XI - 2

6 minutes de lecture

Ses parents lui rendirent visite deux jours plus tard. Cassandre réalisa qu’ils n’étaient venus que rarement la voir. C’était souvent elle qui se déplaçait. Elle prépara du thé et fit réchauffer le dessert acheté pour l’occasion.

— Alors, qu’est-ce que ça fait de revenir ici ? commença son père sur le ton de la plaisanterie.

Étonnant.

— Ça fait vraiment du bien.

Évidemment, sa mère était allée se balader dans l’appartement. Dieu merci, elle ne lui fit aucun commentaire sur les couleurs et les tons. Elle aurait à coup sûr préféré des teintes un peu plus gaies, un peu plus chatoyantes. Sans doute ne comprenait-elle pas comment un appartement pouvait rester aussi dépouillé, dépourvu de toutes marques personnelles. Il y en avait, pourtant. Mais elle ne savait pas.

— Ça n’a pas changé, remarqua sa mère en revenant.

Cassandre la laissa s’installer sur le canapé et alla chercher une chaise dans la cuisine. Lorsqu’elle revint, ses parents étaient en train de grignoter le gâteau aux amandes.

— Qu’est-ce que tu as prévu, ces jours-ci ? lui demanda son père.

Cassandre prit une part de gâteau et la posa sur ses genoux en essayant de ne pas faire de miettes.

— Je ne sais pas encore, avoua-t-elle. Sans doute voir des amis, sortir un peu. Comme avant.

Son père plissa le front, soucieux.

— Je ne veux pas te faire peur, objecta-t-il. Mais il faudrait peut-être se remettre à penser aux études ?

— C’est un bon moyen de reprendre un rythme normal, renchérit sa mère. Tu ne crois pas ?

Cassandre porta la tasse de thé brûlant à ses lèvres. En effet, cela lui avait semblé bizarre que ses parents n’eussent pas abordé le sujet plus tôt, quand elle était revenue vivre avec eux. Ils n’avaient sans doute pas osé dans ces circonstances ou n’avaient pas eu envie d’en rajouter. Cassandre contempla un moment un fil qui pendait de la couverture aux tons rouge et orange qu’elle avait posée sur une commode dans le coin de la pièce.

— J’y ai réfléchi, annonça-t-elle d’une voix égale. J’ai un peu de mal à cerner ma voie, j’avais besoin de faire une pause pour y voir plus clair.

Ses parents attendaient qu’elle continuât.

— Je compte prendre un boulot quelque part avant de savoir ce que je veux faire.

— Tu penses à quelque chose en particulier ? s'enquit prudemment son père.

— Un magasin, un restaurant… Ça peut être n’importe quoi, vraiment. Je veux simplement gagner ma vie de mon côté.

Sa mère se resservit en gâteau.

— D’accord. Pense quand même à ton avenir.

Cassandre termina sa part avec difficulté.

— L’année a déjà commencé, de toute façon, reprit-elle en haussant les épaules. J’aurais du mal à reprendre en cours de route.

Elle fut étonnée que ses parents ne s’opposent pas à cette décision et éprouva la bizarre impression qu’ils voulaient la ménager. Ils restèrent encore un moment à discuter et finirent par s’en aller, lui faisant promettre de les appeler au moindre souci.

Une fois qu’ils furent partis, Cassandre s’appuya contre la porte et ferma les yeux alors que la tension retombait.

Cassandre sortit quelques jours plus tard et se dirigea vers Châtelet, en évitant les rues les plus bondées, même si cela relevait de l’impossible. On ne lui avait pas vraiment laissé le choix de l’heure du rendez-vous. Elle s’engagea dans une ruelle et avisa une boutique cachée des regards, à première vue indécelable. Une courte inspiration, et elle poussa la porte. Elle se retrouva instantanément dans un océan de notes déchaînées, une musique joliment perturbante mais trop forte pour être pleinement appréciée. Néanmoins, ils avaient de bons goûts.

Un homme pas bien âgé émergea d’une porte dans le fond de la pièce et s’approcha d’elle, un grand sourire aux lèvres.

— Cassandre ?

Elle hocha rapidement la tête. Elle détestait qu’on lui eût demandé son prénom lors de la prise de rendez-vous, mais il semblait que cela eût été une condition requise. Enfin. Leur prestation était de qualité, et seul le résultat importait. Sa maigre personne serait oubliée dès qu’elle aurait passé la porte.

— On avait déjà parlé du modèle que tu voulais, c’est ça ?

— C’est ça.

L’homme farfouilla un moment derrière le comptoir et en ressortit avec une petite boîte carrée, qu’il posa sur un côté de la table. Il lui tendit un papier qu’elle signa et lui remit quelques secondes plus tard.

— C’est tout bon ! Tu peux me suivre, s’il te plaît.

Elle le suivit dans un couloir sombre attenant à l’entrée de la boutique, parsemé de grands cadres remplis d’encre et de posters aux logos douteux. Il la fit entrer dans une pièce sur la gauche et referma la porte derrière lui. La chaleur ambiante poussa Cassandre à retirer son manteau et l’homme l’invita à s’allonger sur ce qui rappelait une sorte de table d’opération. Il enfila des gants en latex, s’affaira quelques instants avec divers produits et entreprit de désinfecter l’aiguille, puis observa son visage.

— Alors, prête pour un troisième ? fit-il en découvrant des dents impeccablement blanches.

— Je suppose.

Cassandre ferma les yeux pour ne plus voir la lumière trop crue de la pièce. Elle sentit le perceur approcher délicatement ses doigts de son visage et une légère douleur lorsqu’il perça sa lèvre et posa la prothèse.

Elle rouvrit les yeux une fois qu'il eût terminé. Comme la dernière fois, il avait été efficace et cela n’avait même pas duré dix minutes.

— Je pense que tu es rôdée au niveau des soins à effectuer, depuis le temps. Penses-y bien matin et soir pendant une quinzaine de jours.

Ils reprirent le couloir en direction de l’entrée et elle paya en liquide. Le perceur lui rappela tout de même les précautions à prendre et elle l’écouta patiemment. Il lui décocha un sourire avant qu’elle ne tournât les talons et leva le pouce.

— Bon choix ! lança-t-il avec un clin d’œil taquin. Attends bien deux mois avant de mettre le nouveau.

Cassandre le remercia et se dépêcha de regagner l’air mordant de la nuit parisienne. Elle enfonça les mains dans ses poches en faisant passer sa langue sur sa lèvre inférieure et ne put s’empêcher de jouer sur tout le trajet avec la drôle de sensation que cela provoquait.

Il restait encore une chose.

La pierre violacée trônait, solitaire, sur la table de chevet. Ce fut le premier objet que vit Cassandre en ouvrant les yeux. Elle tendit la main pour la prendre délicatement et ses lèvres effleurèrent le froid minéral. Elle se leva enfin en se rendant compte que onze heures avaient déjà sonné. Après un rapide passage à la salle de bains, elle décida de sortir.

Elle savoura la caresse glaciale du vent sur sa peau et se dirigea dans un coin du quartier Faubourg-Montmartre dans lequel elle n’était jamais venue. Elle s’engouffra alors dans le passage Jouffroy et arriva au niveau du magasin de minéraux qu’elle visait. Son regard erra sur la multitude de gemmes colorées qui parsemaient la pièce. Une couleur familière attira son attention et elle sentit son cœur battre lorsqu’elle fut sûre d’avoir trouvé ce qu’elle cherchait. C’était parfait.

De ces pierres, il y en aurait deux exemplaires.

*

Le regard vitreux du vieillard errait sans but sur les gens sans visage. Il n’arriverait pas à se frayer un passage au milieu d’eux, ce soir-là. Alors il examina la tête des voyageurs, des travailleurs et des paumés. Ils avaient tous les yeux tournés vers leur téléphone. Il était perdu parmi eux, lui que personne ne regardait. Il s’adressa à chacun des individus qui l’entouraient ; aucun ne lui répondit. Ses yeux tombèrent sur la fille aux cheveux rouges qui était assise sur un strapontin, la tête posée contre la paroi du wagon. Elle avait un regard étrangement fixe et éteint. Un regard de dérangée, et le visage percé. Elle semblait contempler sans comprendre le petit sachet blanc qu’elle tenait au creux de ses mains.

Le clochard ne lui demanda rien.

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 4 versions.

Recommandations

Défi
3
4
0
0
Défi
Cannelle & Violette
En réponse au défi de William Carlos Williams Ponctuation disparue
Inspirez et plongez
14
18
2
1
Adrien de saint-Alban

La voix éteinte un vieillard dont la fonction est parait-il, ministre de l'intérieur, s'exprimait.
Des larmes de crocodile lui tombaient sur la joue creuse. Il se lamentait de la disparition d'un gendarme sacrifié ou qui se serait sacrifié pour une femme blessée. La reconnaissance de la patrie. Toute la phraséologie pleurnicharde du politicard sonnait comme un discours convenu , préparé à l'avance .Il fallait montrer toute la commisération du gouvernement face au peuple meurtri.La parole d'un vieillard pour couvrir le sacrifice d'un jeune et vaillant gendarme.
Je hais ce gouvernement.
Je m'endormais dans les bras de Morphée, la télé allumée, allongé dans mon lit, sous la couette, confortablement en sécurité, bien au chaud. Les hurlements des sirènes et le bruit des hélicoptères sillonnant le ciel arrivaient à mes oreilles. Des sirènes hurlantes. Bien que fatigué de ma journée de la veille, j'essayai toutefois de lutter contre le sommeil. Je fis une tentative pour ouvrir une paupière déjà lourde, puis deux. Je voyais maintenant les ambulances qui s'en venaient gyrophare allumé, et qui partaient, des gens couraient partout, affolés. Cependant, des bribes de mots dit par un vieillard fatigué et en fin de carrière me parvinrent à la conscience qui, déjà alourdie, engourdie par une journée de travail, avait déposé les armes: Les remparts de carcassonne n'ont rien pu faire...Trèbes...attentat...superU...prise d'otage... ministre de l'intérieur...psychiatrique...désiquilibri...François Molins....Je salue le courage du crs...
Puis , tel un guerrier épuisé de ses coups d'épée, je sombrai dans une déception que je ne m'expliquais pas, je me rendormis lorsque j'entendis le dernier balbutiement d'un journaliste qui annonçait trois morts.
Petit joueur.
Adrien de saint-Alban

0
0
0
1

Vous aimez lire Parallel ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0