XII - 2

7 minutes de lecture

L’appartement, exigu et plutôt bas de plafond, se trouvait légèrement en sous-sol. Le couloir dans lequel ils étaient arrivés était sombre et Cassandre mit pas mal de temps avant de se décider à l’éclairer.

— Tu peux poser tes affaires ici, proposa-t-elle en désignant un portemanteau fixé au mur.

Il s’exécuta et enleva le masque qui recouvrait sa bouche et son nez, ainsi que son épaisse veste noire, tandis que Cassandre ne le quittait pas des yeux. Le portemanteau ne serait pas assez grand pour eux deux, ainsi posa-t-elle sa parka par-dessus la veste de son invité.

Elle ne portait qu’un haut noir assez échancré et Jakab ne s’étonna pas qu’elle eût froid. Il observa un instant les jeux de lumière dans ses cheveux rouges, qui lui tombaient discrètement devant les yeux et lui arrivaient aux épaules. Ils formaient un harmonieux contraste avec le noir de sa tenue. Le couloir ainsi éclairé, il distinguait plus nettement les deux piercings à son sourcil droit et l’anneau à la lèvre.

Sur sa droite s’ouvrait une modeste cuisine carrelée, qui comportait une table ainsi qu’un plan de travail et un évier blanc. Tout semblait impeccablement rangé, comme si rien n’était utilisé.

Le couloir menait directement au salon. Tous les murs étaient gris. Enfin, Cassandre se dirigea vers la pièce attenante, plongée dans une quasi-pénombre.

— Voilà ma chambre.

— Là où tu écris.

Elle le regarda.

— Oui.

Elle dut appuyer sur un bouton car la pièce s’illumina. Le lit occupait une place importante par rapport à la taille de la chambre. Un placard en bois, une table de chevet et une commode venaient compléter le tableau. Un ordinateur était posé sur le lit.

— Je n’ai qu’une salle de bains, finit-elle par dire.

Elle avait l’air de s’excuser.

— C’est parfait.

La porte donnait sur la chambre. La salle de bains était certes petite mais fonctionnelle. Il surprit accidentellement leurs deux reflets dans la glace. L’image qu’ils renvoyaient était troublante. Il était si dur de croire qu’ils se tenaient là, ensemble. Qu’il avait traversé une partie du vaste monde pour venir à elle.

De retour au salon, Jakab remarqua une grande étagère en bois sombre contre le mur de gauche. En s’approchant de plus près, il distingua l’intégrale des œuvres d’un dénommé H. P. Lovecraft.

— Lovecraft est un génie, avoua Cassandre, restée en retrait.

Jakab tourna la tête vers elle.

— Vraiment ?

— Il manie l’horreur avec une maîtrise assez fascinante, expliqua-t-elle. Tu crois que tu as atteint la limite de l’effroi le plus extrême, mais il va toujours plus loin.

Son visage semblait s’être animé en prononçant ces mots.

— Il faudra que je lise ça, dit-il pensivement.

L’étage du dessous abritait quelques épaisses enveloppes et il eut un pincement au cœur comme il réalisait qu’il s’agissait des siennes. Le reste consistait en des feuilles imprimées et des dossiers dont rien ne permettait de deviner le contenu, ainsi qu’une chaîne hi-fi. Jakab entendait la respiration mesurée de Cassandre derrière lui. Il la vit pour la première fois consulter son téléphone.

— Il est dix-neuf heures, lui apprit-elle.

Là, dans ce nouvel environnement, Jakab avait totalement perdu la notion du temps.

— Veux-tu quelque chose à boire ? proposa-t-elle.

— Je veux bien, merci. Qu’est-ce que tu as ?

— Plusieurs choses. Viens.

Il la suivit jusqu’à la cuisine, regardant son dos légèrement dénudé à certains endroits. Bien qu’il eût imaginé un appartement sensiblement différent, il sentit qu’il aimait le lieu. Un peu à l’écart du monde. Une pointe de calme excitation montait en lui.

*

Cassandre ouvrit un placard au-dessus du plan de travail d’où elle sortit quelques boîtes. La présence de Jakab chez elle était à la fois déconcertante et apaisante.

— J’ai des thés, du café…

— Dans ce cas, je prendrais bien un café, entendit-elle son invité déclarer.

— D’accord.

— Bien fort.

Elle avait toujours un peu de mal à s’habituer à sa voix, qui s’avérait plus grave qu’elle ne l’avait imaginé. Jakab s’appuya contre la table, derrière elle. Elle mit de l’eau à bouillir, sortit un sachet de thé à la pêche et prépara le café.

— Je suis désolée, je n’ai pas grand-chose à manger, s’excusa-t-elle en préparant des toasts.

Jakab lui assura que cela ne posait aucun problème.

— As-tu une spécialité française préférée ? s’enquit-il.

— J’aime les Paris-Brest.

D’après le regard que lui lança Jakab, Cassandre en déduisit qu’il ne connaissait pas. Il s’avança et prit la tasse de café, restant à quelques centimètres d’elle.

Elle retira la bouilloire du socle une fois que celle-ci eût sonné. Elle ralentit son geste et regarda sa main trembler un bref instant. Puis elle versa l’eau bouillante dans son mug avec une petite gêne et ils revinrent au salon.

Après avoir posé leurs deux tasses sur la table basse, Cassandre s’assit sur le canapé et Jakab s’installa à côté d’elle. Elle tendit le bras par-dessus l’accoudoir afin d’atteindre la couverture en plaid, qu’elle enroula autour de ses épaules nues. Elle cessa de frissonner en sentant le contact chaud de l’épaisse matière sur sa peau. Elle réalisa également qu’elle avait gardé ses bottes. Elle défit les boucles, les posa au sol et ramena ses pieds sous elle. Elle s’aperçut alors que son invité la regardait.

— Je viens seulement de revenir ici, murmura-t-elle.

— Pourquoi donc ?

— J’étais chez mes parents, se contenta-t-elle de dire.

Jakab ne lui demanda rien de plus.

Elle le vit du coin de l’œil sentir le café et fermer les yeux. Aussi étrange que cela pût paraître, il correspondait bien à l’idée qu’elle s’était faite de DaMihiMortem. Cassandre ignorait presque tout de la Hongrie, mais elle pouvait voir que ses traits étaient assez typés de l’Est. Son visage était plutôt rond, ses grands yeux d’un noir profond suivaient une courbe légèrement bridée. Ses poils noirs formaient un timbre audacieusement sculpté sur le menton. Il dégageait un sentiment ambigu assez impressionnant. Elle le revit sur la place, avec son masque. Cassandre se prit à sourire. Jakab sembla le remarquer lui aussi car il haussa un sourcil mi-perplexe, mi-amusé. Cassandre en profita pour prendre une gorgée de thé. La douceur de la pêche lui caressa la langue.

— Tu n’as pas eu trop de problèmes pour venir ? demanda-t-elle.

Jakab eut un sourire en coin imperceptible.

— Je vais peut-être te surprendre en te disant qu’une partie de ma famille vit en France, dit-il. Ma mère est française.

En effet, Cassandre s’était toujours demandé pourquoi il parlait aussi bien français.

— Rien de plus facile que d’invoquer une petite virée par ici pour rendre visite à des proches, poursuivit-il. Ça les a simplement étonnés.

Cassandre hocha la tête tout en buvant son thé.

— Et puis, je n’ai pas de rapports trop… expansifs avec mes parents.

Elle comprenait. Elle avait aussi pensé à l’argent, mais ne se sentait pas tellement capable d’aborder le sujet si tôt et n’en avait pas vraiment envie. Elle s’efforcerait de lui fournir le nécessaire durant son séjour ici.

Un certain temps passa sans qu’ils ne disent rien d’autre. Ils se contentaient de laisser errer leurs pensées où bon leur semblait, des méandres de l’émerveillement aux confins du plus sincère étonnement.

Puis Cassandre sentit un léger contact sur sa peau. Elle entrevit les doigts de Jakab caresser doucement le dos de sa main, qu’il finit par prendre délicatement dans la sienne. Elle inspira et ferma les yeux. Le geste n’avait rien de prédateur. Plus que tout, il scellait leur Alliance[1].

*

Ils avaient éteint les principales sources de lumière et ne demeurait qu’une lueur douce et tamisée provenant de la commode au fond du salon. Cassandre avait le regard fatigué, ce que Jakab lui fit remarquer. Il fut légèrement dérouté lorsqu’elle le nia. Lui-même percevait la fatigue couler dans ses membres, mais il se sentait apaisé. Il avait sa présence. À un moment, il la surprit à fermer les yeux.

— Je vais peut-être devoir dormir, concéda-t-elle enfin.

Elle se leva à contrecœur.

— Bien sûr, acquiesça Jakab.

Il perçut une fugace note d’incertitude sur son visage.

— Je vais dormir sur le canapé, proposa-t-il afin de dissiper tout doute et de ne pas la mettre mal à l’aise.

— Il y a des couvertures dans le dernier tiroir de la commode, dit-elle. Tu peux utiliser la salle de bains… tu es chez toi.

Jakab fut touché de son attention. Il savait à quel point c’était difficile pour elle.

Tandis qu’elle se penchait sur la table pour débarrasser les tasses, il posa son regard sur la petite tresse qu’elle s’était faite derrière l’oreille et sur le dragon argenté qui entourait son oreille droite, qu’il avait aperçu plus tôt. Jakab profita de son absence pour occuper brièvement la salle de bains, sortir son sac de couchage noir et jaune et aménager quelques couvertures.

Il faillit sursauter lorsqu’il réalisa qu’elle l’observait depuis une bonne minute, depuis l’entrée du salon.

— Tu étais dans l’ombre. Tu m’as fait peur, Nocturnal.

Elle sourit furtivement, d’un sourire qui disparut aussi rapidement qu’il était venu. Elle resta devant lui sans avoir l’air de savoir quoi faire.

— Merci d’être venu, Jakab.

Son regard s’attarda sur le sien assez longtemps pour qu’il se demandât un instant si elle en avait conscience. Elle finit par lui souhaiter bonne nuit d’une petite voix, se retourna et ferma doucement la porte de sa chambre.

Jakab s’allongea pour la première fois depuis longtemps dans un canapé qui n’était pas le sien. Il n’écouta pas de musique cette nuit-là, se contenta seulement de respirer l’air qu’elle respirait et de savourer la sensation de complétude qu’il ressentait.

- // -

[1] Dawn of Ashes – The Ritual

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 3 versions.

Recommandations

R. F. Castel
Deuxième volet de "7ème" en republication et résumé en première partie.

Le Monde change. Sans que personne ne puisse y apporter réponse, il décline. Qui ne s’est jamais demandé d’où provenaient réellement les changements climatiques, ascensions de violences inexpliquées ou accroissements des maladies mortels en cette époque où tout apparaît soignable en un claquement de doigts ? Et si cela n’était dû qu’a une seule chose, l’oubli !
Déformation de l'histoire, persécutions, craintes ancrées dans le plus profond de nos gènes et idéologies tournés sur un avenir prolifique en sont les causes.
Vous qui prenez connaissances de cette trilogie, attendez-vous à voir un tout autre regard sur le Monde. Apprenez à le voir tel qu’il est en vérité. Car à l’heure où histoire et présent se confondent, les mythes et légendes du passé nous dévoilent ce qu’il adviendra du futur. Un avenir que l'on pourrait même considérer comme proche.

Deux histoires que tout devrait opposer ! L’une en 2025 qui suit sont petit quotidien et l’autre en 420 qui prophétises l’avenir sous formes de nouvelles et d'aventures. Bienvenu dans le Monde des réalités qui vous a trop longtemps été caché !


La bande annonce du second tome et visible sous :
https://www.youtube.com/watch?v=PpOpWGrN3dk

Les divers protagonistes sont visualisables sous :

Cartographie :
https://www.facebook.com/RFC.7eme.books/media_set?set=a.117610549073140.1073741829.100024725868809&type=3

Caricature :
https://www.facebook.com/pg/CastelR.F/photos/?tab=album&album_id=1485444761546504
319
516
824
1207
Ikhadi
Deux âmes boursouflées de peine qui se nourrissent des vices du monde, faisant tourner en dérision leur ridicule société.

Bienvenue à la Zone, l'un des bidonvilles de Rio, dans lequel Allyah Gonzales-Clark tient le rôle de son défunt père. Elle rôde, vole, arnaque pour subvenir aux besoins de sa mère aveugle et de ses deux soeurs dont une handicapée.

Martyre d'une soif de vengeance qui brûle son esprit, Allyah observe également durant l'espace de quelques heures et lamentablement cachée derrière une vitre les gestes épanchants de Lorenzo, l'homme aux mille balafres et entraîneur de boxe donnant des cours dans une illégalité des plus attractive.

Parce que c'est dans la pauvreté que l'on trouve le plus de richesse...
1
0
0
13
Défi
Faeress

Il y a peu, une histoire, ma foi, plutôt étrange, m'est arrivée:
J'étais en train de prendre un bain glacial pour essayer de contrer la canicule, quand tout à coup, je fus...Transportée, je crois que c'est le mot, autrepart.
Au début, je fus stupéfaite: pensez-vous, quitter d'un coup mon studio parisien, comme ça, c'est plutôt choquant. D'autant plus que je me retrouvais nue en terre inconnue, dans des montagnes couvertes de neige blanche, avec, de part et d'autres de hauts pics de glace; un peu comme des stalagmites (ou stalactites ? Je ne me souviens jamais!). Comme je m'attardais sur le magnifique  paysage givré qui s'offrait à ma vue -imaginez, un ciel bleu pâle, quelques nuages par ci-par là, délivrant un  flot polaire de flocons tous plus beaux les une que les autres, ma vue dominant toute la vallée blanche, je voyais le soleil froid se réfléchir dans des pics de glace, des arbres vides de feuilles, à part peu-être quelques sapins, recouverts de plus de 50 centimètres de poudreuse, des renards et lapins des neiges, bref, la nature gelée- quand je m’aperçus que, malgré ma nudité, je n'avais pas froid. C'est en me regardant que je compris à peu près, du moins, que je crus le comprendre: ma peau, devenue aussi bleue que si j'étais atteinte d'argyrisme, était glacée, et pourtant j'exhalait toujours de cette rafraîchissante brume. Étrange. Je décidais de descendre dans la vallée pour trouver du monde, commençant à me sentir un peu seule.
Toute cette fraîcheur me rappela la bibliothécaire de mon village d'enfance. Il y faisait toujours froid, en été comme en hiver. Elle s'appelait Madame Faris, Mais tout le monde, moi y compris, l'appelait Madame Dédé, comme dans guindé, et aussi car la rumeur racontait qu'elle était tombée très tôt , dans sa rafraîchissante jeunesse, amoureuse d'un certain 'Dédé', mais que, effrayé par tant de froideur, il s'était engourdi avant de, dans un sursaut de lucidité, d'éloigner en la traitant de frigide. Après cet amour déçu, Madame Faris serait venue s'isoler du monde dans ce petit village du nord de la France.
Pourtant, je savais qu'elle n'était pas si insensible qu'elle ne le laissait paraître: une fois où j'étais venu emprunter un livre avec ma mère, histoire de me tenir coucher car j'avais une crève carabinée, un mélange de rhume et de grippe, elle m'avait tendu un mouchoir en papier, devant dater d'une dizaine d'années, plein de poussière (qui me fit éternuer) avant de me repousser dans l'hiver. Bien sûr, ma mère n'avait pas manqué de lancer un regard glacial à Madame Faris, avant de me rejoindre sous les flocons, et de s'appliquer du stick à lèvre pour éviter les gerçures.
    J'étais finalement arrivée dans la vallée, et je ne grelottais toujours pas. Tout à coup, je vis quelque chose enfoncé das la poudreuse: c'était... Une glace! Une étrange glace, c'est vrai avec ses antennes faisant penser à un être venu de l'Espace, mais tout de même!
Je me retrouvais tout à coup à nouveau dans mon bain. Tout ceci n'était-ce qu'un rêve? C'est lors que je sortis de mon bain que je vis, que je sus que ce n'était peut-être pas qu'un rêve: ma peu encore légèrement bleutée, dans le miroir, et sur le rebord de l'évier, une glace à antennes.
0
1
0
2

Vous aimez lire Parallel ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0