XII - 2

7 minutes de lecture

L’appartement, exigu et plutôt bas de plafond, se trouvait légèrement en sous-sol. Le couloir dans lequel ils étaient arrivés était sombre et Cassandre mit pas mal de temps avant de se décider à l’éclairer.

— Tu peux poser tes affaires ici, proposa-t-elle en désignant un portemanteau fixé au mur.

Il s’exécuta et enleva le masque qui recouvrait sa bouche et son nez, ainsi que son épaisse veste noire, tandis que Cassandre ne le quittait pas des yeux. Le portemanteau ne serait pas assez grand pour eux deux, ainsi posa-t-elle sa parka par-dessus la veste de son invité.

Elle ne portait qu’un haut noir assez échancré et Jakab ne s’étonna pas qu’elle eût froid. Il observa un instant les jeux de lumière dans ses cheveux rouges, qui lui tombaient discrètement devant les yeux et lui arrivaient aux épaules. Ils formaient un harmonieux contraste avec le noir de sa tenue. Le couloir ainsi éclairé, il distinguait plus nettement les deux piercings à son sourcil droit et l’anneau à la lèvre.

Sur sa droite s’ouvrait une modeste cuisine carrelée, qui comportait une table ainsi qu’un plan de travail et un évier blanc. Tout semblait impeccablement rangé, comme si rien n’était utilisé.

Le couloir menait directement au salon. Tous les murs étaient gris. Enfin, Cassandre se dirigea vers la pièce attenante, plongée dans une quasi-pénombre.

— Voilà ma chambre.

— Là où tu écris.

Elle le regarda.

— Oui.

Elle dut appuyer sur un bouton car la pièce s’illumina. Le lit occupait une place importante par rapport à la taille de la chambre. Un placard en bois, une table de chevet et une commode venaient compléter le tableau. Un ordinateur était posé sur le lit.

— Je n’ai qu’une salle de bains, finit-elle par dire.

Elle avait l’air de s’excuser.

— C’est parfait.

La porte donnait sur la chambre. La salle de bains était certes petite mais fonctionnelle. Il surprit accidentellement leurs deux reflets dans la glace. L’image qu’ils renvoyaient était troublante. Il était si dur de croire qu’ils se tenaient là, ensemble. Qu’il avait traversé une partie du vaste monde pour venir à elle.

De retour au salon, Jakab remarqua une grande étagère en bois sombre contre le mur de gauche. En s’approchant de plus près, il distingua l’intégrale des œuvres d’un dénommé H. P. Lovecraft.

— Lovecraft est un génie, avoua Cassandre, restée en retrait.

Jakab tourna la tête vers elle.

— Vraiment ?

— Il manie l’horreur avec une maîtrise assez fascinante, expliqua-t-elle. Tu crois que tu as atteint la limite de l’effroi le plus extrême, mais il va toujours plus loin.

Son visage semblait s’être animé en prononçant ces mots.

— Il faudra que je lise ça, dit-il pensivement.

L’étage du dessous abritait quelques épaisses enveloppes et il eut un pincement au cœur comme il réalisait qu’il s’agissait des siennes. Le reste consistait en des feuilles imprimées et des dossiers dont rien ne permettait de deviner le contenu, ainsi qu’une chaîne hi-fi. Jakab entendait la respiration mesurée de Cassandre derrière lui. Il la vit pour la première fois consulter son téléphone.

— Il est dix-neuf heures, lui apprit-elle.

Là, dans ce nouvel environnement, Jakab avait totalement perdu la notion du temps.

— Veux-tu quelque chose à boire ? proposa-t-elle.

— Je veux bien, merci. Qu’est-ce que tu as ?

— Plusieurs choses. Viens.

Il la suivit jusqu’à la cuisine, regardant son dos légèrement dénudé à certains endroits. Bien qu’il eût imaginé un appartement sensiblement différent, il sentit qu’il aimait le lieu. Un peu à l’écart du monde. Une pointe de calme excitation montait en lui.

*

Cassandre ouvrit un placard au-dessus du plan de travail d’où elle sortit quelques boîtes. La présence de Jakab chez elle était à la fois déconcertante et apaisante.

— J’ai des thés, du café…

— Dans ce cas, je prendrais bien un café, entendit-elle son invité déclarer.

— D’accord.

— Bien fort.

Elle avait toujours un peu de mal à s’habituer à sa voix, qui s’avérait plus grave qu’elle ne l’avait imaginé. Jakab s’appuya contre la table, derrière elle. Elle mit de l’eau à bouillir, sortit un sachet de thé à la pêche et prépara le café.

— Je suis désolée, je n’ai pas grand-chose à manger, s’excusa-t-elle en préparant des toasts.

Jakab lui assura que cela ne posait aucun problème.

— As-tu une spécialité française préférée ? s’enquit-il.

— J’aime les Paris-Brest.

D’après le regard que lui lança Jakab, Cassandre en déduisit qu’il ne connaissait pas. Il s’avança et prit la tasse de café, restant à quelques centimètres d’elle.

Elle retira la bouilloire du socle une fois que celle-ci eût sonné. Elle ralentit son geste et regarda sa main trembler un bref instant. Puis elle versa l’eau bouillante dans son mug avec une petite gêne et ils revinrent au salon.

Après avoir posé leurs deux tasses sur la table basse, Cassandre s’assit sur le canapé et Jakab s’installa à côté d’elle. Elle tendit le bras par-dessus l’accoudoir afin d’atteindre la couverture en plaid, qu’elle enroula autour de ses épaules nues. Elle cessa de frissonner en sentant le contact chaud de l’épaisse matière sur sa peau. Elle réalisa également qu’elle avait gardé ses bottes. Elle défit les boucles, les posa au sol et ramena ses pieds sous elle. Elle s’aperçut alors que son invité la regardait.

— Je viens seulement de revenir ici, murmura-t-elle.

— Pourquoi donc ?

— J’étais chez mes parents, se contenta-t-elle de dire.

Jakab ne lui demanda rien de plus.

Elle le vit du coin de l’œil sentir le café et fermer les yeux. Aussi étrange que cela pût paraître, il correspondait bien à l’idée qu’elle s’était faite de DaMihiMortem. Cassandre ignorait presque tout de la Hongrie, mais elle pouvait voir que ses traits étaient assez typés de l’Est. Son visage était plutôt rond, ses grands yeux d’un noir profond suivaient une courbe légèrement bridée. Ses poils noirs formaient un timbre audacieusement sculpté sur le menton. Il dégageait un sentiment ambigu assez impressionnant. Elle le revit sur la place, avec son masque. Cassandre se prit à sourire. Jakab sembla le remarquer lui aussi car il haussa un sourcil mi-perplexe, mi-amusé. Cassandre en profita pour prendre une gorgée de thé. La douceur de la pêche lui caressa la langue.

— Tu n’as pas eu trop de problèmes pour venir ? demanda-t-elle.

Jakab eut un sourire en coin imperceptible.

— Je vais peut-être te surprendre en te disant qu’une partie de ma famille vit en France, dit-il. Ma mère est française.

En effet, Cassandre s’était toujours demandé pourquoi il parlait aussi bien français.

— Rien de plus facile que d’invoquer une petite virée par ici pour rendre visite à des proches, poursuivit-il. Ça les a simplement étonnés.

Cassandre hocha la tête tout en buvant son thé.

— Et puis, je n’ai pas de rapports trop… expansifs avec mes parents.

Elle comprenait. Elle avait aussi pensé à l’argent, mais ne se sentait pas tellement capable d’aborder le sujet si tôt et n’en avait pas vraiment envie. Elle s’efforcerait de lui fournir le nécessaire durant son séjour ici.

Un certain temps passa sans qu’ils ne disent rien d’autre. Ils se contentaient de laisser errer leurs pensées où bon leur semblait, des méandres de l’émerveillement aux confins du plus sincère étonnement.

Puis Cassandre sentit un léger contact sur sa peau. Elle entrevit les doigts de Jakab caresser doucement le dos de sa main, qu’il finit par prendre délicatement dans la sienne. Elle inspira et ferma les yeux. Le geste n’avait rien de prédateur. Plus que tout, il scellait leur Alliance[1].

*

Ils avaient éteint les principales sources de lumière et ne demeurait qu’une lueur douce et tamisée provenant de la commode au fond du salon. Cassandre avait le regard fatigué, ce que Jakab lui fit remarquer. Il fut légèrement dérouté lorsqu’elle le nia. Lui-même percevait la fatigue couler dans ses membres, mais il se sentait apaisé. Il avait sa présence. À un moment, il la surprit à fermer les yeux.

— Je vais peut-être devoir dormir, concéda-t-elle enfin.

Elle se leva à contrecœur.

— Bien sûr, acquiesça Jakab.

Il perçut une fugace note d’incertitude sur son visage.

— Je vais dormir sur le canapé, proposa-t-il afin de dissiper tout doute et de ne pas la mettre mal à l’aise.

— Il y a des couvertures dans le dernier tiroir de la commode, dit-elle. Tu peux utiliser la salle de bains… tu es chez toi.

Jakab fut touché de son attention. Il savait à quel point c’était difficile pour elle.

Tandis qu’elle se penchait sur la table pour débarrasser les tasses, il posa son regard sur la petite tresse qu’elle s’était faite derrière l’oreille et sur le dragon argenté qui entourait son oreille droite, qu’il avait aperçu plus tôt. Jakab profita de son absence pour occuper brièvement la salle de bains, sortir son sac de couchage noir et jaune et aménager quelques couvertures.

Il faillit sursauter lorsqu’il réalisa qu’elle l’observait depuis une bonne minute, depuis l’entrée du salon.

— Tu étais dans l’ombre. Tu m’as fait peur, Nocturnal.

Elle sourit furtivement, d’un sourire qui disparut aussi rapidement qu’il était venu. Elle resta devant lui sans avoir l’air de savoir quoi faire.

— Merci d’être venu, Jakab.

Son regard s’attarda sur le sien assez longtemps pour qu’il se demandât un instant si elle en avait conscience. Elle finit par lui souhaiter bonne nuit d’une petite voix, se retourna et ferma doucement la porte de sa chambre.

Jakab s’allongea pour la première fois depuis longtemps dans un canapé qui n’était pas le sien. Il n’écouta pas de musique cette nuit-là, se contenta seulement de respirer l’air qu’elle respirait et de savourer la sensation de complétude qu’il ressentait.

- // -

[1] Dawn of Ashes – The Ritual

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 3 versions.

Recommandations

Kiplix
Je vous présente l'histoire de Camille, 17 ans et étudiante en classe de Terminale. Une fille sans histoires qui est bien partie pour en écrire une avec son pouvoir inconnu !
2
0
0
5
Luciole

Elle flânait au milieu des fumées blanchâtres du minable établissement, une cigarette à la main - une Philip Morris qui plus est. Elle paraissait émettre une lueur angélique dans ce havre des âmes ténébreuses, si l'on omettait le brin de malice tapi au fond de ses yeux. Certes, une robe rappelant la neige immaculée était peut-être inadaptée pour ce genre de milieu, mais qu'importe ! Tous les regards convergent vers l'élégance, et elle voulait en être l'allégorie. Autour de ce halo feutré, nombre de poignées de main s'échangeaient rapidement et encore plus de billets voyageaient de poche en poche. Tout allait pour le mieux. Elle regarda dans un recoin à gauche, non loin d'elle ; certaines femmes abordaient les clients trop éméchés pour comprendre la nature de la prestation. Après tout, tant qu'elles lui payaient leur dû... Mais elles la dégoûtaient profondément, leur vue provoquant chez elle une profonde aversion frôlant une jalousie inexpliquée. Peut-être que le style qu'elle présentait, des plus maniérés, commençait à devenir lassant, et qu'une soif de liberté sauvage brûlait au fond de son ventre. Qui sait... C'est l'élégance que l'on regarde, mais c'est la passion déchaînée qu'on admire ! Mais cette profession, source de passion ? Elle évoquait pour elle les fantasmes bien masculins à l'égard du plus vieux métier du monde, rien de plus. "Eh ! Je divague. Ces filles n'ont rien pour elles, si ce n'est l'outil de leur gagne-pain."
Un saoulard la bouscula soudain, l'arrachant à ses rêveries. Frappée au thorax, la dame en blanc se mit à suffoquer tandis que l'homme (du moins, ce qu'il en restait) haussa le ton, prononçant un dialecte incompréhensible mais certainement hostile. Pris d'une rage aux allures meurtrières, il se rua sur elle, la plaquant au sol, et leva une main menaçante. Horrifiée par les yeux injectés de sang qui la fixaient, elle détourna son regard apeuré et attendit un coup qui ne vint jamais. Un bruit étouffé, et le corps de l'épave enragée s'affaissa sur le côté. La victime rouvrit les yeux pour les écarquiller ; une de ces créatures de piètre vertu lui tendait la main, souriante. Elle l'aida à se relever, l'épousseta avant de prononcer dans ce qui fut un langage approximatif : "pas touche à la patronne".
0
0
0
2
Adrien Zviaguine

        Le vent sifflait dans mes oreilles et au travers des fenêtres mal préparées à ce froid bien pire que la bise hivernale d'il y a quinze ans. Le froid... Voilà tout ce que l'on peut dire du monde tell qu'il est à présent. Enfin, de l'hémisphère Nord en tout cas. D'abord, il y a eu une immense lueur dans le ciel qui irradia notre monde comme les spet feux de l'enfer. Puis, vint la nuit. Sombre, cruel. Tout ce qui faisait tenir notre civilisation était mort en l'espace d'un instant. Toute notre technologie avait disparu à l'exception des quelques véhicules militaires qui étaient protégés par leurs blindages.


        En l'espace d'une dizaine de jours, un hiver long et rigoureux s'est abattu sur l'hémisphère nord, dans les premières semaines, les températures descendirent au-dessous des moins trente degrée Celsius. Ne me demandez pas en Fahrenheit, je l'ignore. Les vieux, et les trop jeunes moururent facilement. C'est comme ça que j'ai perdu ma fille et mon fils. Ils étaient trop faibles pour un monde devenus trop dur. Les autres ? La plupart ont fui vers le sud en quête de chaleur. Vers l'Afrique vraisemblablement. Quelle ironie que ceux qui refusaient aux autres d'entrer partent tous en forçant leurs portes.

        Moi ? Je suis resté. J'ai toujours vécu dans le froid et la souffrance, il ne me dérange pas. Et comme il n'y a plus personne, j'aurais autant de gibier que je veux. Qui je suis ? Cela n'a plus tant d'importance maintenant, mais si vous voulez savoir. Je m'appelais Ilya Ivanovitch. Je suis russe comme vous vous en doutez. J'étais boxeur en poids médium et aussi ancien soldat. Où je suis ? Je n'en sais rien. J'évite les villes, les animaux sauvages ont en pris possession et je n'aurais aucune chance à l'intérieur. Je n'y vais que dans de rares occasions, mais si vous me demandiez, je pense que je dois me trouver en Finlande près d'un de ses immenses lacs.

        Je survis comme je le peux, mais ma vie est plutôt saine. Cela va faire cinquante ans que je vis comme ça. Ah oui, pour une raison que j'ignore, il semblerait que l’espérance de vie des humains ait évolué de manière drastique. Je possède le corps d'une personne de trente ans avec un âge réel de quatre-vingt-quatre ans. Amusant, je n'aurais jamais pensé vivre si vieux. Ce n'est pas comme si j'étais immortelle ! Je vieillis également, mais plus lentement qu'avant.

        Enfin bon. De toute façon, il n'y aura personne pour lire ce journal donc autant continué. Je reprendrais demain, ce soir, j'ai faim et mes chiens de traîneau aussi.
0
0
6
2

Vous aimez lire Parallel ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0