Le Bonnet Rouge

6 minutes de lecture

Deux cambrioleuses.   

Bon.   

On peut faire mieux (zéro cambrioleuse), mais on peut toujours faire pire (des cambrioleuses armées par exemple).   

À un bras de l’angle du mur, son arme serrée entre deux poings, Wyndt risqua un pas de côté pour jeter un coup d’œil en direction du salon où la famille Koppel était retenue contre son gré.   

Un éclat de métal, et il se plaquait de nouveau contre le papier peint.   

Deux cambrioleuses armées.   

De l’autre côté de la porte ouverte, également dissimulée dans l’axe du montant de bois, sa partenaire fit la grimace, puis un signe de tête.   

Ça va ?   

Il inspira profondément. Pas trop, non. Pour une première mission sur le terrain, on pouvait faire mieux. Il inspira de nouveau.   

Un signe de tête.   

Ça va.   

Un enfant pleurait dans le salon, des sanglots de peur que personne ne parvenait à atténuer.   

La voix ferme et calme de leur capitaine d’équipe, venue en renfort lorsque le cambriolage s’était transformé en prise d’otage, résonnait dans le salon au travers de ces cris. Sans la confiance rassurante de Marie, Wyndt aurait autrement paniqué.   

Son excitation à l’idée de se rendre pour la première fois sur le terrain —mission de routine, vérifier la raison du déclenchement d’une alarme— avait fondu comme neige au soleil.   

Il lança un regard du côté de Babirye qui, de l’autre côté de la porte, prenait son mal en patience en suivant de son mieux le déroulement des négociations.   

Contrairement à lui, elle avait déjà quelques années de terrain sous les bottes et maintenait sans peine une apparente tranquillité ; Wyndt pouvait cependant la voir se mordiller l’intérieur de la lèvre. Sa peau sombre frémissait légèrement à cet endroit-là.   

Il respira calmement durant quelques instants.   

Il n’y avait aucune raison que cela se passe mal. Les cambrioleuses ne sont pas forcément des tueuses. Certes, leur mauvaise posture les rendait plus dangereuses parce que désespérées, mais… 

Marie passa lentement la porte à reculons, les mains levées quoi qu’elle n’ait pas lâché son arme, passant entre Wyndt et sa partenaire et bientôt suivie de sa propre coéquipière.   

Elle fit un signe de tête à ses deux agents pour leur intimer la prudence.   

« On recule, dit-elle. Leur voiture est arrivée. »   

Babirye obtempéra immédiatement en se dirigeant vers le hall d’entrée et Wyndt se maudit d’avoir attendu une demi-seconde un complément d’instruction.

Toute la bonne volonté du monde ne peut compenser le manque d’expérience. 

Marie leur fit prendre position de part et d’autre de la pièce ; Wyndt se retrouva derrière une table basse en bois vernis surmontée d’un vase en lapis lazuli vraisemblablement précieux.   

Les cambrioleuses n’étaient pas venues par hasard.   

Elles approchaient, d’ailleurs, l’air étonnamment confiant, poussant la famille Koppel devant elles de la pointe du canon l’une d’un fusil de chasse, l’autre d’un pistolet de tir.   

Les Koppel étaient habillés pour sortir, de grosses chaussures fourrées, une veste épaisse et des manteaux, des écharpes en laine enroulées autour du cou des deux enfants, un bonnet sur chaque tête avec un pompon.   

Le père portait l’enfant qui pleurait, le plus jeune, qui avait passé les bras autour de son cou. Une petite bouille reniflante aux yeux humides et au nez rouge.   

La mère restait en arrière, surveillant calmement l’autre bambin que les cambrioleuses avaient gardé près d’elles.   

Neuf, dix ans, songea Wyndt. L’enfant resté en arrière, la tête enfouie dans un épais bonnet de laine rouge, se frottait le bout d’un nez presque rouge avec le dos de ses moufles. 

Wyndt gardait dans son axe de tir les pieds de la procession, soigneusement pointée par terre mais assez proche des criminelles pour se relever immédiatement au besoin. Luttant pour ne pas trembler, angoissé malgré les centaines d’heures d’exercice destinées à le préparer précisément à ce type de situation. Une boule étranglait son estomac sous la protection rigide du gilet pare-balle. 

Ce ne serait pas à lui d’agir, de toutes façons ; bien qu’il ait donné l’alerte, il n’était plus ici qu’en renfort d’une équipe bien plus compétente.   

Lui venait tout juste de rejoindre les A.S. ; il était techniquement au niveau délits mineurs et sauvetage de chatons. Babirye lui jeta un nouveau regard. 

Toujours ok ?   

Il lui fit signe que oui. Ou du moins que cela aurait été pire sans une mentor aussi professionnelle. Wyndt prit note de l’en remercier plus tard, pourquoi pas autour d’un verre. 

« Nous allons sortir, maintenant » exposa Marie d’une voix forte et claire un peu avant de passer l’embrasure de la porte d’entrée. 

« Les parents d’abord, puis mes Agents Spéciaux. »   

Wyndt ravala sa salive et s’efforça de raffermir ses jambes fléchissantes. Babirye et lui formaient désormais l’arrière garde et occupaient donc la place la plus vulnérable dans l’unité. 

Il se força au calme. Être brave, c’est affronter sa peur. 

Plus le groupe approchait de la sortie, plus Marta Koppel semblait se tendre. Wyndt la vit jeter plusieurs regards soucieux à l’enfant qu’encadraient les cambrioleuses. L’une avait posé une main ferme sur la petite épaule pour le faire avancer, ou le retenir.   

Au moment où la lumière du jour toucha la chaussure de Tonis Koppel, le regard des parents se croisa et Wyndt y surprit l’apparition d’une décision muette, suivi du plus subtil mouvement d’acquiescement du père.   

Dans le même temps, les deux cambrioleuses se tournaient vers Wyndt et Babirye, seuls agents encore présents avec elles dans la pièce, si vite que Wyndt n’eut pas le temps de relever son arme.   

Choc violent au niveau du ventre —puis une autre explosion de douleur aiguë à la poitrine, qui lui coupa la respiration alors que plusieurs coups de feu éclataient dans les airs.   

Malgré son gilet protecteur, l’impact le projeta en arrière contre le mur —par réflexe, alors que son arme, suivant la trajectoire de sa main, se retrouvait à mi-hauteur, il appuya sur la détente.   

Juste avant que sa tête ne heurte le béton il remarqua l’explosion rouge formée par la tête de l’enfant dans les bras de son père, une gerbe de couleur dont il aurait pu décrire chaque détail —une image qui lui parut un instant immortelle et hors du temps.   

Puis il percuta le mur et s’effondra, se rendit compte que des cris résonnaient dans le bourdonnement de ses oreilles, que des coups de feu étaient encore tirés. Le souffle coupé par la douleur, il se força à se redresser sur un coude, s’exhortant sans y parvenir à se relever, l’esprit asphyxié par l’angoisse et cette image de crâne éclaté.   

Babirye gisait à terre de l’autre côté de la pièce, sur le dos, le regard fixe. Il pouvait voir la racine de ses dents sur le côté de la mâchoire.   

Tombée de côté, la criminelle qui lui avait tiré dessus ne remuait pas non plus. Celle qui avait voulu tuer Wyndt gisait à présent sur le ventre, sur le ventre parce qu’on lui avait tiré dans le dos —dans le dos parce que Babirye, alors que l’autre femme pointait son arme sur elle, avait choisi de protéger Wyndt.   

Ses jambes tremblaient.   

Il se redressa lentement, comme si le monde pesait soudain des tonnes. Il était glacé.   

Marta Koppel était morte, visiblement tuée peu après Babirye. Le père et l’autre…   

Wyndt secoua la tête pour en chasser l’image qui y restait gravée, son doigt sur la détente alors qu’il était projeté en arrière, le bruit du coup de feu, la gerbe rouge dans les airs.   

Assis entre tous ces morts, il restait l’enfant au bonnet rouge.   

Depuis un moment, quelqu’un s’agitait devant Wyndt, Marie essayait de lui parler, de le faire réagir ; il remarqua que ses lèvres bougeaient, mais lui n’entendait qu’un sifflement.   

Une explosion rouge. Une gerbe de sang.   

Il avait moins froid, on l’avait enveloppé d’une couverture. Des agents avaient délimité le périmètre et embarquaient déjà les corps.   

Il n’y avait plus personne, mais Wyndt croyait encore voir le petit enfant dans son bonnet rouge assis au milieu de la pièce, sonné, deux moufles retenues par des fils pendant sur le parquet.   

Son doigt sur la détente. La résistance du métal quand il avait tiré.   

Le bouquet de fleurs rouges s’élevant dans les airs.   

Il avait mal à la tête. Il s’était cogné. Il s’en souvenait maintenant.   

Son épaule aussi était douloureuse.   

Ses côtes, et sa poitrine.   

Sa chemise était ouverte ; quelqu’un l’avait examiné. Sa veste protectrice reposait désormais sur une chaise. Un éclat rouge dans sa mémoire.   

Des bleus jaune et mauve sur sa peau, qui déjà se violaçaient.   

L’enfant assis au milieu de la pièce.   

Wyndt ferma les yeux pour ne plus voir tout ça, le mettre de côté, penser à autre chose.   

  

Derrière ses yeux fermés explosaient encore et encore des bouquets de fleurs rouges.  

Annotations

Recommandations

Défi
Adrien de saint-Alban


Sauver ou périr, telle est leur devise. Une devise appliquée à la lettre. Pour Michel, on ne devient pas pompier, on l'est déjà dès le berceau. Cet esprit de sacrifice est un don insufflé dès la naissance.
Tel petit garçon veut être policier, tel autre gendarme. Cette vocation enfantine pleine d'abnégation précoce aura fait long feu jusqu'à ce qu'elle soit mise au rencart, éclipsée par celle de footballeur, les sirènes de l'argent ayant été fatales aux oreilles juvéniles déjà façonnées par la société mercantile.
J'ai pensé à Rémy, un jeune pompier de Paris en congé chez lui en Lozère et qui a sauvé des flammes une femme non moins âgée que lui. Oui, dans l'anonymat. Ce n'est pas un migrant ni un footballeur, Rémy, mais un gars bien de chez nous. Il n'a pas eu les faveurs des médias nationaux de Mamadou ni un tête à tête sympa avec le président avec son sourire content. Non, juste la reconnaissance de la feuille locale. Cependant c'était une pure production française. Un acte qui sentait bon la bravoure et le désintérêt, le pur sens chevaleresque des héros de livres poussiéreux dont ils ont gardé l'esprit. Le panache discret du chevalier sauvant du péril sa belle. Sans cabotinage et sans tricherie.
A quoi pense un soldat du feu lorsqu'il est en face de l'enfer, au milieu d'une fournaise?
A quoi pensait Michel dans la chaleur des flammes appelant de toutes ses forces que l'on vienne le sauver. Pour Michel, c'était plutôt être sauvé ou périr. Par chance, sa mère n'était pas loin.
On a tous devant les yeux ces images des tours jumelles, des corps tombant dans le vide que même un photographe a réussi à figer pour l'éternité. On imagine ces corps que personne n'est venu secourir. Des banquiers... qui sait? Ces corps deux fois abandonnés. Devant la tragique verticalité qui allait les engloutir, les mains encore odorantes des derniers dollars. Ont-ils crié maman ?
C'était la cruelle alternative, l'insupportable dilemme qui se présentait à Christelle. Allait elle perdre son fils? Elle avait bravé les flammes comme elle avait plusieurs fois bravé le destin. Le destin qui s'était maintes fois acharné sur son fils. Mais toujours là. Toujours présente à la minute même où il fallait qu'elle soit là.
La vie de Christelle tourne autour de ses trois enfants depuis que son compagnon l'a abandonnée en pleine bataille. Le destin en aurait fait de même si elle ne l'avait pris en main comme on prend un taureau par les cornes pour l’empêcher de vous écrabouiller. Le destin prend parfois un malin plaisir à vous écrabouiller. Il choisit au hasard. Peu importe qu'il s'agisse d'un enfant ou d'un adulte. Le sort ne fait aucune différence, ne fait pas de sentiment. Le destin n'a pas de cœur, n'a pas d’âme. Le destin, c'est comme un banquier. Il frappe les yeux fermés sur les plus faibles. Il les ouvre quand il a accompli son méfait.
Souvent, le destin a ses complices réels ou supposés. Dès qu'un enfant souffre, il y a toujours un salaud qui rôde. Il suffit de le débusquer et de le mettre devant ses responsabilités.
On dit que le diable est dans les détails. Cette nuit là le détail avait l'apparence d'une chambre d'enfant situé au deuxième étage d'un immeuble qui venait d’être restauré selon les dires de la propriétaire. Oui, il venait d'être refait à neuf.
Il n'empêche qu'au beau milieu de la nuit, le feu s'est déclaré dans la chambre du petit Michel ,cinq ans.

Un problème électrique comme souvent.

Le petit garçon dormait, se laissant bruler. Comme la grenouille de la parabole s'était laissé cuire dans la marmite. Michel s'est laissé brûler, tétanisé par ce qui se passait dans cette chambre. Un enfant ça reste un enfant.
Peu à peu une fumée noire, dense et âcre avait envahi l'espace, pénétrant par tous les interstices du meublé pour enfin alerter la mère qui dormait dans le canapé du salon. Une mère harassé par la fatigue sans doute, qui n'a rien vu venir et qui s'est glissée confiante dans les bras de Morphée, vaincue.
Les bombes au phosphore tombant sur Dresde et Cologne générant une chaleur atomique qui fit fondre le corps des enfants sur l'asphalte me vinrent à l'esprit. Que peut faire un enfant face aux flammes sinon se laisser mourir en criant maman? Oui, Michel criait:"maman , vient à mon secours!"
Guidé par son instinct maternel, la mère s'élança à corps perdu dans le couloir menant à la chambre, les bras tendus, heurtant les murs de cet interminable, de ce satané couloir,présageant le pire, la fumée âcre commençait à lui piquer les yeux et à lui ronger les poumons. Mais qu'importe, son fils brûlait sur son lit. Les draps, la couette étaient consumés. Le corps du garçon restait collé au sommier par le dos. Le lit superposé avait brûlé, ne laissait apparaitre que la structure en ferraille. La chaleur avait entamé la chair. Bien qu'il fit un noir d'encre elle distingua les bouts de peau qui se détachaient de ce corps devenu flasque et mou. Néanmoins, avec l’énergie d'une mère au désespoir, elle réussit à extirper ce petit corps de la fournaise, une fournaise qui était à l’œuvre. Tout fondait, les carreaux de la chambre claquaient, le plâtre du plafond cassait, laissant apparaître la brique rouge, une suie noirâtre tombait en goutte de chaleur sur le corps et sur la tête de la jeune femme, insensible devant l'effroi à la chaleur du carrelage qui lui brûlait les pieds.
Malgré le malheur et le désarroi qui s'abattaient d'un coup d'un seul, la jeune mère eut la force et la présence d'esprit de garder son petit d'homme par devers elle et ainsi l'arracher aux griffes de l'enfer. Non, cette chose lui paraissait impossible. Ce qui lui arrivait était du domaine de l'impensable. Une pareille catastrophe ne pouvait arriver. Un cauchemar dont elle se sortirait vainqueure et tout redeviendrait comme avant.
Ceux qui n'ont pas d'enfant ne peuvent comprendre.
Un pauvre gamin de cinq ans qui n'a pas ému ces monstres froids que sont les assureurs qui fleurtent avec des pratiques barbares. Qu'importe la vie d'un petit d'homme?
Pour ces types l'argent est un métier pas un sacerdoce. Pourtant, un assureur est mandaté par ses clients souscripteurs pour couvrir les risques de la vie en cas de besoin. Dans le cas de Christelle ce n'était pas un besoin mais une nécessité absolue, une bouffée d'oxygène. Mais les sirènes du destin ont fait dire au banquier que celui-ci n'était que l'auxiliaire d'une fatalité dont il ne pouvait entraver la marche impitoyable.
L'établissement bancaire où Christelle avait souscrit une assurance sur les risques quotidiens lui avait opposé une fin de non-recevoir. Le banquier, un homme gros et gras au visage rond et joufflu, suant à grosses gouttes derrière un ventilateur qui brassait de l'air chaud, il parlait en fixant ses clients par dessus ses lunettes rondes, affirmant de manière péremptoire que la jeune femme ne possédait pas de contrat d'assurance, ce qui n'était pas la vérité aux dires de la jeune femme. Christelle était persuadé d'avoir conclu avec la banque une assurance qui la protégerait, elle et ses enfants des risques de l’existence. Mais comme chacun sait, les banquiers joufflus vous imposent un parapluie les jours de canicule et vous le reprennent quand il pleut des cordes.
Pourtant, la situation devint intenable pour la mère de famille et elle n'avait que son assureur vers qui se tourner. Il lui fallait juste un filet de sécurité, ne serait ce que pour pallier aux soins annexes de son garçon, ceux qui ne sont pas pris en charge par la sécurité sociale, des soins parfois couteux qui étaient hors de portée de son portemonnaie.
Non, l'homme d'argent persistait dans son refus de lui accorder un premier secours.
Il n'y avait aucune trace de son contrat d'assurance.

Que faire?

Lorsque Christelle reprit connaissance, elle était dans un lit d'hôpital sans savoir encore qu'elle venait de tutoyer le pire. Des hommes en blouses blanches étaient à son chevet. Des hommes bienveillants. Une bienveillance qui n’était pas de nature rassurante. Christelle avait la phobie de la blouse blanche. La première pensée fut pour ses enfants.
La psychologue lui avait dit:
-Ne craignez rien, vos enfants sont entre de bonnes mains!
Les psychologues, ces artilleurs que l'on envoie en première ligne sur le front d'une catastrophe pour adoucir une âme meurtrie quand on peine à soigner le corps.
Alors elle se remit en mémoires la scène terrible de l'incendie de cette nuit là.
La pensée qu'il y avait encore deux autres enfants à sauver la plongea dans une terrible angoisse. L'idée qu'elle pourrait les perdre à jamais la rendait folle de désespoir. C'était une course panique contre la montre. Il fallait faire vite. Le feu se propageait. L'épaisse fumée noire devenait dangereuse et pour elle et pour ses enfants. Par chance, la chambre de la fillette située en face de celle des garçons où le feu s'était déclaré était encore épargnée. Damien avait réussi du haut de ses huit ans à mettre Émilie sur la fenêtre et criait au dehors en donnant l'alerte. Voyant ses enfants au bord de l'abîme, instinctivement et sans penser à rien, guidée par une puissante volonté de protéger sa chair, la jeune femme prit la main des enfants puis les poussa vers la porte au milieu d'une fumée qui devenait de plus plus noire, mortelle.
Elle se mit à chercher ses dernières paroles adressées à ses enfants, ses derniers souvenirs alors qu'elle était dans le couloir de l'appartement en feu. Elle se souvient du salon être à son tour dévoré par le feu de l'enfer, sans doute après un appel d'air lorsqu'elle a ouvert précipitamment la chambre de la fillette. Elle se souvient d'avoir mis ses enfants hors d'atteinte des fumées toxiques près de la porte d'entrée restée ouverte par précaution. Seul, Michel a eu moins de chance.
Sentant ses forces l'abandonner, le corps las de respirer une fumée qui lui brûlait la gorge et les poumons, elle s'était effondrée. Évanouie.
Adrien de saint-Alban
1
2
0
7
Sonio

Albert et Léon
Les faux frères
Ont ils tord ou raison ?
10h - Avenue Jean Jaurès
Devant deux cafés express...
Bonjour Albert !
Comment vas tu Léon ?
Bien ça va , ça vient !
Trois fois rien
La routine
J'ai un nouveau chien
À cause de Micheline
Et toi Albert ?
Même refrain ?
Toujours avec le petit Robert
À portée de la main
Avec tes mots croisés
Tes lunettes dorées
Ta montre en plaqué
Ton costume croisé
Tes pompes en cro-cro
Tu en fait un peu trop !
Tu cherches à m'épater ?
...
Mon pauvre Léon
Depuis 68 tu rêves encore de faire la Révolution !
Tu n'as pas encore compris ?
Appris ?
Réfléchit ?
À quoi cela a servi ?
Même en lisant l'Huma
La société ne changera pas !
Finit le temps des barricades
Des grandes tirades
Des escapades
Des rigolades ...
Les pavés du boulevard saint Michel
La philo avec Murielle
Les riches ont des lingots d'or
Toi tu rêves encore ?
Tu sais :'
La lutte des classes
Travailleuses
Travailleurs
Les grands discours
Du grand soir
Du bon soir
On en à fait le tour
La révolution d'octobre
Le communisme
L'idéologie du Marxisme
Le mur de Berlin
Tintin !
On à donné
Mais Albert , ton capitalisme
Hé !
Manque pas de réalisme
Il écrase les petits en leur laissant des
Miettes...
La grosse part du gâteau
Chapeau !
C'est pas mieux
Mon vieux !
Dring ! le téléphone
Sonne ...
Excuse moi
Il à pas de quoi...
Je te dépose quelque part ?
Avec ma jaguar
Heu ! oui
Avenue Foch , chez la comtesse
Ma maîtresse .





1
3
4
1
Défi
Ranne Madsen
Quinze minutes.
Une entreprise originale, un lieu de paix et de sérénité, une porte ouverte à plus de sécurité et de stabilité pour toutes ces femmes au métier si dévoyé.
Quinze minutes.
Un recueil de témoignages, les voix de celles et ceux qui ont vu ce rêve fleurir puis flétrir. Un récit sans narrateur, ou plutôt avec une multitude de narratrices et narrateurs. Une histoire qui aurait pu finir bien.
Quinze minutes.
L'histoire du quart d'heure de gloire et du quart d'heure de chute qui a bouleversé la vie de dizaines de personnes. Et détruit la vie d'une d'entre elles.

-Écrit dans le cadre du défi "Grandeur et décadence"-
2
10
71
23

Vous aimez lire Laedde ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0