XXXVII

6 minutes de lecture

La grotte de Balla se trouvait à quelques centaines de mètres de la demeure de DaMihiMortem. Il avait suffi de braquer à droite à la fin de l’allée et de monter un chemin recouvert d’un épais tapis de neige. Gravir la pente raide demandait un certain effort. Se tenant par le bras, ils n’entendaient rien d’autre que le crissement de leurs pas. Une fois arrivés, la grotte semblait irréelle. Elle se tenait là, obscure au milieu d’une féerie blanche, sans aucune marque humaine mis à part des indications géologiques sur un panneau de bois. Le silence qui emplissait la cavité n’était troublé que par le bruit de l’eau qui gouttait des parois. Un muret de pierres posées les unes sur les autres constituait la seule trace d’un passage humain antérieur.

— Il existe un important réseau souterrain en Hongrie, expliqua Jakab. Rien qu’à Budapest, on dénombre près de deux cents grottes formées par les sources thermales. Et encore, il en reste à découvrir. Les habitants s’y cachaient pendant les invasions pour se protéger des bombardements, ou y dissimulaient leurs possessions. C’est très intéressant… Quelques-unes ont été aménagées au siècle dernier et ont servi de bunkers pour l’état-major SS et pour les dirigeants communistes. Les systèmes de ventilation sont toujours en marche. Sous la colline du château de Buda, un hôpital a même été construit en secret pour soigner les blessés pendant la Seconde Guerre mondiale.

La fascination irradiait de ses paroles.

— On peut les visiter ? voulut savoir Cassandre.

— Oui, plusieurs grottes sont ouvertes au public. J’ai eu l’occasion de visiter l’hôpital durant mes études. Mais certains lieux de grande importance durant l’Histoire restent impénétrables pour les individus ordinaires.

Il fit une pause, et seules les gouttes résonnant sur les humides parois rocheuses les rappelaient à la réalité de leur époque, ramenant l’équilibre, adoucissant le mystère qui s’était soudain insinué dans l’air.

— Une vidéo circule sur internet depuis plusieurs années, ajouta Jakab, ses lèvres s’étirant en un sourire. Un abri antiatomique a été construit par un particulier dans le village de Kocsord. C’est devenu une légende. Bref, il y a tout un tas de racontars sur les grottes.

Ils s’amusèrent à poser parallèlement deux pierres plates espacées de quelques centimètres contre le roc puis ressortirent à l’air libre.

Le sentier continuait au-dessus du village et surplombait le chemin de la Liberté. On apercevait le cimetière en contrebas ainsi que la maison de Jakab, perdue au milieu d’un terrain vierge de toute empreinte. Ils s’arrêtèrent, coupés du monde, les flocons et le vent leur enjoignant de contempler l’horizon de collines boisées recouvertes d’une poudre blanche.

Le chauffage parut faiblir quelque peu en cet après-midi du 10 janvier, imprévu auquel ils remédièrent en s’enroulant dans une couverture d’appoint. C’est bien au chaud contre Jakab que Cassandre l’observa allumer la télévision pour regarder les informations. Bien qu’elle eût poursuivi son apprentissage, qu’elle sût maintenant dire comment elle s’appelait, mais aussi où elle habitait, en plus de savoir conjuguer quelques verbes au présent, ces maigres connaissances ne lui permirent pas de saisir le moindre mot et elle ne pouvait se raccrocher qu’aux images. Cette langue paraissait incroyablement ardue et restait un mystère complet.

Jakab venait d’éteindre le poste lorsque les vibrations intempestives de son téléphone portable la firent sursauter. Une boule se forma dans sa gorge lorsque le nom de l’appelant s’afficha à l’écran. Jakab dût comprendre car il s’approcha d’elle et vint dans son dos.

— Maman ?

La voix de sa mère lui parvenait de manière tellement nette que celle-ci semblait se tenir à côté d’elle. C’en était perturbant.

— Comment vas-tu ? s’enquit-elle.

— Ça va, et vous ?

Ses parents ne devaient pas tarder à revenir en France. D’après ce qu’elle lui dit, ils allaient très bien et la surprise du voyage à Chypre avait été accueillie avec joie.

— Que fais-tu de beau ces jours-ci ?

— Ne t’inquiète pas pour moi, je ne m’ennuie pas.

— Tant mieux.

Cassandre fut soulagée que sa mère ne cherchât pas à en savoir davantage. Elle ne devait pas vouloir s’embarquer dans de trop grandes discussions au téléphone. Sage décision.

— Nous rentrons demain soir, enchaîna-t-elle. Je ne reprends pas tout de suite le travail, on pourrait peut-être faire quelque chose ensemble ?

Cassandre sentit sa bouche devenir sèche, ne s’étant absolument pas attendue à devoir donner une réponse aussi promptement.

— Peut-être, hasarda-t-elle. Je ne sais pas encore ce que je fais, je t’en reparlerai.

— D’accord, concéda sa mère. En tout cas, j’ai hâte de te revoir !

— Moi aussi.

La voix allègre fut alors noyée au milieu d’un brouhaha et Cassandre fut incapable de comprendre ce qui était dit à l’autre bout du fil. Le silence se fit pendant quelques secondes et elle serra instinctivement la main de Jakab qui avait trouvé la sienne.

— Je suis dans la rue, entendit-elle crier par-dessus le bruit. Je te rappelle plus tard !

Sa mère raccrocha presque aussitôt. Cassandre était surprise par la brièveté de la conversation. Elle éteignit le téléphone à son tour, ne désirant plus être dérangée.

Cassandre ne voulait pas se laisser gagner par la résignation ou la précipitation. Elle voulait rester maître de ce qu’ils avaient créés, de leur histoire. Tout en sachant néanmoins qu’elle ne pourrait pas longtemps cacher son absence.

*

Jakab revint dans le salon après s’être rapidement séché les cheveux et trouva Cassandre sagement assise en tailleur sur le canapé dans le sweat-shirt AMEN. Il posa la serviette sur l’accoudoir et vint s’installer à côté d’elle. Aucune parole ne fut prononcée, et les notes tristement légendaires de Szomorú vasárnap[1] s’élevèrent doucement. Le salon réussissait à garder une part d’obscurité malgré les assauts de la fantastique luminosité hivernale. Elle avait rabattu la capuche noire sur sa tête, son visage n’en paraissait que plus pâle. Il posa un court instant les yeux sur les pointes argentées à son sourcil, veillant paisiblement sur ses iris d’ambre. Presque aucun recoin de sa peau n’était visible, alors il caressa simplement ses phalanges.

— Je pourrais être mort d’une seconde à l’autre, dit-il. Tout est si fragile, tu ne penses pas ?

Un éclair passa dans ses yeux. Puis elle hocha la tête et raffermit sa prise autour de ses mains.

*

Cassandre se leva et mit un bon bout de temps à sortir l’ordinateur de son sac. Elle rejoignit lentement Jakab qui n’avait pas bougé. Il était vêtu d’un T-shirt et elle contempla sa peau toujours légèrement bronzée. Son regard s’arrêta ensuite sur ses yeux impénétrables puis sur la zone sombre artistiquement dessinée sur son menton. Son expression ne trahissait aucune faille. Elle posa une main sur son pantalon noir puis se résolut à démarrer son ordinateur. Elle le vit hausser imperceptiblement un sourcil alors qu’elle se connectait au réseau. Les mots n’auraient jamais dû être dits.

— Mes parents rentrent demain, articula-t-elle d’une voix fade.

Sa gorge s’était subitement nouée et elle porta involontairement son attention sur une particule de poussière qui voltigeait au sol.

— Je ne sais pas quoi faire, finit-elle par avouer en levant les yeux sur Jakab.

Il la fixait d’un étrange regard.

— Devrais-tu rentrer ?

Cassandre ne sut si elle ressentit du soulagement ou de la crainte. Elle se réfugia un instant dans l’obscurité et sentit une onde de chaleur se propager en elle lorsqu’il recouvrit sa main avec la sienne.

— Devrions-nous rentrer ? corrigea-t-il.

Elle n’osa rien dire, bien que la remarque de Jakab eût été parfaitement claire. Il indiqua l’écran d’un petit coup de menton, l’enjoignant silencieusement à poursuivre. Ses doigts semblaient avoir soudain perdu de leur agilité sur le clavier et ce fut en proie à un sentiment de malaise qu’elle remplit les champs nécessaires sur la page du comparateur de vols.

— Tu n’es en rien obligé de venir…

L’obstination dans les prunelles de Jakab en dit assez pour la pousser à continuer.

Un avion décollait deux jours plus tard, le 12 janvier. Le prix n’était pas vraiment celui qu’elle avait escompté, mais elle n’avait pas vraiment le choix si elle souhaitait éviter toute situation épineuse. Ne rien expliquer.

Comme s’il avait deviné ses craintes, Jakab insista pour payer la totalité du voyage. Elle le regarda acheter deux billets tout en ayant du mal à rassembler ses pensées. Elle avait la nette impression qu’il avait peur de la laisser seule et détestait cela. Qui aimait se faire passer pour faible ? Et en même temps, elle se sentait infiniment rassurée.

*

Jakab admira ses traits de marbre et se prit à souhaiter que le voile de l’apaisement vînt les embellir.

— Tu es mon tout, murmura-t-il.

— Tu es tout.

Elle s’arrêta.

— C’est mieux, ajouta-t-elle simplement.

Ses iris étaient d’une sincérité bouleversante.

- // -


[1] Rezső Seress – Szomorú vasárnap

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 9 versions.

Recommandations

a_red_girl
Je raconte mon expérience et je parle de ce sujet si important...
4
17
0
1
Défi
Le Parfum des Mots

Ma très chère madame A,
Je vous ai loupé lundi. J’étais allé aux toilettes et le temps que j’en sorte, vous étiez déjà dans la salle de classe avec vos élèves. Je suis quand même sorti du lycée et je suis allé jusqu’au CDI, alors que je savais qu’il était fermé. J’étais tellement en colère contre vous, et tellement triste. Je voulais vous voir, vous croiser et vous dire bonjour, pour que vous vous souveniez de moi.
En plus, cela faisait fait un mois et vingt jours que je ne vous avais pas vu. Sauf que je n’ai pas pu vous croiser. Du coup, je me suis installé sur les marches de l’escalier près de votre salle. Cela me permettait d’entendre des bribes de votre voix, quelques mots de temps à autre, ce qui était une petite consolation. À défaut de votre visage, c’était votre voix que j’avais.
Et j’ai repris l’habitude de tenter de vous rencontrer les jeudis. Le problème, c’est que jeudi dernier, il y avait le brevet blanc au collège, et certains cours étaient déplacés au lycée. Donc lorsque je suis allé au CDI, je ne vous ai pas croise. Je crois que votre cours était déplacé au lycée mais je n’en suis pas certain.
Jeudi de cette semaine, j’avais pour objectif principal de vous voir, même si c’était par les vitres du CDI. J’avais hâte, et je ne me suis pas attardé au lycée. Je suis arrivé au CDI trop en avance, et j’ai dû faire semblant d’écrire quelque chose dans mon agenda, à côté des casiers. Je vous ai aperçu à travers la vitre et je m’en suis voulu d’être descendue trop vite.
Lorsque vous êtes repassée, vous discutiez avec une de vos élèves. Je n’ai pas trop fait attention à elle mais je crois savoir qui c’est, du coup je suis un peu moins jalouse. Le fait de vous avoir très rapidement observé sans que vous me voyiez m’a brisé le cœur. Ça m’a fait si mal de ne pas vous avoir croisé, même quelques secondes.
J’aurais donné n’importe quoi pour pouvoir vous sourire et vous dire bonjour. J’en pleurerais toutes les larmes de mon corps si j’en étais capable. Mais j’ai trop souvent l’impression qu’elles sont retenues par un immense barrage, d’où il ne coule presque rien (sauf à de rares occasions). Vendredi, en marchant vers la médiathèque, j’ai cru que j’allais pleurer. Finalement il ne s’est rien passé, mis à part cette impression d’être à fleur de peau.
J’avais prévu de vous écrire une lettre pour vous demander s’il était possible de recommencer l’échange épistolaire. Si vous pouviez, lorsque vous en auriez eu le temps, m’envoyer votre réponse à ma précédente lettre (dans lequel il y aurait eu, je l’espère, tout ce que je vous avais réclamé). Et aussi pour raconter ma/mes journée(s) découverte(s) à Zébra Alternative.
J’ai finalement abandonné l’idée de faire les réclamations. J’ai énormément de difficultés à faire des demandes sans culpabiliser et présenter mes excuses. Vous m’aviez dit un jour « Arrête de culpabiliser ! » Dans le brouillon de la lettre (je fais presque toujours des brouillons avant de vous écrire), je vous avais demandé pardon tellement de fois que vous en auriez eu assez. Du moins c’est ce que je pense.
Alors pour éviter de vous énerver, j’ai préféré laisser tomber. De toute façon, ma demande d’une reprise de l’échange épistolaire est inutile car en vous renvoyant une lettre, je recommence l’échange. Et le fait de recevoir une nouvelle lettre de ma part vous fera peut-être penser à poster votre réponse à la précédente, si vous en avez le temps.
Donc il ne restait plus que Zébra Alternative. Pour commencer, j’ai parlé du livre de Jeanne SIAUD-FACCHIN : Trop intelligent pour être heureux ? L’adulte surdoué. J’ai lu au total neuf livres sur le haut potentiel intellectuel, mais il est le seul dans lequel je me suis un peu plus retrouvée. Cela reste à relativiser car je n’arrive pas à me rendre compte de mon haut potentiel. De plus, ayant un profil hétérogène, je ne possède sûrement qu’une petite partie des caractéristiques fréquemment présentes chez les surdoués.
Pour en revenir à la lettre, j’y fais allusion à mes recherches. J’ai découvert que l’auteure, psychologue spécialisée dans le haut potentiel, avait fondé en 2011 ce centre d’accueil pour enfants et adolescents hauts potentiels. Il ne s’agit pas d’une école car certains jeunes vont dans un établissement partenaire pour assister aux cours.
Ils ne viennent à Zébra qu’un jour dans la semaine et peuvent y acquérir des méthodes ou être aidés pour leurs devoirs (en plus des autres activités). D’autres sont scolarisés en partie ou sont totalement déscolarisés. L’accueil est à la carte, en fonction des préférences et des possibilités. On peut y aller un ou plusieurs jour(s) par semaine, une ou plusieurs semaine(s) par mois, etc. Les activités proposées sont diversifiées, on s’inscrit le matin dans celles où on veut aller. L’équipe qui s’occupe de nous est formée par rapport au haut potentiel.
Au moment-là, j’avais parlé de Zébra avec beaucoup d’enthousiasme à ma maman. Mais lorsque j’ai vu où cela se situait et combien cela coûtait (à Marseille, et relativement cher), mon empressement est retombé. Nous n’en avions pas plus discuté jusqu’au jour où il a fallu réfléchir à l’année suivante.
Maman était allée sur le site Internet et avait trouvé des coordonnées. Elle m’avait proposé de téléphoner pour savoir s’il était possible d’aller là-bas. Je m’étais dit que ça pouvait être une bonne idée et maman a appelé. La directrice lui a expliqué comment cela se passait et a accepté que je vienne. Elle a ajouté que comme je venais de loin, je pouvais passer une journée et revenir le lendemain si cela m’avait plu. Ce sera jeudi et vendredi de la semaine prochaine.
J’ai très peur de ne pas me sentir à ma place, de ne pas être à l’aise. Je crains que ça ne me convienne pas, que je ne m’y retrouve pas. J’ai peur que ça ne me permette pas de me réparer, que ça soit encore une déception. J’ai peur d’avoir mis trop d’espoir dedans et que ça ne m’aide pas. J’ai peur de ne pas réussir à guérir de mes blessures. J’ai peur de m’être trompée, de réaliser que ce n’est pas fait pour moi. J’ai tellement d’angoisses…
Je m’inquiète pour vous. J’ai tellement peur qu’il vous arrive quelque chose. J’ai tellement peur que vous ayez un accident et que vous mouriez. Je sais que vous ne prenez pas assez soin de vous, que vous ignorez délibérément les signaux d’alerte de votre corps. Vous ne voulez jamais rater une seule heure de cours mais votre inconscience vous mène à l’hôpital, et au final vous ratez des journées de cours. Je voudrais que vous fassiez attention à vous, que vous écoutiez votre corps, que vous le respectiez. Je voudrais que vous sachiez où sont vos limites et que vous ne les dépassiez pas.
Votre ancien élève,
B
2
1
0
5
Mijak
Texte pour le Club (05/11/2018), thème : "thème sérieux".
Oui on a voulu voter pour un thème sérieux, cette fois.
Souvent, on a cette frustration quand on écrit quelque chose de bien, de nouveau, en une demi-heure ; on aimerait continuer, reprendre, en faire quelque chose. Mais il y a déjà tant de projets en cours d'écriture...
Alors tant pis. Ça reste une idée.
0
0
0
2

Vous aimez lire Parallel ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0