IV - 2004

2 minutes de lecture

Il quitta l’école le sourire aux lèvres. Il revenait avec une bonne note en histoire, une des meilleures, et il en était fier. Le sujet était dur pour des élèves de douze ans, c’était le professeur qui lui avait dit. Il arriva bientôt à son bloc d’immeubles et trottina jusqu’à l’appartement. Il fut accueilli par sa mère, qui le félicita dès qu’elle apprit la nouvelle. Malgré son air fatigué, voir son sourire le remplit de joie.

Alors qu’il se penchait pour prendre la copie dans son sac, son père se matérialisa devant lui. Surpris, il se redressa vivement, faisant tomber sa trousse par la même occasion. Sa mère prétexta un mal de tête et se dépêcha de regagner la chambre, un sourire contrit sur le visage. Il entendit la porte se refermer doucement au moment où son père lui arrachait la feuille des mains.

— Et t’es fier de toi ? Si tu pouvais avoir ça à chaque fois, ce serait déjà une prouesse. Et puis 4 sur 5 c'est pas non plus la meilleure note, alors arrête de rire bêtement !

Pétrifié, il regarda son père froncer les sourcils et détailler plus avant sa rédaction.

— Et puis… mais c’est moi qui t’ai dit de marquer ça ! s’énerva-t-il. T’arriveras jamais à faire quelque chose par toi-même, de toute façon. Depuis le début j’ai vu que t’étais comme ça.

C’était comme s’il avait enfoncé les mots au marteau dans son cœur.

Son géniteur se courba soudain et se pencha vers lui, lui saisissant le menton.

— Et puis c’est pas le moment, renchérit-il en plantant ses yeux dans les siens. Écoute-moi bien, le maire me fait l’honneur de passer pour discuter affaires, alors tu ne me mets pas dans l’embarras. Tu ne descends pas tes sales pattes de ta chambre, c’est clair ? File, que je ne te revoie plus avant le dîner.

Il tourna les talons aussi sec, balançant la copie chiffonnée sur la commode jouxtant le petit escalier. Le garçon se dépêcha de la récupérer tandis que la sonnette retentissait et s’enfuit vers sa chambre. Un frisson de peur le parcourut lorsque la porte claqua derrière lui. Il avait fait trop de bruit, alors qu’on venait de lui ordonner d’être discret. On ne pouvait pas compter sur lui. Son sac glissa au sol.

T’arriveras jamais à faire quelque chose par toi-même, de toute façon.

Il resta en plan dans la pièce, sans savoir quoi faire. Son regard se posa sur le crâne de pirate, sur le coin droit de son bureau. Il renfermait de vieilles pièces hongroises. Le seul cadeau de valeur que lui avait jamais fait son père.

T’arriveras jamais à faire quelque chose par toi-même T’arriveras jamais à faire quelque chose par toi-même T’arriveras jamais…

Des sanglots étouffés montèrent dans sa poitrine et il frappa son poing sur la table, envoyant valser la tirelire et les pièces. Les larmes l’aveuglèrent. Non, non… Il ne devait pas pleurer. Ce n’était plus de son âge.

Après avoir vidé le trop-plein de ses émotions, il tira sa chaise et s’installa au bureau. Il saisit une feuille vierge et s’empara du premier crayon qui lui venait sous la main.

Maman sauve-moi, Maman sauve-moi s’il te plaît

Il froissa le papier dans sa main et jeta la boule dans la corbeille.

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 3 versions.

Recommandations

Kiplix
Je vous présente l'histoire de Camille, 17 ans et étudiante en classe de Terminale. Une fille sans histoires qui est bien partie pour en écrire une avec son pouvoir inconnu !
2
0
0
5
Luciole

Elle flânait au milieu des fumées blanchâtres du minable établissement, une cigarette à la main - une Philip Morris qui plus est. Elle paraissait émettre une lueur angélique dans ce havre des âmes ténébreuses, si l'on omettait le brin de malice tapi au fond de ses yeux. Certes, une robe rappelant la neige immaculée était peut-être inadaptée pour ce genre de milieu, mais qu'importe ! Tous les regards convergent vers l'élégance, et elle voulait en être l'allégorie. Autour de ce halo feutré, nombre de poignées de main s'échangeaient rapidement et encore plus de billets voyageaient de poche en poche. Tout allait pour le mieux. Elle regarda dans un recoin à gauche, non loin d'elle ; certaines femmes abordaient les clients trop éméchés pour comprendre la nature de la prestation. Après tout, tant qu'elles lui payaient leur dû... Mais elles la dégoûtaient profondément, leur vue provoquant chez elle une profonde aversion frôlant une jalousie inexpliquée. Peut-être que le style qu'elle présentait, des plus maniérés, commençait à devenir lassant, et qu'une soif de liberté sauvage brûlait au fond de son ventre. Qui sait... C'est l'élégance que l'on regarde, mais c'est la passion déchaînée qu'on admire ! Mais cette profession, source de passion ? Elle évoquait pour elle les fantasmes bien masculins à l'égard du plus vieux métier du monde, rien de plus. "Eh ! Je divague. Ces filles n'ont rien pour elles, si ce n'est l'outil de leur gagne-pain."
Un saoulard la bouscula soudain, l'arrachant à ses rêveries. Frappée au thorax, la dame en blanc se mit à suffoquer tandis que l'homme (du moins, ce qu'il en restait) haussa le ton, prononçant un dialecte incompréhensible mais certainement hostile. Pris d'une rage aux allures meurtrières, il se rua sur elle, la plaquant au sol, et leva une main menaçante. Horrifiée par les yeux injectés de sang qui la fixaient, elle détourna son regard apeuré et attendit un coup qui ne vint jamais. Un bruit étouffé, et le corps de l'épave enragée s'affaissa sur le côté. La victime rouvrit les yeux pour les écarquiller ; une de ces créatures de piètre vertu lui tendait la main, souriante. Elle l'aida à se relever, l'épousseta avant de prononcer dans ce qui fut un langage approximatif : "pas touche à la patronne".
0
0
0
2
Adrien Zviaguine

        Le vent sifflait dans mes oreilles et au travers des fenêtres mal préparées à ce froid bien pire que la bise hivernale d'il y a quinze ans. Le froid... Voilà tout ce que l'on peut dire du monde tell qu'il est à présent. Enfin, de l'hémisphère Nord en tout cas. D'abord, il y a eu une immense lueur dans le ciel qui irradia notre monde comme les spet feux de l'enfer. Puis, vint la nuit. Sombre, cruel. Tout ce qui faisait tenir notre civilisation était mort en l'espace d'un instant. Toute notre technologie avait disparu à l'exception des quelques véhicules militaires qui étaient protégés par leurs blindages.


        En l'espace d'une dizaine de jours, un hiver long et rigoureux s'est abattu sur l'hémisphère nord, dans les premières semaines, les températures descendirent au-dessous des moins trente degrée Celsius. Ne me demandez pas en Fahrenheit, je l'ignore. Les vieux, et les trop jeunes moururent facilement. C'est comme ça que j'ai perdu ma fille et mon fils. Ils étaient trop faibles pour un monde devenus trop dur. Les autres ? La plupart ont fui vers le sud en quête de chaleur. Vers l'Afrique vraisemblablement. Quelle ironie que ceux qui refusaient aux autres d'entrer partent tous en forçant leurs portes.

        Moi ? Je suis resté. J'ai toujours vécu dans le froid et la souffrance, il ne me dérange pas. Et comme il n'y a plus personne, j'aurais autant de gibier que je veux. Qui je suis ? Cela n'a plus tant d'importance maintenant, mais si vous voulez savoir. Je m'appelais Ilya Ivanovitch. Je suis russe comme vous vous en doutez. J'étais boxeur en poids médium et aussi ancien soldat. Où je suis ? Je n'en sais rien. J'évite les villes, les animaux sauvages ont en pris possession et je n'aurais aucune chance à l'intérieur. Je n'y vais que dans de rares occasions, mais si vous me demandiez, je pense que je dois me trouver en Finlande près d'un de ses immenses lacs.

        Je survis comme je le peux, mais ma vie est plutôt saine. Cela va faire cinquante ans que je vis comme ça. Ah oui, pour une raison que j'ignore, il semblerait que l’espérance de vie des humains ait évolué de manière drastique. Je possède le corps d'une personne de trente ans avec un âge réel de quatre-vingt-quatre ans. Amusant, je n'aurais jamais pensé vivre si vieux. Ce n'est pas comme si j'étais immortelle ! Je vieillis également, mais plus lentement qu'avant.

        Enfin bon. De toute façon, il n'y aura personne pour lire ce journal donc autant continué. Je reprendrais demain, ce soir, j'ai faim et mes chiens de traîneau aussi.
0
0
6
2

Vous aimez lire Parallel ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0