Chapitre 8

3 minutes de lecture

   Douze ans. Ma communion solennelle le dimanche de la Pentecôte. Sa préparation. La confirmation avec la tapette de l'évêque sur la joue droite et la bise sur sa bague. La cérémonie religieuse, ma première bouchée du corps de Jésus, l'hostie collée au palais, qui ne semblait pas vouloir en démordre. Le repas de famille, qui réunissait trente personnes, se prolongeait jusqu'à dix-huit heures, où le curé était invité à boire le café. Un repas comprenant plusieurs entrées, trois plats de viande, un brochet entier, des desserts, des vins blancs, rouges, champagne et liqueurs. Un repas qui signait mon autorisation de goûter à l'alcool, au tabac, de porter le costume-cravate, et désormais des pantalons, que je nommais auparavant « culottes à manches longues ». Et les cadeaux. Le vélo chez les grands-parents maternels. La montre chez les grands-parents paternels. Des livres qui sentaient bon le papier encré, dont le missel, relié sous sa couverture marron en cuir souple, aux pages aussi fines que du papier à cigarette. Un stylo haut de gamme muni d'une plume en or, et l'encrier pour le charger. Et d'autres babioles.


Mais un mois plus tôt, sous l'influence du perfide, lubrique, Satan, la relation entre le prêtre incorruptible et mes parents a frôlé la rupture. Ma sœur aînée, dix-huit ans, brune comme Gina Lollobrigida, contraste frappant avec la blondeur des autres membres de la famille, belle comme un cœur, travaillait chez un vendeur de vêtements à la ville. Elle déjeunait le midi chez un couple âgé de cousins éloignés, dont le mari était président de l'amicale de la boule lyonnaise de la ville. Lequel n'a trouvé rien de mieux que de l'inscrire comme candidate à l'élection de « la miss Bassin Minier. » Le bal devait avoir lieu le samedi soir, juste un mois avant la Pentecôte. Quand elle annonça cette heureuse nouvelle, qui validerait les soins qu'elle consacrait à sa beauté, mon père entra dans une colère effroyable :

- Pas question qu'tu te montres en maillot de bain devant toute une salle de danse !

- Non.. c'est en robe qu'on va défiler.

- Encore heureux !

Ma mère ajouta son grain de sel :

- Et que va penser le curé ?

- Bon... c'est quand-même pas lui qui commande ici !

- Alors... j'y vais ou j'y vais pas ?

- On va réfléchir...

Nous autres, les frangins-frangines, nous étions enchantés par cette perspective d'aller voter pour notre héroïne, qui fréquentait les bals de campagne, avait un amoureux et un fan club. Finalement le père se laissa fléchir et nous avons tous débarqué, sauf lui, habillés comme des princes, propres comme des sous neufs, ce fameux samedi à la salle du syndicat des mineurs. La soirée était animée par Marcel Azzola et son orchestre. La salle était comble. J'en avais plein les mirettes, plein les oreilles. Grandiose ! Je risquais mes premiers pas de danse avec ma cousine préférée. Le bonheur ! Mon goût pour la batterie me poussait à admirer le facétieux « Popaul », batteur virtuose qui chantait et lançait des vannes à tue tête dans le micro, scandait « Chauffe, Marcel !» au chef du groupe qui gesticulait dans tous les sens en étirant son accordéon. Quel souvenir !


Évidemment, Véronique fut élue « Miss Bassin Minier ». Elle eut les honneurs de la presse locale, des cadeaux, une table et quatre chaises en formica vert, un peu d'argent et d'autres bricoles. Elle se plia de bonne grâce, pendant un an, à ses devoirs de représentation aux manifestations sportives et festives organisées par la ville. Sa carrière de miss en resta là, sur ordre de l'autorité légale, vu qu'elle n'avait pas vingt-et-un ans. Elle avait pris de la distance avec la pratique religieuse, me décrivait ses émois amoureux, et moi les miens. Le compromis établi communément, consistait à tout faire en amour sauf l'amour, à savoir, sauf la pénétration génito-génitale. Moins pour établir un consensus avec le dogme catholique, que pour éviter la honte d'une grossesse et un mariage par obligation sociale. Toutefois, elles n'étaient pas rares, celles qui franchissaient le Rubicon, soit pour officialiser une union passionnelle et sacrée, soit pour forcer la main à un fiancé hésitant, peu pressé, voire récalcitrant. Chez nous le compromis était respecté. Et les secrets bien gardés.

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 8 versions.

Recommandations

jesuispasunerockstar
La semaine est passée très vite. Dans quelques heures, je joue mon premier concert en public avec Sin et les garçons. Je suis complètement excitée et persuadée que nous allons assurer. J’ai suivi le conseil de Sin, j’ai laissé languir Matthew toute la semaine de la même manière que lui me fait languir depuis la rentrée. Maintenant que je le sais attiré par mon charme, j’échange avec lui des regards appuyés, des sourires, des compliments, mais ne le pousse pas plus loin. D’un autre côté, vu que je ne suis jamais seule avec lui, ça limite les opportunités. J’aimerais retrouver un moment de connivence comme celui en duo que nous avons eu dans le garage de Sindy samedi dernier. Ce soir, c’est possible. Pendant le show, je vais époustoufler Matthew avec mon violon. Et après le concert, je m’arrangerai pour me trouver dans un endroit calme seule avec lui et l’embrasser. Pour cette raison également, je suis excitée. En plus, ce soir, Sindy me présente enfin son copain dont elle est si amoureuse. Je la sens impatiente et enthousiaste, elle aussi. Et pas uniquement par le concert. La soirée promet d’être bonne pour toutes les deux. Sin m’a demandé de la rejoindre devant sa salle de classe a
1679
2006
1490
471
Lara Simmon
Léna débarque aux États-Unis en espérant changer de vie. Elle a été acceptée dans la célèbre université d'Harvard et a l'intention d'en profiter. Nathan, son nouveau voisin, lui fait alors une proposition qu'elle ne peut refuser. Grâce à lui, le rêve américain est à portée de main ! ... Mais c'était sans compter sur Brett, le colocataire de Nathan. Quoi que Léna fasse, il se trouve toujours sur son chemin. Pour le meilleur et pour le pire.

New Romance avec deux points de vue.
15
0
17
40
thalina4
- Je suis un paradoxe ambulant, rétorqua Daisy.

- J’avais remarqué. Le jour où tu as parlé de Coco Chanel et de Sun Zu dans un même sujet, j’ai été bluffé. Encore plus en remarquant que ta playlist va d’Ariana Grande à Metallica en passant par Aerosmith, répondit Matt.

- Comme le disait en effet cette grande dame que je respecte tant, Coco Chanel : « pour être irremplaçable, il faut être différente » ajouta-t-elle.

- Ça tu l’es, ma belle. Et c’est cela qui fait ton charme.


Etudiante en droit et fashionista dans l'âme, Daisy Nod, vingt-ans est une bourgeoise au tempérament bien trempé des beaux quartiers de Manhattan.

Issue de parents très conservateurs et un brin snob, ses relations sont conflictuelles avec ses derniers qui peinent à ce qu’elle se conforme au moule de la petite fille parfaite.

Quand elle rencontre Matt Keller, la pop star internationale aux multiples conquêtes, elle ne s’attendait pas à cette collision amoureuse ni au tourbillon dans lequel il allait la transporter. Leur attraction est immédiate. Leur amour rapide. Peut-être même un peu trop.

Mais leur idylle ne sera pas de tout repos.
57
67
243
43

Vous aimez lire Jean-Paul Issemick ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0