XIV - 2

5 minutes de lecture

Jakab se redressa et Cassandre lui rendit son sweat-shirt. L’appartement était glacial, et il se demanda si elle refusait délibérément de mettre en marche le chauffage.

— Vois-tu un inconvénient à ce que j’utilise deux verres ?

— Tu es chez toi, répondit-elle.

Jakab se leva et ne tarda pas à revenir de la cuisine avec une bouteille de pálinka à la main.

— Surprise, annonça-t-il.

Cassandre ne connaissait pas.

— C’est une eau-de-vie traditionnelle hongroise, très populaire et faite à partir de fruits. Ça te dit de goûter ?

— Ça me tenterait bien.

Il remplit jusqu’à la moitié le petit verre qu’il lui destinait et n’hésita pas quant à lui à faire monter le niveau de quelques millilitres. Il leva son verre et les laissa s’entrechoquer. Il la vit approcher le verre de son nez et attendit qu’elle goûtât. La façon dont elle fronça le nez après avoir pris une gorgée l’amusa. Il vida son verre cul sec et sentit jaillir en lui la chaleur instantanée mêlée à la saveur ténue de la prune. C’était son type de pálinka préféré. Il avait l’habitude d’en consommer et résistait plutôt bien. Cassandre finit son verre plus rapidement cette fois-ci. Il crut voir de petites larmes dans ses yeux et cela le fit rire.

Il lui prit la main et elle ne dit pas non lorsqu’il lui demanda s’il pouvait la resservir. Il aimait cette sensation grisante monter en lui, sans pour autant perdre la justesse de ses sens. La douceur de l’alcool rendait les angles de la pièce plus nets et les faisait se balancer agréablement lorsqu’il bougeait. Cassandre lui tenait toujours la main mais il sentait sa prise faiblir peu à peu. Elle se leva et voulut se remettre à ériger un château de cartes mais ses doigts tremblaient trop, et la construction s’écroula avant même qu’elle eût franchi l’étape du premier palier.

Elle réussit tout de même à pianoter quelques mots sur son ordinateur et un morceau de black métal qu’il ne connaissait pas emplit la pièce. Les lignes de guitare épousaient bien les légers mouvements des murs. Il perdit un peu le compte du nombre de verres qu’il lui avait servis mais suivait toujours le déroulement logique de la soirée. Cassandre prit sa main et la pression de ses doigts lui sembla encore plus désirable. Son regard était perdu dans les airs, contemplant sans doute des ondes insoupçonnées.

*

Les effets du philtre étaient les bienvenus. Non pas que ces sensations lui fussent étrangères, mais elle commençait tout particulièrement à apprécier le breuvage contenu dans la longue bouteille étroite qui se dressait sur la table devant eux. Les contours du salon oscillaient étrangement et le seul point précis dans son champ de perception était la main de Jakab dans la sienne, qui la retenait de tomber dans les noirs abysses qui se tenaient autour d’elle. Les sons bercèrent ses oreilles de façon envoûtante, elle ferma les yeux et se laissa aller sur l’outro spectaculaire. Sa dernière sensation précise fut les bras de Jakab la rattrapant doucement par la taille.

Cassandre se retrouva sur son lit, Jakab étendu à ses côtés. Sa tête tangua légèrement lorsqu’elle se leva et elle dut s’y reprendre à deux fois avant de se mettre debout. Elle ne se souvenait plus des dernières heures, mais se rappela vaguement que Jakab avait mentionné lui avoir envoyé un message. Elle ouvrit le tiroir où était rangé son ordinateur et lut le message en question. Il ne contenait qu’un lien vers une vidéo YouTube.

Elle s’installa à trois heures du matin sur le canapé du salon afin de ne pas perturber Jakab, enfila son casque et cliqua sur le lien « Behemoth – The Satanist – Official Video[1] ».

Se fondant parmi une atmosphère sombre et dérangeante, la combinaison de la voix et des accords perturbants était évocatrice.

Et la fin la stupéfia. Ce qu’elle venait d’entendre était magistral.

C’est en repassant le morceau une seconde fois qu’elle réagit à la puissance des notes qui commençaient progressivement à la hanter, et sentit une trance s’emparer d’elle. Quelque chose s’alluma, quelque chose qui n’avait plus rien à voir avec la pálinka à présent. Une inspiration frénétique en réponse à une intensité extrême. Elle ressentit le vif besoin d’écrire, de déverser et de graver des mots qui venaient d’eux-mêmes à son esprit. Elle revint dans sa chambre en trébuchant presque et sortit du tiroir le carnet doré, le carnet qu’elle comptait de plus précieux.

À certains moments de votre vie, certaines choses touchent le point le plus profond de votre âme. Et la percent. La transcendent. Et tout n’est que complétude. Une si totale complétude. L’espace d’un instant, la perfection est atteinte.

Cela n’a pas de prix.

*

Jakab était seul dans le lit lorsqu’il se réveilla. Il commença à paniquer étrangement, encore étourdi et loin des souvenirs de la veille, mais finit par distinguer une lueur chaude provenant du salon. Sa vue s’ajusta progressivement et il vit Cassandre recroquevillée sur le canapé, son épais sweat-shirt noir sur le dos, le casque sur la tête et le regard hypnotisé par ce qu’elle entendait. Ses mains agrippaient un carnet ainsi qu’un stylo, et elle ne sembla pas le voir approcher.

Elle sursauta lorsqu’elle se rendit compte de sa présence et il fut tellement dérouté par sa réaction brusque, elle si calme d’ordinaire, qu’il s’arrêta net. Elle parut comprendre ce qui se passait au bout d’un instant et finit par retirer son casque.

— Ça va ? s’enquit Jakab d’un ton mesuré.

Elle hocha la tête de façon imperceptible.

— Tu m’as fait peur, balbutia-t-elle.

Il reposa son regard sur ce qu’elle tenait dans les mains. La couverture dorée était impressionnante. On aurait dit un livre sacré.

— Que fais-tu ? demanda-t-il.

— J’écrivais.

Les mots avaient peine à faire leur chemin dans son cerveau. Il ne comprenait déjà pas quelle heure il était. Puis il avisa l’ordinateur posé sur le canapé à quelques centimètres d’elle. Il réalisa que c’était la première fois qu’il la voyait utiliser son PC depuis son arrivée. Quelque embrumé qu’il fût, son esprit enregistra qu’elle utilisait Linux.

— Ce que tu m’as envoyé…, murmura-t-elle. Merci, Jakab.

The Satanist ?

Elle hocha la tête.

— C’est saisissant.

— As-tu écouté d’autres morceaux de l’album ?

In the Absence ov Light[2].

La partie récitée en polonais au milieu du morceau était suave et spéciale, pour une fois encore dévoiler une outro incroyable.

— Ce groupe est plutôt mal considéré en Pologne. Nous nous sommes toujours sentis très proches des Polonais. C’est un lien historique et politique.

Son cerveau sembla alors se réactualiser.

— Tu devrais écouter O Father O Satan O Sun[3]. C’est la chanson qui m’a personnellement le plus touché.

— Pourrais-tu me dire de quelle façon ?

— Elle m’a montré mes imperfections, m’a poussé à les accepter, et m’a dit d’admirer.

La voir opiner faiblement lui indiqua qu’elle était fatiguée. Pour sa part, Jakab était encore engourdi. L’aube pointait à peine, de toute manière.

— Mais s’il te plaît, fais-moi une faveur, la supplia-t-il. Viens dormir.

Il tendit la main vers elle et attendit qu’elle éteignît l’ordinateur. Il la soutint en l’emmenant vers la chambre et ferma la porte derrière eux.

- // -


[1] Behemoth – The Satanist

[2] Behemoth – In the Absence ov Light

[3] Behemoth – O Father O Satan O Sun

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 4 versions.

Recommandations

Défi
Samantha.nolson
cette lettre je l'ai écrite pour faire comprendre a ma famille que j'aime une personne et qui peuvent me faire changer mes avis et que c'est comme ça on ni peut rien
2
3
20
0
Défi
Diamant
Petit hommage pour le plus gentil et mignon des petit chat
2
2
26
1
Lanéric


Cette douce envie d'écrire
Est liée au fait que tu m'inspires
Les mots se dictent simplement
Avec des rimes innocemment
Certains les penseront puériles
D'autres les trouveront fébriles
Mais qu'importe
Ce sont les nôtres
Je ne me cache pas la face
En t'envoyant ces dédicaces
Á visage découvert
Je t'offre mon univers
Même si tu ne l'acceptes
Au moins j'aurais été honnête
Mes mots sont mes pensées
Mes maux se sont soignés
Car ils sont solidaires
De tes difficultés non ordinaires
Qui font de ta vie
D’indéniables soucis

L’envie d’être à tes côtés
De pouvoir ainsi t’épauler
Reste indéniable
Nulle en est une fable

Cette déclaration en est réelle
Pour cette raison toi je t’appelle
Je veux t’aider
Dans l’ensemble de tes difficultés

Même si tu ne l'acceptes
Au moins j'aurais été honnête
Mes mots sont mes pensées
Mes maux se sont soignés
a
2
0
7
1

Vous aimez lire Parallel ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0