Moi, lapin

de Image de profil de La Mandragore de NantesLa Mandragore de Nantes

Apprécié par 1 lecteur
Image de couverture de Moi, lapin

Moi, lapin

 

Je n’étais encore qu’un lapereau que déjà j’explorais hors du terrier bien des zones de la forêt. Intrépide, j’ignorais le danger dont ma mère cherchait à me protéger. L’aventure était trop importante à mes yeux, rester enfermer avec mes frères et sœurs ne me tentais guère.

Ce fut sans surprise quand je sortis en premier du terrier, une fois l’âge venu pour moi de vivre ma propre vie. Je me rendis vite compte que ce n’était plus aussi simple : je ne pouvais plus rentrer chez moi chercher du réconfort, voilà que je devais compter sur moi-même uniquement pour survivre au monde à la fois merveilleux et hostile de la forêt.

Pas de chance pour moi, ma robe blanche attirait les prédateurs. Heureusement, j’étais rapide et, fonçant à travers la végétation, je pouvais semer les renards et autres créatures voyant en moi leur festin.

M’aventurant toujours un peu plus loin parmi les arbres – l’amour des carottes et des salades me faisaient parfois faire des folies – voilà que je rencontre de pleine patte des hommes. Oh, je les connaissais déjà, puisque je volais sans gêne les délicieux légumes qui bordaient à foison l’herbe verte de mon territoire. Mais des hommes, je n’en avais encore jamais aperçu d’éveillés en plein milieu de la forêt.

Il y en avait quatre : un grand au poil sombre sur son faciès – mon grand frère de la même couleur en aurait pâli de jalousie. Il se trouvait deux femelles très habillées, ce à quoi je ne m’étonnais pas. Leur peau sans fourrure paraît être tellement fragile ! Et au milieu de ces dernières, un petit être immature, pourtant bien plus grand que moi déjà !

Je suis téméraire, mais non empreint de folie ; jamais je n’irai les approcher. D’ailleurs je m’en vais, je me retourne sans un regard en arriè…

Que vois-je ? Des pommes ? Dans ce panier ? Mon cœur bat la chamade. Des pommes ! Un véritable délice ! Mettant de côté mon instinct de survie, je m’avance doucement vers la nourriture. Personne ne m’a remarqué, c’est incroyable ! Je vais pouvoir dévorer en toute discrétion ces magnifiques fruits !

- Wapin !

Le petit être m’a vue ! Je suis repéré ! Une main se pose sur moi, doucement.

- Oui mon chéri, c’est un mignon petit lapin.

Moi, mignon ? En tout cas, tout le monde s’extasie devant moi. Du moment qu’après on me donne une pomme, je ne proteste pas.

Une vraie vie de lapin !

Tous droits réservés
1 chapitre de 2 minutes
Commencer la lecture

Table des matières

En réponse au défi

Écrire au musée

Lancé par Zelodie
Écrire à partir d'un tableau

Commentaires & Discussions

Moi, lapinChapitre4 messages | 4 ans

Des milliers d'œuvres vous attendent.

Sur Scribay, dénichez des pépites littéraires et aidez leurs auteurs à les améliorer grâce à vos commentaires.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0