XXVIII

5 minutes de lecture

Jakab se rendit chez ses parents le 24 décembre. En entendant les grincements inquiétants qu’émettait l’ascenseur branlant, il se demanda pourquoi il n’était pas monté à pied. La cabine s’immobilisa enfin et il put ouvrir les vieilles grilles rouillées. Il examina brièvement l’état de la cage d’escalier avant de sonner, adressant un œil amusé aux néons illuminant de façon sardonique le papier peint qui se décollait lentement et sûrement du mur.

Sa mère avait concocté avec zèle le traditionnel repas à base de poisson. Si la proximité de son père était à des lieues de le réjouir, Jakab tâcha de prendre sur lui pour éviter toute anicroche. Il leur avait acheté une belle pendule en bois. L’appartement vieillot en serait embelli et cela leur servirait à tous les deux.

Il ne resta pas passer la nuit chez eux. Il faisait déjà l’effort de revenir le lendemain, sans compter le fait que ses parents étaient étroitement logés à Miskolc. Il partit même assez tôt, vers vingt-trois heures, sa mère prise d’une fatigue subite qui l’avait attristé et qu’il ne voulait pas contempler.

Les églises étaient des endroits que Jakab fréquentait peu[1]. En avisant le clocher baigné d’une lumière jaune alors qu’il revenait au volant de sa voiture à Répáshuta, il s’aperçut qu’il y avait toutefois bien un monument qu’il n’avait pas visité, qui n’était autre que l’église du village. C’est ainsi qu’il ne se dirigea pas vers la porte de son foyer une fois avoir garé le véhicule devant sa propriété, mais en direction des rues bordées de neige pour parfaire sa connaissance des lieux. Il entendait parfois les cloches tinter depuis chez lui, une douce musique berçant le silence de son quotidien, mais n’avait jamais eu l’inspiration pour y pénétrer. En chemin vers le lieu de culte, il passait devant les fenêtres des chaumières, plus nombreuses à être éclairées. C’était comme si la période sacrée avait réinsufflé de la vie dans la morte campagne.

Jakab tomba en pleine célébration. En posant son regard sur les fidèles, il fut étonné de voir les langues hongroises habituellement si discrètes se délier, les têtes se tourner et les bras s’enlacer. Ne prenant pas la peine de s’avancer davantage, il s’apprêtait à repartir lorsqu’un homme d’un certain âge debout à la dernière rangée se retourna et lui tendit la main. Étourdi, Jakab serra sa poigne, fixant l’homme au visage affable qui le gratifiait d’un sourire resplendissant. Ses défenses tombèrent et son cœur fit un bond étonné dans sa cage thoracique, se demandant si l’homme avait bien vu la manière dont il était accoutré.

Pourquoi lui souriait-on, à lui, Jakab Kátai ? Sans le connaître, sans l’avoir jamais vu ? Sans avoir la seule idée de ses activités ? Alors les derniers murmures et gestes se turent et l’assemblée redevint silencieuse. Le fait qu’on l’eût accepté sans faire cas de son apparence, alors qu’il était loin d’avoir le style à se recueillir ou même à mettre le pied dans un lieu saint le laissa coi. Il était tellement intrigué qu’il resta jusqu’à la fin. Le prêtre termina en les envoyant dans la paix de Dieu, et Jakab ne vit que du bon.

Il rentra chez lui hanté par le morceau de Bach avec lequel l’organiste avait clos la messe, laissant courir dans son esprit les notes majestueuses, graves et puissantes.

Et la paix était sur lui.

*

Cassandre quitta le domicile de ses parents le soir du 25 décembre, le casque sur les oreilles, une douce voix lyrique faisant écho dans sa tête. Elle ne reviendrait pas trop tard. La nuit la salua alors qu’elle fourrait les mains dans les poches de son manteau. L’édifice simplement éclairé se dessina enfin devant elle, seul point lumineux parmi les rues désertes. Elle effleura brièvement le mur de belle pierre et retira son casque avant de faire quelques pas vers l’entrée.

L’église était plongée dans le silence. Quelques personnes étaient assises, à genoux ou simplement debout. Ce calme était beau. Cassandre fit quelques pas dans l’allée centrale et s’assit sur un banc. Elle posa ses yeux sur l’autel, encadré par de grands cierges et orné de belles gerbes de fleurs blanches et vermeilles. Une petite lumière rouge brillait au fond du chœur. Cassandre la fixa longuement avant de poser ses coudes sur ses genoux et d’appuyer son menton sur ses mains. Elle se sentait empreinte d’une plénitude étrange. Elle n’avait rien à justifier, personne ne lui demanderait rien.

Une vieille femme seule se tenait debout deux rangées devant elle. Soudain, elle voulut la prendre dans ses bras et faire fleurir un sourire sur son visage.

Elle n’en fit rien. Elle s’en remit au calme qui régnait dans ce havre de paix encore épargné pour l’étreindre mieux qu’elle.

*

Le facteur sonna le 28 décembre chez Jakab Kátai. Il fallait croire que la lettre ne rentrait pas dans la boîte prévue à cet effet. Il reconnut l’écriture fine de Nocturnal sur le carton ainsi que le timbre de la République française. Il attendit d’être revenu dans sa chambre pour l’ouvrir. Une enveloppe abîmée accompagnait un coffret en bois curieusement sculpté. Jakab fronça les sourcils et son premier geste fut de la décacheter. Elle ne contenait qu’une seule page blanche, décorée de quelques lignes. Contre toute attente, les mots qu’elle avait écrits étaient plus positifs que ceux qu’elle écrivait généralement.

Elle terminait ainsi :

Joyeux Noël, Jakab. Nos lignes se retrouveront en 2017.

Jakab relut les mots attentivement et se prit à l’imaginer en train de les écrire. Il se demandait où elle se trouvait en ce moment même. Il posa la feuille sur la couette sombre à côté de lui et s’empara du coffret. Celui-ci étant assez lourd, il se demanda ce qu’il pouvait bien contenir. Il fit sauter les fermoirs avec précaution et le coffre s’ouvrit. Jakab souleva le voile de protection opaque et fut saisit d’émerveillement quand il découvrit ce qui trônait majestueusement à l’intérieur. Elle avait visé juste. Il prit le couteau délicatement dans ses mains et admira la lame redoutablement effilée. Le manche noir aux reflets cuivrés était remarquable à lui tout seul. Lorsque des objets révélaient tant de pureté, nul besoin de quelque fonctionnalité fantaisiste. La lame était elle aussi embellie et il suffisait d’y faire errer ses yeux un peu trop longtemps pour éprouver une impression… occulte. Son regard se posa sur les symboles gravés tout le long du pourtour du coffret en bois. Étant donné leur nature et les légères irrégularités, il en déduisit qu’elle les avait gravés elle-même. Elle ne savait pas à quel point ce cadeau était parfait.

Quand il eut terminé son examen approfondi de l’arme, Jakab se leva pour aligner l’objet aux côtés de ses semblables. La pierre violacée qui représentait leur alliance reposait également sur la commode et servait de séparation entre deux rangées de couteaux.

Jakab Kátai sourit à la vue de cette collection joliment complétée.

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 8 versions.

Recommandations

Kiplix
Je vous présente l'histoire de Camille, 17 ans et étudiante en classe de Terminale. Une fille sans histoires qui est bien partie pour en écrire une avec son pouvoir inconnu !
2
0
0
5
Luciole

Elle flânait au milieu des fumées blanchâtres du minable établissement, une cigarette à la main - une Philip Morris qui plus est. Elle paraissait émettre une lueur angélique dans ce havre des âmes ténébreuses, si l'on omettait le brin de malice tapi au fond de ses yeux. Certes, une robe rappelant la neige immaculée était peut-être inadaptée pour ce genre de milieu, mais qu'importe ! Tous les regards convergent vers l'élégance, et elle voulait en être l'allégorie. Autour de ce halo feutré, nombre de poignées de main s'échangeaient rapidement et encore plus de billets voyageaient de poche en poche. Tout allait pour le mieux. Elle regarda dans un recoin à gauche, non loin d'elle ; certaines femmes abordaient les clients trop éméchés pour comprendre la nature de la prestation. Après tout, tant qu'elles lui payaient leur dû... Mais elles la dégoûtaient profondément, leur vue provoquant chez elle une profonde aversion frôlant une jalousie inexpliquée. Peut-être que le style qu'elle présentait, des plus maniérés, commençait à devenir lassant, et qu'une soif de liberté sauvage brûlait au fond de son ventre. Qui sait... C'est l'élégance que l'on regarde, mais c'est la passion déchaînée qu'on admire ! Mais cette profession, source de passion ? Elle évoquait pour elle les fantasmes bien masculins à l'égard du plus vieux métier du monde, rien de plus. "Eh ! Je divague. Ces filles n'ont rien pour elles, si ce n'est l'outil de leur gagne-pain."
Un saoulard la bouscula soudain, l'arrachant à ses rêveries. Frappée au thorax, la dame en blanc se mit à suffoquer tandis que l'homme (du moins, ce qu'il en restait) haussa le ton, prononçant un dialecte incompréhensible mais certainement hostile. Pris d'une rage aux allures meurtrières, il se rua sur elle, la plaquant au sol, et leva une main menaçante. Horrifiée par les yeux injectés de sang qui la fixaient, elle détourna son regard apeuré et attendit un coup qui ne vint jamais. Un bruit étouffé, et le corps de l'épave enragée s'affaissa sur le côté. La victime rouvrit les yeux pour les écarquiller ; une de ces créatures de piètre vertu lui tendait la main, souriante. Elle l'aida à se relever, l'épousseta avant de prononcer dans ce qui fut un langage approximatif : "pas touche à la patronne".
0
0
0
2
Adrien Zviaguine

        Le vent sifflait dans mes oreilles et au travers des fenêtres mal préparées à ce froid bien pire que la bise hivernale d'il y a quinze ans. Le froid... Voilà tout ce que l'on peut dire du monde tell qu'il est à présent. Enfin, de l'hémisphère Nord en tout cas. D'abord, il y a eu une immense lueur dans le ciel qui irradia notre monde comme les spet feux de l'enfer. Puis, vint la nuit. Sombre, cruel. Tout ce qui faisait tenir notre civilisation était mort en l'espace d'un instant. Toute notre technologie avait disparu à l'exception des quelques véhicules militaires qui étaient protégés par leurs blindages.


        En l'espace d'une dizaine de jours, un hiver long et rigoureux s'est abattu sur l'hémisphère nord, dans les premières semaines, les températures descendirent au-dessous des moins trente degrée Celsius. Ne me demandez pas en Fahrenheit, je l'ignore. Les vieux, et les trop jeunes moururent facilement. C'est comme ça que j'ai perdu ma fille et mon fils. Ils étaient trop faibles pour un monde devenus trop dur. Les autres ? La plupart ont fui vers le sud en quête de chaleur. Vers l'Afrique vraisemblablement. Quelle ironie que ceux qui refusaient aux autres d'entrer partent tous en forçant leurs portes.

        Moi ? Je suis resté. J'ai toujours vécu dans le froid et la souffrance, il ne me dérange pas. Et comme il n'y a plus personne, j'aurais autant de gibier que je veux. Qui je suis ? Cela n'a plus tant d'importance maintenant, mais si vous voulez savoir. Je m'appelais Ilya Ivanovitch. Je suis russe comme vous vous en doutez. J'étais boxeur en poids médium et aussi ancien soldat. Où je suis ? Je n'en sais rien. J'évite les villes, les animaux sauvages ont en pris possession et je n'aurais aucune chance à l'intérieur. Je n'y vais que dans de rares occasions, mais si vous me demandiez, je pense que je dois me trouver en Finlande près d'un de ses immenses lacs.

        Je survis comme je le peux, mais ma vie est plutôt saine. Cela va faire cinquante ans que je vis comme ça. Ah oui, pour une raison que j'ignore, il semblerait que l’espérance de vie des humains ait évolué de manière drastique. Je possède le corps d'une personne de trente ans avec un âge réel de quatre-vingt-quatre ans. Amusant, je n'aurais jamais pensé vivre si vieux. Ce n'est pas comme si j'étais immortelle ! Je vieillis également, mais plus lentement qu'avant.

        Enfin bon. De toute façon, il n'y aura personne pour lire ce journal donc autant continué. Je reprendrais demain, ce soir, j'ai faim et mes chiens de traîneau aussi.
0
0
6
2

Vous aimez lire Parallel ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0