VII - 2

6 minutes de lecture

Lorsque Cassandre se réveilla, il faisait déjà jour. Du bruit lui parvenait de l’étage inférieur, elle se souvint qu’on était samedi et que ses parents ne travaillaient pas. Elle se leva et s’assit sur la chaise face au bureau gris, puis contempla le petit carré jaune. Sa mère y avait noté de son écriture ronde le nom et l’adresse de Laurine. Cassandre décolla le papier, le plia soigneusement et le glissa dans l’intégrale des œuvres de Lovecraft qui se trouvait à portée de main. Elle ne l’oublierait pas.

Après un moment de réflexion, elle composa un SMS à l’intention d’Audrey, une amie d’enfance. Elle enfila des bottes, un pantalon et une chemise noirs en attendant l’éventuelle réponse, et se força à descendre prendre un petit-déjeuner dans la cuisine. Elle y trouva sa mère en train de vider le lave-vaisselle.

— Comment vas-tu ? s’enquit-elle.

— Je vais bien.

Cassandre coupa une pomme en quartiers et s’assit sur la banquette. Le son qu’émit son portable la fit sursauter. Elle ne s’était pas attendue à une réponse aussi rapide. Ou même à une réponse tout court. Sa mère lui jeta un coup d’œil intéressé.

— Je vais aller prendre un café avec Audrey, cet après-midi.

Le visage de sa mère s’éclaira subitement.

— C’est une bonne idée, s’exclama-t-elle. Où comptez-vous aller ?

— Sans doute dans le quartier latin, près de chez elle.

Sa mère hocha la tête.

— C’est une bonne idée de vous revoir, répéta-t-elle. Tu lui diras bonjour de ma part.

— D’accord.

La nuit n’allait pas tarder à tomber lorsque Cassandre sortit de la station de RER. Aucun visage familier n’était en vue, aussi décida-t-elle de longer le jardin du Luxembourg. Audrey venait de la rue d’Assas, d’après ce qu’elle avait compris. Elles se croiseraient sûrement à mi-chemin.

Cassandre appréhendait quelque peu. Cela faisait plus de deux ans qu’elles ne s’étaient pas recontactées. Audrey était une vieille amie avec qui elle avait partagé des moments très forts pendant sa jeunesse. Comme tous les enfants candides en partagent. Puis leurs chemins s’étaient séparés, sans raison apparente, et elles ne s’étaient plus reparlé depuis le début de l’université. Cassandre ne savait pas pourquoi elle avait voulu renouer si longtemps après. Elle en avait simplement soudain eu envie.

Elle frémit lorsqu’elle crut apercevoir les cheveux châtains d’Audrey parmi les passants en sens inverse. Quand son visage se précisa, elle lui fit un signe de la main. Audrey haussa les sourcils en lui répondant.

— Salut Cassandre ! s’écria-t-elle en lui faisant la bise.

— Hello.

— Comment ça va, depuis le temps ? lança Audrey.

— Ça va, et toi ?

— Moi aussi, écoute. Il faut qu’on se raconte plein de choses !

Cassandre sourit.

— Quel est le plan ? questionna-t-elle.

— On peut aller prendre un café vers Montparnasse, si ça te dit ?

Elle acquiesça et lui emboîta le pas. Audrey tourna la tête et la dévisagea brièvement.

— Dis donc, tu as changé ! commenta son amie, trop enthousiaste. Tes cheveux sont originaux.

Difficile de considérer cela comme un compliment.

— Peut-être, concéda-t-elle. En tout cas je t’ai parfaitement reconnue.

Elles arrivèrent au niveau d’un café trop bondé pour Cassandre, mais elle suivit son amie déjà à l’intérieur. Elles commandèrent deux expressos et Audrey insista pour l’inviter.

— Je ne vais pas pouvoir rester trop longtemps, dit-elle. Je dois préparer des affaires pour rentrer chez mes parents demain.

Cassandre fut un brin décontenancée par ses propos, ayant imaginé qu’elles auraient peut-être passé la soirée ensemble.

— Bien sûr, aucun souci.

Les deux cafés arrivèrent.

— Alors raconte-moi un peu, commença Audrey. Tu voulais me parler, c’est ça ?

L’endroit était trop bruyant pour que Cassandre se sentît à l’aise, car cela la forçait à élever la voix de façon inconfortable.

— Je voulais juste savoir comment tu allais, corrigea-t-elle.

— Bah écoute ça va, je suis en dernière année de master d’histoire de l’art. Le boulot me tombe dessus, mais c’est passionnant. Quoi d’autre… j’ai aussi failli me fiancer cet été.

Cassandre haussa un sourcil en ne sachant pas trop quelle réaction adopter.

— C’est vrai ?

— Oui, mais tout compte fait, je pense qu’on va attendre.

Audrey n’était pas du même style et n’avait pas vraiment la même conception des choses. Elle avait tout d’une vraie Parisienne, son sac et son manteau très chic en témoignaient.

— Tant mieux si tout se passe bien, répondit Cassandre en lui souriant.

— Et toi ? Tu ne m’as encore rien dit, objecta Audrey. Tu fais toujours des études d’informatique ?

Cassandre prit quelques gorgées de café pour gagner du temps.

— Oui.

Ce n’était pas vrai. Avec de la chance, son amie n’exigerait pas de détails. Elle ne le fit pas.

— Si ça te plaît, c’est le principal. Mais tu voulais me parler de quelque chose en particulier ? J’ai cru comprendre sur ton message que tu avais besoin de me voir.

La tasse serait bientôt vide.

— C’est un peu compliqué à expliquer, s’embrouilla-t-elle.

— Vas-y, t’en fais pas, l’encouragea Audrey en finissant son café.

Cassandre choisit ses mots avec précaution.

— J’ai l’impression que tout est étrange, commença-t-elle. C’est difficile à exprimer. J’écris beaucoup, j’ai… J’ai le sentiment d’avoir complètement changé mon rapport à la vie, ces dernières années.

— Qu’est-ce que tu veux dire ?

— Je dis absolument n’importe quoi, désolée…

— Eh, te suicide pas quand même, hein ! lança Audrey en riant.

Cassandre raffermit ses doigts autour de la tasse de café et sa bouche devint subitement trop sèche pour pouvoir émettre un son. Elle sourit et but la dernière gorgée.

— Non, ne t’en fais pas pour ça.

Elle reposa sa tasse et toussota.

— Sinon, l’ambiance est sympa dans le quartier ?

Elle ne savait pas pourquoi elle avait changé de sujet.

— C’est absolument génial, acquiesça Audrey, semblant ravie de s’éloigner des thèmes épineux. Je suis dans une super bonne promo, on fait des tas de sorties. C’est vraiment motivant de faire partie d’un groupe !

À qui le disait-elle.

Audrey regarda soudain sa montre et plissa le front.

— Mince, le temps passe vite. Je suis vraiment désolée, je ne vais pas trop tarder…

Cassandre lui assura qu’il n’y avait pas de problème. Elles se levèrent donc et repartirent en sens inverse. Cassandre raccompagna Audrey jusqu’à sa rue et la remercia pour le café.

— C’était sympa de te revoir, s’exclama Audrey. Encore désolée, on n’a pas eu beaucoup de temps, on essayera de faire mieux la prochaine fois ! Et n’hésite pas à me recontacter.

— J’espère aussi, approuva Cassandre. Merci en tout cas.

Audrey s’éloigna après lui avoir souhaité une bonne soirée. Cassandre la suivit un instant du regard, ayant même du mal à croire qu’elle lui avait parlé. Puis elle tourna les talons pour revenir au RER. En consultant son téléphone, elle constata que leur entrevue n’avait même pas duré une demi-heure.

Le retour à la maison fut comme voguer à travers une nuée d’éther. Cassandre avait l’impression de flotter dans le train bondé et que rien n’était réel. Profondément déçue, elle ressentait comme un choc. Elle avait éprouvé un fort besoin de renouer, de chercher un appui ou de revenir à une enfance insouciante et heureuse. La façon dont leurs retrouvailles s’étaient déroulées l’avait déstabilisée et elle n’avait en fin de compte rien pu avouer. Et puis elle aurait préféré parler dans un endroit plus confidentiel. Elle aurait espéré qu’Audrey comprendrait. Que quelqu’un comprendrait. Cassandre lui avait envoyé un SMS quelques minutes après pour la remercier, auquel son amie avait répondu de la même façon brève.

Elle dut s’aplatir contre le dossier du strapontin pour laisser une place à une femme qui se tassa contre elle. Son T-shirt arborait fièrement There is always a reason to smile. Find it. Pourquoi les gens ressentaient-ils le besoin d’afficher de tels messages, d’exhiber leur positivisme ? Pour se persuader qu’ils y croyaient ?

Une fois de retour à la maison, Cassandre avait décidé de partager avec Audrey un de ses écrits par mail, un des plus neutres et des moins sensibles.

Elle ne reçut jamais de réponse.

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 6 versions.

Recommandations

Jules Bandini


 J’observais à la dérobée ce bonbon depuis quelques minutes maintenant. Le spectacle qui s’offrait à mes yeux était le même. Nous avions ce rituel depuis des semaines et je n’en changeais pour rien au monde.

Elle feignait l’innocence du désir suscité… L’adolescence lentement la quittait, fantasme immaculé, muse concupiscente que nombre de fois j’ai souillée…


 Je fréquentais Serge et Nina depuis toujours. Nous avions usé les mêmes bancs d’école et si nos chemins parfois différaient, les occasions pour se retrouver étaient légions. Nous entretenions une brillante amitié sans qu’un nuage ne vienne la bousiller. Ils étaient ensemble depuis leurs vingt ans. De mon côté, je papillonnais et profitais d’un entrain naturel pour l’amour sans que l’une d’entre elles ne parvienne à me faire changer. Nina était une belle femme, brune, juive italienne du haut de son mètre soixante. Les cheveux naturellement sauvages et ondulés, elle arborait une poitrine fière et soutenue tenant dans la main d’un honnête homme. Ses fesses, haut perchées, étaient régulièrement mises en valeur par des talons ou des mules accentuant leur rondeur. Cela avait pour effet de tendre à l’extrême le tissu de ses fringues en permanence. Elle débordait de sensualité, et plus d’une fois, je me suis imaginé à la place de mon ami. Serge était un bel homme, mais j’avais idée d’être en mesure de culbuter sa femme de façon plus sombre sans aucune gêne. Ayant une profonde affection pour eux, jamais je ne l’ai montré ou laissé entendre. Les fantasmes sont une chose, le savoir vivre et l’amitié une autre.
À l’annonce de sa maternité, Serge en fut comblé et naturellement nous sortîmes fêter ça comme il se doit. Tournée des grands Ducs à travers la ville et l’occasion pour moi de croiser et rencontrer autant de femmes que je bus de verres. J’aimais l’alcool et j’aimais le noyer dans les femmes. L’inverse valait aussi. Je ne me retenais pas vraiment dans ces moments-là et m’autorisais parfois une escapade aux toilettes des dames avec l’une d’entre elles pour y batifoler. Si la demoiselle faisait preuve de trop de pudeur, je la sautais alors dans une ruelle ou un parking. Ma place préférée ? Celle d’un lit conjugal en l’absence de monsieur. Les accoudoirs du canapé de salon ou la moquette de ce dernier m’enchantent aussi. J’aime à savoir que derrière le masque de l’épouse modèle se cache une vraie putain d’intérieur. A chaque contexte son personnage. Ma conscience n’en pâtit pas et mes plaisirs perdurent.
 Cette nuit-là, nous fîmes la fête avec Serge jusqu’au petit matin. Maladroitement, je tentais de lui mettre dans les pattes une jeune blonde à la peau de lait rencontrée plus tôt. Je fis les présentations rapidement, une main sous la jupe de sa copine rousse et de l’autre poussant la blonde vers mon ami. Rien n’y fit, le futur papa resta aussi digne que fidèle et éconduit avec respect la jeune salope proposée. Au petit matin, bien éméché, je pris un taxi accompagné de mes copines et m’installais confortablement entre elles.

- Pas de compteur. Prenez cinquante pour la course, et vingt pour votre concentration, dis-je au chauffeur lui tendant les billets. Quant à vous, mesdames, annonçais-je théâtralement, embrassez-vous !

 Docilement, elles s’exécutèrent sans gêne aucune, et de désir se burent la langue. J’avais à loisir de pétrir leurs croupes de mes deux mains tandis que la rousse libérait ma queue et que la blonde lui offrait ses seins. Le conducteur resta aussi digne que mon ami plus tôt dans le bar et malgré quelques coups d’œil furtifs, il nous gratifiait d’un trajet réussi. Il restait une dizaine de minutes avant que celui-ci ne touche à son terme, et d’une main ferme, j’attrapais la rouquine par les cheveux pour la diriger vers mon sexe et m’empressais de dévorer la bouche de sa copine d’une gourmandise avide. Serge avait été bête, me dis-je. Ces petites avaient un vrai potentiel et j’avais pour une fois le sentiment d’être tombé sur plus dépravé que moi. 

- Rejoins ta traînée de pote et montre-moi comment tu suces, soufflais-je à la blondinette. 

 Elle ne se fit pas prier, et j’avais maintenant deux bouches juvéniles aussi voraces que saoules pour m’envoyer au septième ciel. L’idée de leur exploser au visage me tirailla un court instant, mais le regard aussi professionnel qu’envieux du chauffeur dans le rétroviseur me convainquit d’y renoncer. Après tout, pauvre homme, nous étions suffisamment frustrant pour en plus se comporter comme des mufles en salopant son habitacle.

- Tant pis pour toi Serge, dis-je en m’enfonçant dans la gorge de la décolorée. Lui tenant fermement les cheveux, j’inondais sa bouche d’une excitation trop longtemps contenue. Généralement, ce sont aussi les meilleures.

 Arrivé à la maison, je n’avais plus aucun doute quant à la suite des événements, et après avoir resservie mes jeunes hôtes, j’envoyais un message à Serge pour lui souhaiter bonne nuit.
4
6
1
24
Défi
Virus Dt26
Anton Bauer représente le dernier bastion nazi quarante ans après la guerre. Il s'entête à revendiquer le territoire alsacien par sa présence et vit en parfaite autonomie. Coupé du monde moderne, l'élément essentiel à la vie se voit contaminé.

Son instinct de survie le guidera à sa perte.
15
39
45
20
Défi
Andrew
"Si la vie est un bien, la mort est son fruit. Si la vie est un mal, la mort est son terme. "

Louis-Philippe de Ségur
2
0
0
2

Vous aimez lire Parallel ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0