Mon monstre

Moins d'une minute de lecture

Le trouble qui vit là n’est point recommandable.

Cent fois je me surprends d’attention rêver,

Puis d’un désir naïf leur douleur éprouver,

Mon monstre est un secret des plus inavouables.

À chaque allusion, il surgit, exaspère,

Et dépose ses vers dans les coins de mon cœur ;

Invite Jalousie et ses fières consœurs

À loger en mon âme un regret délétère.

Je le cache, l’enterre et le garde pour moi,

Seul demeurant la peur d’y céder quelques fois.

Est-ce qu’il s’en ira ? J’ose en faire le vœu.

Dans l’ombre de ma honte mon monstre se tapit,

Je choisis la censure, en appelle à l’oubli –

Ma tendre Poésie, là finit mon aveu.

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 4 versions.

Recommandations

Amandine Demade

Zuuuuut, j'ai oublié de m'épiler et j'ai rendez-vous chez le médecin à 16h...Rhooo tant pis c'est l'hiver, le docteur comprendra.

Et puis après tout, je m'en fou! Ah pardon, oui voilà, c'est moi, Adaline, 29 ans trois quart (c'est important de le souligner),en pleine réflexion existentielle sur la nécessité de garder sa pilosité ou non. Important sujet de réflexion sur notre vraie nature, après tout, il ne faut pas oublier d'où l'on vient! Je suis du genre à me poser beaucoup de questions, beaucoup trop même. En fait, je rumine en permanence. Le monde dans lequel on vit, n'arrange rien à cela. Nous sommes en quête permanente du parfait, du bonheur, de réussite, de tout quoi!! Vivre au jour le jour ne se fait plus, nous devons tout programmer et si l'on a rien de prévu, et ben on est "Has been" ou pas dans "le moov".

Et moi, j'aime pas ça... Je suis une nana contemplative, aimant le rêve, la volupté d'observer l'Autre. Oui, même de se regarder ou de sourire devient dérangeant, vous n'avez pas remarqué? Combien de fois sur mon lieu de travail j'ai pu avoir des remarques sur le fait que j'ai tout le temps le sourire!! Faire la gueule aurait été mieux accepté plutôt que de recevoir des: "J'ai l'impression que tu te fous de moi, non?". J'étais souvent déstabilisé et ma seule réponse était tout simplement de dire que j'avais juste envie de sourire. Mais merde alors! Se justifier parce que l'on sourit à ses collègues, dans la rue, revient à dire que l'on doit culpabiliser sur tout? Avez vous vu la tête des gens dans la rue, tête baissée rasant le tarmac ou sur leur smartphone. Quand j'attends le tramway, j'ai l'impression d'être une martienne, le malaise est bel et bien là! Il faut se taire, faire le moins possible de bruit, même les bébés pleins de vie qui pleurent dérangent et les mamans sont gênées. Les sons évoluent à travers nos écouteurs. Tout doit être aseptisé même les odeurs. Voilà, je me présente, Adaline, aimant rire, sourire, pas tout le temps non plus car ce serait mentir!

Je vis actuellement une période assez difficile, que des millions de jeunes ou moins jeunes vivent en ce moment, LE CHOMAGE ou comme me dirait certaines personnes,"une période de transition" dans ma vie. Transition...Transition...A force de me "transitionner" je ne sais plus par où commencer. Comme beaucoup, après le baccalauréat, j'ai poursuivi mes études. Je les aient tellement poursuivies que maintenant ce sont elles qui me poursuivent! J'en arrive à me demander ce que j'ai étudié pour l'instant car je suis dans la case de ceux qui sont aidés au retour à l'emploi. Tiens parlons de mes rendez- vous d'accompagnement à l'emploi ou plutôt tel un titre de film d'aventure: " Indiana Adaline, à la conquête d'un éventuel retour à l'emploi", je pense que beaucoup d'entre vous vont se retrouver. Donc, petit rendez vous ("imposé sinon tu seras radié mon frère!")à 8 heures et 10 minutes précise sauf que le pieds posé au sein de l'organisme, on est déjà 50 à avoir rendez-vous à 8h10!! On se présente, enfin non "identifiants s'il- vous-plaît"? "Allez vous asseoir un conseiller va vous recevoir".... Et je vais m'asseoir. Et là, le grand vide.

On se sent seul mais entouré à la fois car tous dans le même paquebot, prêt à chavirer mais quand même en gardant l'espoir qu'au loin l'on puisse dire: "Terre en vue"! Des sourires timides mélangés à de la honte d'avoir perdu son emploi se croisent au détour des entrées et sorties. Au milieu de cette fourmilière se joue les actes de la culpabilité, du désarroi, de la peur de perdre ses indemnités pour une indisponibilité. Ah voilà mon tour!!! On vient me chercher!! Et merde, c'est pas moi, c'est mon voisin d'à côté!!!! Vient réellement mon tour. Je suis très sagement le conseiller....Et un deux...un deux. Un deux...Petits pas, petits pas....un deux...un deux...Et nous voilà dans le bureau.

"Alors que vous arrive t-il Mademoiselle? Rien, je cherche du taf mais je trouve pas, j'ai trop de diplômes mais pas assez d'expérience et pour couronner le tout, mon estime de moi est au plus bas...Mais sinon je venais juste vous faire un petit coucou, je passai par là....

"Dans quel secteur souhaiteriez vous postuler? "A vrai dire je ne sais pas, je ne sais plus, je suis perdu...fait comme l'oiiiiseauuuuu!!!!"

"Bon, ne dramatisons pas, et si vous faisiez une petite formation....?" Allez !formations, bilans de compétences, c'est bon j'en ai ma claque!

"Je vais devoir marquer le résumé de notre entretien: Après nous être entretenu longuement, nous retenons que Mlle Banpour est toujours en recherche d'emploi. Pour élargir son secteur de recherches, nous avons convenu qu'elle devrait postuler à des offres d'emploi hors région, aller aux entretiens, mais attention! Nous financerons ses trajets s'il le faut. Nous programmerons un autre rendez vous pour faire un bilan".

Ah mais je dis super le résumé. Non seulement je vais devoir postuler à des offres à des centaines de kilomètres de mon domicile, mais en plus aller aux entretiens. Si je les réussis, je ne pourrais donner suite car je devrais en plus de ma galère, déménager, quitter mon conjoint ou l'embarquer dans mon aventure...Sauvé quand même, on me paie les frais de déplacements...Quel bonheur!

"Melle Banpour, je vous dis à bientôt, et surtout gardez ce courage qui vous caractérise".

Voilà, mon rendez-vous de 8H10 s'achève sur une note amère, j'essaie de me frayer un sentier de sortie parmi les prochaines convocations, j'ouvre la porte et Ouuuuuuuufffff, grosse boule en plein estomac!

Je veux bien croire les scientifiques qui attestent que le ventre est le deuxième cerveau puisqu'à ce moment là mon bide était prêt à exploser tel un gros ballon rempli d'Hélium! Quand tu sors de là t'as envie de péter tellement que ça t'as gonflé!!!! Et je repars encore plus désarçonnée...
1
0
0
4
Yukishi
Je vous propose une série de poèmes, rédigés par votre humble serviteur.
Le tout bien sûr en total amateurisme, n'ayant pas pratiqué ni lu énormément de grands auteurs.
Juste que, j'entends par là pour ma part comme l'écho d'une douce musique à mes oreilles, alliant images dépeintes métaphoriquement, comme le reflet d'un lyrisme fantasmé.

Je fais monter la température avec celui-ci, un alexandrin qui sort tout droit du four.
Si j'ai de la matière ultérieurement, probable que je le complète pour former un sonnet.
5
5
0
0
marinewolfies
Deux mondes miroirs en tout point. L'un est le notre, celui que tout le monde connait. L'autre est celui d'Edélia, c'est grâce à lui que notre monde est en équilibre.
Lyah est une jeune étudiante de 21 ans. Elle étudie à la City University de Londres grâce au programme ERASMUS. La famille dans laquelle elle vit durant cet échange, abrite un garçon très étrange qui répond au nom de Morgan. Est-il son allié ou bien son ennemi ?
8
8
61
23

Vous aimez lire Parallel ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0