XXII

5 minutes de lecture

Elle semblait danser[1]. Dans la pièce baignée de couleurs saintes, elle irradiait une lumière qu’elle ne voyait pas. Elle s’élevait dans son innocence, les courbes de sa silhouette magnifiées dans leur fragilité, et l’encre sublimée qui coulait sur son corps valsait avec l’ambre liquéfié de ses yeux. Ses pas erraient sans but, elle dansait un ballet incompréhensible. Il regarda son profil qui se découpait sur les carreaux, embrassa le voile qui recouvrait ses yeux, épousa les arabesques de ses doigts, l’incertitude qui tremblait dans ses gestes. Il effleura la finesse de ses ailes, l’iridescente pâleur de son teint. Les ombres bleues caressaient sa peau, la clarté avec laquelle elle se détachait sur le tableau obscur de la vie était éblouissante.

Jakab Kátai se réveilla assez tard le lendemain matin.

— J’ai quelque chose à te donner, entendit-il murmurer tout près de lui.

Il se redressa sur un coude juste à temps pour voir Nocturnal attraper un objet au fond du tiroir de la table de nuit. Elle revint avec un sachet blanc dans le creux de sa paume. Il la regarda un instant sans bien comprendre. Elle avança la main vers lui.

— C’est pour toi, dit-elle timidement.

Jakab prit le sachet sans la quitter des yeux et défit la ficelle blanche qui en fermait l’ouverture. Il découvrit une petite pierre violacée aux évanescents reflets orange, ainsi que de discrètes incrustations en son centre. Elle tâtonna derrière elle et ramena une gemme identique.

— Notre Alliance, dit-elle d’un ton grave.

Il hocha la tête et elle lui prit doucement la main qui renfermait la pierre.

— Merci, Cassandre. Merci.

Elle plongea les yeux dans les siens et s’autorisa à sourire. Son regard paraissait émerveillé.

— C’est une amétrine, indiqua-t-elle.

Jakab caressa des doigts le symbole de leur singulière union. C’était parfait. Il posa son regard sur elle, et sourit également.

*

Son invité parti dans la salle de bains, Cassandre en profita pour enfiler un pantalon et un pull par-dessus un T-shirt de Blaze of Perdition. Elle était rassurée d’avoir pu lui donner la pierre. Elle avait pensé la lui envoyer directement en Hongrie, jointe à une lettre, mais avait voulu être sûre que l’objet emblématique arrivât à bon port. À présent, Jakab possédait la seconde pierre, et en tout point du globe, ils seraient toujours liés.

*

Elle ouvrit un placard et en sortit une housse, d’où elle extirpa une fine guitare électrique noire mat. La marque « Jackson » était inscrite près des mécaniques et de petits bouts de cordes coupées dépassaient de la tête.

Jakab était surpris. Cassandre ne lui avait jamais dit qu’elle jouait d’un instrument de musique. Il s’assit, la regardant poser un ampli cube au pied du canapé. Après s’être accordée, elle brancha la guitare. Elle sortit ensuite un médiator de sa poche et joua quelques notes, sans le regarder. Elle déchaussa enfin maladroitement ses bottes et se renfonça dans le canapé.

— Cela fait longtemps que je n’ai pas joué, s’excusa-t-elle.

Jakab lui glissa un mot d’encouragement.

Un son clair s’éleva de l’ampli et Jakab reconnut avec émerveillement les premiers accords de Under The Judas Tree[2]. Il regarda ses doigts fins alterner entre des mi majeurs et des do. Des mèches de cheveux lui tombaient devant les yeux alors que les notes calmes s’élevaient dans la pièce. Il crut entendre la voix de Nero et réprima difficilement un sourire. D’abord hésitant, son jeu gagna en assurance. Arriva enfin le silence qui marquait une jolie transition dans le morceau. Cassandre lui jeta un coup d’œil avant de se pencher pour modifier les réglages de l’ampli. Le battement de son pied marqua l’arrivée de la distorsion et le solo commença. Il n’était pas parfait, mais Cassandre réussissait à coller à peu près à l’original, rajoutant parfois quelques petites touches de son goût. Avec une seule guitare, elle parvint à rendre l’intensité de la fin du morceau. Lorsqu’elle posa enfin la dernière note, son visage semblait plus détendu. Jakab était subjugué et ravi.

— C’était incroyable, fit-il.

— Ça gagnerait à être plus fluide, mais j’espère qu’on reconnaît un peu.

Elle posa le médiator sur l’accoudoir du canapé.

— Je ne savais pas que tu jouais, confessa-t-il. Je suis heureux que tu m’aies fait écouter.

— Mon niveau est loin d’être bon et j’ai arrêté pendant plusieurs mois.

— J’aimerais déjà savoir jouer comme toi, rétorqua-t-il. Je possède une guitare acoustique et j’ai essayé une fois, mais je n’ai pas continué.

Il fit une pause.

— J’aimerais… j’aimerais savoir chanter. Il y a quelques années, je rêvais de fonder mon propre groupe, qui aurait été un mélange de métal, de dark electro et d’autres instruments, des violons, un piano, un orgue... Enfin, ça n’a jamais marché. Peut-être un jour.

Il s’interrompit une fois de plus.

— Tu pourrais écrire des paroles de chanson. Imagines-tu la puissance qu’elles auraient ?

— Je me sens plus à l’aise avec les mots, avoua-t-elle.

Jakab effleura les cordes du doigt.

— Les gens ont souvent peur de ce genre de musique.

— Je ne pense pas que ça convienne à tout le monde.

Ils prononcèrent leur haine pour les radios jeunes et la cacophonie malsaine dans laquelle les masses étaient plongées, prenant la popularité dont elle jouissait pour gage de qualité. Ce n’était pas parce qu’une chanson était en vogue et acceptée par la société qu’elle en résultait moins vulgaire ou immorale. Les gens ne réalisaient pas que sous un déguisement attirant pouvait se glisser une violence autrement plus choquante et pernicieuse que des morceaux obscurs, incompris et rejetés par le grand public. Jakab pensait franchement que Miley Cyrus, Lil Wayne, Kanye West et Jay-Z étaient plus sataniques que n’importe quel groupe qu’il écoutait.

— Je ne vois pas l’intérêt, asséna Cassandre en abondant dans son sens. Il n’y a aucun travail derrière, c’est simplement commercial.

— Ça me rend fou. Surtout le fait que cette musique ne transmet aucun message. Je préfère écouter une chanson qui parle juste de haine et de massacre d’innocents, plutôt qu’une chanson qui… caquette « I’m an albatros » ? Qui diable a pu composer ça ? Et pour quelle raison ? Quelle était l’inspiration derrière ? Je ne la vois pas. Écouter une chanson uniquement du fait de sa popularité devrait être punissable de mort.

— Exactement. Il n’y a plus de message. C’est un problème général.

Ses yeux partirent loin, se couvrant d’un voile sublime.

— Avec la musique classique, le métal est la seule musique qui soit capable d’exprimer toute la complexité et la noirceur de l’âme humaine. C’est une musique d’émotions. C’est pourquoi elles sont comparables.

Jakab médita ses paroles et la dévisagea, happé par son sourire.

- // -


[1] Swallow the Sun – Rooms and Shadows [1:03]

[2] Psyclon Nine – Under the Judas Tree

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 9 versions.

Recommandations

Défi
Abye

Jude,

J'ai longtemps hésité avant de t'écrire, de m'être mon coeur a nu. Je n'attends aucune réponse, ni de compassion de ta part. Comment le pourrais-tu ? Après cette terrible erreur que j'ai faite. T'abandonner !
Depuis un moment déjà, je n'en dors plus la nuit. Je passe et repasse en boucle dans ma tête mon comportement. Et aujourd'hui, je me demande comment j'ai pu faire une telle chose si stupide ?
Finalement tu as raison, je suis manipulé ! Ma femme n'est qu'une menteuse qui passe son temps à me laver le cerveau. Je deteste cette sensation, ce sentiment de faiblesse, d'être qu'un bon à rien qui a juste su briser une famille pour les yeux d'une seule personne ! Je ne sais comment me faire pardonner, je ne sais comment revenir parmis vous, je ne sais comment regagner ton coeur et ta confiance Jude...ma petite Jude...
Si seulement j'avais su écouter ce que tu me disais, si seulement j'avais regardé autre chose que ma petite personne ! Je suis coupable de tout, de la maladie dégénérative de ma mère, de la tristesse de ma famille, de mon malheur. J'aimerai tellement pouvoir remonter le temps et repartir de zéro !
Je me souviens encore de tous ces moments passés avec toi, ma filleul. Lorsque tu n'étais qu'un petit bébé ou encore quand tu as fait tes premiers pas, tes premiers mots ! Te voir rentrer à l'école me comblait de bonheur ! Mais maintenant...je ne sais même pas ce que tu deviens, je me pose tellement de question à ton sujet. Je me sens comme un inconnu dans ta vie. En fait, je ne suis qu'un inconnu pour toi maintenant, c'est ça ?
Je veux changer les choses ! Je veux retrouver tout le monde, que notre vie redevienne comme avant, remplie de joie, de bonheur, de rire !
Maintenant ça suffit ! Il faut que je me ressaisisse, que je prennes le taureau par les cornes ! Je ne veux plus cet être fragile, soumis à la volonté de ma femme.
Je t'en pris Jude, pardonne moi, accepte mon erreur et ma renaissance, je serais bientôt là tout près de toi et je ne te quitterais plus jamais !
Vous me manquez tous, je vous aimes. Je t'aime Jude, attends moi.
                                 Ton parrain.

Mais comme tu le dis, ce ne sont que des mots qu'on aimerait entendre et non la réalité. Ton défi m'a fait réaliser une chose, c'est la force avec laquelle j'aimerai vraiment entendre ces mots. La brutalité de la réalité, quand on a finit d'écrire, est si dure qu'on aimerait juste continuer d'écrire jusqu'à ce que la douleur s'estompe.
2
2
0
2
Défi
José Caudron
Le personnage se retrouve plongé dans une série d'événements qui devraient le dépasser et en faire une victime immédiate. Il va les dominer et en tirer notoriété et fortune. Il sait cette « grandeur » imméritée au regard des principes qu'il imaginait garder, notamment par rapport à l'agitation médiatique.
Mais il tire volontiers l'usufruit,de sa nouvelle situation et de larges revenus lui laissent le loisir d'exercer son hobby préféré, la peinture et surtout la copie de grands maîtres, domaine où il se surpasse.
La Roche Tarpéienne est proche du Capitole, grandeur et décadence. En ce qui le concerne, tout se passera trop vite pour qu'il en saisisse l'ineffable cruauté...
7
2
0
25
Défi
Lola Denoual

Tu n'es pas là alors je ne suis pas moi. Juste lasse, je n'ai envie de rien et tout m'agace. Je mange des glaces, me roule dans les draps et m'enroule dans ma mauvaise humeur. Je traine sur le Web, lisant les dernières rumeurs. Paraît que Johnny est parti, première nouvelle je me rembrunis. Pauvre Laeti. Eh dis... Quand est-ce que tu reviens ? J'ai bien besoin d'un câlin.
QuandQuan
D


r
1
2
0
0

Vous aimez lire Parallel ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0