XXI

2 minutes de lecture

Jakab fut réveillé par la lumière de l’écran et ne comprit pas tout de suite. Il crut d’abord que les personnes représentées sur le profil Facebook étaient des amis ou des connaissances. Puis il décala son regard et vit les larmes qui coulaient doucement sur son visage hanté.

Il sortit rapidement du lit et lui apporta un verre d’eau fraîche, qu’il la força à boire. Il devina de quoi il s’agissait et il était flagrant que cela ne lui faisait que du mal. Il lui retira maladroitement l’ordinateur des mains en se disant que cela aurait dû être sa première réaction, le referma un peu trop violemment et le plaça hors de portée. Impuissant, il regarda la défense qu’elle commençait tout juste à bâtir tomber comme une vulgaire plume. La force qu’elle avait semblé trouver par miracle fut balayée si facilement qu’il sentit la rage monter en lui. Il était désarmé face à la douleur et la détresse qui se peignaient sur ses traits, il pouvait simplement la regarder craquer en silence. Son regard était si fixe qu’il fut prêt à tout pour faire cesser ce qu’elle voyait devant ses yeux. Il chercha sa main mais ses doigts fins semblaient voguer sur la sienne sans trouver de prise. Alors il la prit dans ses bras et l’étreignit si fort qu’il ressentit ses tremblements dans tout son être. Il ferma les yeux et resta longtemps à épouser sa tristesse, caressant ses cheveux jusqu’à ce que sa respiration s’apaisât. Elle ne tomberait jamais.

Cassandre réussit à se rendormir au petit matin et se réveilla vers midi alors qu’elle se trouvait encore dans ses bras. Jakab fut soulagé de voir son visage se ranimer lentement, ses yeux clignoter et ses traits reprendre vie.

— Je ne mérite pas ta gentillesse.

Il la fit doucement taire, mais ses yeux d’ambre continuaient à le fixer.

— Si tu savais les nuits que j’ai passées à me maudire, reprit-elle. Si tu savais à quel point je n’arrive pas à trouver en moi quelque chose de sain et d’utile. Avec toi, c’est la première fois que j’entrevois le respect.

Afin de ne pas sentir la peine qui lui bouscula le cœur, Jakab se pencha sur elle et l’embrassa.

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 5 versions.

Recommandations

Défi
WL276
Une rencontre, deux regards qui se croisent. Un désir naît, une passion s'enflamme.
1
1
0
1
Antoine Delouhans
Le Commandeur Jewel est appelé sur une scène de crime, dans la cité de Furia, bâtie sur les ruines de l'ancienne Paris. Rien ne le prédestinait à faire cette rencontre aussi étonnante qu'inattendue, qui va le plonger au coeur d'un complot, bouleversant sa vision du monde et de lui-même.

InLife est un roman auto-publié via la plateforme de distribution Book On Demand, disponible en version ebook et papier. C'est le premier tome d'une série de romans courts (novella) dont le tome 2: Murmures, vous sera bientôt proposé.

La couverture est réalisée par mon épouse:)
17
22
15
71
François Servant




Sur la berge de la rivière les roseaux s’inclinent, l’haleine du ciel est chaude pleine des saveurs de la terre humides, il n’y a plus aucun relief à l’horizon, les collines se sont effacées dans la brume, rien d’autre que les plumeaux blancs qui s’agitent dans le souffle, les tiges qui se courbent audacieusement. Même les arbres semblent avoir disparu. Ses pieds nus marquent la frange boueuse et fraiche, il prend plaisir à se retourner parfois, à regarder ces traces qui le suive, l’empreinte du temps, la succession de ses pas. L’homme marche et le flot calme l’accompagne.
Il s’adresse à elle avec respect, complimente les échos de lumière sur sa peau d’eau luisante. Je t’ai vue naitre dans la mousse entre deux rochers humides au pied des géants de neige, comme une larme de joie, qui aurait pu croire que ton fil timide et limpide s’enhardisse à ce point, glisse en cascades blanches, s’étale en méandres verts. Que ton murmure balbutiant, fragile, soit maintenant cette musique apaisante.
Dans l’air flotte l’odeur de la faim, voilà le moment où la providence s’invite, le prend par la main. Le nez au vent du soir, sous les ourlets violets et mauves des nuages à l’heure où le soleil s’enterre. Il est monté sur le contrefort, à la saison de mousson, ivre de pluie, le flot bouillonnant le franchit, se répand dans la plaine en nappes de limon épais. Du haut du promontoire il cherche la fumée, elle s’échappe du sol tout près d’un grand Banian solitaire. Les Paons accueillent la nuit.
 C’est une maison de terre, une maison de boue, au pied du grand arbre sage un buffle est allongé, la noirceur de son cuir s’anime du reflet des braises, des flammes du foyer, son ventre est une galaxie. Une femme accroupie sur le sol s’active au repas, elle frappe la pâte entre ses mains, prépare les galettes. Une maison simple, sans extravagances autres que celle que la nature a pu lui fournir. 


 



0
0
0
1

Vous aimez lire Parallel ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0