment, ça ne faisait que lui compliquer la vie.

Il prit donc le petit chariot qu’il se mit à pousser en avançant d’un pas vif. Le transport des marchandises n’était pas la charge la plus désagréable qui soit en temps normal, mais il était attendu et cela provoqua une frustration de plus en plus difficile à gérer. Ainsi il traversa plusieurs zones dédiées au stockage, d’abord les denrées alimentaires, puis la zone dédiée aux textiles, en avançant encore, il alla jusqu’aux fournitures médicales. Certains des entrepôts étaient cachés derrière de grands murs. D’autres étaient ouverts et il les traversait directement. Le trajet était si habituel qu’il ne regardait même plus les jolis tissus ou les fournitures étranges qu’ils recevaient une fois par mois. Il arriva finalement à destination et il se mit immédiatement à décharger les petits paquets pour qu’ils puissent rejoindre les transporteurs pour de prochains échanges commerciaux.

Il avait presque fini lorsque Dasi le remarqua et lui ordonna de ramener de déplacer du carburant de la navette de ravitaillement au bout des quais jusqu’au différent transporteur. C’était une demande courante qui lui prendrait une grande partie de la journée. Aussitôt, le petit Oom tenta d’expliquer la situation, Dasi était un Furh très souvent juste envers eux, il avait une chance !

- J’ai dix-huit ans aujourd’hui…
- Mais qu’est-ce que tu fais là ? Allez ! Va-t-en !
- Merci !

Il ne se le fit pas répéter plusieurs fois et s’éloigna rapidement. Il prit ce pas pressé qui voulait dire que l’on ait occupé et il observa le sol pour ne surtout pas croiser le moindre regard. Ainsi, le futur prétendant gagna la zone à laquelle il était affecté et il marcha jusqu’à la zone d’infirmerie. Là, il ne put décliner son identité puisqu’il n’en avait pas encore une. Il espérait la gagner dans quelques années s’il avait de bons résultats lors de ses examens ! Et c’était justement pour une première préparation qu’il venait chercher son matériel ce jour-là.

Il y avait de nombreuses personnes différentes à travailler à l’infirmerie, mais il choisit de s’approcher de l’un de ceux qu’il avait vu de loin plusieurs fois, sans pour autant connaitre son nom. Il prononça quelques mots à peine et en échange, l’accueillant, un certain Key l’amena jusqu’à une petite pièce à l’écart des autres.

- Tu ne dois choisir qu’un seul et unique objet.

Il ouvrit différents tiroirs contenant des moulages de différents sexes. Certains étaient blanc cassé, d’autres noirs, quelques-uns étaient rouge sombre. Mais ce qui surprit le garçon fut moins leurs couleurs ou leurs formes variées que leurs tailles imposantes. Il hésita et demanda :

- Est-ce que mon choix sera consigné ?
- Oui, tout sera toujours consigné pour trouver, peut-être, pour qui tu seras le meilleur des prétendants.
- D’accord.

Il glissa sans y prêter attention une main, le long de son bras dans un geste réconfortant. Il tentait de se remémorer mais il était si petit à l’époque… A quoi ressemblait le sexe de l’Akoutie ? Etais-ce ce mandrin énorme qui ne rentrerait jamais en lui ? Ce sexe tout aussi gros en forme de pointe ? Ou peut-être un modèle plus modeste ? Ou plus fin ? Il se mordilla la lèvre, hésitant et puis il se dirigea vers le modèle qu’il caressa du bout des doigts. La texture était douce, soyeuse, mais sous la reconstitution de peau la base était horriblement dure.

- Je voudrais celui-ci.
- Parfait.
- Puis-je avoir un appareil de suivi ?

L’accueillant l’observa d’un nouvel œil. Les cours autour de la sexualité commençaient à partir des seize ans et seuls les plus assidus arrivaient à découvrir l’existence de ces équipements. Le jeune était très mignon avec sa petite poitrine un peu développée et ses grands yeux. Il ferait sans doute un heureux plus tard, lorsqu’il porterait ses petits. Ce fut pour ça, plus qu’autre chose, qu’il accepta.

- C’est un appareil basique qui doit être placé à l’intérieur de ton rectum. Tu sauras le mettre tout seul ?
- Je ne suis pas sûr.
- Bien ! Mets-toi en position alors…

Key soupira devant l’afflue de travail. Il avait lui-même échoué il y a quinze ans déjà… Il avait juste laissé passer sa chance comme bien d’autres avant lui et comme bien d’autres après. S’occuper de jeunes prétendants, les aider à s’accomplir, les voir réussir là où il n’avait pas pu, ce n’était pas des plus évident pour lui et pourtant il le faisait avec application. Il se retient même de marmonner à l’encontre des plus jeunes, à la place, il prit l’équipement nécessaire et observa le jeune Oom qui s’était installé à quatre pattes au sol. Il avait une très jolie croupe mais il n’était absolument pas habitué aux pénétrations.

Key s’accroupit derrière lui et le caressa doucement pour l’aider à se détendre. Il lui expliqua chacun de ses gestes, il lui parla de la finesse de la sonde qu’il allait rentrer dans son intimité pour y injecter le si petit dispositif. Il lui parla de chaque étape tout en lubrifiant la barre de métal creuse. Le liquide gras enduisit ensuite le petit anus si serré que l’accueillant eut envie de se moquer du jeune. Le petit avait pris un énorme sexe Koros, il ne pourrait jamais le faire rentrer entre ses reins ! Ils étaient nombreux à avoir les yeux plus gros que le ventre. Ils finissaient par revenir, piteux, demander un autre modèle.

La pointe de métal fut placée sur l’anus du jeune, l’accueillant joua un instant avec pour qu’il se détende puis la fit pénétrer très légèrement. L’Oom lâcha un petit cri de surprise quand elle passa sa barrière naturelle pour s’enfoncer, glissant le long de ses sphincters. Il était encore très sensible pour le moment, mais avec de l’entraînement il s’améliorerait sans doute.

- Ne bouges pas. Voilà. Regardes, j’ai plus qu’à appuyer un peu… et voilà, elle est au fond. Bon maintenant ça ne va pas être très agréable. Souffles bien.

Le garçon lâchait des halètements choqués depuis un moment déjà quand le petit dispositif fut inséré. Il poussa un couinement et plaqua ses mains aux longs doigts fins sur sa bouche pour étouffer le cri suivant. Ça piquait, ça pinçait à l’intérieur de lui ! Il savait intellectuellement que ce ne serait pas une partie de plaisir, mais il fut quand même déçu que son corps se révolte tant qu’il était difficile de rester immobile même avec la meilleure volonté du monde.

- C’est fait ! Matériel biocompatible et biodégradable, à réinstaller tous les six mois.

Le petit jeune se redressa, haletant, tout en le remerciant. Il resta un instant à genoux avant de s’aider d’un mur pour se relever complètement. Ses joues étaient un peu plus rouges qu’en temps normal. Key ne lui demanda pas si ça allait, il ne lui offrit pas une caresse de réconfort. A la place, il enchaîna comme il le faisait chaque jour, parfois plusieurs fois par jour.

- Penses à prendre un sac de lubrifiant en sortant. Pas plus d’un par semaine. Et ne négliges pas tes tâches. Si tu ne les effectues pas correctement, ce sera consigné ! … comme tout le reste d’ailleurs.
- D’accord, merci.

Avec la démarche maladroite de quelqu’un qui sentait encore le lubrifiant et la morsure en lui, il repartit en gardant dans ses mains l’énorme sexe rouge vif qu’il avait choisi. Il traversa la salle d’accueil avec son trophée, fier de lui pour une raison étrange. Il saisit l’un des sacs de papier contenant un grand nombre de pot de lubrifiant et il y déposa son jouet sexuel. Normalement, il avait sa journée pour le découvrir. Demain, les tâches reprendraient. Mais néanmoins, pour éviter de se faire envoyer chercher on ne sait quoi de l’autre côté de la zone, il marcha vite, la tête basse, contournant les personnes sans réellement les voir, son trésor plaqué contre son ventre. Il gagna ainsi la zone de repos et prit le premier espace personnel libre. C’était de minuscule chambre dotée d’un sol moelleux et d’un seul et unique drap. Il n’y avait pas de porte, mais il pouvait être assez à l’écart des autres pour ne pas les déranger. Il déposa son sac au centre et l’observa, le cœur battant la chamade.

C’était aujourd’hui. C’était enfin le moment. Il allait pouvoir débuter sa préparation active pour un jour peut-être… devenir un prétendant accompli !

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 1 versions.

Recommandations

Marie Malefoy-Greengrass
Venez ici !!!!

Nous allons découvrir ensemble mes conseils à vous donner sur Scribay.

Êtes-vous prêts pour l’aventure ?
Si oui, tournez la page pour commencer à lire le premier conseil.

Sur ce, bonne lecture ou bon conseil (XD) !
14
5
1
4
Défi
Adolfo Georges
Un portrait chinois, quelle drôle d'idée... Qui veut me connaitre hein? Qui???
9
9
6
4
Défi
Leslie Riebel
Portrait nature
1. Si tu étais un animal, tu serais...
Je serais un chat, indéniablement. Je saurais enfin ce qu'il y a dans ma petite tête triangulaire, sous mon front que je donne parfois à caresser, pourquoi je m'étire avec délices, pourquoi je ronronne comme un petit moteur...

2. Si tu étais une plante (fleur, arbre...)
Je serais une rose, je sais, c'est très banal, mais je voudrais savoir ce que ça fait d'être si belle et si parfaite

3. Si tu étais un élément
Je serais l'air parce que la terre, c'est trop pragmatique, le feu trop passionné et l'eau trop froide

4. Si tu étais une pierre précieuse ou non
Je serais un diamant, juste pour crâner de tous mes carats

5. Si tu étais une saison
Je serais la jonction entre l'été et l'hiver, quand le soleil redevient timide

6. Si tu étais un moment de la journée
Je serais le moment de m'endormir

7. Si tu étais un des cinq sens
Je serais l'ouïe pour vibrer avec la musique Portrait lieux
8. Si tu étais un pays
Je serais l'Italie la magnifique

9. Si tu étais une ville
Je serais un tout petit village des Cévennes, juste pour contredire

10. Si tu étais une planète
Je serais la lune tantôt croissant tantôt galette mais toujours blonde

11. Si tu étais un paysage
Je serais un petit coin de montagne quand les premiers flocons virevoltent

12. Si tu étais une pièce de la maison
Je serais la chambre qui m'accueille chaque soir pour mon meilleur moment de la journée Portrait objet
13. Si tu étais un objet du quotidien
Je serais un stylo pour danser sur le papier et inventer des histoires

14. Si tu étais un véhicule
Je serais la trottinette de mon enfance

15. Si tu étais un vêtement
Je serais une écharpe douce pour y plonger mon nez Portrait culture
16. Si tu étais un livre
Je serais "L'élégance des veuves" d'Alice Ferney

17. Si tu étais un personnage de fiction
Je serais Peter Pan qui ne veut pas quitter son enfance

18. Si tu étais un mot
Je serais le mot "merveille" et je me distribuerais à tout le monde

19. Si tu étais un film
Je serais "Sur la route de Madison" qui me broie le coeur à chaque fois

20. Si tu étais une célébrité
Je serais Marylin Monroe pour savoir la fin de l'histoire

21. Si tu étais un dessin animé
Je serais Peter Pan qui s'envole vers l'île des Enfants Perdus

22. Si tu étais un super pouvoir
Je serais le pouvoir de téléportation pour vivre mille vies en une

23. Si tu étais une créature légendaire / imaginaire
Je serais une fée pour lancer des volutes d'étoiles avec ma baguette magique

24. Si tu étais un jeu vidéo
Je serais un Majhong délicat et poétique

25. Si tu étais une chanson
Je serais une chanson de Serge Reggiani qui me broie le coeur à chaque fois

26. Si tu étais un style de musique
Je serais un vieux blues déchirant

27. Si tu étais un instrument de musique
Je serais une guitare basse pour slaper à l'infini

28. Si tu étais une photo
Je serais le portrait en noir et blanc de personnes disparues depuis longtemps

29. Si tu étais un art
Je serais l'écriture qui n'a besoin de rien, juste du papier et un crayon

30. Si tu étais un événement historique
Je serais la fin de la deuxième guerre mondiale pour danser dans les rues et ne plus avoir peur de mourir Portrait gourmand
31. Si tu étais un plat
Je serais la purée de mon enfance avec le puits pour le jus

32. Si tu étais un dessert
Je serais une crème brûlée qui craquerait sous ma cuillère

33. Si tu étais une friandise
Je serais une praline rose qui craquerait entre mes dents

34. Si tu étais un fruit
Je serais une jolie pomme bien ronde dans la paume de ma main

35. Si tu étais une boisson
Je serais du café noir qui glisserait dans ma gorge avec un petit morceau de chocolat

36. Si tu étais une odeur
Je serais l'odeur blonde et chaude du pain frais Portrait Loisir
37. Si tu étais un loisir créatif
Je serais un atelier d'écriture pour faire danser les mots

38. Si tu étais un sport
Je serais une randonnée pour marcher à l'infini en rêvant

39. Si tu étais une fête
Je serais la fête de Noël qui garde des traces d'enfance

40. Si tu étais la lettre idéale
Je serais une lettre d'amour à garder toujours

41. Si tu étais de la papeterie ou un accessoire de papeterie
Je serais un cahier aux pages lisses et pleines de promesses
Portrait un peu plus perso
42. Si tu étais un chiffre ou un nombre
Je serais le nombre 7 et je ne sais pas pourquoi

43. Si tu étais un bruit
Je serais le pépiement de la pluie quand je me réveille

44. Si tu étais une devise
Je serais "L'amour est une rose, chaque pétale une illusion, chaque épine une réalité"

45. Si tu étais un hashtag
Je ne tweete jamais

46. Si tu étais une mauvaise habitude
Je serais la cigarette, que je n'ai pas encore quittée

47. Si tu étais une qualité
Je serais l'écoute qui fait tellement du bien

48. Si tu étais un gros mot
Je serais "saperlipopette" juste pour faire rire les gens

49. Si tu étais une émotion
Je serais un coup de foudre, c'est tellement délicieux à vivre

50. Si tu étais un plaisir
Je serais celui d'écrire et de me laisser emporter
3
0
0
4

Vous aimez lire Hendysen ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0