CHAPITRE 54: THOMAS

4 minutes de lecture

 Le diner est magnifique, le vin succulent, le champagne inimitable. Les douze coups de minuit sonnent, une année cède sa place à une autre. Oliver s'est improvisé DJ et une formidable ambiance règne dans la maison. Caroline, Nathalie, Jessica et Jennifer se sont mises au karaoké, je regrette de ne pas avoir invité Jared, il aurait corrigé l'air faux  ! Elles s'amusent comme des folles, nous aussi. Nous passons d'excellentes fêtes, la nuit est douce. Nous rejoignons les filles et nous chantons aussi, rien à faire on a cela dans le sang  ! Après une dizaine de chansons, Caroline passe le micro et je l'entraîne à quelques mètres, afin de pouvoir la prendre dans mes bras. Elle a bu quelques verres de champagne, moi aussi, mais nos corps se retrouvent et se meuvent au rythme de la musique. J'ai déposé nos verres sur une table et je lui dis que j'irais bien me promener sur la plage. « Je t'accompagne », sont les mots qu'elle me répond.

 Main dans la main, nous arpentons la plage les pieds dans l'eau. Le remous des vagues pour seule musique, nous savourons cet instant et ce paysage magnifique que nous affectionnons beaucoup l'un comme l'autre.  Un léger vent vient souffler sur la plage et cela rafraichit l'air ambiant. Il doit faire un peu plus de vingt-cinq degrés, alors qu'il est deux heures du matin.

— Donc comme cela, tu es tombée sous mon charme en étant ado ? Si je t'avais remarquée, cela aurait fait de la débauche de mineur.... Je lui dis en passant mon bras autour de ses épaules.

— Tout à fait, je connaissais ta musique via la maman de Nathalie. Elle nous donnait des cours d'anglais via des chansons et elle trouvait que tu avais un phrasé exceptionnel, très clair, compréhensible, c'est comme cela que j'ai connu ce que vous faisiez, et rassure-toi, il n'y aurait pas eu de débauche de mineur, j'aurais été consentante, c'est certain.

— Faudra que je remercie cette femme, sans elle nous ne serions pas ici.

— Je serais de toute façon allée à un de tes concerts et tu serais tombé sous mon charme.

— Ma princesse, tu inverses les rôles  ! C'est toi qui es tombée sous mon charme, tu l'as dit il y a quelques heures  !

— Et toi, tu es resté indifférent  ? me demande-t-elle en se mettant devant moi et en passant ses doigts le long de ma mâchoire. Mon corps a réagi au quart de tour, mes hanches se collent aux siennes et mes mains se perdent dans ses cheveux. J'enlève la tresse qu'elle a fait, j'adore sentir ses cheveux sur moi.

— Tout à fait, TU es tombée sous mon charme  ! Mes longs cheveux, mes yeux bleus, mes tablettes de chocolat  ? Qu'est ce qui t'a attiré en premier  ?

— Bon d'accord, JE suis tombée sous ton charme. Cela doit être un mixte de tout ce que tu viens d'énoncer, sans oublier tes fesses en Granny Smith, me dit-elle sans arrêter de caresser mon visage d'une main et en mettant son autre main sur mes fesses.

— J'ai raison, comme d'habitude, rien à y faire, j'ai raison, je lui dis en l'embrassant tendrement.

 Son corps est ferme,  souple et réagit à chacune des caresses que je lui donne. Mon baiser se fait plus pressant, plus profond, plus avide aussi. La passion s'affaiblit avec l'âge mais j'ai l'impression que chez nous, elle gagne en intensité à chaque fois que l'on se touche et comme on n'arrête pas tout au long de la journée.... La passion grandit de minute en minute.

 L'an neuf apporte son lot de bonnes résolutions et honnêtement, je ne fais pas partie des personnes qui vivent dans l'excès. Je mange de tout, je bois de tout, mais pas en quantité exagérée, je ne fume pas, même si de temps en temps je tire sur un joint seulement quelques fois sur l'année, je ne dors pas régulièrement, c'est lié au métier, je pratique le sport quotidiennement. Je respecte ma famille, mes amis.  Il y a au moins une chose que je me suis promise d'effectuer cette année et je vais le faire, directement. Je me mens en me disant que Caroline est MA femme, ce n'est pas le cas, pas officiellement en tout cas, alors je vais régler ce problème et maintenant.

 Les bonnes résolutions doivent être appliquées au début d'année, autrement elles ne se mettent jamais en route. Et si je devais en avoir une à prendre, c'est celle de demander Caroline en mariage. Je veux partager ma vie avec elle. On partage déjà tout, que cela soit un lit, un café, un thé, un plat de pâtes, mais je veux plus. Nous avons été témoins de nombreuses demandes en mariage : il y a eu Henry et Annie sur scène il y a déjà un bon bout de temps et cette année, il y a eu Oliver et Katie, il y a Nathalie et Hector, toutes ces personnes m'ont donné envie de me lancer aussi. Je sais que nous sommes faits l'un pour l'autre, quand on voit les épreuves que l'on a traversées au cours de ces six mois, rien ne peut ébranler notre amour, absolument rien. Alors pourquoi attendre ? J'ai quarante–cinq ans, je ne veux pas perdre de temps.

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 2 versions.

Recommandations

Pierre Sauvage
1861. L’Empire s’étend sur toute l’Europe.

L’Aiglon, fils du Grand Napoléon, règne en maître sur des centaines de millions de citoyens, de l'Oural jusqu'à l'Angleterre vaincue plus de cinquante ans plus tôt. Dans cet univers militarisé, dans une capitale en proie aux meurtres et à la violence, l’inspecteur Lepois survit, exerçant son métier à sa façon.

--------------------------

Ce roman est issu de l’univers développé dans l’éveil et se déroule deux ans auparavant. Il s'agit d'une uchronie dans laquelle Napoléon I aurait envahi l'Angleterre au lieu de filer tout droit vers l'Autriche Hongrie et Austerlitz. D'où une certaine "liberté" avec l'Histoire avec un grand H.
Il peut sans peine se lire de façon isolée (et je l’espère, il peut sans peine se lire tout court), pour qui n’aurait pas lu le précédent roman (honte sur vous !), les personnages et l’histoire étant différents.
Bonne découverte à vous et merci d’avance pour les échanges que nous aurons ensemble (en tout bien tout honneur).
245
554
2275
362
Jean-Paul Issemick
Chronique romancée sur fond autobiographique pendant les trente glorieuses.
316
499
512
141
Grunni
Une nouvelle normalement courte, sans prétention, qui se créera au fil de mon imagination... je ne sais pas encore trop où tout cela va bien pouvoir mener.
16
50
47
17

Vous aimez lire Tara Jovi ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0