I

11 minutes de lecture

Jakab Kátai referma le coffre de la voiture et s’empressa de quitter le parking du petit supermarché. Il soupira en constatant que le véhicule bleu sombre était resté au soleil assez longtemps pour que la température intérieure fût insoutenable. Il était presque dix-huit heures, et il se dit qu’il aurait dû attendre la tombée de la nuit pour faire les courses, quitte à se rendre dans le centre-ville. Essayant d’oublier la chaleur, Jakab prit rapidement la sortie en direction de la route de Hegyalja. Ce n’est qu’après avoir dépassé le panneau « Miskolc » que son cœur s’apaisa.

Bien que les habitants ne fussent pas franchement effrayants, Jakab Kátai n’aimait pas la ville. Il savait néanmoins qu’il ne pouvait pas vivre éternellement en autarcie et se voyait donc obligé de se rendre dans la quatrième ville la plus peuplée du pays quelques jours par semaine afin de reconstituer ses réserves. Il prenait soin d’éviter autant que possible les grandes heures d’affluence.

Tout au long du chemin, Jakab laissa son regard errer sur les rayons du soleil jouant avec les arbres qui bordaient les deux côtés de la route. Il plissa les yeux, légèrement aveuglé par la lumière aux reflets rougeâtres.

Il habitait le village de Répáshuta, situé à une vingtaine de kilomètres de Miskolc, au cœur du parc national de Bükk. Les premières maisons apparurent enfin sur sa gauche, certaines peintes en jaune, orange, vert, bleu, crème ou rose pâle. La demeure qu’occupait Jakab était située à l’extrémité sud du village, un endroit calme et peu fréquenté. Ironie du sort qui lui plaisait fortement, la route était baptisée « chemin de la Liberté ».

Les quelque quatre cents habitants de Répáshuta n’embêtaient pas Jakab Kátai. La petite communauté comptait à peine plus de Hongrois que de Slovaques. Le fait qu’un homme de vingt-quatre ans vécût seul dans une grange abandonnée ne semblait pas susciter de trop grand scandale parmi les villageois. Et c’était tant mieux. Les parents de Jakab habitaient à Miskolc, et il ne leur rendait visite qu’en cas d’absolue nécessité. Il considérait cette maison comme un cadeau tombé du ciel. La demeure avait été bradée à son père par un Slovaque du coin deux ans auparavant et Jakab avait insisté pour l’acquérir. Ses parents s’y étaient fortement opposés, mais leur fils avait fini par payer de sa poche et plus rien n’avait posé problème.

Une fois arrivé sur les lieux, Jakab gara le pickup à l’arrière duquel figurait l’autocollant de la Grande Hongrie et déchargea le coffre. Son cher pays amputé des deux tiers avait bien perdu de sa grandeur d’antan. Il poussa la porte et entreprit de ranger les affaires dans la cuisine. Il prépara du café, alluma le vieux four pour y faire chauffer la moitié d’une pizza et s’assit à la table en bois. Il était bientôt dix-neuf heures et la nuit tombait déjà. Aucun lampadaire n’éclairait le chemin qui bordait la maison, seules les silhouettes fantomatiques des arbres se découpaient dans la pénombre.

L’odeur qui émanait du four arracha Jakab à sa contemplation nocturne, mais il se dit finalement que le léger goût de brûlé n’était pas déplaisant. Après avoir terminé son repas, il traversa le salon pour se rendre dans sa chambre. Il dégagea du pied la petite bûche qui retenait la porte et referma celle-ci derrière lui. Jakab se demandait souvent quelle impression cette pièce pourrait donner à des non-initiés. La chambre faisait presque le double de la cuisine et les murs étaient entièrement peints en noir. Au centre se dressait un large lit. Un bureau était apposé contre un des murs et un rideau noir était tiré du côté gauche de la fenêtre, dont les carreaux formaient une croix.

Jakab mit son ordinateur à charger sur la table de chevet, puis se rendit dans la salle de bains où il se déshabilla et entra dans la douche. La température n’était pas toujours chaude, mais il estimait que la chaleur étouffante des journées d’été suffisait amplement. Jakab coupa l’eau cinq minutes plus tard, se sécha, passa dans la chambre et se glissa sous la couette. Aucun bruit ne venait troubler l’exquis silence de la maison. Aucun murmure humain ne parvenait à ses oreilles. Le contact de la couette aux motifs en damier sur sa peau était agréable. Il ferma les yeux, puis éprouva une sensation de confort et d’intense satisfaction. Jakab Kátai aimait la solitude.

Il resta longtemps immobile à fixer le plafond. Pour quelque raison, il se remémora ses études d’ingénierie mécanique à Budapest ainsi que l’emploi qu’il avait décroché ensuite, auquel il était toujours lié malgré lui. Les balbutiements des débuts étaient loin, à présent. Une expérience qu’il regrettait parfois d’avoir acquise.

Quand Jakab en eut assez de ces pensées, il se redressa et tendit le bras pour attraper son ordinateur, qu’il cala devant lui. Il ouvrit Spotify et laissa le mode aléatoire choisir un morceau parmi ses groupes favoris. Il réprima un sourire furtif lorsqu’il reconnut les premières notes. Une chose lui revint alors en mémoire et il entra une adresse dans la barre de recherche. La page qui s’afficha était d’un gris foncé familier. Le forum en langue anglaise traitait de sujets variés, allant de l'art à l'occultisme, en passant par des thèmes aussi éloignés les uns des autres que le survivalisme et le progrès scientifique. Jakab avait découvert ce site par hasard une semaine plus tôt et s’était contenté de parcourir distraitement les rubriques, avant d’y trouver un réel intérêt.

Plusieurs messages épars avaient attiré son attention. Ce genre d’écriture était loin d’être ordinaire et pour cette raison, difficile à qualifier. Il s’agissait le plus souvent de quelques lignes de sombre poésie, écrites avec un intriguant parallélisme. Les mots étaient étranges, et l’obscurité de leur sens avait attisé une curiosité dont Jakab n’avait pas honte. Il s’était ensuite inscrit sous le nom de DaMihiMortem.

Les messages en question étaient toujours postés par le même utilisateur – ou plutôt, utilisatrice. Nocturnal. Malheureusement, l’auteur n’avait pas l’air très bavard et son profil était plus que succinct. Elle indiquait simplement être française. Ses mots flottaient partout, régulièrement. Il passa en revue ses messages les plus récents et s’aperçut que le dernier avait été posté la veille, le lundi 5 septembre. C’est alors qu’il remarqua qu’elle était en ligne. Jakab décida de tenter sa chance. Il n’envoya qu’une seule question.

DaMihiMortem | 00:21 CEST

[Qui es-tu ?]

Il rajusta son casque, augmenta drastiquement le volume et savoura les notes sacrées jusqu’à se briser les tympans. La réponse arriva juste après. Du moins, c’est ce qu’il crut. Le message était vide. Il ne savait pas s’il devait interpréter cela comme une mauvaise manipulation, ou un clair refus de communication.

Il resta à fixer l’écran pendant quelques minutes, se demandant s’il avait bien fait d’écrire en français. Cette langue lui avait été transmise par sa mère, Lyonnaise de naissance. Jakab s’interrogeait souvent sur les raisons qui l’avaient poussée à épouser son père. Il ouvrit un document vierge et se contenta de copier les paroles impies qui berçaient ses oreilles. Ces lignes semblaient être le miroir de son âme. C’est en retournant ensuite sur le site dans l’intention de se déconnecter qu’il constata qu’une autre réponse avait succédé à la première.

Nocturnal | 00:34 CEST

[Bonsoir. C’est exactement ça. Parfois, tout va trop loin. Cet endroit est tellement étrange, une fois qu’il a perdu tout son sens. On se contente d’errer en se demandant pourquoi on n’abandonne pas.]

Jakab ne voyait pas à quoi elle répondait. Toutefois, une émotion singulière commença à s’insinuer en lui, une émotion dangereuse et déroutante. Il avait l’impression que les mots avaient touché la corde sensible, l’introspection était d’une telle exactitude que c’en était troublant. Il lui fallut plusieurs minutes pour établir une réponse honnête.

DaMihiMortem | 00:41 CEST

[Et c’est l’activité que je mène en ce moment précis. J’erre, en me demandant pourquoi je n’abandonne pas. Pourquoi je ne peux pas abandonner.]

La réponse fusa.

Nocturnal | 00:42 CEST

[Pourquoi n’abandonnes-tu pas ?]

DaMihiMortem | 00:43 CEST

[Il n’est pas simple de se défaire des chaînes, n’est-ce pas ?]

Nocturnal | 00:44 CEST

[C’est vrai. En fait, il ne s’agit même pas de s’en défaire. À chaque fois que tu penses réussir… elles t’empêchent d’aller plus loin.]

Les yeux de Jakab se posèrent sur l’avatar de Nocturnal. Des arbres dénudés au détour d’une route louvoyant vers un chemin douteux. Le tout dans les plus purs dégradés de noirs.

DaMihiMortem | 00:45 CEST

[C’est une belle image que tu as là.]

Nocturnal | 00:45 CEST

[Merci.]

Il se remémora alors la question fatidique qu’elle avait laissée la veille, dans son message le plus récent. « Que faire lorsque plus rien ne nous retient sur Terre ? »

DaMihiMortem | 00:48 CEST

[Et en réponse à ta question, je mettrais fin à tout ce qui reste.]

Nocturnal | 00:51 CEST

[Cela pourrait être une solution.]

DaMihiMortem | 00:53 CEST

[Cela pourrait être la vérité. Tout ce qu’il y a au-delà de la Mort. Fin du Spectacle.]

Nocturnal | 00:58 CEST

[Qu’y a-t-il, selon toi ?]

DaMihiMortem | 1:00 CEST

[Une autre réalité. Un autre… état d’existence.]

Nocturnal | 1:03 CEST

[Je l’espère.]

DaMihiMortem | 1:06 CEST

[Mais nous ne l’obtiendrons pas en y allant par nous-mêmes.

La Mort doit nous visiter. Et non l’inverse.]

Nocturnal | 1:08 CEST

[Parfois, j’ai l’impression qu’elle est déjà venue.]

DaMihiMortem | 1:09 CEST

[Serais-je ainsi en train de parler à un fantôme ?]

Nocturnal | 1:11 CEST

[Je ne crois pas. Mais je l’aurais sans doute voulu.]

Jakab n’avait jamais abordé un tel sujet d’une telle manière, car il n’avait jamais rencontré de personne présentant le même état d’esprit. Le soulagement qui l’étreignait, quoique étranger, était exaltant. Là, au beau milieu d’un bois perdu en Europe centrale, il sentit de nouveau une pulsion enserrer son cœur de façon pressante et tentatrice.

DaMihiMortem | 1:13 CEST

[La Mort… Je la supplierais. Comme je désirerais sentir sa faux maintenant.]

Nocturnal | 1:14 CEST

[Une échappatoire ?]

DaMihiMortem | 1:16 CEST

[Une prière.]

Il ne comprenait pas vraiment ce qui se passait. Les mots qu’il lisait n’auraient aucun sens aux yeux d’individus normaux, or ils avaient réussi à toucher son âme. Un esprit insensible qu’il s’exerçait à barricader de son mieux. Le message de Nocturnal s’afficha à l’écran.

Nocturnal | 1:17 CEST

[Nous avons chacun une raison de le vouloir.]

DaMihiMortem | 1:17 CEST

[Malgré cela, ils nous veulent vivants.]

Nocturnal | 1:18 CEST

[Ils nous auront. Bien sûr qu’ils nous auront.]

Elle semblait sûre d’elle. Jakab était étonné de l’assurance qu’il percevait dans ses affirmations. Ses doigts dansèrent d’eux-mêmes sur le clavier.

DaMihiMortem | 1:19 CEST

[Alors nous les tuerons tous.]

Nocturnal | 1:21 CEST

[Parfois, je me demande pourquoi cela affecte certaines personnes. Quelques âmes isolées parmi le reste du monde.]

Jakab réfléchit avant d’envoyer son message.

DaMihiMortem | 1:24 CEST

[L’homme a reçu une intelligence, qui est à la fois une grâce et une calamité. Lorsqu’on est seul, on pense trop. Trop penser amène des problèmes sans origine. Des problèmes sans origine amènent des pensées suicidaires.]

Nocturnal | 1:27 CEST

[Je suis complètement d’accord.

Cependant, il y a parfois une origine. Et cette origine nous tue, simplement.]

Il savait peut-être ce qu’elle évoquait.

DaMihiMortem | 1:30 CEST

[Oui, tu marques un point. Je déteste ce genre de problèmes. Je veux supprimer l’un d’entre eux de ma mémoire.

Parfois, des gens enfoncent une lame dans notre cœur et remuent la plaie sans jamais cesser.]

Nocturnal | 1:34 CEST

[As-tu jamais eu l’impression d’atteindre l’extrême limite de la sensibilité ?]

Après un instant de réflexion, il sembla parfaitement saisir ce qu’elle voulait dire.

DaMihiMortem | 1:35 CEST

[Oui. Et toi ?]

Nocturnal | 1:35 CEST

[J’y suis.]

Ce qui l’amena à se demander comment elle pouvait être. Des images floues se formaient dans son esprit, sans aucun trait ou esquisse définis. Il reporta son attention sur le clavier.

DaMihiMortem | 1:36 CEST

[Je n’ai eu d’autre choix que la haine.]

Nocturnal | 1:39 CEST

[Cette origine.

Je n’ai pas été atteinte par la haine, mais par le désespoir et le vide. La situation était trop incontrôlable.]

Jakab ignorait ce à quoi elle faisait allusion.

DaMihiMortem | 1:42 CEST

[Je m’en souviens.

D’abord, il y a eu le désespoir. Avant l’Exil. Après ça, le vide est venu à moi. Si paisible et si doux. Puis est venue la Haine.

Peut-être qu’un jour nous évoquerons nos situations, hm… ?]

Puis il eut peur de l’avoir brusquée, de quelque manière que ce fût. Il n’aimait pas la tendre anxiété qui lui tordait le ventre.

Nocturnal | 1:43 CEST

[Je suppose que nos situations sont similaires, et pourtant différentes.

Peut-être. C’est difficile.]

DaMihiMortem | 1:45 CEST

[Nous verrons. Nous le revivrons.

Ce n’est pas difficile pour moi. Plus maintenant. Désormais, cela appartient au passé. La Mort vit là-bas.]

Nocturnal | 1:46 CEST

[Cela dure depuis combien de temps ?]

DaMihiMortem | 1:46 CEST

[Quoi exactement ? La « situation » ?]

Nocturnal | 1:47 CEST

[Oui.]

Il connaissait parfaitement la réponse, n’ayant qu’à la ressortir. Jakab n’avait pas coutume de se livrer. Et cependant, de telles révélations ne l’embarrassaient nullement en de pareilles circonstances. D’autre part, cela inciterait peut-être Nocturnal à briser quelques défenses.

DaMihiMortem | 1:48 CEST

[Tout s’est détérioré progressivement. Et toi ?]

Nocturnal | 1:50 CEST

[Janvier.]

Il ne s’agissait pas de demander ce dont il était question.

DaMihiMortem | 1:50 CEST

[Pour mon père, je n’aurais pas dû naître.

Puis il y a deux ans, j’ai franchi une nouvelle étape.]

Un vif pincement d’agacement l’étreignit et il se maudit lui-même. Il était incapable d’oublier les soucis qui l’affectaient chaque jour davantage au travail.

DaMihiMortem | 1:54 CEST

[De quoi s’agit-il à présent ? Est-ce un piège ?

Encore un sacrifice ?

Encore du sang et de la souffrance ?]

Nocturnal | 1:58 CEST

[Est-ce ton origine ?]

Jakab sentit son pouls s’accélérer subitement.

DaMihiMortem | 2:02 CEST

[Non. C’est une roulette russe.

Je suis désolé, cela m’affecte toujours et je dois prendre un peu de repos. Peut-on en parler demain ?]

Il redoutait de ne plus revivre de moments similaires et n’avait pas envie de couper les ponts.

Nocturnal | 2:05 CEST

[Ne sois pas désolé et ne te force pas. Quoi qu’il en soit, merci.]

Jakab relut brièvement les derniers mots qu’ils avaient échangés et se déconnecta. Il posa son ordinateur sur la table de nuit et attendit la fin du morceau en cours pour ôter son casque. Se renfonçant dans son lit, il observa un instant la lune, dont le premier quartier, visible, éclairait faiblement la chambre.

Enfin, il laissa le silence anesthésier ses pensées.

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 32 versions.

Recommandations

a_red_girl
Je raconte mon expérience et je parle de ce sujet si important...
4
17
0
1
Défi
Le Parfum des Mots

Ma très chère madame A,
Je vous ai loupé lundi. J’étais allé aux toilettes et le temps que j’en sorte, vous étiez déjà dans la salle de classe avec vos élèves. Je suis quand même sorti du lycée et je suis allé jusqu’au CDI, alors que je savais qu’il était fermé. J’étais tellement en colère contre vous, et tellement triste. Je voulais vous voir, vous croiser et vous dire bonjour, pour que vous vous souveniez de moi.
En plus, cela faisait fait un mois et vingt jours que je ne vous avais pas vu. Sauf que je n’ai pas pu vous croiser. Du coup, je me suis installé sur les marches de l’escalier près de votre salle. Cela me permettait d’entendre des bribes de votre voix, quelques mots de temps à autre, ce qui était une petite consolation. À défaut de votre visage, c’était votre voix que j’avais.
Et j’ai repris l’habitude de tenter de vous rencontrer les jeudis. Le problème, c’est que jeudi dernier, il y avait le brevet blanc au collège, et certains cours étaient déplacés au lycée. Donc lorsque je suis allé au CDI, je ne vous ai pas croise. Je crois que votre cours était déplacé au lycée mais je n’en suis pas certain.
Jeudi de cette semaine, j’avais pour objectif principal de vous voir, même si c’était par les vitres du CDI. J’avais hâte, et je ne me suis pas attardé au lycée. Je suis arrivé au CDI trop en avance, et j’ai dû faire semblant d’écrire quelque chose dans mon agenda, à côté des casiers. Je vous ai aperçu à travers la vitre et je m’en suis voulu d’être descendue trop vite.
Lorsque vous êtes repassée, vous discutiez avec une de vos élèves. Je n’ai pas trop fait attention à elle mais je crois savoir qui c’est, du coup je suis un peu moins jalouse. Le fait de vous avoir très rapidement observé sans que vous me voyiez m’a brisé le cœur. Ça m’a fait si mal de ne pas vous avoir croisé, même quelques secondes.
J’aurais donné n’importe quoi pour pouvoir vous sourire et vous dire bonjour. J’en pleurerais toutes les larmes de mon corps si j’en étais capable. Mais j’ai trop souvent l’impression qu’elles sont retenues par un immense barrage, d’où il ne coule presque rien (sauf à de rares occasions). Vendredi, en marchant vers la médiathèque, j’ai cru que j’allais pleurer. Finalement il ne s’est rien passé, mis à part cette impression d’être à fleur de peau.
J’avais prévu de vous écrire une lettre pour vous demander s’il était possible de recommencer l’échange épistolaire. Si vous pouviez, lorsque vous en auriez eu le temps, m’envoyer votre réponse à ma précédente lettre (dans lequel il y aurait eu, je l’espère, tout ce que je vous avais réclamé). Et aussi pour raconter ma/mes journée(s) découverte(s) à Zébra Alternative.
J’ai finalement abandonné l’idée de faire les réclamations. J’ai énormément de difficultés à faire des demandes sans culpabiliser et présenter mes excuses. Vous m’aviez dit un jour « Arrête de culpabiliser ! » Dans le brouillon de la lettre (je fais presque toujours des brouillons avant de vous écrire), je vous avais demandé pardon tellement de fois que vous en auriez eu assez. Du moins c’est ce que je pense.
Alors pour éviter de vous énerver, j’ai préféré laisser tomber. De toute façon, ma demande d’une reprise de l’échange épistolaire est inutile car en vous renvoyant une lettre, je recommence l’échange. Et le fait de recevoir une nouvelle lettre de ma part vous fera peut-être penser à poster votre réponse à la précédente, si vous en avez le temps.
Donc il ne restait plus que Zébra Alternative. Pour commencer, j’ai parlé du livre de Jeanne SIAUD-FACCHIN : Trop intelligent pour être heureux ? L’adulte surdoué. J’ai lu au total neuf livres sur le haut potentiel intellectuel, mais il est le seul dans lequel je me suis un peu plus retrouvée. Cela reste à relativiser car je n’arrive pas à me rendre compte de mon haut potentiel. De plus, ayant un profil hétérogène, je ne possède sûrement qu’une petite partie des caractéristiques fréquemment présentes chez les surdoués.
Pour en revenir à la lettre, j’y fais allusion à mes recherches. J’ai découvert que l’auteure, psychologue spécialisée dans le haut potentiel, avait fondé en 2011 ce centre d’accueil pour enfants et adolescents hauts potentiels. Il ne s’agit pas d’une école car certains jeunes vont dans un établissement partenaire pour assister aux cours.
Ils ne viennent à Zébra qu’un jour dans la semaine et peuvent y acquérir des méthodes ou être aidés pour leurs devoirs (en plus des autres activités). D’autres sont scolarisés en partie ou sont totalement déscolarisés. L’accueil est à la carte, en fonction des préférences et des possibilités. On peut y aller un ou plusieurs jour(s) par semaine, une ou plusieurs semaine(s) par mois, etc. Les activités proposées sont diversifiées, on s’inscrit le matin dans celles où on veut aller. L’équipe qui s’occupe de nous est formée par rapport au haut potentiel.
Au moment-là, j’avais parlé de Zébra avec beaucoup d’enthousiasme à ma maman. Mais lorsque j’ai vu où cela se situait et combien cela coûtait (à Marseille, et relativement cher), mon empressement est retombé. Nous n’en avions pas plus discuté jusqu’au jour où il a fallu réfléchir à l’année suivante.
Maman était allée sur le site Internet et avait trouvé des coordonnées. Elle m’avait proposé de téléphoner pour savoir s’il était possible d’aller là-bas. Je m’étais dit que ça pouvait être une bonne idée et maman a appelé. La directrice lui a expliqué comment cela se passait et a accepté que je vienne. Elle a ajouté que comme je venais de loin, je pouvais passer une journée et revenir le lendemain si cela m’avait plu. Ce sera jeudi et vendredi de la semaine prochaine.
J’ai très peur de ne pas me sentir à ma place, de ne pas être à l’aise. Je crains que ça ne me convienne pas, que je ne m’y retrouve pas. J’ai peur que ça ne me permette pas de me réparer, que ça soit encore une déception. J’ai peur d’avoir mis trop d’espoir dedans et que ça ne m’aide pas. J’ai peur de ne pas réussir à guérir de mes blessures. J’ai peur de m’être trompée, de réaliser que ce n’est pas fait pour moi. J’ai tellement d’angoisses…
Je m’inquiète pour vous. J’ai tellement peur qu’il vous arrive quelque chose. J’ai tellement peur que vous ayez un accident et que vous mouriez. Je sais que vous ne prenez pas assez soin de vous, que vous ignorez délibérément les signaux d’alerte de votre corps. Vous ne voulez jamais rater une seule heure de cours mais votre inconscience vous mène à l’hôpital, et au final vous ratez des journées de cours. Je voudrais que vous fassiez attention à vous, que vous écoutiez votre corps, que vous le respectiez. Je voudrais que vous sachiez où sont vos limites et que vous ne les dépassiez pas.
Votre ancien élève,
B
2
1
0
5
Mijak
Texte pour le Club (05/11/2018), thème : "thème sérieux".
Oui on a voulu voter pour un thème sérieux, cette fois.
Souvent, on a cette frustration quand on écrit quelque chose de bien, de nouveau, en une demi-heure ; on aimerait continuer, reprendre, en faire quelque chose. Mais il y a déjà tant de projets en cours d'écriture...
Alors tant pis. Ça reste une idée.
0
0
0
2

Vous aimez lire Parallel ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0