Chapitre 3 : Conseil - Partie 1

10 minutes de lecture

Bonjour à tous ! Avant toute chose, sachez que je possède un bouclier anti-boulets de canon et que vos projectiles ne m'atteindront pas ! Je sais, je suis vraiment très, très, très, trèèèèèès en retard sur la publication de son chapitre. Il y a eu les cours, les examens, la procrastination, la page blanche... Je suis passée par toutes les choses possibles. Mais je suis de retour et fermement décidée à reprendre sérieusement ce projet ! Merci à toutes les personnes qui me soutiennent au quotidien, et à toutes celles qui ont commenté le chapitre précédent, ça fait super plaisir et j'espère que ce nouveau chapitre vous fera tout autant plaisir ! Comme d'habitude, n'hésitez pas à me laisser vos retours à la suite, c'est très important pour moi et pour la suite de l'aventure. Plein de bisouilles et bonne lecture !

Chapitre 3 : Conseil

Partie 1

Les sommets des montagnes désertiques apparaissant désormais à l’horizon étaient annonciateurs de fin de voyage pour Indrala, complètement exténuée. La traversée des plaines, puis des Terres Interdites avait été longue. Elle avait effectué plusieurs grands détours pour ne pas être repérée par les divers humains, orques et elfes noirs traînant ici et là dans les immensités dorées composant le désert de Snivelak. Les règles étaient très strictes à Warazi. Personne ne se montrait sans autorisation des commandants des lieux : Joldra, Nodros et Madra'o, trois dragons blancs au caractère difficile et au ton autoritaire. Cependant, Indrala appréciait leur point de vue sur ce que la race dragonne devait être, rejoignant son propre idéal.

La dragonne entama la dernière montée, vers les pics des montagnes noires de Snivelak, où les individus de son espèce, ou tout du moins le peu qu’il en restait, se trouvaient. Ses ailes commençaient à la faire souffrir, les dragons n'étant pas franchement habitués à parcourir des distances aussi grandes en aussi peu de temps. Elle ne tarda pas à entendre les grognements rauques des sentinelles, pour prévenir que quelqu’un approchait. Il s'agissait de dragons rouges, comme elle. Leur rôle principal était de garder la ville, ou de voyager à travers les terres, à la demande de leurs supérieurs. Indrala dépassa l’épaisse couche de nuages camouflant leur citadelle, se montrant ainsi humblement aux dragons de l’entrée. Il valait mieux ne pas tenter d'entrer à l'improviste à Warazi, en particulier lorsqu'on est un dragon de plusieurs dizaines de mètres. Les mauvaises expériences passées avaient rendu la garde plus nerveuse et agressive.

L’entrée de Warazi s’effectuait entre deux pics de montagnes de roches rouges, sculptées par les griffes des dragons d’antan, donnant l’impression de deux immenses draconides de pierre sur le point de se battre. Ces deux constructions permettaient aux reptiles voyageurs de toujours retrouver leur chemin dans ces montagnes peu accueillantes, puisqu’il n’y avait qu’une seule entrée possible et inaccessible à toute personne terrienne. Cette entrée secrète était gardée nuit et jour. Les dragons avaient beau être les créatures les plus puissantes de Tyrnformen, ils n’en restaient pas moins mortels. La menace venant parfois de là où on ne l’attend pas, il fallait qu’ils restent constamment sur leurs gardes.

L’une des sentinelles vint rapidement à sa rencontre, en lui grognant de s'arrêter pour un contrôle. Elle obéit et pivota pour faire du surplace. L'immense animal, quoiqu'un peu plus petit qu'elle, commença à lui tourner autour, en sifflant doucement : chez les dragons, cela signifiait qu'il était agacé. Elle crissa des dents immédiatements en le reconnaissant.

Brodrir ! lâcha t-elle sur un ton théâtral. Je ne pensais pas te voir aux portes, ce n’était pas ton jour de repos aujourd’hui ?

- En effet, très chère. Ca l’était jusqu’à ce qu’on se rende compte que tu avais fui ton poste. Encore une fois.

- Je suis vraiment désolée, d’accord ! J’ai été mandatée par le Haut-Conseil, je n’ai pas pu faire autrement. J'ai dû partir rapidement, je n'ai prévenu personne. En revanche, vu le poids que tu as pris cet hiver, ça ne te fera pas de mal un peu d’exercice... “mon cher”.

- Encore ? lâcha le rouge, surpris. C’est la troisième fois que le Conseil a besoin de toi ce mois-ci. A ce rythme-là, tu vas finir par être mutée chez les autres en infiltration ! Par contre, attention à toi, le chef est plutôt énervé. Je te conseille de ne pas lui adresser la parole tout de suite.”

Elle poussa un soupir agacé. Zodrak, le chef des escadrons rouges, n’était pas franchement un modèle de gentillesse et de calme. Elle le détestait presque autant que lui la détestait. Ils entretenaient une relation assez étrange au final, qui consistait à crier l’un sur l’autre jusqu’à ce que l’un des deux ait le dernier mot. Il était difficile pour elle de se faire une place dans la hiérarchie en tant que dragonne, mais elle s’en sortait plutôt bien pour tout dire.

Brodrir laissa Indrala devant le grand portail de la ville, où elle reprit son périple. Bien qu’elle savait que le Haut-Conseil attendait son rapport, ses grandes ailes rouges changèrent de cap pour les grottes de Warazi, au sud de la capitale. Tous les dragons, hormis les blancs et les noirs, trop grands pour ces petites cavités sombres, logeaient ici. La fougueuse dragonne descendit très bas, vers les cavernes en sous-sol, avant de s’engouffrer dans une large faille.

Elle entra en reniflant l'air, cherchant de toute évidence quelque chose ou quelqu'un. Elle se figea soudainement, sur ses gardes, alors qu’un grand sourire éclaira son long museau. Ses yeux reptiliens parcoururent la pénombre, détaillant chaque recoin sombre à la recherche d'un mouvement. Elle poussa un petit grognement, qui lui revint en écho, de manière déformée. Elle le savait. Elle tendit ses pattes en avant, en position de combat.

“Trouvée, Idris.”

Une tâche verte massive lui bondit dessus avec la rapidité et la grâce d'un rocher lancé d'une grosse catapulte. Une dragonne verte s'accrocha à sa cuisse et tenta de mordre vainement dans les épaisses écailles de sa partenaire rouge tout en poussant de grands cris. Manque de chance pour elle, ses deux rangées de dents pourtant solides et effrayantes de dragon vert ne pouvait ne serait-ce qu’érafler les épaisses écailles d’un dragon rouge, qui avaient les écailles les plus dures de tous les spécimens composant leur espèce. Indrala se saisit d'une patte de sa faible adversaire et la plaqua au sol. L'animal se débattit en grognant, avant de se mettre à rire, abandonnant.

D'accord, tu m'as eu. Tes écailles sont plus dures qu'il y a quelques jours, non ?

- Qu'est-ce que tu fais ici ? Tu n'es pas censée travailler à cette heure ?

- Je t'ai vu voler au dessus de la citadelle, je me doutais que tu ne résisterais pas à l'envie de venir rendre visite à ta toute petite soeur. Où est-ce que tu étais passée ? Je t'ai cherchée partout pendant des jours !

- Je suis désolée. Affaire urgente, Adranar m'a demandée. J'ai du partir dans la précipitation.

- Adranar... C'est celui avec les tresses, non ? Il n'est pas en infiltration chez les bipèdes ?”

Indrala poussa un petit grognement. Elle n'était pas censée être au courant. La position des agents en infiltration n'était connue que du Haut-Conseil et de son élite de voyageurs. Idris avait cette sale habitude de fouiner là où elle ne devrait pas, ce qui lui avait déjà valu plusieurs longs sermons des dirigeants de la cité. La dragonne rouge réussissait toujours à l'innocenter d'une manière ou d'une autre, mais chaque nouvelle fraude devenait de plus en plus difficile à cacher.

“Idris, si Zodrak apprend que tu détiens des informations secrètes...

- Tu n'avais qu'à pas laisser tes documents confidentiels juste sous mon museau. Tu sais ce que dit mon gardien ? Ma curiosité est une maladie.

- Ton gardien... Où est-ce qu'il est d'ailleurs ?”

En effet, la dragonne avait été placée sous la tutelle d'un gardien, un dragon rose chargé de remettre les “déviants” sur le droit chemin. Il était censé l'accompagner toute la journée pour superviser son travail et vérifier qu'elle ne s'échappait pas. C'était le compromis qu'avait trouvé Indrala avec le tribunal à la dernière grosse bêtise de celle qu'elle considérait comme sa petite soeur. Bien qu'elles n'avaient pas le même sang, elles avaient fui leur ancien clan ensemble et s'étaient installées dans cette nouvelle citadelle à deux. Depuis inséparables, Indrala veillait à la sécurité de sa cadette, tandis que celle-ci veillait à lui remonter le moral quand rien n'allait. Ce qui était assez fréquent dans ces territoires désolés et rocailleux.

Idris semblait un brin embarrassée. Son aînée pouvait lire dans ses yeux son intense réflexion pour trouver une excuse valide. La verte finit par soupirer.

“Si je me souviens bien, il m'a demandé de débarrasser les blocs de pierres bloquant l'entrée de Zodrak. Cette brute épaisse a encore grossi pendant ton absence, et il a fait s'effondrer la moitié de sa grotte sur lui. Mais c'était très drôle à voir.

- Idris...

- Oui, j'ai pris une poignée de cailloux, je l'ai lâchée dans une ruelle et j'ai filé. Il m'ennuyait. Est-ce ma faute si les propos de ce bougre décrépi sont aussi intéressants que les commérages des vieilles marâtres dans le crottoir ? lâcha t-elle sur un ton dramatique en se collant contre elle.”

Indrala leva les yeux au ciel, et recula, pour sortir de la caverne. Sa fougueuse compagne sautilla à sa suite, ravie d'avoir enfin un peu de compagnie. Idris avait la fâcheuse manie de s'attirer toutes sortes de problèmes par ennui quand son aînée quittait leur antre, l'avoir à ses côtés la rassurait quelque peu. La rouge déplia ses ailes, le Haut-Conseil l'attendait, il fallait qu'elle se dépêche.

“Tu m'accompagnes jusque là bas et ensuite tu retournes voir ton gardien. Pas d'excuses, tu retournes travailler, c'est le marché.”

Idris n'y trouva rien à redire. La dragonne rouge déplia ses énormes ailes couleur sang, prit un peu d'élan et s'élança. Elle décolla du sol dans une pluie de poussière qui ne manqua pas de salir l'intérieur des grottes voisines. Les deux dragonnes s'élevèrent dans les cieux, prenant de plus en plus d'altitude chaque seconde passant. Le Capitole était le point culminant de la citadelle, perché au dessus du pic le plus élevé de ces montagnes rougeoyantes. Situé sur un gigantesque plateau tenant par un miracle quelconque à la fine pente de rochers rouges, ce dernier se trouvait être le quartier militaire et politique des dragons de Warazi.

Dès leur approche, les deux dragonnes purent apercevoir plusieurs de leurs congénères roses et rouges quitter la plateforme, dans un ballet aérien dangereux qu'Indrala avait toujours admiré. Elle se demandait encore comment aucun accident n'avait pu se produire pendant tous ces millénaires, puisque chaque dragon lancé depuis là haut essayait tant bien que mal de ne pas rentrer dans un autre en train de grimper. Rêvassant, Indrala évita de justesse un dragon rose, en se décalant brutalement sur la droite, surprenant Idris qui ne pouvait pas voir ce qui se passait de l'autre côté à cause de la taille imposante de sa colocataire. La rouge insulta copieusement l'autre dragon qui lui cracha un jet d'acide de mécontentement, qu'elle esquiva facilement. C'était une méthode de communication très appréciée par leur peuple, il fallait se le dire.

Dans un ultime effort, les deux dragonnes se posèrent sur la plateforme, dans un boucan de tous les diables. Indrala passa une griffe derrière une écaille brillant d'une lueur rose pâle sur son long cou. Une grande lumière dorée l'entoura et sa taille commença à diminuer. Sa cadette l'imita quelques secondes plus tard et bientôt toutes deux reprirent forme humaine. La plateforme était certes très grandes, mais aussi très fragile. Par soucis de place, tous les dragons devaient prendre forme humaine ici. C'était une règle contraignante, que beaucoup n'approuvait pas et pour cause. Être enfermé dans un si petit corps lorsque l'on fait plusieurs dizaines de mètres de haut et de long est très inconfortable.

Indrala le tolérait assez bien. Après tout, elle passait beaucoup de temps en mission et elle avait eu tout le temps de s'y habituer. Idris en revanche grimaça à la fin de sa transformation. Elle n'appréciait pas vraiment cette peau élastique. Sous cette forme, elle avait l'apparence d'une jeune adolescente à la peau brune, les cheveux noirs coupés au carré avec quelques reflets roses et des yeux d'un vert presque transparent. Elle portait une robe de la même couleur, lui tombant jusqu'en dessous des genoux. La dragonne rouge se tourna vers sa cadette.

“A cette heure-ci, Zoldrak est sûrement à l'intérieur. Tu me laisses parler, tu ne touches à rien. Et surtout devant les blancs.

- Tu n'es pas drôle.

- Et toi donc.”

Elle lui donna une petite tape derrière la tête, Idris riposta en essayant de lui mordre le bras. Les deux complices finirent par entrer dans l'imposant bâtiment au centre de la plateforme : un énorme dôme de verre à plusieurs étages. Chacun avait un rôle important à jouer dans l'organisation de la citadelle. Indrala par exemple travaillait habituellement au septième étage, consacré intégralement à la sécurité de la citadelle et aux essais militaires.

Le couloir d'entrée était richement décoré. La plupart des meubles et des tapis avaient été volés aux humains, ce qui donnait une atmosphère assez étrange à l'endroit. Tout se trouvait être discordant : tapisseries de différentes couleurs, fauteuils et bancs de différentes époques, tableaux abîmés par le temps représentant des personnalités dont tout le monde ignorait le nom ou le métier... Les dragons n'étaient pas franchement doués pour la décoration, ils s'en préoccupaient plus par obligation pour travailler que par réel besoin.

Indrala et Idris empruntèrent les escaliers pour gagner le dernier étage de la citadelle. L'ascension fut longue et fatigante, les fragiles corps humains se fatigant rapidement. Elles arrivèrent toutes deux essouflées devant les portes de la salle du Haut-Conseil. Les deux gardes à l'entrée les observèrent suspicieusement, un sourire au coin des lèvres.

Habillés d’armures humaines tout autant disparates que les meubles les entourant, mélange de cuir et plates, ils avaient la particularité de partager le même visage, comme tous les gardes sous forme humaine du Capitole. Puisqu’ils ne sortaient en principe jamais de la citadelle, leur prototype humain, construit à partir de cobayes kidnappés dans les terres bien cachés dans les laboratoires souterrains de Warazi, avait été cloné sur tous les individus. Ce visage changeait souvent, le lien se rompant à la mort du modèle humain, gardé en stase pendant toute sa vie.

Indrala s'approcha d'eux dans cette attitude prédatrice qu’elle ne quittait jamais.

“Laissez-moi passer, je dois voir Joldra, Nodros et Madra'o de toute urgence. Je reviens d'Isendorn.

- Ils vous attendent, répondit courtoisement l'un des deux dragons. Par contre, elle reste ici, poursuivit-il en pointant Idris de sa lance.”

La cadette fit la moue, sachant que cette décision était de toute façon sans discussion. Indrala se tourna vers elle.

“Nos chemins se séparent ici, petite soeur. Retourne auprès de ton gardien, on se retrouve ce soir.

- Mais...

- C'est un ordre. On va parler de sujets confidentiels, je comprends qu'il ne te veuillent pas dans les parages. Va, maintenant. Et tâche de ne pas croiser Zoldrak, il va encore utiliser ta présence ici contre toi.

- Très bien... Sois courageuse.

- Sois prudente.”

Idris tourna les talons en traînant des pieds, peu motivée à l'idée de retourner casser des cailloux. Indrala se tourna vers les gardes, qui entrouvrirent les portes pour la laisser passer. Elle prit une inspiration et pénétra dans la salle.

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 2 versions.

Recommandations

Adrien de saint-Alban


L'avenue Charles de Gaulle à Neuilly sur seine entame son réveil. On apercevait la silhouette majestueuse de l'Arc de triomphe qui se détachait du ciel d'un matin de juin resté sombre et gris.
Vers huit heure, l'avenue commençait à se remplir, le brouhaha des voitures précédait celui des piétons qui se multipliaient comme des fourmis au sortir des bouches de métro. Bientôt, c'est une armée de zombies que l'on verra déferler sur l'avenue, une armée d'humains déshumanisés se ruant pour les uns au bureau, pour d'autres à l'usine. Paris, la ville lumière est devenue la ville fantômes. Une ville où il fait sombre vivre. Une ville où il fait sombre travailler. Un désert d'hommes. Une forêt de solitudes. Des corps qui se meuvent comme des mécanismes qui se remontent chaque soir. Des corps dont la mécanique huilée se détend dès la descente du métro et pour tout le long de la journée, pour être remontée le soir même. Et ainsi de suite tout au long de l'année, tout au long de la vie du parisien.

Faire accroire à la ville et au monde que Paris est une ville lumière. Toute la nuit durant, la tour Eiffel scintille de mille feux. Cet échafaudage en ferraille que les beaufs du monde entier nous envient. Donner le sentiment à la ville et au monde que l'environnement est une préoccupation bien française, un souci de tous les jours. Oui, faire venir la terre entière à Paris, tout ce qui se compte de costumes sombres et de nœuds papillons, pour les abreuver de discours et leur donner l'impression que les générations futures pourront respirer un air nouveau et pur. Paris est un concentré d'absurdités. Le panaméen paiera la facture. Un pigeon rêvé, le parisien. Tous ceux qui ont eu en charge l'administration de la capitale n'ont pas eu trop de mal à rouler le parigot dans la farine en le matraquant, en le bernant, en le cocufiant. La dernière en date est cette hispanique hystérique dont la taille du cerveau n'excède pas celui d'un colibri du Vénézuela.
J'ai réussi à trouver une place où me garer. Mon rendez-vous chez le médecin est pour treize heure quinze. Je dois patienter dans ma voiture.
Je pouvais de mon point de vue, à l'abri, voir sans être vu, tel un concierge, épier la foule qui se densifiait à vue d'oeil. Je pouvais scruter le parisien, ses manies, sa manière de marcher, de se mouvoir. Et pourtant, dans ce magma humain craché par les profondeurs de la ville, magma uniforme, désincarné et farouche, chaque parisien est différent. La somme d'individualités est infinie chez le peuple de Paris.
Pourtant, une seule chose les unit : la peur. Une peur inconsciente dont ils ne sont plus les maîtres.
Vous ne verrez jamais un parisien sans une oreillette et un smartphone. Il y a ceux qui se déplacent à pieds, d'autres en trottinette. Je pouvais à loisir faire l'inventaire amusant de tous les travers d'un peuple qui s'ignore.
Je scrute de ma voiture la sociologie parisienne à sept heures du matin. Le parisien blanc est rare à cette heure. Il est encore dans son lit. Le parisien blanc apparaît avec les premières clartés, pas avant.
Le premier à se lever tôt est le citadin noir. Il est le premier à prendre le métro, le premier à aller gagner sa croûte, le premier à aller à la guerre. Le premier à se faire massacrer. Le casse-pipe c'est toujours pour le noir. Une fois qu'il a balayé, nettoyé, sécurisé le terrain, il laisse la place au parisien blanc propre sur lui et cravaté. Les stigmates du colonialisme se sont déplacés du pays colonisé à celui colonisateur. Le même schéma est ici reproduit avec les mêmes codes et le colonisé n'a fait que suivre son colonisateur. Les mêmes rapports de force sont toujours identiques et toujours favorables au blanc. C'est d'autant plus vrai qu'ils s'appliquent chez lui, chez le maître blanc.
J'ai toujours eu une fascination pour le clochard parisien. A chaque mégalopole ses clochards. La physionomie du clochard varie dans le temps et dans l'espace.

La ville de Neully sur seine a ses bourgeois et ses clochards. Le bourgeois qui jette et le clochard qui ramasse. Le bourgeois de Neuilly jette en fonction de son chéquier. Les poubelles jonchent le trottoir. Le bourgeois de Neuilly se débarasse de l'objet qui l'encombre. Le bourgeois de Neuilly n'a pas d'état d'âme. Quand il a décidé de se séparer d'un objet devenu encombrant et dont il ne veut plus en entendre parler, il s'en débarrasse comme d'un cadavre aux premières lueurs du jour, à l'abri des regards, comme ces gens sans âme qui abandonnent discrètement leur chien sur le bord des routes. Seule sa conscience est là pour le juger, mais il s'en fiche, le bourgeois de Neuilly, il est riche, le rupin de Neuilly. L'objet sitôt jeté, sitôt oublié. Son petit confort personnel avant tout autre considération.
L'objet devenu orphelin attend d'être adopté, il fera le bonheur d'un clochard.

Aujourd'hui un matelas n'a plus trouvé grâce chez un bourgeois. Il s'est retrouvé à la rue. Il était là, gisant sur le trottoir, jeté là par ceux dont il a accompagné l'intimité et partagé les secrets pendant des années, déchu brutalement après avoir rempli ses états de service, après avoir soulagé un corps fatigué, celui d'une femme ou celui d'un homme, ou peut-être les deux à la fois, fonctionnaire de l'amour et témoin malgré lui de secrets d'alcôve dont la carrière s'achève, désormais immondice. L'ingratitude de l'être humain est sans limite. Personne n'en voulait. Il était là étendu sur le trottoir attendant qu'une âme charitable lui redonne une considération, lui rende son statut perdu .
Les passants continuaient de passer. Les blancs se mêlaient aux noirs. Parfois quelques asiatiques donnaient de Paris son aspect cosmopolite et international.
Personne ne prêtait attention au matelas. Une jeune femme la tête plongée dans son smartphone. Un type d'un certain âge qui trainait une valise à roulettes. Un jeune homme sur un segway passant sans même jeter un oeil compassionnel au matelas.

Soudain, parmi la foule de gens pressés et absents, je vis apparaître une silhouette un peu étrange. Une femme déguisée par nécessité se traînait, le regard vif et aux aguets. Elle avait un masque pour se protéger de la pollution, ou pour ne pas qu'on la reconnaisse. Elle avait un sac bourré de ne je sais quoi. Un sac à l'enseigne Tati. Tati ne pouvait avoir qu'une pauvre misérable comme ambassadrice. Peut-être une ancienne cliente qui a subi les aléas de la vie jusqu'à descendre aux enfers de la rue. Combien de clients de chez Tati se sont retrouvés à la rue? Un sac Vuitton l'aurait protégée des aléas stupides de la vie parisienne. Au lieu de passer son temps à ramasser ce dont le bourgeois de Neuilly ne veut plus, elle aurait embrassé la carrière de jeteuse.
Quand elle passa à coté du matelas, la femme en haillons fut intriguée, son regard se fixa sur cet objet encore intact qui n'avait rien à faire là. Le malheureux matelas étendu sur le trottoir, auquel seule une nécessiteuse semblait s'intéresser et auprès de laquelle il avait trouvé grâce. Et d'ailleurs, qui pouvait s'intéresser à un matelas jeté sur le trottoir sinon une clocharde? L'état du matelas laissait croire qu'il pouvait encore servir longtemps. Les autres passants passaient à coté, ou parfois l'enjambaient machinalement, la tête plongée dans leur smartphone. On pouvait facilement deviner à l'intérêt qu'ils portaient pour le matelas qu'ils avaient un toit. On devinait que leur souci premier n'était pas de dormir dans un matelas bien moelleux, c'était un luxe devenu banal pour le parisien mortel. Il ne veut en aucun cas se pencher sur ce matelas. Le prendre en considération. Le prendre en commisération. Non, le souci premier du passant de Neuilly est d'aller bosser pour payer son loyer et ne pas se retrouver à la rue comme cet infortuné matelas qui était là à entraver sa trajectoire. Le matelas est l'avenir de l'homme parisien. Ce matelas qui est en quelque sorte le négatif de leur vie. Le matelas et le parisien ont leur destin lié l'un à l'autre. Quand l'un a perdu pied, l'autre trébuche.

Pour le moment il fait mine de l'ignorer sachant que tôt ou tard son tour viendra .

Adrien de saint-Alban
0
0
0
6
Karandja
Une nouvelle race intelligente a été découverte par les humains, leur permettant de mettre au monde des enfants capables de vivre des centaines d'années. Un siècle plus tard, chaque enfant né avec ces capacités doit être répertorié et utilisé soit pour des analyses, soit pour leurs capacités spéciales.
C'est dans ces conditions que va naitre Nathalie Verseau.
Elevée par ses deux tantes, elle n’a jamais été autorisée à sortir de chez elle. Mais à ses quatorze ans, elle se retrouve obligée d’aller dans une école où sont regroupés chaque membre de son espèce.
Elle va alors devoir évoluer dans un monde dont elle ne connait rien.
Roman futuriste.
8
20
111
17
Défi
Charlie Jdan
Une souris se faufile dans la maison,
et voilà que tout prend des proportions démentielles...


Texte en réponse au défi "Héros malheureux" lancé par Felónwë
4
3
0
5

Vous aimez lire Myfanwi ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0