Chapitre 41

3 minutes de lecture

   Et l'amour dans tout ça ? On l'a tellement chanté sur tous les sons, tellement écrit sur tous les tons, que je peine à y ajouter mon grain de sel, mon grain de poivre, devrais-je plutôt dire. Dans ce domaine, une chose est certaine, mon amour judéo-chrétien n'a pas tenu le coup. Il pouvait donner le change en public, au milieu de nos amis, mariés eux-aussi pour la plupart, certains ayant même un enfant, mais en privé il affichait ses lacunes.

Une bonne partie de l'ensemble moi se trouvait complètement délabrée, Janine s'est efforcée courageusement d'entreprendre les rénovations. Tâche ardue !

Au niveau culturel, son engouement pour la culture italienne m'a enchanté, je me suis plongé avec délice dans les livres de Moravia, Schiaschia, Dino Buzzati dont « Le désert des tartares » et « le K. » J'ai adoré les films de Fellini, Visconti, Commencini, Ettore Scola, Bertolucci, Dino Risi, Pasolini dont « Théorème », « L'évangile selon Saint Matthieu » et « Les 120 journées de Sodome ». Elle m'a entraîné dans un cinéma d'art et d'essai pour voir le film de Francesco Rosi « Salvatore Juliano », à la fin duquel je me fis remarquer par la pertinence de mes observations et critiques ; c'était plus fort que moi, il fallait que dans ces cas là je prenne le rôle d'animateur des débats. Pour être complet, je dois ajouter le développement de mes goûts pour les autres chefs d’œuvre artistiques italiens, la peinture, la sculpture, l'architecture, et la musique qui m'offrit le plaisir d'écouter religieusement les opéras de Verdi.


Janine s'est également chargée de modifier ma présentation. Elle souhaitait me donner l'allure d'un jeune dandy anglais dans le vent. Elle m'acheta des vêtements conformes à son souhait, me demanda de laisser pousser mes cheveux et m'envoya chez sa coiffeuse pour les défriser, laquelle m'appliquait une lotion qui me brûlait atrocement le cuir chevelu. Auparavant, j'allais régulièrement chez un vieux barbier italien, qui tenait un salon minuscule, sale et minable ; à l'arrière du fauteuil unique, le parquet s'était profondément creusé en demi-cercle, au fil du temps, sous l'effet de ses pas. Mais il vous faisait une coupe réglementaire pour un prix défiant toute concurrence. La première fois où j'y retrouvai mon chef de clinique en néphrologie, un jeune prof que j'appréciais beaucoup, qui participait à nos fêtes avec son épouse, une charmante martiniquaise, quelle ne fut pas ma surprise ! Il me répondit qu'il venait ici depuis son adolescence. Jamais nous n'avons parlé en public de nos rencontres chez le coiffeur. C'était en quelque sorte notre secret. Et pour moi de bons moments.


Donc, compte-tenu de mon mépris pour les tenues vestimentaires, je me prêtais volontiers aux exigences de mon épouse. Je sillonnais ma ville universitaire, tel un membre du fan club des Beatles désirant ressembler à ses idoles.


Cependant, en dépit des processus de transculturation et sous les apparences extérieures, se trouvait un être inachevé, perdu dans ses rêves et ses fantasmes. Un homme sans qualité pour ce qui concernait les relations sexuelles et affectives. Très tôt notre couple a connu la crise, les crises, que la naissance de notre fils n'a pas pu améliorer. Le statut de parent, dans les années 1970 connaissait d'importants remaniements. L'enfant se voyait baigné dans l'atmosphère de liberté que ses parents venaient de créer. Il les suivait partout, chez les amis, dans les communautés, dans les festivals rock, pop ou folk. Il ne constituait pas une entrave à leurs projets ni un prétexte à sacrifices. C'était l'époque de l'éducation libre dont le modèle se trouvait en Angleterre et s'intitulait « libres enfants de Summerhill », sous la houlette de Alexander S. Neill.


Il me semblait que le nôtre ne s'accommodait pas trop mal de cette situation ambiante, il poussait de manière satisfaisante et normale. Certes, il était parfois sujet à des spasmes du sanglot, qu'il développait quasi exclusivement lorsque nous étions chez mes parents, en paniquant ma mère qui avait connu le même problème avec mon petit frère. Elle se précipitait sur le bébé inerte, pâle comme un linge, atone, le secouait, le sortait de la maison, m'invectivait furieusement parce que je ne bougeais pas d'un pouce. Les pédiatres du CHU m'ayant expliqué que je ne devais pas m’inquiéter, que ce phénomène n'a pas de caractère de gravité, même s'il est spectaculaire avec arrêt respiratoire et cardiaque, car « ça repart toujours puisqu'il s'agit d'un arrêt du cœur en diastole ». Mais le médecin que ma mère avait consulté vingt ans plus tôt, lui déclara que son fils pourrait mourir dans ses bras, qu'il ne fallait surtout jamais le contrarier. Le bougre de frangin sut largement tirer profit d'un tel pronostic, d'une telle prescription, en faisant les quatre cents coups pendant les trois quarts de son existence turbulente et tapageuse, avant de mourir, entouré de sa famille et de ses nombreux amis, à soixante cinq ans, d'un cancer du foie copieusement alcoolisé.

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 4 versions.

Recommandations

jesuispasunerockstar
La semaine est passée très vite. Dans quelques heures, je joue mon premier concert en public avec Sin et les garçons. Je suis complètement excitée et persuadée que nous allons assurer. J’ai suivi le conseil de Sin, j’ai laissé languir Matthew toute la semaine de la même manière que lui me fait languir depuis la rentrée. Maintenant que je le sais attiré par mon charme, j’échange avec lui des regards appuyés, des sourires, des compliments, mais ne le pousse pas plus loin. D’un autre côté, vu que je ne suis jamais seule avec lui, ça limite les opportunités. J’aimerais retrouver un moment de connivence comme celui en duo que nous avons eu dans le garage de Sindy samedi dernier. Ce soir, c’est possible. Pendant le show, je vais époustoufler Matthew avec mon violon. Et après le concert, je m’arrangerai pour me trouver dans un endroit calme seule avec lui et l’embrasser. Pour cette raison également, je suis excitée. En plus, ce soir, Sindy me présente enfin son copain dont elle est si amoureuse. Je la sens impatiente et enthousiaste, elle aussi. Et pas uniquement par le concert. La soirée promet d’être bonne pour toutes les deux. Sin m’a demandé de la rejoindre devant sa salle de classe a
1679
2006
1490
471
Lara Simmon
Léna débarque aux États-Unis en espérant changer de vie. Elle a été acceptée dans la célèbre université d'Harvard et a l'intention d'en profiter. Nathan, son nouveau voisin, lui fait alors une proposition qu'elle ne peut refuser. Grâce à lui, le rêve américain est à portée de main ! ... Mais c'était sans compter sur Brett, le colocataire de Nathan. Quoi que Léna fasse, il se trouve toujours sur son chemin. Pour le meilleur et pour le pire.

New Romance avec deux points de vue.
15
0
17
40
thalina4
- Je suis un paradoxe ambulant, rétorqua Daisy.

- J’avais remarqué. Le jour où tu as parlé de Coco Chanel et de Sun Zu dans un même sujet, j’ai été bluffé. Encore plus en remarquant que ta playlist va d’Ariana Grande à Metallica en passant par Aerosmith, répondit Matt.

- Comme le disait en effet cette grande dame que je respecte tant, Coco Chanel : « pour être irremplaçable, il faut être différente » ajouta-t-elle.

- Ça tu l’es, ma belle. Et c’est cela qui fait ton charme.


Etudiante en droit et fashionista dans l'âme, Daisy Nod, vingt-ans est une bourgeoise au tempérament bien trempé des beaux quartiers de Manhattan.

Issue de parents très conservateurs et un brin snob, ses relations sont conflictuelles avec ses derniers qui peinent à ce qu’elle se conforme au moule de la petite fille parfaite.

Quand elle rencontre Matt Keller, la pop star internationale aux multiples conquêtes, elle ne s’attendait pas à cette collision amoureuse ni au tourbillon dans lequel il allait la transporter. Leur attraction est immédiate. Leur amour rapide. Peut-être même un peu trop.

Mais leur idylle ne sera pas de tout repos.
57
67
243
43

Vous aimez lire Jean-Paul Issemick ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0