Chapitre 47

4 minutes de lecture

   C'est à ce moment-là que le divorce s'était imposé comme une solution dans notre couple. De ce fait le serment de fidélité ne tenait plus. Et nous avions l'un et l'autre bien des choses à découvrir en matière de sexualité. Moi surtout. Cela tombait à pic car dans ce milieu psy, elle se dévoilait sans répression ni tabou. La psychanalyse s'étant imposée comme théorie dominante, vu que selon Sigmund Freud la libido est l'essence même de la pulsion de vie, qu'il n'y a d'inconscient que sexuel, le grain à moudre ne me manquait pas. Dans le service, des jeunes et jolies infirmières psy, pas sauvages, l’œil couleur besoin et la cuisse hospitalière, m'adressaient des sourires affriolants, me lançaient des regards non équivoques, me signifiaient clairement leur préférence pour les contacts rapprochés à l'éloignement corporel. Ce qui me semblait de bon augure pour mon apprentissage du libertinage, que j'avais laissé en stand by depuis quelques années.


La patiente que mon coach me confia, madame S. occupait une chambre seule dans le pavillon des hospitalisations libres. Entrée tout récemment à la suite de la décompensation d'une névrose sévère, mariée, sans enfant, âgée de trente ans, elle se trouvait placée en observation avant qu'on établisse en équipe, son projet thérapeutique. Assurément jolie, mais triste et désemparée, je devais explorer les causes et les effets de sa dépression. N'ayant pas de bureau à ma disposition, les entretiens se déroulaient dans sa chambre. Je ne possédais sur elle que très peu d'informations, sinon qu'elle ne s'entendait pas avec son mari, l'infirmière qui l'a accueillie m'ayant précisé : « il est défiguré à cause d'un accident de voiture, probablement suicidaire. On ne peut pas le regarder sans tressaillir, et c'était avant qu'elle ne le rencontre, elle l'a épousé dans cet état. »


Au premier entretien, nous fîmes connaissance. Elle me remercia de prendre en compte son mal être, me développa ses angoisses, ses souffrances, sans les amplifier ni les masquer. D'emblée le courant est passé entre nous. Elle a même souri à plusieurs reprises. Je l'ai quitté radieux et fier comme Artaban. Avec en plus des émois libidineux que je ne pouvais pas faire semblant d'ignorer.
Dès notre seconde rencontre, elle s'épancha sur ses difficultés en couple et me déclara tout de go :

- Je n'éprouve aucun plaisir au cours de nos relations sexuelles avec mon mari... je n’atteins pas l'orgasme... faire l'amour avec lui est devenu un calvaire... il pense que je suis frigide, mais je sais que ce n'est pas vrai...


Silence radio chez le thérapeute en herbe, qui s'efforça de rester bien concentré, d'inhiber l'excitation envoyée illico par son lobe frontal jusqu'aux nerfs honteux externes et internes. Mais la belle n'en resta pas là et poursuivit en me regardant droit dans les yeux :
- Je dois vous avouer, docteur, que je suis convaincue, et même certaine, qu'avec vous je pourrais enfin jouir sexuellement. Ce qui me guérirait complètement.


Fort de ma leçon précédente, je n'allais pas discréditer le discours de la malade.


- Euh... la méthode thérapeutique que vous proposez ne fait pas partie de ce que l'on m'a enseigné à la faculté. Je vais donc en parler en équipe lundi prochain et vous serez tenue au courant.


Donc, le lundi en question, la gueule enfarinée, tel un grand naïf prêt à tout pour faire avancer la science et soulager la souffrance d'autrui, je racontai mon entretien à l'aréopage du staff. D'emblée, comme un seul homme, les trois surveillantes cheffes devinrent livides, se haussèrent sur leurs ergots. L'une d'elle, une ancienne, m'apostropha d'un :

- Mais enfin ! Vous ne pouviez pas lui dire que ça n'était pas possible !


- Comment ça ? Pas possible ? Je ne suis pas un eunuque que je sache.


Nouveau coup de sang de la garde chiourme !


- Et comment vous comptiez procéder, si cela était possible ?


- Ben... on donnerait une permission à madame S. et nous irions elle et moi dans un hôtel...


- Là vraiment ! Vous allez trop loin ! Vous ne savez donc pas qu'il est formellement interdit qu'un médecin fasse l'amour avec une patiente ?


- Même si elle est majeure et demandeuse ?


- Mais bien sûr !


- Non... je l'ignorais totalement !


Puis M. Boursilleau, un petit sourire narquois aux lèvres, prit la parole et m'expliqua, avec l'esprit d'ouverture et la bonhomie qui le caractérisaient, que toutes les expériences de ce genre avaient abouti à des échecs cuisants. Il termina son laïus en disant :

- Vous savez ! Ces histoires de sexe, laissez donc le vieux chef de service s'en occuper ! Malheureusement pour lui, par un hasard perfide, quelques années plus tard, un cancer du testicule l'enverrait tout droit au paradis.


Dans les jours qui suivirent, mon image de marque en prit un sacré coup. Sauf en ce qui concerne les infirmières qui me trouvaient drôle et sympathique. Je ne revis plus madame S. à qui l'interne a déclaré que j'avais bien présenté sa requête à l'équipe soignante, mais qu'on ne pouvait pas l'accepter, car cela ne ferait qu'aggraver sa maladie au lieu de la soulager. Lorsque je la croisais dans le service elle ne semblait pas m'en avoir tenu rigueur. Quant à la plus jeune des trois surveillantes cheffes, elle ne m'a jamais pardonné cette incartade, d'autant qu'elle ne pouvait pas m'empêcher de draguer « ses » infirmières, lesquelles s'amusaient à la provoquer en affichant ostensiblement leur bonne et sensuelle relation avec moi. Elle me déclara un beau matin : « vous n'êtes vraiment pas fait pour le métier de psychiatre !»


Le patron m'a ensuite abreuvé d'articles en français, en anglais et en allemand, qui tous, démontraient par A plus B les méfaits de toute relation sexuelle entre les psys et leurs patientes. Je les ai lus et traduits, sans trop rechigner. Si l'un de nos slogans de mai 68 affichait « il est interdit d'interdire », je découvris qu'il existait au moins un interdit à respecter tout au long de ma carrière, car il reposait sur des argumentations savamment étoffées et pertinentes.


Annotations

Versions

Ce chapitre compte 6 versions.

Recommandations

jesuispasunerockstar

Sweet dreams are made of this, who am I to disagree...
La voix de Marylin Manson résonne dans la chambre de Sindy.
Marylin Manson, je l’écoute en boucle. La chanson Sweet dreams (1) fait partie de la bande originale de « La maison de l’horreur ». Dans ce film, un milliardaire transforme son manoir, un ancien hôpital psychiatrique, en parc d’attractions de l’horreur. Il convie des invités pour tester...
Je ne vais pas tout vous raconter, vous n’avez qu’à le télécharger. Sachez simplement qu’avec le reste de la bande, nous avons adoré.

«Some of them want to abuse you
Some of them want to be abuuuuuuuuuused.»
Sindy et moi connaissons les paroles par cœur. Sin imite super bien la voix de Marylin Manson, j'ignorais même qu'il était possible pour une fille de chanter comme lui.
Ah oui, petite précision, Marylin Manson est un mec. Son nom de scène est une référence à l’actrice Marylin Monroe et au tueur en série Charles Manson. Si c’est pas mignon ! Exubérant, provocateur, une voix d'enfer, je kiffe grave !
Pendant le solo de guitare, Sin et moi secouons la tête de haut en bas, nos cheveux noirs volent dans tous les sens.

Sindy est ma meilleure amie. Elle déteste ce prénom, elle préfère son surnom, Sin, qui signifie mal ou péché en anglais. Elle le revendique, il colle bien à l’image de sataniste que les gens lui donnent. Qu’ils imaginent ce qu’ils veulent , elle ne va pas les contredire. Sindy, ça rime avec...
une marque de chaussette !
Mais si, la pub à la télé : Cindy, les chaussettes ne se cachent plus.
Je comprends, à sa place, je préférerais Sin.

C'est une chouette fille, hyper affective, un peu trop peut-être. Elle fait toujours tout son possible pour me faire plaisir, me fait découvrir des tas de lieux sympas, me prête ses robes noires, ses bijoux et même ses New Rock(2). J’adore son look. Je m’habille comme elle, maintenant que je fais partie de la bande, et vu qu'elle me fournit la plupart de mes fringues.
Le maquillage aussi. Ce qui fait bien chier ma mère. La tête qu’elle a faite quand je me suis teint les cheveux en noir. Rien que pour cela, ça en valait le coup.
Ma mère n’aime pas que je me maquille ni mes nouveaux amis. Elle n’aime pas Marylin Manson non plus. Bizarre.

Au fait, j’ai oublié de me présenter. Moi, c’est Maélie.
Ravie de faire votre connaissance.


(1) à l'origine, c'est une chanson de Eurythmics
(2) marque de chaussure


1681
2008
1491
471
Lara Simmon
Léna débarque aux États-Unis en espérant changer de vie. Elle a été acceptée dans la célèbre université d'Harvard et a l'intention d'en profiter. Nathan, son nouveau voisin, lui fait alors une proposition qu'elle ne peut refuser. Grâce à lui, le rêve américain est à portée de main ! ... Mais c'était sans compter sur Brett, le colocataire de Nathan. Quoi que Léna fasse, il se trouve toujours sur son chemin. Pour le meilleur et pour le pire.

New Romance avec deux points de vue.
15
0
17
40
thalina4
- Je suis un paradoxe ambulant, rétorqua Daisy.

- J’avais remarqué. Le jour où tu as parlé de Coco Chanel et de Sun Zu dans un même sujet, j’ai été bluffé. Encore plus en remarquant que ta playlist va d’Ariana Grande à Metallica en passant par Aerosmith, répondit Matt.

- Comme le disait en effet cette grande dame que je respecte tant, Coco Chanel : « pour être irremplaçable, il faut être différente » ajouta-t-elle.

- Ça tu l’es, ma belle. Et c’est cela qui fait ton charme.


Etudiante en droit et fashionista dans l'âme, Daisy Nod, vingt-ans est une bourgeoise au tempérament bien trempé des beaux quartiers de Manhattan.

Issue de parents très conservateurs et un brin snob, ses relations sont conflictuelles avec ses derniers qui peinent à ce qu’elle se conforme au moule de la petite fille parfaite.

Quand elle rencontre Matt Keller, la pop star internationale aux multiples conquêtes, elle ne s’attendait pas à cette collision amoureuse ni au tourbillon dans lequel il allait la transporter. Leur attraction est immédiate. Leur amour rapide. Peut-être même un peu trop.

Mais leur idylle ne sera pas de tout repos.
57
67
243
43

Vous aimez lire Jean-Paul Issemick ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0