Chapitre 15

4 minutes de lecture

   Mes débuts amoureux ne furent pas plus glorieux avec les nanas du lycée. Je craignais par-dessus tout de m'imposer à elles, de les harceler. Dès qu'un intrépide plus sexy, plus séduisant, se pointait avec un discours entreprenant, et qu'elles s'y montraient sensibles, je m'éclipsais. De ce fait je ne fus jamais rejeté. Aucune ne m'a dit « casse-toi, sale con ! », mais je crois que leur amitié m'était bien plus cruelle encore. « Ah non !... toi tu es mon ami, celui à qui je peux me confier... le frère que j'aurais aimé avoir... ». Celle qui m'aura marqué le plus se prénommait Kelly, elle me décrivait sa vie de famille, son père tyran domestique, à la limite maltraitant, sa mère soumise et impuissante. J'essayais de l'aider à réussir sa tentative de se faire aimer par un élève dont elle était follement éprise, mais qui ne voulait pas sortir avec elle. Kelly, l'amie et la torture de mon cœur, blonde aux yeux bleus, bien faite, sportive, la douceur et la bonté rayonnant de toute sa personne. Je ne l'ai pas lâchée parce que je l'aimais vraiment, ne parvenant pas à accepter la non réciprocité d'un sentiment aussi impérieux, au point d'en faire un défi orgueilleux autant que stupide. Les facs nous ont séparés, nous avons poursuivi notre relation par de nombreux et longs courriers au terme desquels elle m'avoua son amour pour moi alors que je me trouvais muselé sur le plan affectif et ne pouvais pas le partager. Ce qui n'était pas, consciemment, une revanche de ma part. Par la suite je n'ai plus jamais eu de nouvelles de Kelly. Elle s'inscrit en ma mémoire comme attachement positif à une période de chaos sur le plan sentimental.


Il me semble que je suis sorti de l'adolescence pour entrer dans la dépression nerveuse. Le rire, l'auto dérision perduraient, mais un peu à la manière des projections extérieures, des productions pour amuser la galerie, des clowns tristes. L'idée que l'armée allait bientôt faire de moi un homme ne m'enchantait pas vraiment. Après mes trois jours, dans la caserne de notre secteur militaire, où j'ai lamentablement raté tous les tests d'intelligence, dont les résultats ne m'ont pas été divulgués, je fus déclaré « bon pour le Service ». Quelques semaines auparavant j'avais subi une visite médicale. Nous étions une vingtaine de taurillons en slip, à circuler dans une immense salle, à passer sous la toise, sur la balance, à déposer notre fiole d'urine. Un jeune toubib en uniforme nickel chrome, un appelé, assis derrière une minuscule table chargée de dossiers, située tout au fond de la salle, nous interrogeait. Je lui fis part de mon projet de devenir médecin, de mon idée de me faire payer mes études par l'Armée, en acceptant en contre partie l'engagement à la servir. Tout bas il me dit : « Tu es fou ! Ne fais surtout pas ça, tu le regretterais... il me reste quatre mois à faire et j'attends la quille comme un mort de faim. Débrouille-toi pour te payer tes études, il y a d'autres moyens, tu trouveras. » J'ai entendu et retenu son discours, mais je me suis néanmoins présenté au concours d'admission pour devenir médecin militaire, auquel j'ai fort heureusement échoué dès l'épreuve écrite. Faut dire que ma dissertation de philosophie, traitant des progrès modernes par rapport à l'humanisme, ne devait pas correspondre à l'esprit attendu.


Fidèle aux traditions, avec mes copains conscrits, nous avons « couru la poule » dans notre village. Il s'agissait de se regrouper par deux ou trois, d'arborer un bonnet, une écharpe et une cocarde tricolores, de sillonner les rues au son d'un clairon ou d'un tambour, de sonner chez l'habitant, toujours bien disposé à notre égard, qui nous offrait joyeusement cigarettes, casse-croûte, pinard, et aussi de l'argent pour notre « repas des conscrits », à la salle des fêtes communale. Cela durait une semaine, nous avions le droit d'embrasser nos charmantes « conscrites », en les invitant au dessert puis au « bal des conscrits », sous le regard attendri mais vigilant de leurs parents. Il arrivait que le soir, nous devions ramener chez eux, dans une brouette, de futurs soldats pétés comme des coings. Moi, je ne buvais pas une goutte d'alcool. C'est à la Fac de Médecine que j'en pris le goût.
Les bals perdaient de leur intérêt quant à l'espoir de rencontrer le grand Amour. Je dormais debout en dansant des slows joue contre joue. Des lycéennes se risquaient à m'accompagner pour un flirt après les cours, au petit bois tout près du lycée. Mes parents m'ont fait croire au père Noël, moi je leur ai fait avaler que je terminais tous les jours à dix-huit heures. Un soir en arrivant à la maison, je suis tombé sur mon camarade, « le Tsoin-tsoin » attablé dans la cuisine, dégustant une bonne tranche de saucisson devant un verre de citronnade. Apparemment cela faisait déjà un bon moment qu'il se trouvait là :

- Qu'est-ce que tu fous là, toi ?

- Je suis venu te rapporter ton livre de maths.

- Ah merde ! C'est vrai que je l'avais oublié...
Ma mère, interrogative :


- T'avais pas cours c't'après-midi ?

- Euh... si...

Le « Tsoin-tsoin » de répondre, la bouche pleine et enfarinée :
- On avait TD et on n'est pas dans le même groupe...

Et moi de surenchérir :
- Oui et après je suis resté à l'étude pour m'avancer dans mes devoirs.

- Ah bon... je comprends.
Ouf ! J'avais eu chaud. Et mon mensonge a tenu bon.


Oublions cette année faite de désillusions et de lendemains de fêtes désenchantés. Une année où mon seul succès fut d'obtenir le permis de conduire du premier coup. Mes parents, mes amis, mes profs, sont restés abasourdis en apprenant que j'avais raté le bac. Nous étions huit à échouer sur les trente-deux de Maths Elem. Pour ma part je savais que ce n'était pas une erreur, je n'avais pas assez travaillé, tout simplement. Je croyais encore en Dieu, mais plus du tout en moi. Je voulais arrêter les études et passer les concours des PTT, de la SNCF, ou entrer dans une école de la Mine.

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 6 versions.

Recommandations

jesuispasunerockstar
La semaine est passée très vite. Dans quelques heures, je joue mon premier concert en public avec Sin et les garçons. Je suis complètement excitée et persuadée que nous allons assurer. J’ai suivi le conseil de Sin, j’ai laissé languir Matthew toute la semaine de la même manière que lui me fait languir depuis la rentrée. Maintenant que je le sais attiré par mon charme, j’échange avec lui des regards appuyés, des sourires, des compliments, mais ne le pousse pas plus loin. D’un autre côté, vu que je ne suis jamais seule avec lui, ça limite les opportunités. J’aimerais retrouver un moment de connivence comme celui en duo que nous avons eu dans le garage de Sindy samedi dernier. Ce soir, c’est possible. Pendant le show, je vais époustoufler Matthew avec mon violon. Et après le concert, je m’arrangerai pour me trouver dans un endroit calme seule avec lui et l’embrasser. Pour cette raison également, je suis excitée. En plus, ce soir, Sindy me présente enfin son copain dont elle est si amoureuse. Je la sens impatiente et enthousiaste, elle aussi. Et pas uniquement par le concert. La soirée promet d’être bonne pour toutes les deux. Sin m’a demandé de la rejoindre devant sa salle de classe a
1679
2006
1490
471
Lara Simmon
Léna débarque aux États-Unis en espérant changer de vie. Elle a été acceptée dans la célèbre université d'Harvard et a l'intention d'en profiter. Nathan, son nouveau voisin, lui fait alors une proposition qu'elle ne peut refuser. Grâce à lui, le rêve américain est à portée de main ! ... Mais c'était sans compter sur Brett, le colocataire de Nathan. Quoi que Léna fasse, il se trouve toujours sur son chemin. Pour le meilleur et pour le pire.

New Romance avec deux points de vue.
15
0
17
40
thalina4
- Je suis un paradoxe ambulant, rétorqua Daisy.

- J’avais remarqué. Le jour où tu as parlé de Coco Chanel et de Sun Zu dans un même sujet, j’ai été bluffé. Encore plus en remarquant que ta playlist va d’Ariana Grande à Metallica en passant par Aerosmith, répondit Matt.

- Comme le disait en effet cette grande dame que je respecte tant, Coco Chanel : « pour être irremplaçable, il faut être différente » ajouta-t-elle.

- Ça tu l’es, ma belle. Et c’est cela qui fait ton charme.


Etudiante en droit et fashionista dans l'âme, Daisy Nod, vingt-ans est une bourgeoise au tempérament bien trempé des beaux quartiers de Manhattan.

Issue de parents très conservateurs et un brin snob, ses relations sont conflictuelles avec ses derniers qui peinent à ce qu’elle se conforme au moule de la petite fille parfaite.

Quand elle rencontre Matt Keller, la pop star internationale aux multiples conquêtes, elle ne s’attendait pas à cette collision amoureuse ni au tourbillon dans lequel il allait la transporter. Leur attraction est immédiate. Leur amour rapide. Peut-être même un peu trop.

Mais leur idylle ne sera pas de tout repos.
57
67
243
43

Vous aimez lire Jean-Paul Issemick ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0