Chapitre 25

4 minutes de lecture

   Maintenant, avant d'aborder la rubrique « folklore » je vais m'inscrire en faux contre tous ceux qui pensent que les étudiants en médecine sont obsédés par le sexe. Dans toutes les orgies et « tonus » auxquels j'ai assistés, je n'ai qu'exceptionnellement vu des nanas émoustillées se mettre à poil, et ce n'étaient pas les plus recherchées. Jamais je n'ai constaté pendant mes gardes ces débordements sexuels entre médecins et infirmières, qui fleurissent dans l'imagerie populaire. Certes, des inscriptions obscènes, des dessins et allégories pornographiques, tapissaient les murs des salles de gardes et des locaux de l'internat. Certes, la première étape de ce folklore estudiantin consistait à développer notre répertoire de chansons paillardes. Certes, deux ou trois filles de notre promo, à l’œil couleur besoin et à la cuisse hospitalière, montrant des appâts sur lesquels se seraient jetés tous les saints de la chrétienté, s'ouvraient à la convoitise des cadres supérieurs, internes certifiés, chefs de clinique et même titulaires de chaire enclins à succomber au démon de midi. C'est qu'elles en tiraient profit, les mâtines, par exemple en fuitant, largement avant l’échéance, les sujets des futurs examens modulaires, info qu'elles ne partageaient éventuellement qu'avec leurs intimes dignes de confiance, et donc, pas avec moi. Certes, nous savions qu'un vieux patron, atteint d'une maladie neurologique, un pied dans la retraite et l'autre dans la tombe, pelotait fébrilement les infirmières dans les ascenseurs et les couloirs, convaincu que son toucher trépidant et silencieux valait mieux qu'un vibromasseur. Or, d'après ce qu'elles nous racontaient, il se trompait lourdement et elles le fuyaient comme la peste. Certes, quelques rares psychotiques et pervers sexuels infiltraient notre brillantissime communauté. Mais en fait, si nous n'hésitions pas montrer notre cul en public, le sexe se reflétait beaucoup plus dans nos pensées et paroles que dans nos actions et exactions.


Cependant, des exactions il y en eut. Elles n'étaient pas de notre fait. Le bizutage, qu'on appelle de nos jours du doux euphémisme « week-end d'intégration », ce rite de passage aux débordements odieux et inhumains, qui a bénéficié pendant des décennies de l'omerta, fit l'objet d'une déclaration virulente du doyen de la faculté. Car l'année précédente des atteintes graves à la dignité des étudiantes, peut-être même des viols, avaient été commis par les anciens et les internes. En ce temps là les mouvements féministes n'avaient pas voix au chapitre. Les filles malmenées sexuellement ne pouvaient pas se plaindre, vu qu'on les considérait le plus souvent consentantes ou responsables des attouchements que les mâles leur faisaient subir. En tant que futurs médecins, les bizuts auraient à manipuler toutes les parties des corps de patients dénudés, à exercer sur eux un pouvoir absolu pour des questions de vie et de mort. Aussi, les initiateurs jugeaient-ils profitable de les confronter eux-aussi, et sans tarder, à l'abandon de la pudeur, à la soumission aux maîtres, avant que d'être intronisés membres de leur noble confrérie. En les forçant à boire des boissons alcoolisées mélangées à de l’éther, en les humiliant, en les obligeant à s'exhiber nus. Dans un contexte d'impunité et de secret aussi bien gardé que le secret de la confession, parallèlement au secret médical, il convenait de ne pas trahir le secret « médicinal ».


Notre bizutage fut néanmoins autorisé. Je n'en connus point d'autre. Avec mes copains nous avons décidé de prendre les choses en main. Le thème choisi pour la manifestation était la mode hippie, toute la promo a défilé avec des tenues colorées, des bandeaux autour de la tête et des fleurs dans les cheveux. Cool quoi ! Nous avions déniché dans les locaux de l'internat un gigantesque phallus en plâtre de trois mètres de long, que nous tirions sur une charrette à linge, sur lequel se tenaient deux mignonnes à califourchon. Au son d'un bel échantillon de chansons paillardes, retenues dans leur intégralité. Si notre préférée était « le fils père », d'autres comme « les filles de Camaret », « Charlotte », « La petite Huguette », « La digue du cul », « Allons à Messine », et j'en passe, ont largement contribué à nous faire admettre et respecter par ceux qui espéraient bien nous soumettre. La fête se tenait au troisième sous-sol de l'hôpital universitaire.


Les autorités présentes pour assurer la modération, confortablement installées, tenant sur leurs genoux des bizutes en fleurs et complaisantes, ont apprécié l'ambiance bon enfant et respectueuse des lieux et des personnes. Notre animation, en redorant le blason du folklore hippocratique, les renvoyait à des souvenirs agréables de leur entrée dans cet univers si particulier. Le vin coulait à flot mais nous restions sur nos gardes. De mémoire de carabin ce fut un bizutage jusque là réussi.


Sauf que, malheureusement, il faut toujours que des imbéciles viennent gâcher la fête. Au bout de la nuit, lorsque nous rejoignîmes nos piaules, en passant devant la salle de garde, un connard d'interne, ivre et sadique, voulut embarquer une fille non consentante pour terminer la soirée en soulageant ses plus bas instincts. Celles qui nous accompagnaient échappèrent à ses griffes, quand soudain j'entendis des cris. En me retournant je vis une amie, terrorisée, qui se débattait sur les épaules de ce sinistre sire. La tête et le buste penchés sur son dos, elle me tendit les mains que je saisis avec une force dont je ne me serais pas cru capable. Il m'injuria, me menaça :


- Lâche-la !

- Pas question.

- Lâche-la ou sinon tu vas avoir de sérieux ennuis !

- Pas question. Elle reste avec nous.

- Tu fais chier !

- Et toi tu fais pas chier, peut-être !


Il dut finalement lâcher sa prise, qui retomba dans mes bras, reconnaissante à vie. Le lendemain nous apprenions qu'une collègue que je connaissais peu, une future major de notre promo, n'avait pas eu autant de chance que notre amie. Elle n'aurait pas été violée, un chef de clinique, présent dans la salle de garde, serait rapidement intervenu pour la libérer, c'est tout ce que j'ai pu savoir. Mais la souffrance, la tristesse et l'incompréhension, marquées sur son visage durant des jours et des jours, je ne les ai pas oubliées. Aucune maltraitance ne peut se justifier parce qu'on a été maltraité, ni aucune humiliation parce qu'on a été humilié.

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 4 versions.

Recommandations

jesuispasunerockstar
La semaine est passée très vite. Dans quelques heures, je joue mon premier concert en public avec Sin et les garçons. Je suis complètement excitée et persuadée que nous allons assurer. J’ai suivi le conseil de Sin, j’ai laissé languir Matthew toute la semaine de la même manière que lui me fait languir depuis la rentrée. Maintenant que je le sais attiré par mon charme, j’échange avec lui des regards appuyés, des sourires, des compliments, mais ne le pousse pas plus loin. D’un autre côté, vu que je ne suis jamais seule avec lui, ça limite les opportunités. J’aimerais retrouver un moment de connivence comme celui en duo que nous avons eu dans le garage de Sindy samedi dernier. Ce soir, c’est possible. Pendant le show, je vais époustoufler Matthew avec mon violon. Et après le concert, je m’arrangerai pour me trouver dans un endroit calme seule avec lui et l’embrasser. Pour cette raison également, je suis excitée. En plus, ce soir, Sindy me présente enfin son copain dont elle est si amoureuse. Je la sens impatiente et enthousiaste, elle aussi. Et pas uniquement par le concert. La soirée promet d’être bonne pour toutes les deux. Sin m’a demandé de la rejoindre devant sa salle de classe a
1679
2006
1490
471
Lara Simmon
Léna débarque aux États-Unis en espérant changer de vie. Elle a été acceptée dans la célèbre université d'Harvard et a l'intention d'en profiter. Nathan, son nouveau voisin, lui fait alors une proposition qu'elle ne peut refuser. Grâce à lui, le rêve américain est à portée de main ! ... Mais c'était sans compter sur Brett, le colocataire de Nathan. Quoi que Léna fasse, il se trouve toujours sur son chemin. Pour le meilleur et pour le pire.

New Romance avec deux points de vue.
15
0
17
40
thalina4
- Je suis un paradoxe ambulant, rétorqua Daisy.

- J’avais remarqué. Le jour où tu as parlé de Coco Chanel et de Sun Zu dans un même sujet, j’ai été bluffé. Encore plus en remarquant que ta playlist va d’Ariana Grande à Metallica en passant par Aerosmith, répondit Matt.

- Comme le disait en effet cette grande dame que je respecte tant, Coco Chanel : « pour être irremplaçable, il faut être différente » ajouta-t-elle.

- Ça tu l’es, ma belle. Et c’est cela qui fait ton charme.


Etudiante en droit et fashionista dans l'âme, Daisy Nod, vingt-ans est une bourgeoise au tempérament bien trempé des beaux quartiers de Manhattan.

Issue de parents très conservateurs et un brin snob, ses relations sont conflictuelles avec ses derniers qui peinent à ce qu’elle se conforme au moule de la petite fille parfaite.

Quand elle rencontre Matt Keller, la pop star internationale aux multiples conquêtes, elle ne s’attendait pas à cette collision amoureuse ni au tourbillon dans lequel il allait la transporter. Leur attraction est immédiate. Leur amour rapide. Peut-être même un peu trop.

Mais leur idylle ne sera pas de tout repos.
57
67
243
43

Vous aimez lire Jean-Paul Issemick ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0