Chapitre 46

3 minutes de lecture

   Le bureau que mon ami interne occupait dans le pavillon ouvert, était accueillant, décoré avec soin et bon goût. Sous la fenêtre, le fauteuil derrière une grande table en chêne, encombrée d'objets variés : téléphone moderne à touches, cendrier, agrafeuse, stylos, crayons, bibelots et de piles d'articles divers. Sous le bureau, de chaque côté, un meuble à tiroirs assorti. Contre le mur de droite, l'armoire aux dossiers et ouvrages spécialisés. Le tout formant un ensemble mobilier harmonieux. En face, dans le coin opposé, pas de divan mais trois petites chauffeuses confortables, autour d'une mini table basse. C'est là que nous étions installés avec madame L.


Laquelle m'est apparue telle une charmante petite mamie soixantenaire, digne, se tenant assise bien droit, le regard empreint de tristesse mais confiant, parlant lentement sur un ton monocorde, dans un langage clair et suffisamment riche pour dévoiler un bon niveau culturel. Je fus sidéré de voir un médecin s'entretenir avec sa patiente, sans manifester le moindre signe d'impatience, pendant quarante cinq minutes. Il relançait et encourageait les échanges, écoutant attentivement en n'intervenant que de façon parcimonieuse. Madame L. exprimait son désarroi, sa dépression, en disant qu'elle avait tout raté, son mariage alors que son mari s'occupait d'elle de façon chaleureuse et bienveillante, son fils et sa fille, qui pourtant avaient une bonne situation et des enfants en parfaite santé, qui ne posaient pas de problèmes particuliers. J'assistais à sa détresse, à la fois fasciné et ahuri, sans comprendre ce qui pouvait bien motiver un état dépressif aussi sévère. Si bien que je ne pus m'empêcher de dire : « Mais comment se fait-il que vous pensiez avoir tout raté alors que je ne vois pas de raison à ce que vous pensiez cela ? ». Ma seule intervention fut bien évidemment une énorme connerie, à laquelle madame L. ne put répondre qu'en versant silencieusement quelques larmes.


« Tu vois Jean-Paul... », m'expliqua mon ami par la suite, « la malade te dit qu'elle a un problème, un sérieux problème, et toi tu lui rétorques qu'il n'y a pas de problème. En un mot, tu annules absolument tout ce qui est de l'ordre de sa souffrance, et même sa maladie tout entière. Tu dois toujours considérer les paroles des patients comme l'expression de leur vérité. Tu n'as pas à leur asséner la tienne. »


La leçon, aussi brutale fut-elle, je l'ai retenue et appliquée tout au long de ma carrière. Merci l'ami !


Paradoxalement, il ne me découragea pas de m'engager dans cette voie. Bien au contraire, il y avait tant à apprendre, tant à comprendre, que des motivations pareilles ne pouvaient que me donner envie de me lancer dans l'aventure. Il me disait « c'est en se trompant qu'on apprend » et me confia une patiente de ce pavillon qu'il n'a sûrement pas choisie par hasard, et trois autres du pavillon fermé.


Parmi ces dernières, je rencontrai une femme d'une cinquantaine d'années qui se plaignait d'avoir une boule dans le sein droit. Elle me laissa l'ausculter et la palper. Je sentis des adhérences autour de la tumeur, des ganglions dont un au-dessus de la clavicule, et l'adressai aussitôt au centre anti-cancéreux que je venais de quitter. Peu de temps après, le patron de ce service m'appela pour m'informer que la tumeur était bel et bien maligne, mais fort heureusement, prise à temps, on allait la traiter avec de grandes chances de la guérir. Sur ce point, j'avais suivi à la lettre les conseils de mes anciens chefs qui me disaient : « Tu veux être psychiatre, d'accord, mais n'oublie jamais d'être médecin avant tout ! »


Quant à ma patiente du pavillon ouvert, une jeune femme ravissante, brune, au visage et au corps harmonieux, au regard aimanté, elle me fit découvrir tous les charmes et les pièges de la névrose hystérique grave. Et avec elle j'ai bien failli commettre une autre énorme connerie. Mais dieu merci ! c'est ma foi dans le travail en équipe thérapeutique qui m'a sauvé du désastre, non sans bousculer le confort intellectuel et moral de ladite équipe.

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 4 versions.

Recommandations

jesuispasunerockstar
La semaine est passée très vite. Dans quelques heures, je joue mon premier concert en public avec Sin et les garçons. Je suis complètement excitée et persuadée que nous allons assurer. J’ai suivi le conseil de Sin, j’ai laissé languir Matthew toute la semaine de la même manière que lui me fait languir depuis la rentrée. Maintenant que je le sais attiré par mon charme, j’échange avec lui des regards appuyés, des sourires, des compliments, mais ne le pousse pas plus loin. D’un autre côté, vu que je ne suis jamais seule avec lui, ça limite les opportunités. J’aimerais retrouver un moment de connivence comme celui en duo que nous avons eu dans le garage de Sindy samedi dernier. Ce soir, c’est possible. Pendant le show, je vais époustoufler Matthew avec mon violon. Et après le concert, je m’arrangerai pour me trouver dans un endroit calme seule avec lui et l’embrasser. Pour cette raison également, je suis excitée. En plus, ce soir, Sindy me présente enfin son copain dont elle est si amoureuse. Je la sens impatiente et enthousiaste, elle aussi. Et pas uniquement par le concert. La soirée promet d’être bonne pour toutes les deux. Sin m’a demandé de la rejoindre devant sa salle de classe a
1679
2006
1490
471
Lara Simmon
Léna débarque aux États-Unis en espérant changer de vie. Elle a été acceptée dans la célèbre université d'Harvard et a l'intention d'en profiter. Nathan, son nouveau voisin, lui fait alors une proposition qu'elle ne peut refuser. Grâce à lui, le rêve américain est à portée de main ! ... Mais c'était sans compter sur Brett, le colocataire de Nathan. Quoi que Léna fasse, il se trouve toujours sur son chemin. Pour le meilleur et pour le pire.

New Romance avec deux points de vue.
15
0
17
40
thalina4
- Je suis un paradoxe ambulant, rétorqua Daisy.

- J’avais remarqué. Le jour où tu as parlé de Coco Chanel et de Sun Zu dans un même sujet, j’ai été bluffé. Encore plus en remarquant que ta playlist va d’Ariana Grande à Metallica en passant par Aerosmith, répondit Matt.

- Comme le disait en effet cette grande dame que je respecte tant, Coco Chanel : « pour être irremplaçable, il faut être différente » ajouta-t-elle.

- Ça tu l’es, ma belle. Et c’est cela qui fait ton charme.


Etudiante en droit et fashionista dans l'âme, Daisy Nod, vingt-ans est une bourgeoise au tempérament bien trempé des beaux quartiers de Manhattan.

Issue de parents très conservateurs et un brin snob, ses relations sont conflictuelles avec ses derniers qui peinent à ce qu’elle se conforme au moule de la petite fille parfaite.

Quand elle rencontre Matt Keller, la pop star internationale aux multiples conquêtes, elle ne s’attendait pas à cette collision amoureuse ni au tourbillon dans lequel il allait la transporter. Leur attraction est immédiate. Leur amour rapide. Peut-être même un peu trop.

Mais leur idylle ne sera pas de tout repos.
57
67
243
43

Vous aimez lire Jean-Paul Issemick ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0