XXXIX

4 minutes de lecture

Le taxi arriva peu avant dix heures. Étant donné la réticence de Jakab Kátai à abandonner sa voiture dans les rues de Miskolc pour une durée indéterminée, se faire accompagner par une personne extérieure s’était imposé comme la meilleure solution. Et bien qu’une telle idée ne l’enthousiasmât guère, il ne trouva rien à redire sur le déroulement du trajet. Pas une fois le chauffeur ne s’introduisit dans leur sphère privée, ni ne les importuna avec un flot de paroles incongru. Au contraire, lorsque le conducteur les déposa devant la gare de Miskolc-Tiszai, il se surprit même à regretter les observations pertinentes que l’aimable Hongrois à moustache avait émises sur la route.

Après avoir récupéré leurs bagages, Cassandre et lui se dirigèrent vers le quai du train qui les mènerait à la capitale.

*

Le train était si confortable que Cassandre aurait pu y passer toute sa vie.

Dans le compartiment chauffé aux rideaux vieillots et aux tons chauds oscillant entre orange et jaune, elle avait l’impression d’être coupée du monde, simplement dans un wagon errant parmi des paysages féeriques, qui apaisaient son cœur.

*

Ils passèrent avec succès les contrôles successifs de l’aéroport Liszt Ferenc et descendirent à même le tarmac pour se rendre dans la sorte de hangar où avait lieu l’embarquement. Les Français présents n’eurent aucun mal à se faire remarquer avec des voix qui faisaient nettement tache sur le calme ambiant, et Jakab passa quelque temps à déplorer silencieusement leur bassesse tout en détaillant un petit siège pliant rouge bien solitaire fixé directement au béton. Cassandre n’était pas comme eux. Elle n’était comme personne.

Par chance, l’attente ne fut pas excessivement longue et on finit par leur laisser libre passage jusqu’à l’avion. Ce n’est qu’une fois bien assis sur le siège de l’Airbus A319 qu’il laissa échapper un soupir de soulagement en quittant le pays.

*

Il faisait déjà nuit lorsqu’ils atterrirent à l’aéroport portant le nom du grand général français. Ils patientaient depuis une dizaine de minutes lorsque le RER B se pointa enfin. Cassandre avait oublié ce qu’était l’heure de pointe et la réalité parisienne la frappa en pleine figure alors qu’ils passaient par les affres des transports en commun, s’arrêtant à Châtelet-les-Halles. Elle fut choquée par une saleté qu’elle n’avait peut-être jamais autant remarquée, une saleté malsaine, obscène et répugnante, désormais tragiquement passée dans le camp de la normalité. Les voies devenaient un dépotoir. Les gens se croyaient autorisés à jeter leurs détritus et vomir leurs ordures à la face des autres. Ils étaient tombés bien bas. Elle sentit la main de Jakab s’emparer de la sienne et leurs regards se croisèrent. Alors ils s’engouffrèrent dans la foule hideuse se déversant vers le quai.

Cassandre prit une courte inspiration en montant dans la rame, tout de même réconfortée à l’idée qu’il s’agissait de leur dernier voyage avant de retrouver l’air libre. Les visages étaient abrutis, tendus ou soucieux, les pieds souillaient les sièges, le bruit continu et désagréable du métro dans les tunnels insondables était ponctué par les braillements de marmots turbulents. Et pourtant, au milieu de ce désespérant tumulte, un vieil homme aux cheveux grisonnants dessinait des squelettes dans diverses positions sur un bloc de papier avec une application joyeuse et inouïe.

Un pincement inapproprié étreignit le cœur de Cassandre alors qu’ils atteignaient enfin sa rue. La lueur des lampadaires semblait plus pâle que de coutume. Elle se hâta de composer le code de la porte d’entrée et ils se retrouvèrent presque instantanément dans le modeste appartement. Elle posa les clés sur le meuble du vestibule ainsi que le sac et la valise qu’elle avait portés la majeure partie de la journée. Des mains vinrent soudainement retirer son bonnet puis lui enserrèrent la taille tandis que des mèches ternes et aplaties lui retombaient devant les yeux.

— Je suppose que ça fait du bien d’être au chaud, murmura Jakab à son oreille, brisant le silence qui s’était installé entre eux depuis leur traversée souterraine.

La capuche noire recouvrait toujours son crâne et plongeait la moitié de son visage dans l’ombre.

— J’ai l’impression d’être partie depuis une éternité, confessa-t-elle.

Elle crut le voir sourire.

Ils rangèrent leurs affaires sans plus tarder, retrouvant peu à peu les habitudes qu’ils avaient prises l’année précédente.

*

Même la plus pervertie et la plus corrompue des âmes peut entrevoir des soupçons d’harmonie[1]. De cela Jakab Kátai était persuadé. Il le voyait quand elle respirait, quand elle fermait les yeux et qu’il sentait son cœur. Alors il sentait le sien et se disait que leurs cœurs s’entendaient bien.

C’était lorsque les masques se brisaient qu’ils se laissaient porter par l’Abandon. C’était lorsque la tristesse de son visage était balayée par le calme le plus pur qu’il se sentait absolument heureux. Il ne voulait exister que pour voir ce relâchement parfait s’emparer de son corps ; le bien-être profond qu’il lisait dans ses prunelles était tout ce qu’il désirait. Savoir que la joie l’habitait, même la plus fugitive, même la plus éphémère, était tout ce qui importait. Il voulait faire renaître la beauté dans ses yeux, se donner à elle et la combler. Elle le méritait tant.

Il contempla longtemps l’ange aux yeux d’ambre, cette nuit-là, et resta à fixer le délicat pendentif perdu au creux de son cou jusqu’à ce que ses iris le brûlent.

- // -


[1] Dead Melodies – A Trial of Crows and Blood

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 7 versions.

Recommandations

Kiplix
Je vous présente l'histoire de Camille, 17 ans et étudiante en classe de Terminale. Une fille sans histoires qui est bien partie pour en écrire une avec son pouvoir inconnu !
2
0
0
5
Luciole

Elle flânait au milieu des fumées blanchâtres du minable établissement, une cigarette à la main - une Philip Morris qui plus est. Elle paraissait émettre une lueur angélique dans ce havre des âmes ténébreuses, si l'on omettait le brin de malice tapi au fond de ses yeux. Certes, une robe rappelant la neige immaculée était peut-être inadaptée pour ce genre de milieu, mais qu'importe ! Tous les regards convergent vers l'élégance, et elle voulait en être l'allégorie. Autour de ce halo feutré, nombre de poignées de main s'échangeaient rapidement et encore plus de billets voyageaient de poche en poche. Tout allait pour le mieux. Elle regarda dans un recoin à gauche, non loin d'elle ; certaines femmes abordaient les clients trop éméchés pour comprendre la nature de la prestation. Après tout, tant qu'elles lui payaient leur dû... Mais elles la dégoûtaient profondément, leur vue provoquant chez elle une profonde aversion frôlant une jalousie inexpliquée. Peut-être que le style qu'elle présentait, des plus maniérés, commençait à devenir lassant, et qu'une soif de liberté sauvage brûlait au fond de son ventre. Qui sait... C'est l'élégance que l'on regarde, mais c'est la passion déchaînée qu'on admire ! Mais cette profession, source de passion ? Elle évoquait pour elle les fantasmes bien masculins à l'égard du plus vieux métier du monde, rien de plus. "Eh ! Je divague. Ces filles n'ont rien pour elles, si ce n'est l'outil de leur gagne-pain."
Un saoulard la bouscula soudain, l'arrachant à ses rêveries. Frappée au thorax, la dame en blanc se mit à suffoquer tandis que l'homme (du moins, ce qu'il en restait) haussa le ton, prononçant un dialecte incompréhensible mais certainement hostile. Pris d'une rage aux allures meurtrières, il se rua sur elle, la plaquant au sol, et leva une main menaçante. Horrifiée par les yeux injectés de sang qui la fixaient, elle détourna son regard apeuré et attendit un coup qui ne vint jamais. Un bruit étouffé, et le corps de l'épave enragée s'affaissa sur le côté. La victime rouvrit les yeux pour les écarquiller ; une de ces créatures de piètre vertu lui tendait la main, souriante. Elle l'aida à se relever, l'épousseta avant de prononcer dans ce qui fut un langage approximatif : "pas touche à la patronne".
0
0
0
2
Adrien Zviaguine

        Le vent sifflait dans mes oreilles et au travers des fenêtres mal préparées à ce froid bien pire que la bise hivernale d'il y a quinze ans. Le froid... Voilà tout ce que l'on peut dire du monde tell qu'il est à présent. Enfin, de l'hémisphère Nord en tout cas. D'abord, il y a eu une immense lueur dans le ciel qui irradia notre monde comme les spet feux de l'enfer. Puis, vint la nuit. Sombre, cruel. Tout ce qui faisait tenir notre civilisation était mort en l'espace d'un instant. Toute notre technologie avait disparu à l'exception des quelques véhicules militaires qui étaient protégés par leurs blindages.


        En l'espace d'une dizaine de jours, un hiver long et rigoureux s'est abattu sur l'hémisphère nord, dans les premières semaines, les températures descendirent au-dessous des moins trente degrée Celsius. Ne me demandez pas en Fahrenheit, je l'ignore. Les vieux, et les trop jeunes moururent facilement. C'est comme ça que j'ai perdu ma fille et mon fils. Ils étaient trop faibles pour un monde devenus trop dur. Les autres ? La plupart ont fui vers le sud en quête de chaleur. Vers l'Afrique vraisemblablement. Quelle ironie que ceux qui refusaient aux autres d'entrer partent tous en forçant leurs portes.

        Moi ? Je suis resté. J'ai toujours vécu dans le froid et la souffrance, il ne me dérange pas. Et comme il n'y a plus personne, j'aurais autant de gibier que je veux. Qui je suis ? Cela n'a plus tant d'importance maintenant, mais si vous voulez savoir. Je m'appelais Ilya Ivanovitch. Je suis russe comme vous vous en doutez. J'étais boxeur en poids médium et aussi ancien soldat. Où je suis ? Je n'en sais rien. J'évite les villes, les animaux sauvages ont en pris possession et je n'aurais aucune chance à l'intérieur. Je n'y vais que dans de rares occasions, mais si vous me demandiez, je pense que je dois me trouver en Finlande près d'un de ses immenses lacs.

        Je survis comme je le peux, mais ma vie est plutôt saine. Cela va faire cinquante ans que je vis comme ça. Ah oui, pour une raison que j'ignore, il semblerait que l’espérance de vie des humains ait évolué de manière drastique. Je possède le corps d'une personne de trente ans avec un âge réel de quatre-vingt-quatre ans. Amusant, je n'aurais jamais pensé vivre si vieux. Ce n'est pas comme si j'étais immortelle ! Je vieillis également, mais plus lentement qu'avant.

        Enfin bon. De toute façon, il n'y aura personne pour lire ce journal donc autant continué. Je reprendrais demain, ce soir, j'ai faim et mes chiens de traîneau aussi.
0
0
6
2

Vous aimez lire Parallel ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0