XXV - 2014

2 minutes de lecture

Elle scanna le couloir du cinquième étage, espérant ne pas croiser d’autres lève-tôt. Elle était venue à huit heures, priant pour que les autres aient assez de paresse pour rester au lit. Ils semblaient s’être calmés, ces temps-ci. Sûrement la fièvre des projets de fin de semestre.

Un des professeurs de L2 avait mis les copies du test précédent à disposition de ses étudiants et les avait encouragés à les consulter ce vendredi matin.

La porte du bureau était entrouverte. Respire. Elle toqua deux petits coups et une voix enrouée l’invita à entrer. Levant des yeux bouffis, son professeur parut surpris de la voir.

— Tu es bien matinale ! s’exclama-t-il gentiment.

La quarantaine, obèse – on aurait pu la faire rentrer quatre fois dans ce corps –, T-shirt orange. La caricature du programmeur geek.

Elle repoussa soigneusement la porte derrière elle et avisa la pile de copies posée sur le petit bureau à sa droite.

— Je t’en prie, assieds-toi, prends ton temps pour bien situer tes erreurs. Je suis à ta disposition si tu as des questions.

Elle s’assit donc et parcourut la liasse de feuilles. Iris, Iris… Son cœur eut beau se serrer à la vue du nom de l’étudiante, elle fut contente de constater que la note de celle-ci était médiocre. Un poil rassérénée, elle se mit alors à la recherche de son propre nom.

Au bout d’une minute, elle entendit des pas pesants s’approcher et une tête massive se pencha par-dessus son épaule. Le gros doigt gigota sur quelques lignes de code et son professeur lui expliqua deux ou trois corrections. Elle hocha patiemment la tête.

— Tu es satisfaite de toi ?

Sa réponse ne dut pas être très convaincante.

— C’est bien, non ?

— Oui…

— C’est bien, hein ! insista-t-il.

Il avait souri, comme s’il voulait la persuader. Il semblait le penser sincèrement. Il ne l’avait pas laissée partir avant qu’elle accepte sa remarque.

Elle finit par mettre le doigt sur ce qui clochait. C’était la première fois depuis longtemps qu’on l’encourageait avec tant de vigueur, qu’on l’obligeait à voir qu’on croyait en elle.

Elle ne rasa pas le mur de l’université mais s’engagea dans la rue à la vue de tous, se cramponnant de toutes ses forces au soupçon d’espoir que son professeur avait instillé.

L’espace d’un instant, ces mots avaient tout illuminé.

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 3 versions.

Recommandations

R. F. Castel
Deuxième volet de "7ème" en republication et résumé en première partie.

Le Monde change. Sans que personne ne puisse y apporter réponse, il décline. Qui ne s’est jamais demandé d’où provenaient réellement les changements climatiques, ascensions de violences inexpliquées ou accroissements des maladies mortels en cette époque où tout apparaît soignable en un claquement de doigts ? Et si cela n’était dû qu’a une seule chose, l’oubli !
Déformation de l'histoire, persécutions, craintes ancrées dans le plus profond de nos gènes et idéologies tournés sur un avenir prolifique en sont les causes.
Vous qui prenez connaissances de cette trilogie, attendez-vous à voir un tout autre regard sur le Monde. Apprenez à le voir tel qu’il est en vérité. Car à l’heure où histoire et présent se confondent, les mythes et légendes du passé nous dévoilent ce qu’il adviendra du futur. Un avenir que l'on pourrait même considérer comme proche.

Deux histoires que tout devrait opposer ! L’une en 2025 qui suit sont petit quotidien et l’autre en 420 qui prophétises l’avenir sous formes de nouvelles et d'aventures. Bienvenu dans le Monde des réalités qui vous a trop longtemps été caché !


La bande annonce du second tome et visible sous :
https://www.youtube.com/watch?v=PpOpWGrN3dk

Les divers protagonistes sont visualisables sous :

Cartographie :
https://www.facebook.com/RFC.7eme.books/media_set?set=a.117610549073140.1073741829.100024725868809&type=3

Caricature :
https://www.facebook.com/pg/CastelR.F/photos/?tab=album&album_id=1485444761546504
319
516
824
1207
Ikhadi
Deux âmes boursouflées de peine qui se nourrissent des vices du monde, faisant tourner en dérision leur ridicule société.

Bienvenue à la Zone, l'un des bidonvilles de Rio, dans lequel Allyah Gonzales-Clark tient le rôle de son défunt père. Elle rôde, vole, arnaque pour subvenir aux besoins de sa mère aveugle et de ses deux soeurs dont une handicapée.

Martyre d'une soif de vengeance qui brûle son esprit, Allyah observe également durant l'espace de quelques heures et lamentablement cachée derrière une vitre les gestes épanchants de Lorenzo, l'homme aux mille balafres et entraîneur de boxe donnant des cours dans une illégalité des plus attractive.

Parce que c'est dans la pauvreté que l'on trouve le plus de richesse...
1
0
0
13
Défi
Faeress

Il y a peu, une histoire, ma foi, plutôt étrange, m'est arrivée:
J'étais en train de prendre un bain glacial pour essayer de contrer la canicule, quand tout à coup, je fus...Transportée, je crois que c'est le mot, autrepart.
Au début, je fus stupéfaite: pensez-vous, quitter d'un coup mon studio parisien, comme ça, c'est plutôt choquant. D'autant plus que je me retrouvais nue en terre inconnue, dans des montagnes couvertes de neige blanche, avec, de part et d'autres de hauts pics de glace; un peu comme des stalagmites (ou stalactites ? Je ne me souviens jamais!). Comme je m'attardais sur le magnifique  paysage givré qui s'offrait à ma vue -imaginez, un ciel bleu pâle, quelques nuages par ci-par là, délivrant un  flot polaire de flocons tous plus beaux les une que les autres, ma vue dominant toute la vallée blanche, je voyais le soleil froid se réfléchir dans des pics de glace, des arbres vides de feuilles, à part peu-être quelques sapins, recouverts de plus de 50 centimètres de poudreuse, des renards et lapins des neiges, bref, la nature gelée- quand je m’aperçus que, malgré ma nudité, je n'avais pas froid. C'est en me regardant que je compris à peu près, du moins, que je crus le comprendre: ma peau, devenue aussi bleue que si j'étais atteinte d'argyrisme, était glacée, et pourtant j'exhalait toujours de cette rafraîchissante brume. Étrange. Je décidais de descendre dans la vallée pour trouver du monde, commençant à me sentir un peu seule.
Toute cette fraîcheur me rappela la bibliothécaire de mon village d'enfance. Il y faisait toujours froid, en été comme en hiver. Elle s'appelait Madame Faris, Mais tout le monde, moi y compris, l'appelait Madame Dédé, comme dans guindé, et aussi car la rumeur racontait qu'elle était tombée très tôt , dans sa rafraîchissante jeunesse, amoureuse d'un certain 'Dédé', mais que, effrayé par tant de froideur, il s'était engourdi avant de, dans un sursaut de lucidité, d'éloigner en la traitant de frigide. Après cet amour déçu, Madame Faris serait venue s'isoler du monde dans ce petit village du nord de la France.
Pourtant, je savais qu'elle n'était pas si insensible qu'elle ne le laissait paraître: une fois où j'étais venu emprunter un livre avec ma mère, histoire de me tenir coucher car j'avais une crève carabinée, un mélange de rhume et de grippe, elle m'avait tendu un mouchoir en papier, devant dater d'une dizaine d'années, plein de poussière (qui me fit éternuer) avant de me repousser dans l'hiver. Bien sûr, ma mère n'avait pas manqué de lancer un regard glacial à Madame Faris, avant de me rejoindre sous les flocons, et de s'appliquer du stick à lèvre pour éviter les gerçures.
    J'étais finalement arrivée dans la vallée, et je ne grelottais toujours pas. Tout à coup, je vis quelque chose enfoncé das la poudreuse: c'était... Une glace! Une étrange glace, c'est vrai avec ses antennes faisant penser à un être venu de l'Espace, mais tout de même!
Je me retrouvais tout à coup à nouveau dans mon bain. Tout ceci n'était-ce qu'un rêve? C'est lors que je sortis de mon bain que je vis, que je sus que ce n'était peut-être pas qu'un rêve: ma peu encore légèrement bleutée, dans le miroir, et sur le rebord de l'évier, une glace à antennes.
0
1
0
2

Vous aimez lire Parallel ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0