Chapitre 18

3 minutes de lecture

   Parvenu en fin de parcours secondaire, sur le point de quitter le nid familial, je dois avouer en toute franchise, que j'étais à l'époque un abominable crétin prétentieux, un parfait con glorieux, et pour comble de bêtise... fier de l'être. Je me camouflais sous la panoplie du cynique désabusé et cruel, du désillusionné abouti, du vieillard qui avait tout vu, tout vécu et plus rien à apprendre. Je me servais de mon savoir et de mon orgueil pour me faire admirer des humbles. Je jouais à l'inculte avec les érudits et au savant avec les ignares. Je prenais un malin plaisir à balancer des vannes qui cognaient là où ça faisait mal. Tout ce qui touchait à la mode, à l'élégance vestimentaire, à la décoration des intérieurs, aux signes extérieurs de richesse pour les maisons, les meubles, les bijoux, ne m'intéressait en aucune façon. Je me sentais tout-à-fait bien dans le mal où j'étais. Je ne regardais pas à la télé les vieux films muets que je trouvais ringards, les sous titrés qui me semblaient sous traités. Ma culture ne s'étalait plus, elle se débinait à toute vitesse. Ma richesse culturelle je la devais à Albert Raisner pour « âge tendre et tête de bois », à Guy Lux et Léon Zitrone pour les jeux « Intervilles ».


Mais l'ironie du sort a voulu m'admettre au baccalauréat, avec la mention peu glorieuse de passable et 10,75 de moyenne, grâce en fait aux épreuves sportives. Mais oui ! Le seul mâle bachelier de la saga Amour avait réussi cette épreuve non pas du fait de son intelligence mais de par ses performances physiques. Un tel destin réel se moquait gaillardement de toutes les fictions qu'on eut pu imaginer. Mon père, aux anges, nous sortit de derrière les fagots une bouteille de champagne Moët et Chandon, qu'il réservait pour les grandes occasions. Tu parles !


Ce n'était pas le tout. Il fallait que je pense sérieusement à mon orientation. Comme promis, mon prof de maths m'avait réservé une place au lycée du Parc à Lyon. Mais je fis ma petite enquête auprès de mes amis qui terminaient leur première année de prépa. Le bilan ne s'avéra guère alléchant, du boulot par-dessus la tête, peu d'autorisations de sortir du bahut, la mine pâlichonne, des valises sous les yeux, bref... pas la joie de vivre. Par contre les carabins offraient un spectacle beaucoup plus attrayant, le sourire avenant, l'allure décontractée, ils me dirent que certes il fallait bosser la première année, mais qu'ensuite c'était plus calme, qu'on se payait du bon temps, que le folklore était au rendez-vous. Et l'argument qui fit mouche c'était qu'avec un bac math élem on ne risquait guère de redoubler, car la plupart des étudiants en médecine ne possédaient qu'un bac science ex, voire un bac philo. Il va sans dire qu'au terme de cette scrupuleuse enquête, je décidai de me lancer dans les études médicales. N'avais-je pas toujours déclaré que je voulais devenir médecin. Là au moins, je demeurais logique avec moi-même.


Seulement il y avait un hic, mon prof de maths. Courageusement j'ai demandé à mon paternel d'aller, seul, le trouver pour lui expliquer l'orientation que je venais de choisir. Le pauvre ne s'était jamais pointé devant mes enseignants durant toute ma scolarité. Cependant il accepta de me rendre ce service et prit rendez-vous juste à la veille des vacances d'été. Je l'imaginais, tout timide, triturant son chapeau des deux mains, essayant de parler correctement, craignant de déranger. En réalité, il a fort mal vécu l'entretien éclair et glacial qu'il a subi. J'avais omis de le prévenir que mon prof pouvait se montrer froid et mal aimable :


- Vous êtes le père du jeune Amour ?

- Oui...

- Il est vraiment brillant en maths, il réussira sûrement à entrer dans une grande école d'ingénieurs.

- Euh...c'est à dire...

- Oui ? Quoi ?

- Ben... il a plutôt envie de faire Médecine.

- Faire médecine ! Tiens donc !

- Vous pensez qu'il pourrait réussir...

- Évidemment qu'il peut réussir médecine ! C'est pas un problème ! Allez ! Au revoir Monsieur !


Il m'a chaudement remercié le pater, pour la honte que je lui ai causée. Il s'est demandé ce qu'il était allé faire dans cette galère, lui qui avait en plus une dent contre les pédagogues de l’Éducation Nationale. Il a juré que je ne l'y reprendrai plus, je l'ai rassuré sur ce point, en lui faisant la bise et en lui disant qu'il était un papa formidable.


Et comme un bonheur n'arrive jamais seul, au cours de ces mêmes vacances d'été, j'eus la chance de vivre un nouveau grand Amour.

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 8 versions.

Recommandations

jesuispasunerockstar

Sweet dreams are made of this, who am I to disagree...
La voix de Marylin Manson résonne dans la chambre de Sindy.
Marylin Manson, je l’écoute en boucle. La chanson Sweet dreams (1) fait partie de la bande originale de « La maison de l’horreur ». Dans ce film, un milliardaire transforme son manoir, un ancien hôpital psychiatrique, en parc d’attractions de l’horreur. Il convie des invités pour tester...
Je ne vais pas tout vous raconter, vous n’avez qu’à le télécharger. Sachez simplement qu’avec le reste de la bande, nous avons adoré.

«Some of them want to abuse you
Some of them want to be abuuuuuuuuuused.»
Sindy et moi connaissons les paroles par cœur. Sin imite super bien la voix de Marylin Manson, j'ignorais même qu'il était possible pour une fille de chanter comme lui.
Ah oui, petite précision, Marylin Manson est un mec. Son nom de scène est une référence à l’actrice Marylin Monroe et au tueur en série Charles Manson. Si c’est pas mignon ! Exubérant, provocateur, une voix d'enfer, je kiffe grave !
Pendant le solo de guitare, Sin et moi secouons la tête de haut en bas, nos cheveux noirs volent dans tous les sens.

Sindy est ma meilleure amie. Elle déteste ce prénom, elle préfère son surnom, Sin, qui signifie mal ou péché en anglais. Elle le revendique, il colle bien à l’image de sataniste que les gens lui donnent. Qu’ils imaginent ce qu’ils veulent , elle ne va pas les contredire. Sindy, ça rime avec...
une marque de chaussette !
Mais si, la pub à la télé : Cindy, les chaussettes ne se cachent plus.
Je comprends, à sa place, je préférerais Sin.

C'est une chouette fille, hyper affective, un peu trop peut-être. Elle fait toujours tout son possible pour me faire plaisir, me fait découvrir des tas de lieux sympas, me prête ses robes noires, ses bijoux et même ses New Rock(2). J’adore son look. Je m’habille comme elle, maintenant que je fais partie de la bande, et vu qu'elle me fournit la plupart de mes fringues.
Le maquillage aussi. Ce qui fait bien chier ma mère. La tête qu’elle a faite quand je me suis teint les cheveux en noir. Rien que pour cela, ça en valait le coup.
Ma mère n’aime pas que je me maquille ni mes nouveaux amis. Elle n’aime pas Marylin Manson non plus. Bizarre.

Au fait, j’ai oublié de me présenter. Moi, c’est Maélie.
Ravie de faire votre connaissance.


(1) à l'origine, c'est une chanson de Eurythmics
(2) marque de chaussure


1681
2008
1491
471
Lara Simmon
Léna débarque aux États-Unis en espérant changer de vie. Elle a été acceptée dans la célèbre université d'Harvard et a l'intention d'en profiter. Nathan, son nouveau voisin, lui fait alors une proposition qu'elle ne peut refuser. Grâce à lui, le rêve américain est à portée de main ! ... Mais c'était sans compter sur Brett, le colocataire de Nathan. Quoi que Léna fasse, il se trouve toujours sur son chemin. Pour le meilleur et pour le pire.

New Romance avec deux points de vue.
15
0
17
40
thalina4
- Je suis un paradoxe ambulant, rétorqua Daisy.

- J’avais remarqué. Le jour où tu as parlé de Coco Chanel et de Sun Zu dans un même sujet, j’ai été bluffé. Encore plus en remarquant que ta playlist va d’Ariana Grande à Metallica en passant par Aerosmith, répondit Matt.

- Comme le disait en effet cette grande dame que je respecte tant, Coco Chanel : « pour être irremplaçable, il faut être différente » ajouta-t-elle.

- Ça tu l’es, ma belle. Et c’est cela qui fait ton charme.


Etudiante en droit et fashionista dans l'âme, Daisy Nod, vingt-ans est une bourgeoise au tempérament bien trempé des beaux quartiers de Manhattan.

Issue de parents très conservateurs et un brin snob, ses relations sont conflictuelles avec ses derniers qui peinent à ce qu’elle se conforme au moule de la petite fille parfaite.

Quand elle rencontre Matt Keller, la pop star internationale aux multiples conquêtes, elle ne s’attendait pas à cette collision amoureuse ni au tourbillon dans lequel il allait la transporter. Leur attraction est immédiate. Leur amour rapide. Peut-être même un peu trop.

Mais leur idylle ne sera pas de tout repos.
57
67
243
43

Vous aimez lire Jean-Paul Issemick ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0