Pope Lick

3 minutes de lecture

À Louisville, près du chemin de fer de Norfolk, sous le pont ferroviaire de Pope Lick, se cacherait une créature hybride mi-homme mi-chèvre, une créature démoniaque qui hanterait l'endroit et dont le seul but serait d’attirer ses victimes dès qu’un train s’approche pour les blesser, voir les tuer. 

Il s’agirait d’un monstre hybride entre un homme et une chèvre, doté de puissantes pattes de chèvre et recouvert d’une épaisse fourrure albinos. Le torse de ce monstre est celui d’un homme quelque peu déformé d’une manière grotesque. La couleur de sa peau est blanche translucide, une peau donc spectrale qui montre les os de la créature. Le visage du monstre ressemble vaguement à celui d’un humain, avec des yeux noirs trop écartés, un nez trop aquilin , de longs cheveux et une mâchoire trop saillante. Sur le front, on peut deviner de petites cornes aiguisées.

Le monstre de Pope Lick s’attaque particulièrement aux couples qui stationnent au niveau de l’allée des amoureux. Ce coin est réputé pour sa tranquillité. De nombreux couples s’y arrêtent en voiture pour faire leurs petites affaires à l’abri des regards. Le goatman leur jette des pierres pour attirer leur attention ou fait du bruit. Le monstre attaque rarement ses victimes de front, il se contente de leur faire peur. Le plus souvent, les victimes décampent à toute vitesse. Il arrive parfois que le monstre de Pope Lick attire ses victimes sur le pont. Cela reste cependant rare, mais ce fut le cas pour Roquel Brain que nous vairons d'ici peu.

L’origine de cette légende du monstre de Pope Lick reste inconnue comme toute bonne légende, cryptide. Selon certaines croyances, il serait né d’une union zoophile d’un fermier et de sa chèvre. Une autre histoire raconte qu’il était un monstre de foire établi dans la région de Pope Lick au début du XXe siècle, raillé par tous, parfois battu et c’est pour cela qu’il a recherché la tranquillité en se cachant sous le pont du chemin de fer. C’est aussi pour cela que maintenant, il s’amuse à faire peur aux personnes qui s’approchent un peu trop près de son domaine. Des créatures semblables au monstre de Pope Lick existeraient un peu partout dans le monde, cachées. On les appelle les Goatman. Certains auraient été aperçus au Texas, en Oklahoma et dans le Maryland.

À l’automne 2000, un article paraît dans un journal local de Louisville, le WDJX. Ecrit par le journaliste Dan O’Brien , il présente la disparition étrange d'un jeune homme de dix-neuf ans qui à fait la veille une chute mortelle en essayant de traverser à pied le pont de chemin de fer de Pope Lick. D’après ses proches, il effectuait une sorte de “parcours initiatique” imposé par sa Fraternité étudiante. Le corps de l'étudiant n’a jamais été retrouvé et la population locale pointa du doigt aussitôt le goatman de Pope Lick, responsable de nombreuse autre disparition.

La disparition de Roquel Bain que nous avons parlé dont l’histoire a fait la Une des journaux fut une de ses victimes visiblement. Roquel Bain et son petit ami étaient férus de lieux hantés et originaire de l'Ohio. Suffisamment fan pour visiter le Waverly Hills Sanatorium et d'autres lieux du même genre. C'est lors de cette visite qu'ils apprirent la légende du monstre de Pope Lick et sans hésitation ils décidèrent de traquer ce monstre.

Arrivé sur place Roquel Brain fut violemment percutée par un train. Son petit ami réussit à s’échapper et racontera plus tard qu’il était comme hypnotisé par une voix qui lui disait de s’approcher.

On ne retrouvera aucune drogue dans son organisme ni dans celui de la défunte. Mais l’enquête prouvera que le décès de Roquel Brain ne peut être accidentel, car elle aurait dû entendre le train s’approcher d’elle.

Il est tout de même légitime de pensé au meurtre, plus qu'au monstre mais le goatman fut plus vendeur et on connait tous comme le destin peux faire taire des disparitions aussi étrange soient-elles.

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 2 versions.

Recommandations

Défi
Trail's World
Est-ce que la mort est vraiment ce que l'on pense ? Est-ce qu'on ressent la mort ? Est-ce que nous avons conscience de mourir ?
4
1
0
2
Défi
MarieF
Un amour plus fort que la guerre...
2
2
14
7
Défi
Adrien de saint-Alban

Ma chère Brigitte, il s'est passé beaucoup de temps depuis la dernière lettre dans laquelle je formulais un espoir, celui de te voir auprès de moi. C'était une lettre aux allures d'invitation au voyage. Un voyage non pas là où tout n'est "qu'ordre, luxe, calme et volupté", non.
Je t'invite à un voyage là où tout n'est que désordre, indigence, tourment et chasteté. Un voyage au pays du renoncement. Non seulement au renoncement de la chair mais aussi à celui des biens matériels dont la société de consommation ne cesse de nous abreuver.
La vertu du renoncement qui est une flagellation de l'âme pénitente.
Oui ma chère Brigitte, au renoncement. Oui, au renoncement de la chair, Brigitte. Oui, au renoncement de la possession. Nous serons libres. Nous vivrons comme des clochards affreux, sales et gentils. Nous serons affranchis de toutes les contraintes liées au désir insatiable de posséder. Ce désir puissant, terrible et finalement méprisable.
Oui, renoncer à cette chimère après laquelle l'homme court depuis des millénaires sans avoir trouvé le bohneur. Cette chimère qui consiste à posséder le trop plein et l'inutile.
Je t'invite à renoncer.

Ton Adrien qui t'aime et qui ne renonce jamais.

Nicodème Pichegru
0
8
1
1

Vous aimez lire SirenHead ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0