CHAPITRE 5 : THOMAS

7 minutes de lecture

"L'avantage du coup de foudre, c'est qu'il fait gagner du temps."

Pierre Doris

 J'ai remercié Oliver. Il a réussi à conduire les deux filles ici. Je ne connais même pas leur prénom. Je vais dîner avec une femme dont je ne connais pas le prénom...

 Comme d'habitude, il y a une ambiance du tonnerre dans la loge. Jenny est toujours aussi pétillante. C'est une femme extraordinaire. Elle est une sorte de pilier du groupe. Elle et Hugo se connaissent depuis de nombreuses années, ils sont mariés depuis, je pense, vingt ans et à chaque fois qu'ils se voient c'est comme au premier jour. Peu de gens ont la chance de connaître un amour comme le leur. Cela fait plaisir à voir, ils sont ce que l'on appelle des âmes sœurs, l'un ne va pas sans l'autre. Leur bonheur est un vrai régal. Hugo a été le premier à se caser dans le groupe. Il a connu Jennifer un beau jour au desk d'un aéroport, il lui a tendu son passeport et quelques jours plus tard, elle entrait dans nos vies et ils ne se sont jamais quittés. Je sais qu'Hugo n'est jamais allé voir ailleurs, même si les tentations existent dans notre métier, et elles sont nombreuses, croyez-moi ! Si on le voulait, on pourrait avoir une fille dans chaque port.

 Je ne vais pas dire que l'on n'a jamais regardé, cela ne serait pas vrai, mais ce n'est pas notre style de vie. Le « sex, drugs and rock&roll » ne s'adresse pas à nous. Nous ne sommes pas des enfants de chœur, certainement pas, et si de temps en temps, on a fumé un joint, les coups d'un soir ne sont pas monnaie courante. Nous sommes tous en ménage depuis de nombreuses années, et c'est loin d'être facile une relation à distance, mais dans l'ensemble on tient le coup. Bien sûr, il y a l'exception qui confirme la règle, Julian ! Il boit comme un trou et pas toujours de l'eau, le rhum est sa boisson fétiche et il change de femme comme de chemise, mais c'est Julian. Que ferions-nous sans lui  ? Julian c'est le moteur du groupe, même si c'est moi qui suis le leader. Julian a toujours le mot pour faire rire, l'idée du siècle qu'elle soit pour une sortie ou pour une note musicale. Julian c'est... comment dire ? C'est mon alter ego. La personne sans laquelle je ne pourrais pas vivre, la personne qui partage tous mes secrets, toutes mes envies. Un frère de plus. On se connait depuis une trentaine d'années et je sais que sans lui, on n' en serait pas là aujourd'hui. Tiens quand on parle du loup...

— Hey mec, il y a une superbe blonde là un peu plus loin. Alors soit tu vas lui demander son prénom, soit c'est moi qui le fais ! 

— Dégage, pas touche ! 

— Alors bouge tes fesses et en vitesse ! 

— Elle aime les grands blonds, pas les grands noirs, dégage  ! je lui réponds en lui faisant un sourire et en lui donnant une tape sur l'épaule.

 Bon Dieu, j'espère qu'elle aime les grands blonds  ! Enfin si elle veut que je change de couleur... Je m'y ferai.

 Son regard est accroché au mien depuis que je suis entré dans cette pièce, et malgré l'intrusion de Julian, ses yeux sont toujours dirigés vers moi. Je m'approche d'elle. Elle est d'une beauté surprenante, de longs cheveux blonds, même si je pense que c'est une coloration, faudra que je vérifie  ! Sa peau est hâlée, elle doit faire un peu plus d'un mètre septante, de magnifiques yeux bleus. Pas le même bleu que les miens, un bleu qui tend vers le gris. Ils me font penser à un ciel d'orage. Elle a absolument tout ce qu'il faut là où il le faut. Bon Dieu, que m'arrive–t-il  ? Cela fait des années que je n'ai pas détaillé une femme comme cela. J'ai l'impression d'être seul au monde avec elle. Pourtant je vois d'autres gens, j'entends des bruits, mais je suis irrémédiablement attiré par elle. Une attraction magnétique sans doute  ? Mon cerveau tente de réfléchir, mais mon corps est attiré et avance inexorablement dans sa direction.

 Je suis face à elle, nos corps sont à quelques centimètres l'un de l'autre. J'ai envahi tout son espace et je veux plus, je veux l'avoir dans mes bras, je veux respirer son odeur, passer mes doigts dans ses cheveux, je veux... 

 Je constate que mon cerveau ne commande plus mon corps, et avant que je ne me rende compte de ce qui se passe, ma main droite a attrapé son menton et mon pouce parcourt ses lèvres.

— Bonsoir,  

— Bonsoir Thomas, me répond-elle.

— Thomassssss, je lui réponds. Elle me regarde avec un air interrogateur.

— On prononce le « s ». Je sais, c'est rare, mais bon c'est maman qui le voulait, je lui réponds en faisant courir mes doigts le long de sa joue.

— Je n'oublierai pas Thomassss, me dit-elle.

 Sa main droite attrape une mèche de cheveux encore mouillée et la place derrière mon oreille. C'est facile, j'ai les cheveux longs et ondulés. J'adore ce geste. Personne ne m'a jamais remis les cheveux en place de cette façon. Je bouge la tête afin qu'elle recommence son geste. Ce qu'elle fait avec un grand sourire.

— Et quel prénom a ce joli minois ? 

— Caroline, me répond–elle.

 Son prénom sonne comme un hymne à mes oreilles.

— Caroline, belle et mystérieuse Caroline. 

 Nous sommes interrompus par Oliver qui entre dans la loge en nous disant  :

— Les gars, super nouvelle  ! Vous faites votre taf de façon géniale  ! dit-il en insistant sur le « génial ».

— Bah c'est normal, mec, c'est nous quoi  ! lui répond Julian avec un grand sourire, comme à son habitude.

— Non ce n'est pas ce que je veux dire, répond Oliver.

— Comment non  ? proteste Julian, les sourcils arqués pour bien montrer son étonnement.

— Ecoute deux minutes, mec  ! On vient de battre tous les records avec notre dernier single. On a détrôné U2, 30 seconds to Mars, les Stones  !

— Bah c'est normal, c'est nous, c'est ce que je disais, c'est nous  ! ajoute Julian

— Ce n'est pas tout, nous dit Oliver. On a battu les records de « Thriller » mec, tu te rends compte de « Thriller » s'exclame-t-il en me regardant. (1)

— J'ai toujours dit que l'on ferait partie des grands lorsque l'on battrait les records de « Thriller » et voilà, on l'a fait  ! 

 J'appuie mon front sur celui de Caroline, et des larmes se mettent à couler le long de mes joues.

CAROLINE

 En entendant cela, Thomas appuie son front contre le mien. Des larmes maculent son visage.

— Hey  ! Vous faites partie des meilleurs  !  lui dis-je en le serrant dans mes bras.

 Je le regarde et ramasse une larme qui coule le long de sa joue. Je n'ai jamais vu un homme aussi ému que lui. Je lui souris et j'ajoute – tu avais un doute  ? Vous êtes les meilleurs  !

 Je ne sais pas pourquoi je l'ai pris dans mes bras, mais cela me semble normal, pourquoi ne l'aurais-je pas fait ? Nos corps se touchent quelques instants, mais chaque point de contact envoie un véritable brasier à chacune de mes terminaisons nerveuses.

 Il me rend mon sourire et Julian se jette dans ses bras. Il lui saute dessus. Thomas l'attrape et ils tournent en rond comme un vieux couple. Cela fait plaisir à voir. Une euphorie s'est installée dans la salle. Tout le monde est heureux, tout le monde se félicite et bien que nous soyons étrangères au groupe, on ne le ressent pas, loin de là. Hector enlace Nathalie, elle est aussi heureuse que lui.

 Julian se détache de Thomas et je me retrouve au milieu des deux, chacun me tenant dans ses bras et me faisant un bisou sur la joue. Cela me fait sourire, si les fans qui se trouvaient en fosse, voyaient cela, je serais LA cible à abattre. Je me retrouve entre deux des hommes les plus « hot » de la planète  ! Je les regarde et leur donne un « félicitations » à chacun.

 Julian nous laisse et sort de la loge.

— N'aie aucun doute au sujet de votre talent  !  Vous êtes les meilleurs ! 

— Merci ma belle, me répond Thomas en m'embrassant sur la joue.

 Julian et Oliver reviennent les bras chargés de bouteilles de champagne. Cela se fête c'est certain. Très peu ont détrôné Michael Jackson, il était tout de même le roi de la pop  ! Leur succès n'est dû qu'à leur travail. Ils sont perfectionnistes, tous autant qu'ils sont. Avant chaque concert, chacun passe plusieurs heures dans la salle de concert afin de vérifier l'acoustique de son instrument, même s'ils ont une batterie d'ingénieurs du son qui s'occupent de cela, ils viennent mettre leur grain de sel afin d'être certains que cela sera parfait. Nous avons eu l'occasion de le découvrir depuis que nous faisons la tournée. Nous voyons cela de loin, derrière un grillage. On ne peut jamais rentrer près de la scène lorsqu'ils font leurs répétitions.

 Julian s'approche de Thomas, une bouteille à la main, un sourire sur les lèvres.

— A toi l'honneur, lui dit-il.

Note (1) : Thriller, album le plus vendu de tous les temps : Estimation des ventes 33 millions de vente. Source:http://www.europe1.fr/

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 11 versions.

Recommandations

Pierre Sauvage
1861. L’Empire s’étend sur toute l’Europe.

L’Aiglon, fils du Grand Napoléon, règne en maître sur des centaines de millions de citoyens. Dans cet univers militarisé, dans une capitale en proie aux meurtres et à la violence, l’inspecteur Lepois survit, exerçant son métier à sa façon.

--------------------------

Ce roman est issu de l’univers développé dans l’éveil (excellent roman au demeurant que je ne saurais que trop vous conseiller : https://www.scribay.com/text/537964749/l-eveil) et se déroule deux ans auparavant.
Il peut sans peine se lire de façon isolée (et je l’espère, il peut sans peine se lire tout court), pour qui n’aurait pas lu le précédent roman (honte sur vous !), les personnages et l’histoire étant différents.
Bonne découverte à vous et merci d’avance pour les échanges que nous aurons ensemble (en tout bien tout honneur).
167
387
1222
293
J'arrive dans 5 minutes
J'avais cinq minutes de calme et beaucoup de choses à raconter. Ce jour là, mon premier vomi de mots s'est expulsé sur l'écran de l'ordinateur pour s'étaler comme une pâte à tartiner moelleuse. Du coup, le lendemain, j'ai continué et le jour d'après aussi.
Mais il raconte quoi le bouqin ?
Ben c'est un peu déprimant, tout de go, comme ça. Je vous laisse découvrir. En tout cas, il y a cinquante-deux billets à s'envoyer sans modération. À raison d'un par semaine, ça vous fera une très chouette année. Si si. Pour préciser, quand même, car c'est important de ne pas se lancer à l'aveugle, il y a des poissons rouges, de la philo low-cost et même du nichon, saupoudrés d'un peu d'émotion mais pas trop de sérieux, des belles citations de films, une super playlist et quelques mauvaises rimes.
Voilà, à tout de suite.
792
752
1247
203
Claire KAPL

" Maman, je déteste les soeurs, je veux pas de soeurs, tu aurais dû me faire en premier pour choisir si je voulais une soeur ou pas.... "

Aphélie. 6 ans.
428
152
2
3

Vous aimez lire Tara Jovi ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0