Chapitre 22

3 minutes de lecture

   Par un beau soir d'automne, mon ami Pierrot me proposa de l'accompagner à une petite sauterie organisée par l'Union des Étudiants Communistes. Je me fis un peu tirer l'oreille car je ne me voyais guère d'accointance avec les cocos, mais je finis par accepter dans l'espoir de trouver enfin l'âme sœur, ne supportant plus ma solitude hétérosexuelle. Derrière le bar, au milieu des serveurs, se tenait une jeune fille, mignonne, svelte, assez grande, les cheveux mi-longs d'un noir éclatant, un petit nez très légèrement retroussé, les yeux brun foncé en amande, et le regard pétillant d'intelligence. Je lui trouvais des faux airs de Nathalie Wood, soit, le contraire de Jayne Mansfield, mon idéal féminin par excellence. Toutefois, son accueil chaleureux, son sourire engageant, son charme indéniable, et mon état de manque, m’enjoignirent à ne pas me braquer sur sa quasi absence de poitrine, à oublier ma quête du Graal blond et pulpeux. Elle nous servit à boire du vin rouge en nous souhaitant, le sourire aux lèvres, de passer un agréable moment auprès « des camarades ». C'est à ce moment là que les boissons alcoolisées et notamment les bons vins commencèrent à m'intéresser.


Nous sympathisâmes plus avant avec notre militante de gauche. Je saisissais bien ses regards brillants et quelque peu aguicheurs vis-à-vis de Pierrot, mais cette fois je décidai de ne pas m'esquiver. Je possédais deux avantages non négligeables sur lui : la danse et le baratin. Ils se révélèrent particulièrement efficaces car, en fin de compte, c'est lui qui s'est esquivé. Je ne savais pas que, suite à cette rencontre, aux baisers échangés, au flirt engagé, la belle Janine et moi allions, en pensant combler nos besoins respectifs, constituer un couple excentrique, chaotique, pour ne pas dire pathologique, pendant plus de sept années.


Notre union s'est installée sur les bases inconfortables de la recherche mutuelle d'amour à donner et à recevoir. Deux âmes éperdues de solitude en quête d'un compagnonnage régénérateur. Terminé, le sentiment de déception et d'incomplétude, au contact de couples d'amis affichant ostensiblement leur bien-être relationnel et affectif. Nous allions enfin pouvoir suivre leur exemple qui symbolisait à nos yeux l'aboutissement d'un processus de maturation. Hélas, au terme de trois semaines d'un régime pré-nuptial, je me rendis compte que je faisais fausse route et proposai la séparation. Janine le prit très mal, sa réaction désespérée, au point de mettre en danger sa santé, et même sa vie, me bouleversa. Je paniquai, me jugeai coupable de provoquer autant de détresse chez une personne sensible, qui plaçait notre relation au-dessus de tout, et ne méritait pas un tel sort. Je me voyais incapable d'assumer cette culpabilité. Finalement, envahi par l'angoisse, ne sachant plus où donner de l'amour, je renonçai à mon projet de rupture, en acceptant l'idée d'une marche inexorable vers le mariage, alors qu'une voix intérieure me soufflait que c'était la pire des conneries à faire, que je devais sortir à tout prix de ce cercle vicieux.


L'attachement qui nous lia par la suite s'originait dans une complexité de sentiments, de besoins, de services, de soutiens, de conflits, de stress, d'attentes assouvies et non, réciproques, dans laquelle l'amour ne représentait qu'un prétexte à la survie de notre couple. Mais néanmoins il survécut. Elle m'a managé avec brio pour l'organisation de mes cours, la rigueur de mes révisions, ce qui me permit de réussir mon passage en première année d'études de Médecine. J'ai contribué efficacement à sa réconciliation avec ses parents, me suis impliqué dans ses recherches et découvertes en lettres modernes. Issue d'un milieu socio-professionnel plus que modeste, elle suivait brillamment son cursus universitaire, grâce à son ouverture d'esprit, ses capacités cognitives, ses connaissances et sa perspicacité. Intellectuellement notre entente s'est toujours avérée productive. Elle fut admise dans le cercle de mes amis et moi dans le sien. Pour le cinéma un contrat s'établit entre nous, instituant un tour de rôle quant au choix des films à voir ensemble. C'est ainsi qu'elle s'est coltinée, sans trop rechigner, beau nombre de navets, que pour ma part, j'ai découvert et aimé les œuvres de Charlie Chaplin, Ingmar Bergman, Luis Bunuel, la trilogie de Pagnol « César », « Marius », « Fanny », et les films de la nouvelle vague. Son engagement m'a, en quelque sorte, démontré que j'avais le droit de gravir des sommets culturels sans trahir ma condition de fils d'ouvrier. Pour elle, la lutte des classes passait, non par l'acceptation mais par l'émancipation des classes défavorisées, à commencer par nous-mêmes.

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 4 versions.

Recommandations

jesuispasunerockstar

Sweet dreams are made of this, who am I to disagree...
La voix de Marylin Manson résonne dans la chambre de Sindy.
Marylin Manson, je l’écoute en boucle. La chanson Sweet dreams (1) fait partie de la bande originale de « La maison de l’horreur ». Dans ce film, un milliardaire transforme son manoir, un ancien hôpital psychiatrique, en parc d’attractions de l’horreur. Il convie des invités pour tester...
Je ne vais pas tout vous raconter, vous n’avez qu’à le télécharger. Sachez simplement qu’avec le reste de la bande, nous avons adoré.

«Some of them want to abuse you
Some of them want to be abuuuuuuuuuused.»
Sindy et moi connaissons les paroles par cœur. Sin imite super bien la voix de Marylin Manson, j'ignorais même qu'il était possible pour une fille de chanter comme lui.
Ah oui, petite précision, Marylin Manson est un mec. Son nom de scène est une référence à l’actrice Marylin Monroe et au tueur en série Charles Manson. Si c’est pas mignon ! Exubérant, provocateur, une voix d'enfer, je kiffe grave !
Pendant le solo de guitare, Sin et moi secouons la tête de haut en bas, nos cheveux noirs volent dans tous les sens.

Sindy est ma meilleure amie. Elle déteste ce prénom, elle préfère son surnom, Sin, qui signifie mal ou péché en anglais. Elle le revendique, il colle bien à l’image de sataniste que les gens lui donnent. Qu’ils imaginent ce qu’ils veulent , elle ne va pas les contredire. Sindy, ça rime avec...
une marque de chaussette !
Mais si, la pub à la télé : Cindy, les chaussettes ne se cachent plus.
Je comprends, à sa place, je préférerais Sin.

C'est une chouette fille, hyper affective, un peu trop peut-être. Elle fait toujours tout son possible pour me faire plaisir, me fait découvrir des tas de lieux sympas, me prête ses robes noires, ses bijoux et même ses New Rock(2). J’adore son look. Je m’habille comme elle, maintenant que je fais partie de la bande, et vu qu'elle me fournit la plupart de mes fringues.
Le maquillage aussi. Ce qui fait bien chier ma mère. La tête qu’elle a faite quand je me suis teint les cheveux en noir. Rien que pour cela, ça en valait le coup.
Ma mère n’aime pas que je me maquille ni mes nouveaux amis. Elle n’aime pas Marylin Manson non plus. Bizarre.

Au fait, j’ai oublié de me présenter. Moi, c’est Maélie.
Ravie de faire votre connaissance.


(1) à l'origine, c'est une chanson de Eurythmics
(2) marque de chaussure


1674
1985
1484
471
Lara Simmon
Léna débarque aux États-Unis en espérant changer de vie. Elle a été acceptée dans la célèbre université d'Harvard et a l'intention d'en profiter. Nathan, son nouveau voisin, lui fait alors une proposition qu'elle ne peut refuser. Grâce à lui, le rêve américain est à portée de main ! ... Mais c'était sans compter sur Brett, le colocataire de Nathan. Quoi que Léna fasse, il se trouve toujours sur son chemin. Pour le meilleur et pour le pire.

New Romance avec deux points de vue.
14
0
17
40
thalina4
- Je suis un paradoxe ambulant, rétorqua Daisy.

- J’avais remarqué. Le jour où tu as parlé de Coco Chanel et de Sun Zu dans un même sujet, j’ai été bluffé. Encore plus en remarquant que ta playlist va d’Ariana Grande à Metallica en passant par Aerosmith, répondit Matt.

- Comme le disait en effet cette grande dame que je respecte tant, Coco Chanel : « pour être irremplaçable, il faut être différente » ajouta-t-elle.

- Ça tu l’es, ma belle. Et c’est cela qui fait ton charme.


Etudiante en droit et fashionista dans l'âme, Daisy Nod, vingt-ans est une bourgeoise au tempérament bien trempé des beaux quartiers de Manhattan.

Issue de parents très conservateurs et un brin snob, ses relations sont conflictuelles avec ses derniers qui peinent à ce qu’elle se conforme au moule de la petite fille parfaite.

Quand elle rencontre Matt Keller, la pop star internationale aux multiples conquêtes, elle ne s’attendait pas à cette collision amoureuse ni au tourbillon dans lequel il allait la transporter. Leur attraction est immédiate. Leur amour rapide. Peut-être même un peu trop.

Mais leur idylle ne sera pas de tout repos.
57
67
243
43

Vous aimez lire Jean-Paul Issemick ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0