XXXVI

7 minutes de lecture

Jakab laissa ses lèvres sur son front et pressa sa main plus fort. Elle avait survécu. Elle était d’une force rare, sa présence aujourd’hui en témoignait. Peu importe les troubles qui survenaient, elle y arriverait.

Il aurait voulu la garder contre lui, saine et sauve, mais elle sortit du lit quelques heures plus tard. Il la regarda enfiler maladroitement un pantalon ainsi qu’un gros pull, ce qui l’amena à se lever à son tour. Il lui proposa de lui préparer un petit-déjeuner mais son offre fut poliment déclinée.

Tandis qu’il faisait chauffer du café, il l’observa depuis la cuisine. Il ne la voyait que de dos sur le canapé, les cheveux rouges en désordre et le casque sur les oreilles. Il se demanda ce qu’elle écoutait. Sitôt le café prêt, Jakab la rejoignit sans bruit et s’assit à côté d’elle. Pas une fois il ne regarda ce qu’elle inscrivait avec passion dans le carnet doré, il savait seulement qu’elle faisait ce que lui dictait son cœur.

Il revoyait le bonheur sur son visage pas plus tard que la veille et aurait simplement souhaité qu’il fleurît de nouveau.

Il fleurirait.

*

Cassandre referma le carnet, vaguement soulagée. Elle laissa le casque retomber sur ses épaules et posa la tête sur le dossier, ne sentant que le bras de Jakab qui l’entourait. Elle lui était infiniment reconnaissante d’être là. La gratitude qu’elle ressentait envers lui était immense et dépassait tout ce qu’elle connaissait d’autre. Elle n’arrivait pas à comprendre comment il pouvait l’aimer. Ce n’était pas possible. Ce n’était pas normal.

Elle demandait seulement qu’il la sauvât d’elle-même.

Jakab l’emmena dans la cuisine où il prépara un főzelék avec du chou et quelques pommes de terre, un plat en fin de compte assez riche qui les ferait tenir jusqu’au soir.

— Il ne reste plus grand-chose, constata-t-il en ouvrant le frigo. Peut-être qu’on pourrait faire un tour à Miskolc et en profiter pour acheter le nécessaire ?

Cassandre accepta la proposition. Bien qu’elle eût l’estomac noué, elle goûta à son plat pour lui faire plaisir. Le petit sourire qu’elle vit sur son visage témoignait d’une gentillesse si rare qu’elle en fut profondément émue. Et elle se dit que sous le masque le plus dur pouvait se cacher la plus belle des âmes.

Ils sortirent en début d’après-midi faire le tour de Répáshuta, que Cassandre put enfin découvrir en plein jour. Les routes qui traversaient le village, toutes blanches, se comptaient sur les doigts d’une seule main. Quelques chiens rêvassant derrière les portails des maisons colorées les saluèrent par des aboiements. Une petite fille en luge faisait des boules de neige. En passant devant la poste, à côté de l’église, on pouvait remarquer une couronne de Noël et quelques guirlandes qui n’avaient pas encore été enlevées. La vue d’une crèche sur un rebord de fenêtre ainsi qu’une croix en bois à un croisement laissait penser que la Hongrie profonde était encore très chrétienne.

En revenant sur leurs pas, ils avisèrent un groupe de personnes âgées monter dans un car à l’embranchement du chemin de la Liberté. Au vu des cabas et paniers que les femmes tenaient, elles descendaient probablement se ravitailler à Miskolc. En passant près d’elles, Cassandre fut attendrie par leur mine heureuse. Bien qu’elle ne comprît pas un mot de ce qu’elles racontaient, l’une d’entre elles semblait s’exclamer avec ravissement en montrant le paysage enneigé du doigt, ce à quoi les octogénaires répondirent en s’esclaffant. Cassandre se demanda comment elles faisaient pour vivre seules là-haut compte tenu de la rudesse du terrain et des conditions météorologiques. Elle n’était pas sûre que leurs chapeaux à l’ancienne les coiffant joliment fussent très efficaces contre les caprices du vent.

Ils regagnèrent la voiture et se retrouvèrent quelques minutes plus tard derrière le car qui dévalait paisiblement la route menant à la ville. Ils le suivirent une partie du trajet, observant les branches qui fouettaient de plein fouet les vitres de l’autocar, puis Jakab se décida à le doubler.

— Le car dessert tous les villages alentours, commenta-t-il. Le trajet dure plus d’une heure et demie, mais je dirais que c’est à faire au moins une fois dans sa vie. C’est parfois assez rocambolesque.

À partir de là, la route s’avéra aussi déserte qu’à l’accoutumée, encadrée par des cheveux d’ange immaculés. Jakab choisit de se garer en périphérie et de prendre le tramway jusqu’au centre-ville.

— Je n’aime pas vraiment conduire dans Miskolc, avoua-t-il.

Cassandre pouvait comprendre. Regrettant la sécurité et l’intimité de l’habitacle, elle se dit néanmoins qu’elle aurait l’occasion de prendre les transports en communs hongrois. L’arrêt le plus proche ne se trouvait qu’à une centaine de mètres et marcher aux côtés de Jakab était apaisant. Une forte brise soufflait ce jour-là, lui giflant les joues et renvoyant ses cheveux dans la figure. Le tramway arriva rapidement. Quelques lycéens se tenaient dans l’allée et Cassandre fut sidérée lorsqu’une dame leur intima de baisser le ton, alors que le volume de leur conversation lui paraissait tout à fait acceptable – ils étaient en tout cas bien plus discrets que les jeunes Français. Les interpellés se turent instantanément et n’osèrent pas reprendre leur conversation avant d’être descendus. Une telle remarque aurait été invraisemblable dans l’Hexagone, il aurait même été étonnant qu’un adulte osât s’y risquer.

Jakab se rendit d’abord à la banque et Cassandre fut surprise par l’atmosphère décontractée et sympathique qui y régnait. Habillés simplement, les clients se mettaient à l’aise en attendant posément qu’un guichet se libère. Elle s’aperçut alors que les Français – en tout cas les Parisiens – sous leurs airs de révolutionnaires, étaient conservateurs et guindés. On aurait serré les dents en considérant la queue, on aurait râlé car la vieille machine à tickets ne fonctionnait pas. C’était ça qui était sympathique, ici. Aucune urgence, aucune impatience ne polluait l’air.

Ils effectuèrent quelques achats et en profitèrent pour arpenter le centre. Ils passèrent devant l’hôtel de ville et marchèrent au gré des rues pavées, leurs yeux volant sur les vitrines qui agrémentaient leur chemin. De temps à autre, Jakab pointait du doigt une inscription ou un panneau et lui expliquait ce qu’il signifiait. Ils complétèrent leurs courses en achetant des pogácsa qu’ils engloutirent en cours de route. La nuit tombait vite, aussi finirent-ils par rejoindre la rue principale, dans laquelle les décorations de Noël subsistaient. En tant que ville de province, Miskolc était très calme, bien moins vivante que Budapest. À part la voie piétonne, les rues latérales baignaient dans une obscurité assez lugubre, dont Cassandre n’avait pas l’habitude.

Jakab avisa un arrêt de bus. Le vent avait fini par tomber, mais avait laissé place à un froid pénétrant. Un jeune homme assis sur le banc nourrissait gentiment les pigeons sur le trottoir, avec un flegme qui n’existait pas en France. Les gens avaient simplement l’air heureux.

Jakab posa le sac de courses contre la paroi de l’abribus et se pencha sur elle jusqu’à ce que le mur vînt rencontrer son dos. Pas grand monde ne patientait avec eux. Elle sentit son souffle lorsqu’il embrassa discrètement ses lèvres gercées. Puis il se recula et s’amusa à fermer toutes les petites écoutilles et cordons de son manteau. Il soutint son regard si longtemps qu’elle dut se résoudre à ciller. Le bus arriva et mit fin à leur jeu silencieux.

Dès lors qu’on quittait le centre, Miskolc retrouvait une allure fantomatique. On aurait presque dit une ville morte. Alors qu’ils étaient arrêtés à un feu rouge, ses yeux furent attirés par une masse sombre qui se profilait à l’extérieur.

Le bloc de béton se dressait, mutilé par les trous béants des fenêtres noires, et les arbres penchés jetaient leurs branches foudroyées dans les airs, hérissées comme des fourches, dans la lumière glauque et blafarde des lampadaires oubliés.

Cassandre esquissa un sourire furtif. Elle n’en aurait pas attendu moins de Jakab Kátai.

*

Il y avait eu une accalmie. Si toutefois, par mégarde, elle se laissait corrompre, elle avait érigé des grilles qui empalaient les assaillants avant qu’ils franchissent la zone fatidique.

— Comment ça s’est terminé ? demanda-t-il une nuit.

— Eux gisant sur l’asphalte.

— Bien. Bon travail.

Elle mettait au point sa défense. Jakab en était fier.

Jakab l’aperçut derrière la porte prendre un cachet de ce qu’il supposa être des somnifères. La scène se répéta le lendemain, et les soirs suivants. Il ne dit rien. Il ne pouvait rien dire. Il la voyait seulement aller mieux, c’était tout ce qui comptait.

*

Les jours passèrent, d’une sobriété blanche et merveilleuse, ils passaient et le temps perdit son sens. Elle aima cela plus que tout, le fait de ne connaître aucune contrainte et se sentir pour la première fois loin des tourments. Les visions nocturnes s’affaiblissaient, elles n’avaient pas leur place dans leur exil. Elle les massacrait avec une joie exultatoire et les jetait aux flammes. Elle put même croire que les perfides lamentations ne reviendraient plus.

Le feu brûlait dans l’âtre de la cheminée, lors de ces froides soirées d’hiver. Ils parlaient en regardant les flammes, ou regardaient les flammes et ne parlaient pas.

Ils étaient dans leur temple.

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 8 versions.

Recommandations

Lanéric


L’écriture est un hobby
Dont j’œuvre avec envie
Décrire l’ensemble des sentiments
Par un stylo fusant

Raconter un état d’être
Sans utiliser de phrases parfaites
Mais assembler les mots
Parfois en guise de cadeau

Les écrits sont les reflets de l’âme
Sans faire d’amalgame
Je me donne, je me livre
Avec un esprit libre

Le texte commence en majuscule
Tachant la page de particules
Il finit par un point
Les lecteurs en sont témoin.

Souvent prônant l’amour
Celui souhaité au jour le jour
Mais il peut raconter l’amitié
Dont on est fier d’identifier

Espérant toujours une suite
À ces compliments que j’ébruite
Lorsque les phrases s’enchainent
Je sais qu’elles sont les miennes

Les écrits sont les reflets de l’âme
Les joies produites sont le sésame
Le manuscrit portera une signature
Pour qu’il n’y ait pas d’imposture

Que ce soit poème, que ce soit chanson
C’est le cœur qui en met le ton
Chaque texte évoque une image
De sentiments en arrimage.

Le lecteur fera son interprétation
Selon la hauteur des émotions
Se sentira concerné
Voire même identifié

Pour autant moi seul imagine
Vers qui vont ces pensées en lignes
Vers toi, toi ou même toi
Je garde la primeur de mon choix

Les écrits sont les reflets de l’âme
L’ensemble de mes mots s’enflamment
Reste cette douce preuve manuscrite
Dictant ou pas une réelle suite.
2
4
0
1
nausicaa

Je me suis laissée tomber sur mon lit. Les bras croisés sur mon visage, les derniers rayons du soleil suivant les lignes de mon corps. Les lignes de mon corps que tu as toi aussi longuement suivi.
La chaleur des derniers rayons me rappelle la douceur de tes mains glissant sur mes hanches.
Si l'on pouvait voir tous les sentiments du monde, je suis pratiquement sûre que l'amour serait le plus abondant. Il est omniprésent, tel ton visage lorsque que je déambule dans la rue.
Le souffle court, je resserre mes bras un peu plus fort.

À cet instant précis, je n'arrive pas à saisir pourquoi l'amour est au centre de tout. J'ai effleuré tellement de personnes, j'ai pu voir dans leurs yeux la haine, la peur, la joie, mais ces émotions se contentent de faire des aller-retours. Une seule était toujours présente, l'amour.
L'amour anime nos coeur, nos vies, l'amour est présent dans tous les livres, toutes les histoires. J'ai lu tellement de livres, feuilleté tellement d'aventures, l'amour est un sentiment me fascinant un peu plus à chaque nouvelle oeuvre qui tombait entre mes mains.
Mon souffle diminuait encore, comme s'habituant avant de se couper définitivement.
Enlevant doucement mes bras, j'ai regardé le soleil, éblouie. Un sourire de réconfort c'est mélangé à mes larmes. J'étais aveuglé par les rayons jaunes qui caressait mon visage.
Le soleil se couchait. Mais contrairement à moi, le soleil reviendra.
L'amour ne peut donc t'il pas sauver tout le monde ?

2
11
9
1
Ode Colin
Un court texte écrit il y a 15 ans sur Nicola Sirkis d'Indochine.
5
2
1
1

Vous aimez lire Parallel ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0