Mon monstre

Moins d'une minute de lecture

Le trouble qui vit là n’est point recommandable.

Cent fois je me surprends d’attention rêver,

Puis d’un désir naïf leur douleur éprouver,

Mon monstre est un secret des plus inavouables.

À chaque allusion, il surgit, exaspère,

Et dépose ses vers dans les coins de mon cœur ;

Invite Jalousie et ses fières consœurs

À loger en mon âme un regret délétère.

Je le cache, l’enterre et le garde pour moi,

Seul demeurant la peur d’y céder quelques fois.

Est-ce qu’il s’en ira ? J’ose en faire le vœu.

Dans l’ombre de ma honte mon monstre se tapit,

Je choisis la censure, en appelle à l’oubli –

Ma tendre Poésie, là finit mon aveu.

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 4 versions.

Recommandations

Anneh Cerola
Toujours dans ce défi quotidien #un-mot-par-jour#
4
2
0
0
Lxlougz

Tout est vie, il n'y a plus que les sirènes des pompiers qui retentissent dans mon esprit sans défense.
On a plus le droit de se cacher derrière ces choses.
Tout semblait si mieux avant, le bruit des feuilles emportées par le vent, cette odeur quand on passe devant une boulangerie.
Tellement de petites choses qui maintenant n'ont aucun sens...
Je nous revois dans ce camion, tu me dis qu'il faut que je reste éveillée.
Puis vient le moment final où tout ce qui nous reste est parti.
5
4
5
0
Elolchr

Pour ses 8 ans elle avait fêté son anniversaire avec ses copains et copines , tout allait bien jusqu'au moment où elle dut souffler ses bougies. Elle avait attendu cet événement depuis le début de l'année , il lui arrivait même de compter les jours mais prise d'impatience elle n'avait pas fait attention. Sans faire exprès elle fit tomber le gâteau avec les bougies allumées qui en touchant le tapis lui firent prendre feu ainsi que d'autres meubles de la maison. Tout s'était enchaîné très vite , sa mère et son père qui essayaient de faire sortir toutes les personnes , elle qui ne pouvait plus bouger tétanisée par le feu qui l'encerclait et qui brûlait vivement ses jambes , son père qui lui hurlait à pleins poumons de sortir immédiatement , la sirène des pompiers qu'elle entendait s'approcher et puis plus rien.
C'est la toute première fois que j'écris , veuillez être indulgent(e)s , si vous avez des conseils à me donner n'hésitez pas , j'espère qu'au moins une personne tombera sur cette histoire. Je vous laisse , passez une bonne journée ou bonne nuit à vous
2
3
17
1

Vous aimez lire Parallel ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0