Akkorokamui

3 minutes de lecture

Akkorokamui est un dieu gigantesque poulpe qui réside dans la baie d'Uchiura à Hokkaido. Quand il étend ses jambes, son corps s'étend sur un hectare. Il est si gros qu'il peut avaler des bateaux et même des baleines d'un seul coup. Tout son corps est rouge comme un couchait de soleil ou rouge vif selon les sources. Il est si grand que la mer et même le ciel, lorsqu'ils apparaissent, prennent une couleur rouge vif. Quelques sources le décrive comme ressemblant à un homme, décrivant une forme entre l'animal et l'humain.

Tout navire assez fou pour naviguer trop près Akkorokamui sera avalé entier. Par conséquent, depuis des générations, les habitants sont restés loin de l'eau lorsque la mer et le ciel deviennent rouges. Les pêcheurs et les marins qui n'avaient d'autre choix que d'être sur les eaux emporteraient des faux avec eux pour se protéger.

Akkorokamui vient du folklore Ainu, connu sous le nom d'Atkorkamuy. Son nom peut être traduit par «kamuy tenant des cordes». Tenant des cordes fait probablement référence aux tentacules en forme de cordes de la pieuvre, tandis que kamuy est un terme aïnou qui désigne un être divin, semblable au terme japonais kami . Dans le folklore Ainu, Akkorokamui est à la fois vénéré et redouté en tant que divinité de l’eau, plus précisément en tant que seigneur de la baie d’Uchiura.

Une légende raconte qu'il y a bien longtemps, dans les montagnes situées près du village de Rebunge, vivait une araignée gigantesque appelée Yaushikep. Yaushikep était énorme. Son grand corps rouge s'étendait sur un hectare. Un jour, Yaushikep est descendu des montagnes et a attaqué les habitants de Rebunge. Il secoua la terre alors qu'il se déchaînait, détruisant tout sur son passage. Les villageois étaient terrifiés. Ils ont prié les dieux de les sauver. Le dieu de la mer, Repun Kamuy, a entendu leurs prières et a entraîné Yaushikep dans la baie voisine. Lorsque la grande araignée a été prise à l'eau, il s'est transformé en une pieuvre géante et a pris en charge la baie en tant que son dieu. Depuis lors, il s'appelle Atkor Kamuy, ou Akkorokamui en japonais.

L'Akkorokamui est également décrit avec la capacité de s'auto-amputer, comme plusieurs espèces de poulpes, et de régénérer les membres. Cette caractéristique se manifeste dans la croyance en shinto que Akkorokamui a des pouvoirs de guérison. Par conséquent, les adeptes pensent que faire des offrandes à Akkorokamui guérira les maux du corps, en particulier les défigurations et les membres cassés.

La révérence Ainu de ce monstre a imprégné le shintoïsme, qui a incorporé Akkorokamui en tant que kami mineur. Les pratiques d'auto-purification pour Akkorokamui sont souvent strictement suivies. Akkorokamui est souvent présenté comme un kami bienveillant doté de pouvoirs pour guérir et transmettre la connaissance, mais il est inconstant et a la propension à faire du mal. La nature de pieuvre d’Akkorokamui signifie qu’elle est persistante et qu’il est presque impossible d’échapper à sa portée sans autorisation. Comme pour les autres rituels de purification shinto, avant d'entrer dans le sanctuaire d'Akkorokamui, vous devez vous laver les mains à l'eau, sauf que vous devez nettoyer vos pieds. Akkorokamui aime la mer et les offres qui en témoignent: poissons, crabes, mollusques, etc., sont des favoris de Akkorokamui, qui rendent ce qu’il a donné.

Des sanctuaires dédiés à Akkorokamui et à la divinité associée du poulpe se trouvent dans tout le Japon. Parmi les sanctuaires bien connus, on compte l'un à Kyoto et l'île de Hokkaido qui rendent hommage à Nade yakushi. Bien qu'ils soient nommés à différentes entités, ces sanctuaires ont des caractéristiques communes à Akkorokamui et en partagent diverses caractéristiques. À ce titre, les pratiques de guérison, de renouvellement et de purification sont similaires.

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 1 versions.

Recommandations

Défi
Trail's World
Est-ce que la mort est vraiment ce que l'on pense ? Est-ce qu'on ressent la mort ? Est-ce que nous avons conscience de mourir ?
4
1
0
2
Défi
MarieF
Un amour plus fort que la guerre...
2
2
14
7
Défi
Adrien de saint-Alban

Ma chère Brigitte, il s'est passé beaucoup de temps depuis la dernière lettre dans laquelle je formulais un espoir, celui de te voir auprès de moi. C'était une lettre aux allures d'invitation au voyage. Un voyage non pas là où tout n'est "qu'ordre, luxe, calme et volupté", non.
Je t'invite à un voyage là où tout n'est que désordre, indigence, tourment et chasteté. Un voyage au pays du renoncement. Non seulement au renoncement de la chair mais aussi à celui des biens matériels dont la société de consommation ne cesse de nous abreuver.
La vertu du renoncement qui est une flagellation de l'âme pénitente.
Oui ma chère Brigitte, au renoncement. Oui, au renoncement de la chair, Brigitte. Oui, au renoncement de la possession. Nous serons libres. Nous vivrons comme des clochards affreux, sales et gentils. Nous serons affranchis de toutes les contraintes liées au désir insatiable de posséder. Ce désir puissant, terrible et finalement méprisable.
Oui, renoncer à cette chimère après laquelle l'homme court depuis des millénaires sans avoir trouvé le bohneur. Cette chimère qui consiste à posséder le trop plein et l'inutile.
Je t'invite à renoncer.

Ton Adrien qui t'aime et qui ne renonce jamais.

Nicodème Pichegru
0
8
1
1

Vous aimez lire SirenHead ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0