XLI

6 minutes de lecture

La brume ensommeillée qui distrayait la vision de Jakab se dissipa lorsqu’il vit une forme aux contours incertains s’approcher. Cassandre revenait du salon, le crâne enveloppé d’une serviette grise qui masquait le moindre cheveu. Un sourire illuminait son visage. Peut-être était-elle réveillée depuis longtemps.

Il comprit plus tard la raison de sa bonne humeur, quand il se rendit à son tour dans la pièce principale après qu’elle se fut éclipsée dans la salle de bains. De petits flocons descendaient du ciel, gentiment ballotés par le vent.

Il avait déjà lu plusieurs pages du livre d’Henryk Sienkiewicz lorsque Cassandre réapparut, les cheveux en flammes. Ce fut tout du moins sa première impression, surpris par une métamorphose aussi soudaine. Elle fut auprès de lui avant même qu’il eût le temps de prononcer un mot. Vêtue de noir, le contraste n’en était que plus saisissant et tentateur. Il sourit quand ses yeux rencontrèrent les siens et passa un doigt dans ses cheveux qui lui arrivaient légèrement en-dessous des épaules, respectant une symétrie dérangeante. Ce n’était pas un roux ordinaire, mais une couleur dangereuse aux évocations singulières.

— Tu es magnifique, souffla-t-il en la dévisageant.

Elle soutint simplement son regard, paraissant insensible au compliment. Il regarda longtemps les yeux curieusement vides, qui arrivaient pourtant à percer son âme. Il espérait simplement qu’elle le croyait.

*

Cassandre se concentra sur la chaleur réconfortante qui émanait des mains de Jakab afin de ne pas prêter attention à la pulsion destructrice qui se pressait en elle.

— C’est temporaire, l’informa-t-elle.

Puis elle referma les doigts sur les poignets de son interlocuteur.

— Je vais aller porter la lettre à Laurine, décréta-t-elle. Ça te dirait de m’accompagner ?

Jakab acquiesça et ils sortirent à découvert. Cassandre avait sans doute naïvement espéré que la neige aurait incité les Parisiens à se barricader dans leur douillet foyer. Mais le froid ne jouait même pas en leur faveur, les gens continuaient à grouiller dans les rues en suivant des tracés précis qu’elle ne connaîtrait guère. Jakab les aurait qualifiés de « parasites ». Elle se dit que lamentablement, un Paris désert n’existerait jamais.

L’adresse inscrite sur le post-it les mena jusqu’à la porte d’un joli immeuble de la rue du Dragon. Cassandre sentit son cœur accélérer en réalisant qu’elle pourrait se retrouver nez-à-nez avec Laurine d’un moment à l’autre. Bien que la scène n’eût cessé de repasser dans son esprit durant les derniers mois, son visage n’avait laissé qu’un souvenir flou, voire inexistant. L’autre problème était qu’ils n’avaient pas la moindre idée du code de la porte d’entrée. Il ne semblait en outre pas y avoir de boîte aux lettres commune. Jakab leva un sourcil en une interrogation à laquelle Cassandre répondit par un haussement d’épaules. Ils patientaient depuis quelques minutes à regarder la fumée qui sortaient de leurs bouches lorsqu’une dame d’un certain âge s’arrêta devant la porte en leur jetant un coup d’œil rempli d’une méfiance à peine dissimulée.

— Nous venons juste poster une lettre, lui fit savoir Cassandre.

Manifestement rassurée, la résidente composa le code et les laissa entrer à sa suite. Les boîtes aux lettres étaient disposées dans un coin du hall et il ne fallut pas longtemps à Cassandre pour trouver celle qu’elle cherchait. Elle glissa prestement l’enveloppe dans la fente et ils tournèrent les talons.

La devanture d’une chocolaterie joliment décorée attira l’attention de Cassandre.

— Attends, fit-elle en effleurant le bras de son compagnon de route.

Elle poussa la porte sans réfléchir et sans vraiment savoir ce qu’elle allait y faire, puis ses yeux se posèrent sur un petit sachet de chocolats et œufs fantaisie mis en valeur sur le présentoir[1]. Un calme étrange planait dans la boutique et elle sursauta en entendant la voix du chocolatier.

— À la recherche d’une idée gourmande ?

— Ce serait pour offrir, expliqua Cassandre en désignant le sachet.

Le chocolatier parut heureux. Elle estimait que c’était mieux que d’arriver les mains vides et espérait que le cadeau ferait plaisir à Laurine, aussi piètre fût-il.

*

Ils se contentèrent d’un taboulé en guise de repas, qu’ils prirent dans le salon. Jakab passa une main autour des épaules de Cassandre, ne pouvant s’empêcher de poser les yeux sur son apparence si particulière. Il noua délicatement ses doigts dans ses cheveux avant d’attraper son livre de sa main libre. Lorsqu’il reporta son attention sur son alliée, elle n’avait absolument pas bougé. Ses sourcils étaient froncés comme si elle essayait de chasser une particule indésirable. Le mouvement était trop minime pour qu’il impliquât un désordre sérieux ; il était pourtant assez ambigu pour intriguer l’œil averti. Jakab descendit sa main pour lentement dessiner des cercles dans son dos.

— Que se passe-t-il dans ta tête, en ce moment ? demanda-t-il.

Son absence de réaction dressait comme un mur invisible devant son visage et Jakab sentit s’insinuer en lui un sentiment déroutant. Il ne comprenait pas, et aurait désespérément voulu comprendre.

— Je ne sais pas.

Elle leva sur lui des yeux incertains puis son regard se stabilisa de nouveau. Jakab déposa un léger baiser sur son front tout en étant rassuré par son calme, remit le livre en place et prit son ordinateur.

*

— J’ai récemment été intrigué par une vieille photo tragique, déclara-t-il en se connectant au réseau.

— De quoi s’agit-il ?

— Des restes de Vladimir Komarov.

Sur son expression sérieuse semblait briller une soudaine concentration.

— Ce nom ne me dit rien, lâcha prudemment Cassandre, ne sachant sur quel terrain elle s’engageait.

Jakab tourna la tête vers elle.

— C’était un cosmonaute russe, expliqua-t-il. J’étais intrigué par ce qui restait de son corps. La souffrance qu’il a endurée avant de mourir a dû être… énorme.

— Comment est-il mort ?

— Il y a manifestement eu une défaillance dans son vaisseau spatial. Le parachute de sa capsule d’évacuation ne s’est pas ouvert. Il a dû brûler vivant.

Son regard absorbé demeurait fixé sur elle.

— C’est une mort horrible.

— On dit qu’il n’y a pas plus douloureux.

Le silence plana un moment.

Jakab ouvrit une page qu’il avait consultée quelques jours auparavant, puis décala l’ordinateur de façon que Cassandre pût lire. La première photographie était surprenante, montrant des militaires soviétiques regroupés autour de ce qui semblait être un meuble – ou tout aussi probablement un cercueil –, les yeux rivés sur une masse sombre et informe que Cassandre mit un moment à identifier.

S’il s’agissait du premier humain à décéder lors d’une mission spatiale, le camarade Komarov avait cependant attendu de s’écraser à la surface de la Terre pour mourir, à l’occasion du 50e anniversaire du fondement de l’Union Soviétique. Le secrétaire général du Parti communiste à cette époque, Léonid Brejnev, avait souhaité exécuter une rencontre spectaculaire entre deux vaisseaux soviétiques. Les deux cosmonautes sachant pertinemment qu’une des deux capsules utilisées n’était pas en total état de marche, Vladimir Komarov s’était sacrifié pour prendre la place de son ami et collègue Yuri Gagarin, partant pour l’espace en partant pour la mort.

— C’est une tragédie méconnue, souffla Cassandre, reposant son regard sur la photographie.

— En effet, approuva Jakab. Comme la plupart des tragédies. Je pense qu’ils n’ont rien dit car l’accident a eu lieu en 1967, en pleine guerre froide, et particulièrement en pleine course à la conquête de l’espace.

— C’était une question de fierté pour le gouvernement soviétique.

— Correct. L’URSS gagnait régulièrement la course dans ce domaine-là. Et le fait de dévoiler trop d’informations sur l’accident aurait pu s’avérer catastrophique pour le régime. Enfin, je suppose que les États-Unis en sont arrivés à découvrir ça grâce à leurs missions d’espionnage.

Cassandre acquiesça silencieusement en s’attardant sur son profil sombre, d’où émanait la fascination froide qu’elle aimait tant.

— C’est quelque chose que je n’ai encore jamais expérimenté, murmura-t-elle.

Jakab posa longtemps les yeux sur elle.

— J’espère bien.

La nuit avait doucement commencé à tomber au-dehors et ils laissèrent le silence du début de soirée captiver leurs âmes. Le réconfort qu’ils puisaient dans l’immobilité et la quiétude de la pièce amenèrent Cassandre à se demander si leurs cœurs étaient de pierre. Et pourtant, elle sourit furtivement. Car elle sut en cet instant que dans le silence régnait l’harmonie.

- // -


[1] Led Zeppelin – Stairway to Heaven

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 7 versions.

Recommandations

Kiplix
Je vous présente l'histoire de Camille, 17 ans et étudiante en classe de Terminale. Une fille sans histoires qui est bien partie pour en écrire une avec son pouvoir inconnu !
2
0
0
5
Luciole

Elle flânait au milieu des fumées blanchâtres du minable établissement, une cigarette à la main - une Philip Morris qui plus est. Elle paraissait émettre une lueur angélique dans ce havre des âmes ténébreuses, si l'on omettait le brin de malice tapi au fond de ses yeux. Certes, une robe rappelant la neige immaculée était peut-être inadaptée pour ce genre de milieu, mais qu'importe ! Tous les regards convergent vers l'élégance, et elle voulait en être l'allégorie. Autour de ce halo feutré, nombre de poignées de main s'échangeaient rapidement et encore plus de billets voyageaient de poche en poche. Tout allait pour le mieux. Elle regarda dans un recoin à gauche, non loin d'elle ; certaines femmes abordaient les clients trop éméchés pour comprendre la nature de la prestation. Après tout, tant qu'elles lui payaient leur dû... Mais elles la dégoûtaient profondément, leur vue provoquant chez elle une profonde aversion frôlant une jalousie inexpliquée. Peut-être que le style qu'elle présentait, des plus maniérés, commençait à devenir lassant, et qu'une soif de liberté sauvage brûlait au fond de son ventre. Qui sait... C'est l'élégance que l'on regarde, mais c'est la passion déchaînée qu'on admire ! Mais cette profession, source de passion ? Elle évoquait pour elle les fantasmes bien masculins à l'égard du plus vieux métier du monde, rien de plus. "Eh ! Je divague. Ces filles n'ont rien pour elles, si ce n'est l'outil de leur gagne-pain."
Un saoulard la bouscula soudain, l'arrachant à ses rêveries. Frappée au thorax, la dame en blanc se mit à suffoquer tandis que l'homme (du moins, ce qu'il en restait) haussa le ton, prononçant un dialecte incompréhensible mais certainement hostile. Pris d'une rage aux allures meurtrières, il se rua sur elle, la plaquant au sol, et leva une main menaçante. Horrifiée par les yeux injectés de sang qui la fixaient, elle détourna son regard apeuré et attendit un coup qui ne vint jamais. Un bruit étouffé, et le corps de l'épave enragée s'affaissa sur le côté. La victime rouvrit les yeux pour les écarquiller ; une de ces créatures de piètre vertu lui tendait la main, souriante. Elle l'aida à se relever, l'épousseta avant de prononcer dans ce qui fut un langage approximatif : "pas touche à la patronne".
0
0
0
2
Adrien Zviaguine

        Le vent sifflait dans mes oreilles et au travers des fenêtres mal préparées à ce froid bien pire que la bise hivernale d'il y a quinze ans. Le froid... Voilà tout ce que l'on peut dire du monde tell qu'il est à présent. Enfin, de l'hémisphère Nord en tout cas. D'abord, il y a eu une immense lueur dans le ciel qui irradia notre monde comme les spet feux de l'enfer. Puis, vint la nuit. Sombre, cruel. Tout ce qui faisait tenir notre civilisation était mort en l'espace d'un instant. Toute notre technologie avait disparu à l'exception des quelques véhicules militaires qui étaient protégés par leurs blindages.


        En l'espace d'une dizaine de jours, un hiver long et rigoureux s'est abattu sur l'hémisphère nord, dans les premières semaines, les températures descendirent au-dessous des moins trente degrée Celsius. Ne me demandez pas en Fahrenheit, je l'ignore. Les vieux, et les trop jeunes moururent facilement. C'est comme ça que j'ai perdu ma fille et mon fils. Ils étaient trop faibles pour un monde devenus trop dur. Les autres ? La plupart ont fui vers le sud en quête de chaleur. Vers l'Afrique vraisemblablement. Quelle ironie que ceux qui refusaient aux autres d'entrer partent tous en forçant leurs portes.

        Moi ? Je suis resté. J'ai toujours vécu dans le froid et la souffrance, il ne me dérange pas. Et comme il n'y a plus personne, j'aurais autant de gibier que je veux. Qui je suis ? Cela n'a plus tant d'importance maintenant, mais si vous voulez savoir. Je m'appelais Ilya Ivanovitch. Je suis russe comme vous vous en doutez. J'étais boxeur en poids médium et aussi ancien soldat. Où je suis ? Je n'en sais rien. J'évite les villes, les animaux sauvages ont en pris possession et je n'aurais aucune chance à l'intérieur. Je n'y vais que dans de rares occasions, mais si vous me demandiez, je pense que je dois me trouver en Finlande près d'un de ses immenses lacs.

        Je survis comme je le peux, mais ma vie est plutôt saine. Cela va faire cinquante ans que je vis comme ça. Ah oui, pour une raison que j'ignore, il semblerait que l’espérance de vie des humains ait évolué de manière drastique. Je possède le corps d'une personne de trente ans avec un âge réel de quatre-vingt-quatre ans. Amusant, je n'aurais jamais pensé vivre si vieux. Ce n'est pas comme si j'étais immortelle ! Je vieillis également, mais plus lentement qu'avant.

        Enfin bon. De toute façon, il n'y aura personne pour lire ce journal donc autant continué. Je reprendrais demain, ce soir, j'ai faim et mes chiens de traîneau aussi.
0
0
6
2

Vous aimez lire Parallel ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0