CHAPITRE 45 : CAROLINE

10 minutes de lecture

 Quelle journée, quelle soirée ! C'est l'effet « Hard night », je suis contente qu'elle ait dit oui, elle le mérite. Un mariage de plus dans l'air. Elle ne s'est jamais mariée, elle a vécu avec Lionel un peu plus de dix ans, elle a eu un autre grand amour qui était Richard, mais elle ne s'est jamais mariée et maintenant quand je la vois, elle est heureuse, vraiment elle respire le bonheur.

— Alors tu as dit oui... je lui murmure  en lui prenant les mains.

— Ouuuuiiiiiiiiiiiii et j'en suis bien contente. Je sais que je serai bien avec lui, je suis confiante. Et il me faut un témoin.

— Je serai là, c'est promis. On ira chez Véronica pour nos robes. Elle avait fait un super job pour la soirée des Awards.

— Tout à fait, elle nous fera quelque chose de bien.

— Madame Toress, madame Nathalie Toress, cela sonne bien. Tu es rayonnante en tout cas et fais-moi voir cette bague. Il a bon goût, elle est splendide.

— Bien sûr que j'ai bon goût puisque je suis tombé amoureux d'une femme exceptionnelle ! ajoute Hector en la prenant par la taille.

 Ils font plaisir à voir, ils rayonnent de bonheur. Quand je les vois comme cela, je me dis que l'amour avec un grand « A » existe, pourtant cela fait des années que je n'y crois plus. Je pense que lorsque j'ai épousé Paul, nous étions amoureux, nous avons eu quelques années de bonheur, puis un beau jour, il a décidé de "faire carrière", pour ce faire, il a changé de travail et son caractère a changé lui aussi. Nous nous sommes mariés très jeunes, trop jeunes, nous n'aurions pas dû, mais bon cela s'est fait et j'ai eu Stephen après un peu plus d'une année de mariage.

 S'il y a un point positif dans mon mariage, ce sont nos enfants. Ils sont le rayon de soleil de ma vie et pour cela je respecte Paul, mais c'est du respect, pas de l'amour. Lorsque Mélanie est née, il m'a laissée tomber tout simplement. Mélanie était une enfant braillarde, elle a pleuré plusieurs mois non-stop, nous n'avons jamais trouvé pourquoi. Je l'ai fait examiner par plusieurs médecins, personne n'a jamais rien trouvé et un beau jour, elle a cessé de pleurer et elle est devenue la fille facile à vivre qu'elle est aujourd'hui. Elle ne réclame jamais rien, elle s'adapte à toutes les situations et est toujours de bonne humeur. Dès sa naissance, Paul s'est éloigné de moi, les réunions de son boulot se faisaient de plus en plus tard, de plus en plus souvent, les voyages d'affaires aussi. En fait, il espérait briguer la place de son chef, et puis un beau jour, il a su qu'il n'aurait pas cette place. Là, la vie est devenue un enfer. Rien de matériel ne nous manquait, une grande maison, une grosse voiture mais aucun amour. À partir du moment où il a compris qu'il n'aurait pas le poste qu'il voulait tant, il a essayé de se rapprocher de nous, malheureusement vingt années s'étaient écoulées entre cette prise de conscience tardive et le fait de s'être lancé corps et âme dans ce boulot.

 Plusieurs fois, je lui ai fait la réflexion. Je me souviens lui avoir écrit, mais jamais il n'a fait d'effort, son boulot passait avant tout le reste, avant nous. Nous avons vécu à trois, je peux dire que j'ai élevé mes enfants seule, même s'ils connaissent leur père, mais ils n'auront jamais la relation que moi je peux avoir avec eux. Je ne sais pas comment mais un beau jour, je me suis levée et je me suis dit que cela devait changer. Je ne sais pas dire précisément ce qui m'a fait changer d'avis, ce qui m'a réveillée, ce que je sais c'est que j'ai téléphoné à Nathalie en lui disant que je devais lui parler. Chose qui a été faite, je lui ai dit que je voulais prendre du recul, que j'avais besoin de souffler. Je crois qu'elle aussi a pris conscience que nous avions un vide dans nos vies, quelque chose manquait et ce quelque chose c'est tout simplement l'amour. J'espère que mes enfants ne devront pas attendre l'âge de quarante ans pour trouver ce bonheur.

 Quand je vois ma fille avec Jackson, je me dis qu'elle va sans doute trouver le bonheur plus rapidement que moi. Son regard s'illumine quand il rentre dans la pièce. Je ne sais pas ce que les hommes des « Hard Night » ont de plus, mais c'est certain, ils ne laissent pas les femmes indifférentes, aucune d'entre nous. Jackson a dix ans de plus que ma fille, mais bon l'âge est-il important à partir du moment où l'on s'aime ? Je présume que non. je pense que lorsque l'on aime une personne, peu importe la différence d'âge, peu importe si l'un est ingénieur et l'autre ouvrier, l'amour peut déplacer des montagnes. J'en suis consciente, depuis peu, mais j'y crois et tous les jours un peu plus. Nos amis nous laissent, la journée et la soirée ont été riches en émotion, chacun a besoin d'un peu de repos. Il fait doux et je me rends sur la terrasse pour profiter de la douceur de la nuit. Thomas me rejoint, il a pris deux verres de vin blanc, m'en propose un. Le vin est doux, sucré, comme j'aime. Il a mis en route un album de Bon Jovi, un de mes groupes préférés, en dehors des Hard Night bien sûr. Un album de ballades uniquement. Il me prend dans ses bras, dépose nos verres sur la table et me dit « danse avec moi ». Ce que je fais, je suis bien dans ses bras, je suis en sécurité à cet endroit. Il me sourit, sa main fait le contour de mon visage :

— À quoi penses-tu ma princesse ?

— Au bonheur de Nathalie et d'Hector, ils le méritent tous les deux. Elle est heureuse et cela fait des années que je ne l'ai pas vue comme cela, vraiment. Et je pense que ma fille et ton fils nous cachent quelque chose.

 Il s'arrête un instant, me regarde d'un air interrogateur en arquant les sourcils.

— De toutes façons, je ne vois pas ce genre de choses. Tu étais au courant pour Julian et Jessica alors que tu les connaissais de quelques heures. Tu penses que Mélanie et Jesse sont ensemble ?

— Non pas Jesse, mais Jackson. Son regard s'illumine quand Jackson rentre dans la pièce. Et puis lui, il est très présent, il a le même genre de gestes que les tiens. Il va lui resservir un verre quand il est vide, il lui tient la porte, il lui a fait goûter son dessert, ils s'asseyent l'un à côté de l'autre, mais vraiment l'un à côté, sur la même chaise, il va la prendre sur ses genoux, dans ses bras, il remet ses cheveux en place, enfin tout un tas de petites choses que toi aussi tu fais, alors forcément je le remarque.

— Cela te gêne que Jackson soit proche de Mélanie ?

— Non, pas du tout Thomas, tant que tout est clair entre eux, s'ils veulent faire un bout de chemin ensemble, je ne vais pas le leur interdire. Je veux que ma fille soit heureuse et tant mieux si c'est avec un homme comme Jackson. Et puis j'ai un avantage, je connais bien son père, cela peut servir .

— Tu as raison, s'ils sont heureux ensemble c'est le principal.

— Thomas, je voudrais te parler d'une autre chose aussi.

— Laquelle ?

— J'ai pris une décision.

— Bonne ou mauvaise ?

— Bonne je pense enfin pour moi. Mais je veux que tu sois franc et si tu estimes que je ne dois pas faire ce que je veux faire, je veux que tu me le dises, d'accord ?

— D'accord, je t'écoute.

— Il y a quelques semaines, tu m'as proposé de travailler pour toi.

— Excellente idée, tu seras mon esclave jour et nuit et je disposerai de ton corps quand et comme j'en ai envie. Excellent, je prends, excellent .

— Idiot va ! Tu pourrais penser à autre chose qu'au sexe quelques minutes !

— Avec toi si près de moi, c'est impossible. Je t'imagine déjà répondant aux moindres de mes caprices. J'ai un tas d'idées !

— Thomas, je suis sérieuse, s'il te plaît écoute-moi.

— Je t'écoute, vas-y !

— Tu m'as proposé de travailler pour le fan club, tu l'as proposé à Nathalie aussi et je suis partante pour dire oui. Je suppose que Nathalie te dira oui aussi. On peut travailler en français, en néerlandais, en espagnol, elle en allemand et moi en italien. Alors dis-nous ce que tu veux que l'on crée en premier comme site officiel. Je suppose que l'idée est de prendre le site anglais officiel et de le traduire et de l'adapter lorsqu'il y a une tournée dans un pays qui parle la langue ?

— Tu me dis oui, j'adore te savoir sous mon emprise, le jour comme employée, la nuit comme esclave !

— Thomas sois sérieux. Cela tient toujours ?

— D'accord, trente secondes. Oui ça tient toujours. Cela fait des années que l'on veut lancer ces sites, mais on n'a pas encore trouvé le temps, ni les personnes de confiance pour le faire. Je savais que tu allais dire oui, enfin je l'espérais. Vos contrats sont prêts depuis des semaines. Je demanderai à Andy de vous les faire parvenir. Tu le lis, tu me dis si tu es d'accord ou pas. On fait les modifications, et on signe et tu commences à bosser pour moi !

— Tu es sérieux, les contrats sont prêts ?

— Quand on parle boulot, je suis toujours sérieux. Oui les contrats sont établis. Mais je veux que vous les lisiez et que vous me disiez s'il y a des points avec lesquels vous n'êtes pas d'accord. L'avantage en faisant ce job, c'est que tu seras plus souvent auprès de moi, je présume ?

— Oui, si tu veux de moi. J'en ai discuté avec mes enfants. On a pris une dame qui habite avec nos quatre enfants afin qu'elle s'occupe de l'intendance de la famille. C'est mon ancienne baby-sitter. Elle a rompu avec son compagnon, elle voulait du changement, nous on voulait de l'aide, voilà les deux ont matché. Les enfants nous rejoignent avec la baby-sitter, elle se nomme Mélissa, durant les vacances scolaires, du moins tant que vous êtes en tournée.

— Si je veux de toi ? Cela fait partie des questions stupides.

 Il s'est arrêté, me regarde, a pris mon visage dans ses mains et ajoute :

— Si je veux de toi ???? Oui, sans aucun doute, je veux de toi tous les jours, toutes les nuits pour aujourd'hui, demain et les siècles qui suivent. Oui, je veux que tu vives avec moi durant les tournées, oui je veux que l'on passe du temps ensemble, oui je veux de toi le matin en me réveillant et le soir en allant dormir ou le contraire, aucune importance. Je veux de toi, je veux de tes enfants, je veux de tes amis, je veux faire partie de ta vie en tant que patron et là je serai chiant, je veux faire partie de ta vie en tant qu'ami sur lequel tu peux compter dans les moments difficiles, je veux faire partie de ta vie en tant que père de nos enfants si Dieu nous donne à nouveau cette chance, je veux faire partie de ta vie en tant qu'amant et te faire jouir sous mes doigts, sous mon corps et plus que deux nuits d'affilées. Je veux faire partie de ta vie de toutes les façons qui existent, de toutes les façons que nous aimons, de toutes les façons qui nous plaisent à nous, je veux simplement te rendre heureuse, parce que je t'aime, comme un fou, jamais je n'ai aimé une femme comme je t'aime toi et jamais je ne serai capable d'en aimer une autre comme je t'aime toi. C'est toi et toi seule qui compte, personne d'autre, alors oui je veux de toi.

 En le regardant, mes yeux se sont remplis de larmes, mais des larmes de joie, elles coulent le long de mes joues. Cela devient une habitude ces derniers temps. Comment résister à de telles paroles ? Je sais que nous avons la chance d'avoir quelque chose de solide en main, nous bâtissons jour après jour un édifice monumental dont les fondations se solidifient quotidiennement, grâce à un ciment spécifique, un lien nommé « amour ». Nous sommes faits l'un pour l'autre et si parfois j'ai pu avoir un doute, en le voyant avec ses fans, je sais aujourd'hui que quoi que je fasse ou dise, la musique passera après moi. Je l'aime tel qu'il est, et s'il est ce qu'il est aujourd'hui c'est aussi en partie grâce à la musique. Jamais je ne lui demanderai d'arrêter d'exercer ce métier, sans la musique il ne serait pas l'homme duquel je suis tombée amoureuse, il ne serait pas celui qui fait battre mon cœur et sans lui, je ne suis rien, absolument rien.

 Une fois de plus, nous sommes dans les bras l'un de l'autre et rien à y faire, nos corps ne peuvent pas résister à la tentation que l'un exerce sur l'autre. Quelques semaines plus tard, je découvrirai que cette nuit, ou cette journée a été fertile. Nous avons remis mon corps en marche et ainsi notre deuxième bébé qui sera un enfant du nouvel an, et comme l'a dit Thomas lorsque nous parlerons à nos enfants de leur conception, un seul mot sera présent, et cela sera « amour ». Thomas m'emmène une fois encore dans un tourbillon de bonheur, de joie, d'extase, de jouissance. Il m'emmène là où seulement lui peut m'emmener. Personne d'autre ne m'a conduite sur ce chemin dont j'adore la destination finale.

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 2 versions.

Recommandations

Jean-Paul Issemick
Chronique romancée sur fond autobiographique pendant les trente glorieuses.
341
549
515
146
Pierre Sauvage
1861. L’Empire s’étend sur toute l’Europe.

L’Aiglon, fils du Grand Napoléon, règne en maître sur des centaines de millions de citoyens, de l'Oural jusqu'à l'Angleterre vaincue plus de cinquante ans plus tôt. Dans cet univers militarisé, dans une capitale en proie aux meurtres et à la violence, l’inspecteur Lepois survit, exerçant son métier à sa façon.

--------------------------

Ce roman est issu de l’univers développé dans l’éveil et se déroule deux ans auparavant. Il s'agit d'une uchronie dans laquelle Napoléon I aurait envahi l'Angleterre au lieu de filer tout droit vers l'Autriche Hongrie et Austerlitz. D'où une certaine "liberté" avec l'Histoire avec un grand H.
Il peut sans peine se lire de façon isolée (et je l’espère, il peut sans peine se lire tout court), pour qui n’aurait pas lu le précédent roman (honte sur vous !), les personnages et l’histoire étant différents.
Bonne découverte à vous et merci d’avance pour les échanges que nous aurons ensemble (en tout bien tout honneur).
260
584
2421
362
Grunni
Une nouvelle normalement courte, sans prétention, qui se créera au fil de mon imagination... je ne sais pas encore trop où tout cela va bien pouvoir mener.
16
50
47
17

Vous aimez lire Tara Jovi ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0