Chapitre 44

3 minutes de lecture

   Faut-il donc être fou pour se vouer ainsi à la folie ? Je ne le pense pas. En pénétrant dans ces lieux inconnus et relégués dans les oubliettes de notre Culture, mis à part quelques poètes comme Gérard de Nerval, quelques écrivains comme Dostoïevski, quelques cinéastes comme Ken Loach ou Hitchcock, je réalisai que le fou était un être humain à part entière, considérai les psychiatres comme des médecins à part entière, quoi qu'aient pu en dire et en penser mes maîtres des autres disciplines. La folie n'est rien d'autre que ce monstre qui sommeille en chacun de nous, que l'on enchaîne à vie aux tréfonds de notre âme. Et que certains dictateurs n'ont pas hésité à réveiller, à libérer, en eux et chez des milliers de leurs concitoyens. Hitler en est un exemple ô combien ! illustratif.

La psychiatrie nous permet de regarder le monstre droit dans les yeux, de l'écouter, l'observer, l'analyser. Elle a mis des noms sur ses particularités, névrose, psychose et perversion. Spinoza prétendait que ce qui lui procurait la joie, c'était la compréhension. En effet, comprendre la folie, la rendre intelligible, m'a rempli d'une joie indescriptible. Accorder au fou le statut de malade, au sens noble du terme, afin de lui permettre de recouvrer une dignité que la société lui refusait, devint dès lors mon objectif prioritaire. Frappé par cette révélation, ma vie allait prendre un tout autre sens, s'orienter dans une tout autre direction, que mon entourage, au début, eut bien du mal à comprendre.


Un nouvel espace, à la fois culturel et scientifique, obscur, impénétrable, ignoré du grand public à cette époque, et encore beaucoup trop de nos jours, s'offrait à mon esprit curieux, candide et attaché aux valeurs humaines. Je me suis efforcé, tout au long de ma vie, de mieux le connaître et de mieux le comprendre. Mon regard sur le monde, la société, les hommes, a radicalement changé, m'ouvrant une voie inattendue vers la maturité et l'autonomie. Si l'écriture est la science des ânes, la psychiatrie est la science des âmes.


Les malades atteints de pathologies lourdes et chroniques étaient installés dans des bâtiments anciens, imposants, à trois étages. Fermés, on y pénétrait avec un trousseau de clés digne de celui des serruriers. Des dortoirs de trente lits y perduraient, mais cela était appelé à changer. Il n'empêche que l'on désignait cyniquement ces lieux fermés sous le nom de « pavillons de défectologie ».


Depuis quelques années, de petits immeubles de plein pied, agréables, éclairés et spacieux, ne comprenant que des chambres individuelles, avaient été créés pour l'accueil de malades moins sévèrement touchés, capables de s'intégrer dans la société. Dans ces pavillons ouverts, les patients venaient de leur plein gré, sur le mode de l'hospitalisation libre, ils pouvaient en sortir dès qu'ils en exprimaient le souhait.


Les lieux fermés se trouvaient aux fins fonds du parc, les lieux ouverts non loin de l'entrée et des bâtiments administratifs. Il nous fallait parfois utiliser notre voiture pour les relier.


L'interne qui m'a reçu, qui allait m'initier à ce nouvel art, était un ami que j'avais suivi au cours de nos premiers engagements dans la contestation de mai 68. Effectuant son « stage interné » (le mot est savoureux), dans le service du docteur Boursailleau, il me fit visiter les locaux de son vaste territoire d'intervention, me présenta aux malades et aux personnels constitués exclusivement d'infirmiers en psychiatrie. Honnêtement, je ne me souviens pas d'y avoir rencontré des psychologues.


En m'assurant de son aide et de sa disponibilité pour répondre à toutes les questions qui me viendraient en tête, il me proposa d'assister avec lui à quelques entretiens, avant de sélectionner un petit nombre de malades à me confier.


C'est avec hâte et fébrilité que je me lançai dans cette aventure. Or, dès mes premiers pas, je mis une pagaille telle, dans cette partie ronronnante et bien huilée du service de ce bon docteur Boursailleau, qu'elle lui tourneboulera manifestement les esprits, l'entendement et les sens, sans pour autant qu'il m'en tînt rigueur ni qu'il m'en retirât sa sympathie.

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 6 versions.

Recommandations

jesuispasunerockstar

Sweet dreams are made of this, who am I to disagree...
La voix de Marylin Manson résonne dans la chambre de Sindy.
Marylin Manson, je l’écoute en boucle. La chanson Sweet dreams (1) fait partie de la bande originale de « La maison de l’horreur ». Dans ce film, un milliardaire transforme son manoir, un ancien hôpital psychiatrique, en parc d’attractions de l’horreur. Il convie des invités pour tester...
Je ne vais pas tout vous raconter, vous n’avez qu’à le télécharger. Sachez simplement qu’avec le reste de la bande, nous avons adoré.

«Some of them want to abuse you
Some of them want to be abuuuuuuuuuused.»
Sindy et moi connaissons les paroles par cœur. Sin imite super bien la voix de Marylin Manson, j'ignorais même qu'il était possible pour une fille de chanter comme lui.
Ah oui, petite précision, Marylin Manson est un mec. Son nom de scène est une référence à l’actrice Marylin Monroe et au tueur en série Charles Manson. Si c’est pas mignon ! Exubérant, provocateur, une voix d'enfer, je kiffe grave !
Pendant le solo de guitare, Sin et moi secouons la tête de haut en bas, nos cheveux noirs volent dans tous les sens.

Sindy est ma meilleure amie. Elle déteste ce prénom, elle préfère son surnom, Sin, qui signifie mal ou péché en anglais. Elle le revendique, il colle bien à l’image de sataniste que les gens lui donnent. Qu’ils imaginent ce qu’ils veulent , elle ne va pas les contredire. Sindy, ça rime avec...
une marque de chaussette !
Mais si, la pub à la télé : Cindy, les chaussettes ne se cachent plus.
Je comprends, à sa place, je préférerais Sin.

C'est une chouette fille, hyper affective, un peu trop peut-être. Elle fait toujours tout son possible pour me faire plaisir, me fait découvrir des tas de lieux sympas, me prête ses robes noires, ses bijoux et même ses New Rock(2). J’adore son look. Je m’habille comme elle, maintenant que je fais partie de la bande, et vu qu'elle me fournit la plupart de mes fringues.
Le maquillage aussi. Ce qui fait bien chier ma mère. La tête qu’elle a faite quand je me suis teint les cheveux en noir. Rien que pour cela, ça en valait le coup.
Ma mère n’aime pas que je me maquille ni mes nouveaux amis. Elle n’aime pas Marylin Manson non plus. Bizarre.

Au fait, j’ai oublié de me présenter. Moi, c’est Maélie.
Ravie de faire votre connaissance.


(1) à l'origine, c'est une chanson de Eurythmics
(2) marque de chaussure


1681
2008
1491
471
Lara Simmon
Léna débarque aux États-Unis en espérant changer de vie. Elle a été acceptée dans la célèbre université d'Harvard et a l'intention d'en profiter. Nathan, son nouveau voisin, lui fait alors une proposition qu'elle ne peut refuser. Grâce à lui, le rêve américain est à portée de main ! ... Mais c'était sans compter sur Brett, le colocataire de Nathan. Quoi que Léna fasse, il se trouve toujours sur son chemin. Pour le meilleur et pour le pire.

New Romance avec deux points de vue.
15
0
17
40
thalina4
- Je suis un paradoxe ambulant, rétorqua Daisy.

- J’avais remarqué. Le jour où tu as parlé de Coco Chanel et de Sun Zu dans un même sujet, j’ai été bluffé. Encore plus en remarquant que ta playlist va d’Ariana Grande à Metallica en passant par Aerosmith, répondit Matt.

- Comme le disait en effet cette grande dame que je respecte tant, Coco Chanel : « pour être irremplaçable, il faut être différente » ajouta-t-elle.

- Ça tu l’es, ma belle. Et c’est cela qui fait ton charme.


Etudiante en droit et fashionista dans l'âme, Daisy Nod, vingt-ans est une bourgeoise au tempérament bien trempé des beaux quartiers de Manhattan.

Issue de parents très conservateurs et un brin snob, ses relations sont conflictuelles avec ses derniers qui peinent à ce qu’elle se conforme au moule de la petite fille parfaite.

Quand elle rencontre Matt Keller, la pop star internationale aux multiples conquêtes, elle ne s’attendait pas à cette collision amoureuse ni au tourbillon dans lequel il allait la transporter. Leur attraction est immédiate. Leur amour rapide. Peut-être même un peu trop.

Mais leur idylle ne sera pas de tout repos.
57
67
243
43

Vous aimez lire Jean-Paul Issemick ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0