CHAPITRE 34 : THOMAS

10 minutes de lecture

"Thinking back it took one breath, one word to change my life.

The first time I saw you, it felt like coming home. If I never told you I just want you to know, You had me from hello."

Bon Jovi, You had me from hello, Album Bounce, 2002

 Nous avons traversé l'Atlantique une fois de plus, nous posons nos bagages pour une semaine à Londres, j'ai hâte d'y être. Cela fait des semaines que je n'ai pas vu Caroline autrement que par Skype et elle me manque, terriblement. Depuis notre rencontre, je suis devenu un junkie, j'ai besoin d'elle et je ne savais pas que c'était à ce point-là. Bien sûr, durant notre séparation j'ai pu connaître le manque mais ici j'ai l'impression que c'est encore pire car je sais que je vais la revoir, aujourd'hui, dans quelques heures. Les guys ont toujours pu dormir en avion, moi je n'y suis jamais arrivé, pourtant rien ne manque. Nous sommes aussi bien installés dans notre Boeing que dans notre lit, mais je n'y arrive pas. En fait, je pense que cela me permet de me reposer, de réfléchir tranquillement ou encore d'écrire, mais dormir, je ne l'ai jamais fait. Julian ne m'a toujours pas dit ce qu'il avait et cela commence à m'inquiéter. Je ne comprends pas pourquoi il ne me parle pas, enfin pas plus à moi qu'aux autres. Cela n'est jamais arrivé. C'est vrai que notre groupe fonctionne en deux binômes, mais malgré tout nous sommes unis comme les doigts de la main et parfois si on ne discute pas à deux, Julian parle avec Hugo ou Hector, mais ici les deux m'affirment qu'ils ne savent rien et je les crois, je sais que je peux leur faire confiance. Au départ des States, nous nous sommes installés dans les chambres, même si mon esprit ne dort pas, mon corps se repose et j'en ai besoin car je n'ai nullement l'intention de dormir lorsque je verrai ma femme, et je sais que mon corps est de cet avis-là aussi, surtout une certaine partie de mon anatomie. J'ai vraiment un souci de vêtements, cela ferait bien rire Caroline  ! Julian s'est installé avec moi. Il s'est roulé en boule, mais je sens qu'il ne dort pas, son souffle est beaucoup plus rapide que lorsqu'il dort, j'ai raison, je l'entends murmurer :

— Il y a quelque chose que tu ne pourrais pas me pardonner sur cette terre ? me questionne-t-il ?

— Je ne vois pas ce que je ne pourrais pas te pardonner, je ne vois pas ce que j'ai à te pardonner, pourquoi me demandes-tu cela  ?

— Je voulais savoir.

— Pourquoi  ?

— Juste pour savoir.

— Julian, je ne sais pas ce qui ne va pas, cela fait des semaines, des mois, et tu commences à m'inquiéter sérieusement. Je veux savoir une chose, tu es malade  ?

— Malade  ?

— Oui, tu as vu un doc et il t'a dit que tu avais une saloperie comme un cancer, le Sida, s'il te plait dis-moi ce qui te ronge à ce point.

— Non mec, pas du tout, je ne suis pas malade, mais laisse-moi encore un peu de temps. Je ne suis pas capable de te parler pour l'instant.

— Julian, regarde-moi s'il te plaît.

Il se détend, me regarde. Je sais que ses yeux ne me mentent pas, il n'est pas malade, mais je ne sais toujours pas ce qui ne va pas.

— Je ne suis pas malade Thomas, pas du tout et j'ai l'intention de te parler, de vous parler. Mais je ne trouve pas l'occasion et encore moins les mots, mais je te jure que je ne suis pas malade, me confirme-t-il en s'installant dans mes bras.

 Je passe mon bras autour de ses épaules et j'embrasse le dessus de son crâne. Je relâche l'air que j'ai dans les poumons, j'ai l'impression de n'avoir plus respiré depuis plusieurs minutes. Je suis soulagé d'une certaine façon, cela me rassure qu'il ne soit pas malade, mais bon sang, qu'est-ce qui peut le ronger comme cela ? Je remonte les couvertures sur nous et ceux qui pourraient nous voir dans cette position penseraient à un vieux couple. Parfois c'est ce que nous sommes, on essaye de se protéger l'un l'autre, on ne se ment pas, mais on ne se dit pas la vérité et je sais que c'est ce qu'il fait en ce moment.

 Nous arrivons à Londres, enfin  ! Juste le temps de nous changer et de repartir. Oliver nous a préparé nos chambres, nos smokings et je dois dire que nous avons fière allure ainsi, mais Julian sort du lot, il déchire dans cette tenue. Aucune femme ne restera indifférente ce soir et je suis prêt à parier que très peu d'hommes le seront. Hugo et Hector nous rejoignent, et nous partons avec Oliver. Je sais que Boris s'est occupé de Caroline et de Nathalie. Je lui ai demandé de m'envoyer une photo, il m'a dit « pas question, mais elle est superbe ». J'ai hâte de la voir, elle me manque, notre enfant me manque, son corps me manque.

 Nous sommes installés en table centrale vu que nous sommes le groupe le plus nominé. À notre droite se trouve  U2,  et à notre gauche, se trouve  30 Seconds to Mars , et c'est un grand bonheur que de retrouver Bono et Jared. Jared fait partie de ces hommes qui ne laissent pas indifférents de par leur physique. Nous n'avons rien à lui envier, mais son regard bleu/violet a toujours attiré, pourtant ce soir lorsque nous arrivons c'est Julian qui vole la vedette : il est splendide dans son smoking sur mesure. Jessica l'accompagne et ma fille est lumineuse dans sa robe couleur saumon. Un verre de champagne nous est servi, des amuse-gueules circulent, tout est délicieux et bien présenté. Comme prévu nous arrivons vingt minutes plus tôt que Boris. Les discussions s'animent, mais j'avoue que je perds le fil de la discussion car ma femme vient d'entrer dans la salle. Cette pièce est immense et mon regard ne la voit pas directement, mais mon corps sait qu'elle est là. J'ai faim d'elle, j'ai besoin d'elle. Je ne sais pas comment je vais pouvoir me contrôler ce soir. Je pense à Thérésa qui me dirait « allez prendre une douche froide Thomas », elle aurait raison une fois de plus. Boris est en haut de l'escalier avec Caroline et Nathalie. Elles sont superbes toutes les deux, elles resplendissent. Mon regard capte le sien et la Terre arrête de tourner, le temps est suspendu. Je ne l'ai jamais vue en robe de soirée et je me dis que ce n'est pas plus mal car je n'arriverais pas à me contrôler ainsi tous les soirs. Hector est aussi heureux que moi et embrasse Nathalie lorsqu'elles arrivent toutes les deux au sein de notre groupe. Je n'ai pas l'occasion de la prendre dans mes bras car Jared s'interpose entre nous et Dieu seul sait si j'aime ce mec mais en ce moment, je voudrais le voir disparaître de la surface de la planète, je l'entends parler :

— Bonsoir, qui est cette splendide femme que l'on ne m'a pas présentée, l'interroge-t-il en lui faisant un baisemain.

— Caroline, bonsoir Monsieur Leto.

— Ah ! j'ai de la chance, vous savez qui je suis, donc vous ne dînerez pas avec un inconnu lorsque nous dînerons ensemble, lui explique-t-il .

— Vous avez raison, je ne dinerai pas avec un inconnu, car Thomas nous accompagnera, lui répond-elle en me regardant.

 Je ne pense pas avoir connu une seule femme qui a refusé un dîner avec Jared, pas une seule, sauf la mienne. J'interviens à ce moment-là  :

—  Eh ! Belle gueule !  Bouge tes fesses, cette femme est à moi.

 Je m'approche et je passe un bras autour de sa taille. Ma main ne cherche pas sa place, d'instinct elle la trouve. Nos corps se touchent et se lovent l'un contre l'autre. Jared nous sourit et répond  :

— Bon je n'ai pas tout perdu, j'ai une belle gueule et tu connais cette femme  !

— Je répète, cette femme est à moi  ! lui dis-je en la serrant d'un peu plus près.

— Essayez-moi belle inconnue et je vous assure que vous ne retournerez plus chez lui  ! se vante-t-il un sourire enchanteur aux lèvres.

— Dès que la place se libère, je vous contacte Jared, qu'en pensez-vous ?

— Excellent, pour me contacter je dois vous donner mon numéro, l'idée me plaît  !

— Bouge tes fesses mec, tu n'as aucune chance, même moi je n'ai eu aucune chance, et si moi je n'ai eu aucune chance, personne d'autre n'en aura, intervient Julian en s'approchant et en embrassant Caroline sur la joue.

— Et c'est tout dire  ! Tu es extraordinaire aujourd'hui Julian, lui répond-elle en mettant sa main sur son torse.

 Je sais que c'est idiot mais la jalousie refait surface à ce moment précis, sa main devrait être sur mon torse et pas sur celui de Julian. Pourtant je sais que je n'ai rien à craindre, ni de sa part à elle, ni de sa part à lui, mais j'ai un pincement au cœur, totalement idiot.

 Bono et les autres nous rejoignent et nous passons un excellent moment. Jared lui fait du rentre dedans plusieurs fois mais à chaque fois, elle le remet à sa place et cela me soulage. J'apprécie beaucoup Jared, c'est un chanteur, auteur, compositeur et musicien accompli, mais aucune femme ne peut lui résister et je ne veux pas que MA femme fasse partie de ses conquêtes.

 La cérémonie commence et nous sommes nominés dans de nombreuses catégories. Comme je l'ai dit, les chiffres ne m'intéressent plus et honnêtement je suis de plus en plus surpris par le nombre de nominations que nous avons. Julian rafle le titre de meilleur guitariste de l'année, là je ne suis pas surpris. La compétition a été rude, The Edge de  U2  et Richie Sambora ex-guitariste de  Bon Jovi  ont été eux aussi nominés, mais ils terminent deuxième et troisième de la catégorie. Nous terminons aussi meilleur artiste, meilleur groupe, meilleur single, meilleur arrangement musical et meilleur groupe de fans. À chaque fois, nous montons sur scène afin de prendre notre prix. Pour la dernière catégorie, je suis surpris, car de nombreux jeunes artistes travaillent leur popularité au niveau des réseaux sociaux, ce que nous faisons dans une limite très définie, alors nous en sommes très fiers et je le mentionne  :

— J'avoue que la dernière nomination me surprend, de jeunes et talentueux artistes ont une batterie sur FB, Instagram, Twitter, ce qui n'est pas notre cas, alors une fois de plus, je remercie nos fans. J'avoue que cela fait quelques années que je ne regarde plus nos chiffres de vente, pour moi, pour nous, ce qui est important c'est de remplir la salle, le stade où il y a quelques années le bar du coin. Je remercie aussi Bono et U2 qui ont eu l'idée du concert de Slane Castle, c'était grandiose de jouer à cet endroit, mais aussi mythique de jouer avec des personnes telles que vous, merci à vous tous.

 Mon discours est interrompu par de nombreux applaudissements et cela fait chaud au cœur.

— Je voudrais aussi remercier notre équipe, plus de huit cents personnes travaillent chaque jour à nos côtés. Je sais que je peux être exigeant, alors merci de votre travail à tous, merci aussi à nos fans, sans vous, nous ne sommes rien. Je voudrais aussi remercier une personne tout spécialement. Je suppose que plusieurs d'entre vous sont au courant. J'ai fait la connaissance à Hyde Park d'une femme exceptionnelle, elle est non seulement très belle, très intelligente, mais j'ai surtout la chance qu'elle veuille de moi et cela n'est pas donné à tous. Je voudrais vous présenter une femme extraordinaire sans laquelle tout ceci ne serait pas arrivé. Cela ne fait que quelques mois que l'on se connaît, mais elle m'a apporté une vie calme et sereine. Je suis en adéquation avec moi-même, j'ai trouvé mon équilibre, et cela je le dois à une femme extraordinaire que j'aime de tout mon cœur. Je souhaite à chacun ici dans cette salle de trouver le bonheur que j'ai la chance de partager avec cette femme. Je peux s'il vous plait vous demander d'applaudir, ma femme, Caroline. Merci ma princesse d'être là ce soir.

 Oliver se lève et l'accompagne jusqu'à nous. Le public l'aime cela se voit, les fans comme les artistes. Elle s'avance, se met près de moi, sa main prend la mienne et ajoute : « merci à vous tous ici présents, car sans vous je ne serais pas tombée amoureuse de cet homme, sans vous il ne serait pas ce qu'il est aujourd'hui, un homme exceptionnel alors merci à tous ». Les applaudissements ont doublé et le meilleur moment de la soirée est arrivé, j'ai enfin la chance d'avoir ses lèvres sur les miennes. C'est le plus bel Award de la soirée.

 Nous avons passé une très bonne soirée, bien sûr, il y a eu les nominations, les récompenses et puis surtout la présence des personnes que nous aimons. J'ai été élevé dans un environnement très chaleureux, ma maman Carole a toujours été et est encore présente. Elle était le centre de la famille, elle s'occupait de tout gérer, mais surtout elle nous montrait le chemin à suivre, et je pense qu'elle le fait encore. Lorsque j'ai rencontré Caroline, j'ai contacté ma maman le lendemain et je lui ai expliqué que j'avais eu un coup de foudre. Elle m'a simplement répondu que si je suivais le chemin de mon cœur, c'etait certain que je prenais le bon chemin et en regardant autour de moi, je sais que je suis sur le bon chemin. Les ennuis sont loin d'être terminés, mais nous y arriverons, je pense que lorsque l'on aime une personne et surtout si cette personne vous aime aussi, on est capable de déplacer des montagnes, j'ai une foi aveugle en l'amour. Rien n'est plus fort, rien n'est plus beau que l'amour que vous distribuez autour de vous.

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 4 versions.

Recommandations

J'arrive dans 5 minutes
J'avais cinq minutes de calme et beaucoup de choses à raconter. Ce jour là, mon premier vomi de mots s'est expulsé sur l'écran de l'ordinateur pour s'étaler comme une pâte à tartiner moelleuse. Du coup, le lendemain, j'ai continué et le jour d'après aussi.
Mais il raconte quoi le bouqin ?
Ben c'est un peu déprimant, tout de go, comme ça. Je vous laisse découvrir. En tout cas, il y a cinquante-deux billets à s'envoyer sans modération. À raison d'un par semaine, ça vous fera une très chouette année. Si si. Pour préciser, quand même, car c'est important de ne pas se lancer à l'aveugle, il y a des poissons rouges, de la philo low-cost et même du nichon, saupoudrés d'un peu d'émotion mais pas trop de sérieux, des belles citations de films, une super playlist et quelques mauvaises rimes.
Voilà, à tout de suite.
791
752
1247
203
Pierre Sauvage
1861. L’Empire s’étend sur toute l’Europe.

L’Aiglon, fils du Grand Napoléon, règne en maître sur des centaines de millions de citoyens. Dans cet univers militarisé, dans une capitale en proie aux meurtres et à la violence, l’inspecteur Lepois survit, exerçant son métier à sa façon.

--------------------------

Ce roman est issu de l’univers développé dans l’éveil (excellent roman au demeurant que je ne saurais que trop vous conseiller : https://www.scribay.com/text/537964749/l-eveil) et se déroule deux ans auparavant.
Il peut sans peine se lire de façon isolée (et je l’espère, il peut sans peine se lire tout court), pour qui n’aurait pas lu le précédent roman (honte sur vous !), les personnages et l’histoire étant différents.
Bonne découverte à vous et merci d’avance pour les échanges que nous aurons ensemble (en tout bien tout honneur).
165
385
1222
282
Antoine Anglade
Le sang a coulé de nouveau dans la jungle péruvienne. Pour Julien, aucun doute possible : le massacre d’un groupe de randonneurs fait écho à l’issue tragique de l’expédition d’Aurélia Erhard… soixante plus tôt. Même lieu, même mode opératoire, il lui faut mener l'enquête. Étudiant brillant en histoire pré-colombienne, ardent défenseur des travaux polémique de l’exploratrice disparue, il saisit l’opportunité de sa thèse pour se rendre à Lima. Il embarque dans l'aventure son meilleur ami, Mourad, un monstre de muscles au code de l’honneur indéfectible et la volubile et pétulante Sylvie. Le trio plonge au cœur du Pérou, hors des sentiers battus, sur les traces des Incas, cette civilisation fascinante qui n’a pas encore livré tous ses secrets. Selon Aurélia, les Incas vivraient toujours, cachés au fin fond de la forêt. Et si l'archéologue franco-péruvienne avait raison ? Cette quête de vérité se transformera en quête initiatique, chacun des trois aventuriers découvrant au cours de ce périple la part sombre de son âme.
266
346
1037
274

Vous aimez lire Tara Jovi ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0