LII

5 minutes de lecture

Ils se rendirent au concert le mercredi 29 mars. Ils choisirent de faire un bout de chemin à pied, le soleil semblait radieux et graciait la ville de rayons chaleureux. Alors qu’ils attendaient à un passage piéton, Cassandre surprit une petite fille à côté d’elle leur lancer un regard un peu trop appuyé, avant de tirer la manche de son père d’un air effarouché. Cassandre détourna prestement le regard et le signal passa au vert. Mais l’impatience et le sentiment d’excitation qui coulait en elle à l’idée de la soirée bloquaient toutes les flèches extérieures. Pour le coup, Jakab ne s’était pas gêné pour arborer son sweat-shirt à l’effigie de Behemoth, et ils formaient une paire sombre qui tranchait gaiement et sans honte sur la foule de gens anodins et colorés.

Ils finirent par emprunter la ligne 4 du métro et sortirent dans l’étrange quartier qu’est Château d’Eau. Ils ne tardèrent pas à aviser une courte file de gens à l’apparence curieuse, détonnant du reste de la population locale, le long d’un mur placardé d’affiches déchirées et bordé de poubelles vertes. Il n’y avait pas à s’y tromper, il s’agissait bien du point de ralliement. Il n’y avait pas foule, aussi se rangèrent-ils calmement derrière une petite femme d’une cinquantaine d’années, Polonaise à n’en pas douter. À la vue de sa jupe et de son imperméable bleu ciel, Cassandre sourit avec attendrissement, se demandant ce qui l’avait amenée jusque-là. Peut-être était-elle simplement venue en patriote, une raison bien honorable.

La salle des Étoiles était intimiste. Ils eurent la chance de pouvoir se poster à la barrière, devant le micro central. Les Néerlandais du groupe Dool ouvrirent le bal avec un son rock ambiant, hypnotisant et finirent de manière légèrement abrupte, n’ayant manifestement pas eu la possibilité de terminer leur programme comme ils l’auraient souhaité.

Les quatre musiciens arrivèrent sur Man With a Harmonica[1], Nergal endossant son imposante guitare Gretsch blanche. Ils jouèrent, et avaient l’air heureux. Véritablement. Ils étalèrent devant eux leur passion, leur joie et leur raison de vivre. Of Sirens, Vampires and Lovers[2] fut impeccablement réussie, les notes timides baignées d’une douce lueur orangée, la calme voix de John Porter réussissant à plonger dans le silence une foule habituée à la hargne. Nergal parcourait l’assistance du regard, rencontrant les yeux de chacun, adressant un sourire senti aux personnes qui s’étaient déplacées pour eux. Voir des métalleux « headbanger » sur un riff de blues cassant, plaisamment distordu, constituait un spectacle des plus étranges.

Ce qu’ils entendirent ensuite sortait du fond de l’Ouest américain, et ils furent instantanément transportés par une country calme, qu’ils avaient l’impression d’avoir toujours connue. Ils respiraient la poussière et le sable, ils humèrent le vécu du bois et les simples plaisirs de la vie.

Ils se laissèrent porter par l’épopée qu’ils vivaient, allant jusqu’à taper des mains sur la section de batterie qui scindait en deux Cross My Heart And Hope To Die[3], les uns sermonnant amicalement ceux qui n’avaient pas le sens du rythme. John Porter chanta une admirable Submission[4], puis le registre changea et éclata une chanson si contradictoire, si déplacée que cela en était comique. Il était en effet bien inhabituel de voir le leader de Behemoth entonner un air si léger et loufoque, qui plus est avec des paroles en français.

Alors que venait la chanson finale, Jakab déplaça son regard sur Cassandre. Si frêle au milieu des autres métalleux, son sourire était resplendissant, la joie se lisait sur son visage. C’était tellement différent, et nécessaire. Ils quittèrent la scène sous les applaudissements, après avoir salué leur public et serré des mains.

Cassandre s’acheta un T-shirt et un album du groupe au stand situé dans un coin de la salle, tandis que Jakab se procurait lui aussi un disque. Il estimait que les bons artistes méritaient d’être récompensés. Ne se sentant pas encore d’humeur à quitter cet endroit coupé du monde, ils s’offrirent une bière au bar non loin de la porte des coulisses, sur le côté de la scène. Ils regardèrent la salle se vider petit à petit, revivant dans leur tête les instants qui venaient de se dérouler devant eux.

C’est alors qu’Adam « Nergal » Darski et John Porter surgirent par la porte et s’avancèrent tranquillement dans la salle. Un petit attroupement commença à se former autour d’eux, mais les gens restaient étonnamment respectueux et ne se montraient pas trop envahissants, ce qui donna l’occasion aux deux hommes d’entamer une discussion et répondre patiemment à chacun, signer des albums et prendre des photos. Ceux qui avaient obtenus ce qu’ils voulaient étant pour la plupart repartis, Nergal eut un moment de liberté et s’en alla bavarder avec le barman ainsi qu’avec quelques Polonais faisant manifestement partie de la tournée.

Comme il ne se tenait qu’à quelques mètres d’eux, Cassandre et Jakab s’assurèrent qu’ils ne le dérangeraient pas et allèrent à sa rencontre. Comme ils s’étaient approchés, Nergal leva les yeux, les salua et accepta volontiers lorsque Jakab se proposa de le prendre en photo avec Cassandre. Quelque expert qu’il fût dans la détestation des selfies, il admettait que l’occasion ne serait pas de sitôt renouvelable. Nergal parut touché qu’elle le remerciât en polonais et lui serra la main, un grand sourire traversant son visage. Voyant que Cassandre semblait vouloir ajouter quelque chose, Jakab resta en retrait et n’écouta pas ce qu’elle avait à lui dire. Il savait simplement que la musique de Behemoth et de Me and That Man occupait une place spéciale dans son cœur, qu’elle avait inspiré de nombreux écrits, et que remercier l’artiste qui en était à l’origine revêtait une grande importance pour elle. Et il était heureux, profondément, qu’elle eût cette chance. La sincérité sur les traits de Nergal le frappa lorsque Cassandre le quitta. Des étoiles honnêtes illuminaient son visage et la gratitude se lisait au fond de ses yeux. Jakab lui était reconnaissant de l’avoir écoutée. Il lui prit la main pour se diriger sans hâte vers la sortie, habités par un sentiment de complétude et de paix qu’ils n’avaient que rarement connu. Ils rentrèrent comme dans un rêve, la tête remplie d’images joyeuses et inoubliables.

Et il se dit que Satan n’était qu’une image, et que le simple fait d’offrir un soutien et de procurer du bonheur aux autres rachetait tous les péchés.

- // -


[1] Ennio Morricone – Man with a Harmonica

[2] Me and That Man – Of Sirens, Vampires and Lovers

[3] Me and That Man – Cross My Heart and Hope to Die

[4] Me and That Man – Submission

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 7 versions.

Recommandations

Défi
Je suis une loutre

Ô, mon amie la mort,
Dans tes yeux noirs de nuit,
Je suis pâle de vie
Mais je me sens si bien,
Ô étrangement bien,
Si tu savais, ma mie !


Délivre-moi des maux,
Endors toutes mes peurs
Ainsi que mes douleurs...
On est bien peu de choses,
Toi mon amie la mort,
Tu me l'as dit en vain !


Je ne comprenais pas,
J'étais sourde à tes mots
Que tu soufflais tout bas,
Là au creux de mon âme
Qui s'obstinait à vivre
Une vie longue et belle !


Tes mains me berceront,
J'embrasserai tes lèvres,
Je grifferai ton cou,
J'aurai peur un instant
Puis m'abandonnerai
À la douceur des cieux !


Avec toi tout s'en va,
Les rires et les pleurs,
Les amis, la famille,
Les rides sur la peau,
Le bandeau sur les yeux,

Aussi un peu la vie !
4
3
1
1
Odysseus



Je suis dans la forêt, vaste et grande comme l'amas blanc des étoiles,
Les arbres s'élèvent et les sapins verts percent la voûte céleste,
Un frisson parcourt mon corps, débris arraché au voile,
Triste, est mon coeur étreint ; mélancolique est mon sentiment funeste,


Je marche sur les traces du passé, et du présent qui s'enfuit,
Ca et là, la végétation abonde, les fleurs parsèment ce jardin nocturne,
Et le silence tonne, éclate comme la foudre, parmi la Lune endormie qui luit,
Sa beauté défile et je ne peux que succomber à son charme taciturne,

Est-ce un rêve ou bien seulement la réalité ?

La réalité, mon esprit répondait,
Une réalité tellement belle qu'on ne peut que s'incliner,
Et élever par la bouche tant d'attraits,



Le ciel bleu, comme les yeux fixés sur le lointain,
Embellit l'onde, qui s'étend là-bas, du matin au soir,
A demi-mots, j'écris son nom sur mes mains,
La lumière obscurcie, mes yeux ne peuvent la voir,


Aveugle parmi les borgnes ! Fou parmi les insensés !
Je m'allonge, et j'écoute cette symphonie vivante,
L'eau s'écoule, des flûtes répandent un son enchanté,
Des voix animales chantent dans cette orchestration reposante,


Sur l'horizon, des montagnes se déroulent, s'assemblent et touchent le ciel,
Les cimes enneigées, puissantes, dominent les plaines nues,
Le chagrin de mon coeur, mon chagrin existentiel,
Ne peut être guéri par la vie qui m'est échu,


Alors je soupire longuement au limpide mais lumineux clair de Lune,
Je m'endort, la mousse des pierres est mon oreiller et l'herbe verte, mon lit,
La nature tremble, le chaos s'épanche dans le grandiose spectacle nocturne,
Et la crainte s'envole mais la douleur de mon coeur esseulé, reste infinie.
0
0
0
1

Vous aimez lire Parallel ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0